Les draps blancs aux fenêtres de Leipzig

C’était dans les premiers jours de mai 1945. Mon père était alors un jeune homme aux joues rondes et jambes souples, si cajolé par ses parents que le monde lui appartenait. Lors d’entrainements on l’avait jugé « bon tireur au fusil mitrailleur », ce qu’il ne s’explique toujours pas vraiment, mais lui valut alors d’être mis au commandement de deux chenillettes au 6ème bataillon de fusillers.

Avril 41 peut-être - Photo en soldat

Et les routes étaient sales, lourdes de la peur, de la mort, des saccages, de la morsure des tanks et chenillettes, des bombardements… Et ils allaient à Leipzig où, parce qu’ils avaient mis leurs lunettes pour se protéger de la poussière mais les avaient enlevées pour l’entrée dans la ville, ils firent leur apparition tels des singes à lunettes, selon son expression. Et des singes à lunettes surpris, car à toutes les fenêtres, tous les balcons, pendaient des draps blancs. Une demande de paix touchante et unanime. Ne tirez plus, ne tirez plus, nous ne tirerons pas. Les draps de lits d’amour, de lits d’enfants, de lits de vieillards fatigués, les draps reprisés, neufs, gardés pour une occasion, usés, troués, brodés main, tous les draps de Leipzig clamaient leur envie de paix devant les singes à lunettes qui arrivaient avec on ne savait trop quelles intentions et manières.

 

Puis ils arrivèrent devant un magnifique et grand hôtel, un de ces hôtels à l’architecture ronde et bourgeoise avec une entrée impressionnante, des escaliers de marbre pour laisser courir des jeunes filles en robe de bal, un tapis rouge impeccable. Les hommes de mon père étaient principalement des fermiers ou des ouvriers métallurgistes qui jamais n’avaient même posé leurs semelles dans un tel lieu, et en étaient muets de timidité. En haut de l’escalier, un maître d’hôtel vêtu comme un majordome de la cour, ni servile ni hautain, impossible à lire, et des serveurs armés de plateaux d’argent sur lesquels tintaient des verres délicats, que l’on présenta avec calme et faste aux hommes de plus en plus ahuris. Jamais ils n’avaient bu dans un tel décor, et surtout, jamais ils ne se seraient attendus à cet accueil étrange. Et l’atmosphère onirique du moment fit que personne n’exigea à boire d’avantage, personne ne se fit remarquer, personne ne vola de bouteilles ni ne songea à élever la moindre voix de vainqueur.

 

Ce n’est que bien plus tard que mon père a réalisé que, devant la menace de voir l’hôtel saccagé et les alcools dérobés et bus par de jeunes soudards, le maître d’hôtel avait choisi de tenter sa chance en les recevant de cette manière grandiose. Et il avait gagné.

 

Peu après les hommes reçurent l’ordre de s’en aller car la ville allait être livrée aux soviétiques. Sur les sièges de leurs véhicules, des mains avaient dit merci en déposant quelques fleurs mais surtout des branches, faute d’assez de fleurs…

 

 

6 réflexions sur “Les draps blancs aux fenêtres de Leipzig

  1. claudecolson dit :

    ils n’ont pas dû gagner au change, avec les Soviétiques…

  2. eckatelefil dit :

    Un visage souriant ton père ! Et ,cet article est émouvant….
    Il pleut en Touraine.
    Amicalement.Merci pour ces billets si bien tournés.

  3. […] Ce que Jacquie a vu… Une famille et deux mondes … Crevette prit sa valise et partit …  Les draps blancs aux fenêtres de Leipzig… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s