Chassez ce naturel-là… il ne revient même pas au petit trot…

L’autre jour j’ai revu – avec une joie sincère – un cousin perdu de vue alors qu’il était un petit garçon et qui maintenant est un monsieur charmant et toujours plus jeune que moi. Comme quoi le temps ne se rattrape pas.

Nous avons parlé de sa mère que j’aimais beaucoup, et d’une photo d’elle en particulier que son père avait prise et qui contenait tout ce qui faisait qu’elle était elle et pas une autre : les beaux cheveux soigneusement mis en plis, les sourcils brefs et nets, les paupières un peu celtes qu’elle tenait de sa mère, cet air secret, avec le sourire intime d’une femme qui sait qu’un  homme qui la trouve belle la photographie, complice de la lumière qui la rend encore plus belle.

Alors que je lui détaillais justement ce sourire qui n’était que le sien, inimitable, il m’avoua qu’il retrouvait sur ma bouche un petit quelque chose de ce léger mystère. Car oui, j’ai beau avoir principalement le sourire de ma mère, j’ai aussi, héritage génétique venu d’on ne sait qui de la famille maternelle de mon  père, de petits muscles particuliers au coin de la lèvre supérieure qui font qu’elle prend exactement ce même pli, un peu contenu, un peu sinueux de ma tante. Et j’ai remarqué ce trait il n’y a que quelques années, avec sans doute ce qu’on appelle le « vieillissement » qui est en réalité l’apparition des empreintes familiales. L’âge apporte ceci : les racines de l’arbre généalogique affleurent. Et c’est une merveille que de lire, sur les photos de membres de la famille, les phrases qui commencent à apparaître sur les nôtres.

Et si j’avais fait de la chirurgie esthétique, jamais ces mots du passé ne seraient lisibles. Parce qu’il s’agit d’un cadeau qui ne pouvait se manifester qu’après que la jeunesse ait enlevé ses rondeurs, calmé une expression moins sereine…

On prend du volume ou devient osseux comme certain membre de la famille dont on a aussi reçu en partage la voix, la tendance à l’eczéma ou la santé de centenaire. On reproduit les mêmes gestes, les joues se creusent de la même façon, on développe le même goût tardif pour la poésie ou le sherry. De vieux clichés sépia pourraient être des montages photo-shop tant on dirait que la vieille matriarche en robe noire et empesée ou le nonagénaire vigoureux s’appuyant sur sa canne… c’est nous. Les calvities révèlent les mêmes crânes et larges fronts sillonnés par la vie. Le sceau de la famille est de plus en plus évident.

Et on commence à entrevoir un peu d’éternité et continuité.

Publicités

30 réflexions sur “Chassez ce naturel-là… il ne revient même pas au petit trot…

  1. Bonjour, Edmée,
    Une page qui m’interpelle car depuis ma toute jeunesse, je dénie les liens familiaux et accepte sans commentaires (exprimés) ceux que l’on me découvre…Mais je pense je trouve des arguments très pertinents dans ce que tu écris – arguments qui vont me donner à réfléchir, ce dont je te remercie.
    Bonne journée à toi.

    • Edmée dit :

      Oh tu sais… j’étais autrefois furieuse quand on me disait que je ressemblais à ma mère. 🙂 Puis avec le temps, j’adore trouver les traces d’un peu tout le monde. Ca donne une réalité charnelle dont les empreintes ont l’air d’être « choisies » (par qui?) au hasard mais nous relient sans erreur aux sources de nos familles…
      Merci d’avoir apprécié! Bon week-end

  2. Paolo dit :

    Encore une merveilleuse petite perle, d’écriture certes, mais c’est aussi une plongée dans le passé, toute empreinte de nostalgie. Et je dois avouer que j’adore cela et que tu es une des rares à savoir si bien le faire.

  3. Bonjour Edmée;
    Cela m’ennuie de dire c’est bien dit. C’est toujours bien dit. J’ai l’impression que tu risques d’avoir l’impression que je touille dans la confiture. Soyons simple. C’est bon.

  4. Anne Renault dit :

    Quant à moi, plus que des traits physiques, ce sont des façons de parler, et même quelquefois de penser de mes parents et de ma grand-mère, – dont je me suis défendue pendant longtemps – que je laisse venir à moi en vieillissant. C’est pour moi une forme de fidélité au passé, le signe que l’accepte enfin…

  5. JMB dit :

    Souvent quand je me rase le matin j’ai l’impression de voir mon père le faire…Et ça me donne un sentiment étrange.
    bizzz
    JMB

  6. Herr professor Kallenbach de l’université de Heidelberg prétend qu’on appelle ça du mimétisme. La perplexité nait lorsque les parents meurent jeunes, non ?

  7. Damien dit :

    Plus que les manifestations physiques, « l’expression » de quelqu’un semble traverser les rivières du temps qui passe. Cette expression surgit là où on ne l’attend pas, au détour d’une conversation ou d’un silence.

  8. SL dit :

    Merci pour ce joli texte d’une grande tendresse sur le temps qui passe, sur la beauté mouvante des êtres, sur leur caractère unique malgré la longue chaîne des générations. La nature nous transmet génétiquement le gros nez du grand-père ou la fossette de tante Gertrude mais aussi, et c’est troublant, le mauvais caractère du cousin Robert ou l’amour des pétunias d’une aïeule inconnue. Mieux encore, il semblerait que les mauvais souvenirs de certains ancêtres, ou les mauvaises actions, ou les problèmes personnels, s’ils n’ont pas été réglés de leur vivant, se répercutent sur la ligne des descendants jusqu’à ce que quelqu’un les résolve… La nature est décidément passionnante. Quand on pense que certains aimeraient uniformiser tout cela et faire entrer toute cette multiplicité dans des systèmes impersonnels et formatés (chirurgie esthétique, codes de conduite, etc.)!

  9. celestine dit :

    J’aime beaucoup l’idée de l’empreinte familiale…c’est très joliment dit pour parer des rides et des signes du vieillissement. En tous cas, ça a beaucoup plus de chien!

  10. celestine dit :

    pour parler, bien sûr!

  11. Les marques du temps ne sont que des empreintes du temps, de la famille, des joies et des peines passées. Elles devraient être chères à nos coeurs!

  12. mimidusud dit :

    Kikou Edmée,

    C’est un bien bel écrit,j’aime tes deux dernières phrases
    « Le sceau de la famille est de plus en plus évident »,
    « Et on commence à entrevoir un peu d’éternité et continuité »….
    Personne m’a dit que je ressemblais à ma maman,on disait
    que je ressemblais à ma trisaïeule et en plus je porte en
    deuxième prénom ,son prénom Corentine 🙂
    je te souhaite ma belle une bonne et agréable fin de journée,
    le temps est bien moche aujourd’hui sur Toulon … Bisous.

  13. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    Et oui, me revoilà ! j’ai trouvé ton blog en allant chez Carine Laure !
    Joli texte, bien pensé et bien écrit. J’ai feuilleté aussi tes satyres ! ah ces Ritals !!!
    De bons bisous chère Edmée et aussi une semaine agréable !
    Florence

  14. Edmée dit :

    Good evening my dear Pierrot!

  15. Philippe D dit :

    Chez nous, on parle des marques de fabrique. On peut les remarquer sur les photos des personnes qu’on n’a pas connues.
    C’est marrant parfois!
    Bonne fin de soirée.

  16. Très beau texte! De mon côté, pour l’instant, je trouve que je ressemble plus à mon frère qu’à mes parents. Mais çà varie parfois en fonction de l’âge. Bonne soirée Edmée.

  17. Edmée dit :

    Enjoy the afternoon! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s