Rien que le mal fait et les bêtises inutiles

C’est tout ce que je « regrette ». Je ne regrette pas les beaux jours enfuis, les lieux superbes qui m’ont donné l’hospitalité ou prêté leurs paysages le temps de vacances… Je ne regrette pas les amis ou grandes rencontres faites qui ont glissé dans les choses disparues de mon quotidien. Je ne regrette pas – bon… c’est un peu plus difficile, j’avoue – la jeunesse que je ne trouve plus que sur les photos.

 

Ca, c’est pas tout à fait vrai de vrai. Je me passerais volontiers des empreintes zoologiques qui me signent : pattes d’oie, cou de dindon, bajoues de bulldog (non ! je n’ai pas des oreilles d’éléphant, qui a insinué ça ?)… Mais c’est un tout compris, all inclusive tour… Pas de recul sans les pattes d’oie, pas de sagesse sans le cou de dindon, et ainsi de suite.

 

Mes villes de vie préférées furent Bruxelles, Aix en Provence et Turin. Et j’adore Liège où je suis aujourd’hui. Je n’ai pas de nostalgie autre que celle, bien voluptueuse, de me dire : « oooooooh, les agnolotti al ragù chez Mina, quel délice… je ne peux oublier ça, ou tout au moins mon palais ne le peut ! ». Ou bien « je ne savais pas la chance que j’avais quand je me baignais dans le Bayon toute habillée et étais sèche en 10 minutes de marche vers le Tholonet »… Mais ce que j’ai connu dans ces villes est en partie disparu  parce que tout change. En même temps… dans mon souvenir c’est immuable, éternellement mien exactement tel quel. Donc… que regretter ? Tout m’appartient encore.

 

Sauf ce que je ne veux pas conserver. Ce que je ne veux pas, je peux me rassurer : c’est fini, c’est passé, ça n’arrivera plus. Pas de danger. Le passé est dans un autre temps et moi je suis aujourd’hui.

 

Quant aux bêtises, il y a eu toutes celles qui n’étaient que des chemins déguisés en bêtises. Et donc sans les avoir faites je n’aurais pas appris les enseignements qui en ont découlé. Les risques « imbéciles » que j’ai parfois pris en toute innocence m’ont pratiquement fait pousser de petites antennes qui ne me trompent plus que rarement. J’ai, avec les années, appris même à arroser qui faisait le projet de m’arroser.

 

Charles-Paul Landon Les regrets d'Orphée

Charles-Paul Landon
Les regrets d’Orphée

Je ne regrette que les vacheries et bêtises inutiles. Mais ça fait aussi partie du all inclusive tour. Ça reste dans la liste des vilaines choses qui retarderont le port de l’auréole et de la tunique de sainte de quelques … qui sait ce qu’est l’unité de temps dans la salle d’attente du paradis ?

 

Mais je ne veux pas cacher qu’avoir déversé un seau d’eau par la fenêtre sur la tête d’un soupirant inopportun et vraiment trop bêlant me fait encore plaisir. Pourtant, si je l’imagine rentrant chez lui avec les chaussures faisant floutch floutch et ses illusions noyées à jamais, je me dis que j’y ai peut-être été fort.

 

Non, je mens : je suis ravie de l’avoir fait !

Publicités

28 réflexions sur “Rien que le mal fait et les bêtises inutiles

  1. Pâques dit :

     » Faites des bêtises mais faites les avec enthousiasme ! ». Colette
    Le soupirant ressemblait à celui de la peinture ?
    🙂

    • Edmée dit :

      Le soupirant s’appelait Henri et « cherchait une petite femme pour l’attendre à la maison en arrosant ses géraniums ». Mes employeurs qui lui devaient des sous (il avait un restaurant) lui avaient fait croire que j’étais la femme idéale pour lui et m’avaient envoyée « chercher un trousseau de clé qu’il avaient oublié (hum hum) au restaurant ». Ce fut une histoire atroce 😦 car le malheureux croyaient mes employeurs qui lui assuraient que je posais plein de questions sur lui (naturellement… il n’en était rien, le malheureux aurait fait fuir les femmes les moins exigeantes) et il devenait de plus en plus amoureux, à ma grande horreur.

      Il me téléphonait sans cesse, et ce soir là ça faisait trois fois qu’il me disait qu’il « venait me chercher ». Je lui ai promis une affreuse surprise, et j’ai tenu parole!

      Ha ha ha!

  2. fabeli dit :

    J’aime le ton de ton billet et je m’y reconnais!
    « Non, rien de rien, non, je ne regrette rien » comme le chantait la grande Edith!

  3. gazou dit :

    Pauvre soupirant !
    Il a dû avoir bien de la peine à trouver chaussure à son pied !
    D’après ce que tu dis, c’est le genre de personne difficile à supporter

  4. Hi hi moi non plus je ne regrette pas les bêtises faites. Je ne regrette qu’une chose: elles ne sont pas assez nombreuses!

  5. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    Moi non plus je ne regrette rien surtout que je ne pense pas avoir fait du mal sciemment ! Et les situations dans lesquelles je me suis mises et qui m’on fait souffrir moralement par la suite, je ne les regrette pas non plus, car sur le moment c’était rudement bon et si c’était à refaire, je le referais.
    C’est drole ton histoire avec ton soupirant !
    Je suis toujours malade et je ne sais pas si j’écris correctement, aussi tu me pardonneras !!!
    Gros bisous et bonne fin de semaine Edmée
    Florence

    • Edmée dit :

      Tu écris correctement et je suis désolée de te savoir malade, chère Florence…

      Regretter d’ailleurs sert à bien peu. C’est fait de toute façon.

      Bonne fin de semaine à toi aussi…

  6. colo dit :

    Bêtises et risques imbéciles..ah, mais tout ça fait partie d’une vie bien vécue, de celles qui permettent de (se) comprendre et d’être indulgent avec les autres, de pardonner aussi.
    Et…de rire à postériori.
    Beau weekend Edmée.

    • Edmée dit :

      C’est vrai qu’avoir fait son lot de bêtises permet d’être plus tolérante envers les autres… et de relativiser!

      Beau wee-end à toi aussi… si Dieu nous prête soleil à tous…

  7. annerenault dit :

    Eh oui, l’intelligence des êtres et des situations, la force, cela se paie de quelques marques cutanées dont on se passerait bien. Mais alors, jeunes, belles et sages, nous serions PARFAITES, ce qui est tout à fait HORRIBLE !!!Alors, apprécions ce que le temps nous a donné, mais gardons notre esprit d’enfance.

    • Edmée dit :

      Ciel, être parfaite est la dernière chose dont j’aie envie 🙂 Et mes rides ne m’enchantent pas vraiment, pourtant j’y tiens: elles ont eu leurs portes d’entrée et sont des histoires de batailles gagnées.

  8. Mimi du Sud dit :

    Kikou Edmée,

    C’est un trés beau billet,on ne doit rien regretter,même si on
    a fait des bétises,cela fait rappeler de bons souvenirs,et on
    en rigole 🙂 j’aurai bien voulu voir la tête et « les pieds » de
    ce prétendant sous ta fenêtre (*_*)
    comme je te l’ais dis sur un commentaire sur fb,j’ai adoré ton
    recueil de ces 8 histoires,tristesse,joie,humour,bref,j’ai aimé 🙂
    surtout « l’amour d’une mère » , la piste des larmes » et
    « le grand amour de Tatia » surtout avec le passage du voyage en Provence exactement à Aubagne et où elle visita la faiencerie Sicard,
    admirer les assiettes,cruches et aussi les belles cigales en faïence
    peintent à la maison,j’ai pensé de suite à une personne que je connais
    bien 🙂 je te souhaite une bonne fin de journée,et je te dis à bientôt,
    je met mon blog en pause vacances jusqu’au 22 juillet.Gros bisous à
    toi,ma belle.

    • Edmée dit :

      Le pauvre prétendant aux pieds mouillés! Tant pis pour lui, il faut savoir comprendre les signaux, non? 😉

      Oui, j’ai bien pensé à l’atelier Sicard, naturellement… où j’ai travaillé à plusieurs choses comme tu le sais!

      Bonnes vacances chère Mimi!

  9. Myosotis dit :

    Ah quel joli billet ! Comme toujours d’ailleurs mais celui-ci me parle encore plus. A cause du zoo que je connais, à cause des villes que nous avons en commun et qui réveillent ma nostalgie, à cause de ta sagesse qui me devient contagieuse. Aujourd’hui est un présent. Bisous Edmée.

    • Edmée dit :

      Bisous chère Myosotis… Oui nous avons mis nos traces l’une dans l’autre plus d’une fois comme nous l’avons constaté. Que de souvenirs accumulés et à re-savourer jusqu’à plus soif!

  10. JMB dit :

    Quoiqu’il en soit il vaut mieux avoir des remords que des regrets. Alors réjouis toi et tant pis pour l’importun soupirant 😉
    Bizzzzz

  11. jeanne dit :

    je regrette parfois cette impulsivité que j’ai
    mes coups de gueule intempestifs
    ma rancune tenace
    mais c’est moi
    alors je fais avec …
    mais je sais l’amitié et l’amour
    la tendresse qui va avec
    merci pour tes mots qui font souvenir

    • Edmée dit :

      Voilà! Moi aussi parfois je regrette d’avoir été trop abrupte. Mais on est comme on est, et comme tu dis, faire avec!

      Tant qu’on ne tourne pas à mégère légendaire… ça va! 🙂

  12. fabeli dit :

    Edmée, je serai ravie de te voir participer à ma petite collection! Tu nous racontes dans quel état tu te trouves avant d’envoyer un manuscrit? (Si tu es intéressée, contacte-moi par la messagerie du blog, je t’enverrai mon adresse mail)

  13. GROENECKE dit :

    « Les empreintes zoologiques », c’est drôle, mais tu y vas un peu fort ! Pas très approprié en ce qui te concerne. Quant aux hommes qui nous « collent », on est parfois cruelles avec eux, mais c’est sans doute le seul moyen de leur faire comprendre qu’ils perdent leur temps.

    • Edmée dit :

      Si si si Nadine, j’ai tout ça! Des rides, des pattes d’oie (ou de corbeaux comme disent les Anglais…), et tout le reste. Les photos sont indulgentes et mes gènes aussi, qui me gardent une expression plus jeune, mais 65 ans, ça reste 65 ans! Un vieux costume de 65 ans… c’est plein de faux plis 🙂

      Oui, il y a des soupirants qui aiment trop soupirer à mon goût!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s