L’amore litigarello

Avec la Toussaint, et puis l’arrivée des fêtes dont on sait qu’elles pourraient être les dernières pour ces êtres en départ que nous chérissons d’autant plus, me sont revenues les essences de ceux que je regrette.

Et il ne reste que … l’essentiel, qui est presque toujours le positif. La mauvaise foi, le caractère soupe au lait, les tics et manies, une éventuelle pédanterie innocente, coquetterie exagérée, un désordre oh combien agaçant … tout ça est devenu amusant, anecdotique. Attachant, même.

Mais, dénudée de ces ajouts surgit l’essence même, toute simple, celle qui nous rend fiers d’avoir côtoyé cette personne gentille, si gentille. Dont on voit enfin les sacrifices, la force de caractère, le toucher radieux sur notre vie.

Ce n’est donc pas par pudeur qu’aux enterrements on ne trouve souvent que du bien à dire. C’est que, finalement, les chamailleries et agaceries n’ont été là que pour, une fois encore, proclamer l’amore non è bello se non è litigarello (l’amour n’est pas beau s’il n’y a pas un peu de bagarre)

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s