Les belles tables

Rendre la maison pimpante et dresser une belle table pour ses invités, c’est comme dérouler le tapis rouge. Avec une témérité joyeuse on se risque à sortir les beaux verres, ceux qui ne se lavent qu’à la main avec des gestes soyeux, ceux qu’on a connus sur la table de bonne-maman. Parfois il faut rappeler qu’il y a une petite fissure, et de la mettre du côté opposé aux lèvres. La vaisselle des grands jours est vérifiée, il faut nettoyer l’argenterie, trier les couteaux dont le manche en corne ne se déchausse pas trop. Attention au bord du verre, attention au couteau, attention à tout. A la nappe damassée si lourde à repasser, à la délicatesse du pied des verres à chablis, aux assiettes, aux plats. Attention avec les gestes, mais aussi et surtout avec le regard : c’est en l’honneur des invités que le repas bénéficiera de ce faste pour servir de décor à la bonne chère.

Je vois encore notre salle à manger Queen Anne en acajou. La grande salle à manger, celle où on recevait. Petite, je n’y entrais que lorsque la fête était finie – j’adorais vider les verres – et la table débarrassée, mes trottinements et mon impétuosité jugés trop dangereux pour ces reliques. Ou alors je devais promettre de regarder sans bouger. Ma mère sortait une des nappes brodées par ma grand-mère (sa belle-mère) et la faisait flotter d’un geste vif au-dessus de la longue table où attendait le molleton. Elle la lissait du plat de la main, en contrôlait le tombant. Et puis il y avait tous ces petits carrés de miroir qu’elle disposait au centre et qui recevraient, une fois assemblés et le moment venu, la soupière de Limoges et les bougeoirs qui allaient se refléter dans ce lac immobile. A l’époque on mettait encore les porte-couteaux (repris par ma sœur et égayant sa table des grands jours aujourd’hui). En argent, tout comme les couverts à motif coquille où les initiales de mes grands-parents s’enlaçaient dans une élégante étreinte. Sur les assiettes, les belles et grandes serviettes brodées aux mêmes initiales, joliment pliées en éventail.

Et puis bien sûr les coupes de fleurs, et l’odeur de cire fraîche, et les voilages se gonflant voluptueusement à la chaleur des radiateurs, lavés et repassés et rependus au prix d’acrobaties fastidieuses. Les cristaux du lustre nettoyés un par un, chantant dans la lumière.

Que la fête commence !

Les tables ont changé de nos jours. Mais le rituel de sortir ce qu’on a de plus joli – ou parfois simplement de plus précieux – pour les grandes occasions n’a rien perdu de son pouvoir à créer une secrète excitation. Et le partage de certains objets ou accessoires qui ont traversé les temps avec leur petite histoire est un honneur. Moi qui pestais au cours de couture sur les broderies de bavoirs et de monogrammes, avec quelle vénération regardais-je les nappes décorées par ma grand-mère ! Le temps de sa vie qui s’était réfugié là, dans ces petits points soigneux, et combien de rêveries avaient accompagné le va et vient de son aiguille … C’était son trousseau, c’était son bonheur à venir qu’elle imaginait. Et c’est tout ça qui est emprisonné dans les fils de soie et les ajours faisant le décor de la table des grandes occasions…

Voici la jolie table que ma nièce Claudia a dressée pour les 85 ans de mon père. Elle avait alors 14 ans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s