Vacances chez le docteur Jekyll

J’avais 37 ans, et j’allais partir vivre en Italie. A l’aventure (et ce fut en réalité plus aventureux que je ne l’aurais supposé car non, mon âge pas encore vénérable mais déjà plus tendre ne m’a pas protégée de conquêtes indésirables et étranges alors que je cherchais du travail…) et plutôt confiante. Et ma mère, se rendant compte que désormais notre relation serait à nouveau épistolaire, m’a invitée trois jours à Vienne. C’était fin mai, alors que l’été commençait en soleil et pur azur.

 

Ce fut, pour toute les deux, le voyage inoubliable et complice. Nous étions femmes, une plus jeune que l’autre, mère et fille de surcroit, mais ensemble dans cette ville par choix et par plaisir.

 

Elle avait étudié l’allemand dans sa jeunesse, et se sentait très rassurée : elle saurait se débrouiller pour nous deux. Train de nuit dans un compartiment couchette pour deux – elle ne voulait pas de vieille qui allait bavarder tout le temps ou d’enfant qui pleurerait devant une mère désemparée qui nous mettrait au défi, du regard, de le trouver désagréable ! – et nous étions déjà en vacances, le délicieux frémissement de la couchette nous le rappelant rythmiquement dans la nuit dans laquelle nous nous enfoncions en souriant. Nous sommes arrivées à Vienne tôt le matin et avons acheté un pass pour trois jours sur les transports publics dont nous comptions exploiter le moindre centimètre.

 

Elle avait réservé une pension près de Saint-Etienne, la pension du Docteur Geissler, vite rebaptisée par nous du nom plus riant de la pension du Docteur Jekyll. Il faut dire que la dite pension se trouvait à l’étage d’une maison, et que nous avions trouvé excitant d’imaginer que les autres étages servaient aux tortures, la morgue et les expériences médicales faites sur les clients. Nous aimions mettre un peu de piquant à une situation somme toute assez banale autrement. A peine nos valises déposées dans la chambre et nos tenues de baroudeuses de la nuit changées pour celles de dames jouissant de la vie avec nonchalance, nous étions affamées et rêvions de cochonnaille pittoresque. Notre budget était limité et comme le Docteur Jekyll nous nourrissait le matin et le soir, nous avions pris la sage décision d’être horriblement gourmandes lors de ces deux repas et de ne pas dépasser une certaine somme à midi. Nous voici donc assises à une terrasse au Prater, analysant soigneusement la carte sur laquelle ma mère voit quelque chose qu’elle affirme comprendre et connaître. Elle connaît très bien, oui oui, ça va bien nous caler jusqu’au soir, ce sont des boulettes un peu grasses mais n’hésitons pas. Au serveur surpris, elle commande fermement, en allemand, deux portions de ce plat nourrissant et économique, et il revient avec deux coupes de vin blanc dans lesquelles flottaient deux cerises de marasquin !

 

Nous avons visité et visité et visité. Marché et sauté dans des bus et trams. Nous sommes émerveillées de voir des Viennois habillés en grand soir et se rendant en tram à l’opéra. Nous avons pris le café – et on le faisait durer, puis on suçait le bord de la tasse et on empochait les sucres, toujours notre budget de midi qu’il ne fallait pas mutiler par trop d’appétit…. – au petit parc Johan Strauss en écoutant des concerts. Nous avons chantonné des valses en arpentant le parc de Schönbrunn et photographiant ses fontaines. La robe de Sissi, nous l’avons imaginée dans les pièces du palais, disparaissant derrière une porte laquée et décorée d’ors et guirlandes de fleurs, frôlant le tapis au motif trop chargé.

 

Et puis bien entendu nous sommes allées voir l’école espagnole d’équitation, mélangeant le faste de l’architecture, la grâce des splendides équidés et l’ivresse de l’odeur de la sciure soulevée par les sabots silencieux. Et le musc des animaux, cet incomparable film de sueur dans l’air, tout à fait voluptueuse pour qui a eu des chevaux.

 

Le dernier jour, nous avons mis fin aux exigences de notre budget tyrannique et avons festoyé d’une tarte Sacher au soleil. Et le retour en wagon-lit fut plus lourd. Il ne parlait plus de vacances mais de séparation. Ce furent nos dernières vacances à deux. Elles n’ont jamais quitté nos mémoires. J’ai souvent envie de retourner à Vienne pour retrouver notre écho dans les rues et remanger ses boulettes un peu grasses mais si nourrissantes au parc du Prater.

Qui sait…

 

Mammy, tu te souviens de la pension du Docteur Jekyll ?

Publicités

27 réflexions sur “Vacances chez le docteur Jekyll

  1. JMB dit :

    Voilà je viens de visiter ton nouvel habitat. J’espère que tu es bien installée et que tu vas nous y régaler de tes écrits.
    Vu le sourire de la dernière photo je comprends que les italiens furent conquis !
    Bizzzz
    JMB

  2. Cathy dit :

    Tu as toujours eu la bougeotte, et je constate que c’est pareil avec les blogs, ha ha ! Bienvenue dans ta nouvelle demeure. Elle me semble bien sympathique. Merci de continuer à partager avec nous tes tranches de vie nostalgiques et toujours si enrichissantes !
    Je t’embrasse bien fort Petrouschka.

    • Edmée dit :

      Coucou Katiouschkaïa! Non, je n’avais pas vraiment la bougeotte mais il paraît qu’Overblog va faire des changements peu sympa peu à peu… Et ceci me plaît! Gros bisous!

  3. colo dit :

    Chic et douce cette nouvelle présentation, elle me plaît beaucoup!
    Trois jours à Vienne passés avec une amie autrichienne il y a des années…presque les mêmes endroits, visites et gourmandises.
    Excellent weekend Edmée.

    • Edmée dit :

      Merci d’apprécier le nouveau look8

      Ah oui, Vienne…. vraiment parfait, car il y a de tout: des gourmandises, de la culture, des visites et promenades… Bon week-end à toi aussi!

  4. celestine dit :

    Wouaouh!!!!j’avoue que ça fait un choc! j’adore, vraiment, les couleurs, l’environnement, la police d’écriture…et tu as importé tous tes billets? trop fort. Non vraiment, les mots me manquent pour te féliciter. Je vais venir encore plus volontiers te lire!
    Bises

    • Edmée dit :

      Eh oui, j’ai tout importé par la méthode copié-collé… Je suppose que les malins ont une méthode plus rapide mais bon… Et j’aime aussi beaucoup la nouvelle présentation plus sobre. J’ai été relativement fidèle à Overblog : 5 ans!

      Merci de ta première visite chez moi! Bises

  5. mimidusud dit :

    Kikou ma belle,
    Et bien voila,je suis sur ton nouveau blog,avec un superbe
    écrit sur toi,ta maman et ce beau voyage à Vienne,de bons
    souvenirs pour toi,et puis avec le docteur Jekyll
    je souhaite succés et longue vie à ce blog,beaucoup de
    succés pour sa propriétaire.
    Je viens de m’inscrite à ta newsletter et je vais mettre ton
    nouveau lien sur mon blog je te souhaite de passer un
    bon et agréable week-end,bisous à toi.

    • Edmée dit :

      Merci à toi chère Mimi du sud tatouée qui fait des confitures de figues!!!! Bon week-end à toi aussi, avec les anniversaires je n’en doute pas! Bisous

  6. Je viens à mon tour participer au baptême de ton nouveau blog. Ouf, tu as réussi à sauvegarder tous tes anciens beaux textes, car cela aurait été dommage de ne plus pouvoir les lire. Concernant l’aspect graphique, je suis un peu moins enthousiaste que les autres car j’aimais bien la bannière de ton ancien blog que je suivais depuis 4 ans 1/2. Il va falloir que je m’habitue, mais si çà te plaît, c’est l’essentiel. Passe un bon dimanche.

  7. Que de nostalgie perceptible dans ces lignes – là, il y a …….
    du moins d’après moi……….

  8. Edmée dit :

    Oh que oui… Je regrette que ma mémoire n’ait pas tout gardé!

  9. Ah bin, je sentais bien:-)

  10. Je découvre ton nouveau blog, pas mal du tout avec son look plus actuel. Quant à la jeune femme sur la photo, elle est aussi très bien !

    • Edmée dit :

      Ton commentaire avait fini dans les « indésirables » 🙂 Merci d’apprécier le nouveau blog… plus sobre. Bof, changement de vie, changement de blog, why not?

  11. Anne Renault dit :

    Un bien joli sourire pour ce thé, ce beau jour et ta mère. Quelques bons souvenirs rendent l’absence plus douce…

    • Edmée dit :

      Mais oui… Elle avait gardé l’album et a souvent parlé de ce voyage à sa doctoresse qui me l’a dit… C’était un moment particulier… et il nous est resté.

  12. Moreau Bernadette dit :

    Coucou, je n’ai pas encore lu tes livres. Mais je voudrais avoir des nouvelles de toi.
    Bizz de mykonos.

  13. Pâques dit :

    De beaux souvenirs avec ta maman !
    Ton gâteau et bien tentant 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s