Qui étais,tu, Léonie?

Léonie Lefèbvre, de Theux

Cette jeune femme à l’expression peu spontanée, c’est mon arrière-arrière-grand-mère, Léonie. Bien sûr, à l’époque, il ne fallait vraiment pas bouger, et j’ose espérer qu’une fois la photo prise, elle a soupiré « enfin ! » avec un joli sourire réjoui, tout en lissant le devant de sa robe sombre ou vérifiant sa coiffure d’un tapotement des doigts coquet.

1831-1917, c’est son résumé bien laconique, et presque tout ce qu’on en sait. Née à Haut Regard, au sud de Theux. Sa famille était riche. Quand elle s’est mariée, elle et son mari firent beaucoup de voyages et il paraît qu’ils s’occupèrent peu de leurs enfants, comme hélàs c’était alors de bon ton dans les grandes familles où les enfants ne devaient pas déranger. Il semble que son père et son mari aient eu une société de « commerce de pyrites et de charbons de terre », qui fut dissoute. Le frère de son mari lui offrit alors un poste de vérificateur de la comptabilité des mines à la Vieille Montagne où lui-même était ingénieur-directeur. Le veinard… ça ne lui demandait que quelques jours de travail par an pour leur assurer des revenus suffisants ! Ils pouvaient donc continuer de voyager.

Mais … il reste de Léonie la rumeur qu’elle et son mari ne s’entendaient pas. Ou ne s’entendaient plus. Ils se sont séparés avec l’élégance d’alors, c’est-à-dire qu’elle est restée à Haut Regard et lui est parti habiter Anvers. Ils ont quand même eu des enfants, et elle a connu ses petits-enfants (lui est mort assez jeune), donc il y eut des moments où ils ont accompli leur « devoir ». Qui sait si ce fut avec amitié, politesse, ou un élan quelconque.

A-t-elle aimé, Léonie ? Son époux, ou un autre avant son mariage – ou après ? A-t-elle connu le plaisir de donner un baiser, une caresse à un homme avec la certitude de nourrir son cœur, de devenir inoubliable ? A-t-elle guetté des pas sur un gravier, l’arrivée d’une calèche, la vision d’une veste à la patère, le son d’une voix derrière une porte ? A-t-elle pleuré un éloignement incontournable, a-t-elle gardé un bouquet de bal séché et décoloré par les ans, mais où tout un défilé d’images heureuses restait emprisonné ? Ou a-t-elle pensé que c’était la vie, que le romantisme n’y avait sa place que pour incliner les jeunes filles au mariage et engendrer des enfants dont la vie remplirait la leur ?

Il est étrange de ne rien connaître du cœur de cette jeune fille bien élevée, elle qui pourtant vit en moi et en tous ses descendants. À l’époque, on ne confiait que rarement ses pensées. Les lettres et journaux intimes étaient respectueusement détruits à la mort par des filles ou fils prudents, pour qu’on ne sache jamais. On étouffait ainsi les scandales, les rebellions, les adultères – vrais, ou suivant une voluptueuse carte du tendre secrète. Mais on faisait taire aussi les élans multicolores de toute une personnalité. Aimait-elle les fleurs, les toilettes, l’opéra, les ris de veaux, le vin, le luxe, les traversées en bateau ? Ecoutait-elle inlassablement les récits de ses beaux-parents qui avaient connu les terrifiantes traversées vers et de Batavia dans les Indes hollandaises ? A-t-elle craint de perdre ses jolies formes ? A-t-elle enfoui son visage dans le pelage d’un chat aimé pour y chercher le réconfort ou y cacher la joie ?

A-t-on célébré sa beauté, son caractère, sa façon de valser ? A-t-elle eu l’heur de choisir son époux parmi quelques prétendants ou le lui a-t-on imposé avec les garanties enthousiastes que l’on avait alors : Un bel homme, une bonne famille. Né en Hollande. Un peu délicat de santé. De l’argent, de belles manières.

Quelles odeurs aimait-elle, comment était son rire ? A-t-elle fini par ressentir de l’amour envers ses enfants, un amour qui a enrichi sa vie ? Sa fille Louise s’est évanouie de chagrin lors de son décès… il fallait donc que quelque chose ait grandi entre elles.

Léonie, où s’arrêtent donc tes mystères ?

Une bien belle histoire que celle de Léonie.Des mystères, des questions sans réponses, des lettres brûlées…

Aujourd’hui 20 février 2013, je me suis rendue chez mon père. Je lui ai raconté qu’avant-hier je suis allée avec des amis à Hautregard, nous nous sommes promenés sous la charmille, les pieds faisant craquer la neige gelée.

Il n’a pas connu Léonie, mais son père s’en souvenait comme d’une dame très indépendante et originale pour son époque. En effet, lors de la communion de ce petit-fils qu’elle aimait beaucoup (et qui pleura à sa mort), elle a voulu en « faire un homme » en lui offrant de l’alcool et un cigare. Elle en fit un jeune garçon très malade mais qui jamais n’oublia ce rite de passage.

Elle-même fumait le cigare.

Alors… Léonie, moi aussi j’aime fumer le cigare – que je ne fume pas en général car ça fait très mauvaise impression – et, pour les 14 ans de ma nièce Audrey… je lui ai offert une petite fiasque de whisky. Et voilà donc où ont fini certains de tes gènes, ma bonne aïeule!

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Qui étais,tu, Léonie?

  1. J’ai beaucoup aimé cette chronique à la mémoire de Léonie. J’aimerais en savoir un peu plus sur cette longue liste de « Léonie » peuplant mon arbre généalogique depuis le 12ème siècle dans de vieux classeurs que je ne consulte jamais. D’elles, il ne me reste que la photo d’une de mes grands-mères. Elle était rentière et s’appelait Laure. Je n’ai pas eu la chance de la connaître. Ta « Léonie » me fait penser à cette jeune et jolie jeune femme dont je ne sais rien et pour qui je pourrais tout imaginer.
    Merci de m’avoir fait rêver …

    • Edmée dit :

      C’est dommage qu’on sache si peu de choses personnelles d’elles… que tenons-nous d’elles? Ont-elles mis dans nos gènes un peu de sans-gêne et de pétulance, ou bien nous ont-elles injectées de l’esprit de sacrifice? Leur air sérieux sur les photos fut-il suivi de détente ou d’un repli encore plus drastique?

      Merci de ta visite, Nicole! Rêvons!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s