Éloge du baiser d’amour

«Vous croyez encore que l’on n’embrasse qu’avec les lèvres ; mais les vrais baisers sont des sourires. » Denys Gagnon…

 

C’est ce qui m’a interpellée sur le mur d’une amie Facebook. Merci Sandra, de m’avoir titillée avec cette citation que tu as choisie…  Honnêtement je pense que les baisers – certains, du moins – donnés avec les lèvres sont aussi de  « vrais » baisers. Si on aime. Ceux que l’on pose sur la joue de soie chiffonnée d’une grand-mère ou sur celle, râpeuse et évidée de ses rondeurs, d’un grand père. D’une amie qui sent bon et nous fait rire.

 

D’une personne que l’on aime.

 

Tous ceux que reçoivent des parents que l’on n’a pas vus pour une période de vacances. Ceux, aussi, que l’on échange avec la personne qu’on aime… si on l’aime vraiment.

 

Car si on n’est pas vraiment aimé, l’envie de croire à ses illusions peut faire taire l’inquiétude haletante d’une petite âme bousculée par une soudaine froideur, l’absence de l’étincelle que tout cœur devrait produire quand le désir étire ses membres et se fait enveloppant, exprimant par le toucher ce que les mots ont déjà dit dans leur langage.

 

Et si on n’aime pas, ce qu’on aime dans le baiser est ce qu’on va obtenir : le corps, l’argent, les cartes de visite Monsieur Madame Machin, les enfants avant que l’horloge biologique ait rendu son dernier tic-tac, le trophée d’une épouse qui rend jaloux ou d’un époux que l’on envie. La promotion dont on rêve en prenant les raccourcis. Ce n’est pas un baiser d’amour, mais un baiser d’avoir.

 

Nous connaissons tous de ces couples trop bécoteurs avec l’ostentation d’une comédie bien rôdée au profit de l’entourage. Qui nous abreuvent aussi  d’ allusions, au bord de l’indiscrétion, à la voracité passionnée de l’un ou l’autre que l’autre ou l’un révèle un peu lourdement, soulignant qu’il ou elle n’est pas en reste. Histoire de dire sans le dire « Nous, on s’aime. Et nous, on part au septième ciel en missile, enviez-nous donc… ».

 

En tout cas moi j’en connais, et je sais aussi ce qui se passe en coulisses une fois costume de scène rangé et maquillage enlevé. Les missiles restent au garage, et on range les baisers jusqu’à la prochaine réception. Et comme c’est strictement leur affaire, ça m’est tout à fait égal sauf que je voudrais leur dire qu’une telle emphase dans leur jeu fait souvent trop théâtre de guignol pour qu’on tombe dans le panneau.

La fiancée juive - Rembrand

La fiancée juive – Rembrandt

 

Mais les vrais baisers, oui, ils peuvent n’être que des sourires. Un sourire aimant peut contenir une déclaration d’amour. Mille déclarations d’amour. La lumière de l’enchantement resplendit sur les lèvres qui proclament, sur la brillance du regard qui confirme, sur la soie de la peau qui, jeune ou vieille, se détend et parle de bien-être et de bien-aimer. On peut s’embrasser de loin, ainsi, au déclic d’un coup d’œil. On peut s’embrasser de moins loin, avec la simple distance dont « les autres » ont besoin pour ne pas se retrouver en péché d’indiscrétion malgré eux. Un toucher du plat de la main sur l’épaule ou l’avant-bras, un sourire, un clin d’oeil… c’est un amoureux « qu’on est bien d’être ensemble, mon amour » muet qui sort comme un cri heureux envoyé et reçu aussi furtivement que le saut d’une truite qui crève la surface d’une rivière.

 

Et dans le sommeil qui suit une journée qui a pu avoir des visages et décors multiples, la nuit contiendra un dernier baiser d’amour : le toucher d’un bras alangui qui se dépose autour des flancs, ou d’une main apaisée qui s’en vient dormir contre un sein familier. C’est dans l’obscurité de l’oubli nocturne , dans l’innocente vérité émise par haleines et mouvements inconscients que l’amour nourrit ses énergies, refait peau neuve, pour avoir, au lever du jour, l’étincellance de deux devenus un à jamais. Au matin, le réveil sera nimbé d’une somptueuse pensée, aussi somptueuse qu’un délicat voile de soie posé sur la peau : Nous sommes ensemble

 

Mains fiancée juive

Publicités

44 réflexions sur “Éloge du baiser d’amour

  1. Sandra Dulier dit :

    Texte sublime Edmée en évocation, sensibilité… Si j’avais su qu’un simple partage sur mon mur Fb offrait ce texte à ton âme… C’est vraiment merveilleux.

    • Edmée dit :

      C’est vrai qu’on imagine bien peu ce qui va mettre notre sensibilité en ébullition… merci à toi, Sandra!

      • Nyaël * dit :

        Je plussoie : il est des images, des mots, ou un simple geste qui vous ouvrent un coin du ciel …
        Peut-être est-il bon que ces émotions explosent sans qu’on sache pourquoi : elles nous révèlent, pour un instant, notre moi profond

      • Edmée dit :

        J’en suis convaincue aussi. L’instant où on ouvre la porte à l’abandon de tout ce qu’on pense être et vouloir pour se laisser pénétrer par la brise d’une révélation est une partie de la découverte de notre chemin véritable.

  2. gazou dit :

    Il est des baisers de toutes sortes et les plus fougueux ne sont pas toujours les meilleurs et j’aime l’idée qu’un sourire puisse être un baiser et j’aime la façon dont tu nous parles de ces couples « m’as-tu vu » qui ont besoin de poser pour la galerie..Merci pour ce beau texte

    • Edmée dit :

      Merci à toi, Gazou. Oui, les grandes scènes de baisers goulus et d’oeillades un peu misérables (pour ce qu’elles cachent en réalité) m’ont toujours agacée…

  3. Ah que j’aime ces baisers qui sont des sourires et de belles déclarations. Dans la grande cour des baisers volés, je suis hum hum, je n’ose pas achever. J’aime les baiser, voilà tout, ceux entre deux portes, à la volée, cachés des regards de tous les autres, ces baisers que l’on n’oublie pas. Cela me fait songer que j’ai écrit un texte voici un an ou deux au sujet du baiser, je vais rechercher ça ds mes archives!

  4. Quel plaisir de lire ce texte trop plein de vérités, écrit avec une subtilité que je n’aurais pas su imaginer. Un grand merci pour ce beau moment de lecture
    Denise

  5. Nadine dit :

    Oui, tu as raison, le baiser que l’on donne est le reflet de notre personnalité et de notre humeur. Il trahit nos sentiments, nos émotions. Il est sincère ou intéressé. Des facettes multiples que tu as merveilleusement bien évoquées dans ce billet des plus réussis (une fois de plus !). Un très gros bisou Edmée !

    • Edmée dit :

      Beaucoup de choses sont dites dans un baiser ou dans les gestes que nous faisons – ou ne faisons pas! Bisou à toi aussi, Nadine, et merci de ta visite

  6. Pâques dit :

    Bravo Edmée !
    J’adhère totalement,
    Je reste bouche bée
    Tu as su lire dans mes pensées !!!

  7. Pierre dit :

    Edmée, tu écris fort bien au sujet des ces baisers d’amour qui ne sont pas ceux que l’on pourrait croire, mais pour moi, les vrais baisers d’amour, ceux auxquels ton titre m’a fait penser avant que je lise le texte, sont bien ceux du bouche à bouche.

    Quoi de meilleur, diantre, quoi de plus délicieusement voluptueux que ces caresses labiales, ces unions linguales, ce souffle doux et tiède venu de l’autre aimé(e) ! Plus intime encore qu’une union sexuelle, le vrai baiser ne se partage, pour moi, que dans l’amour. Certains sourires aussi… mais ils ne sont pas des baisers 🙂

    Merci d’avoir aussi joliment évoqué ce sujet

    • Edmée dit :

      Je ne te donne certes pas tort, tout au moins sur les délices de ce baiser labial… Mais mon propos était de ne pas dénier les autres, qui sont un discret rappel de tous ces liens sensuels et amoureux quand on ne peut les étaler. Et aussi ceux qui prouvent que l’amour est bien là: la façon dont on se cherche dans le sommeil est aussi très révélatrice…

  8. Célestine dit :

    Tu sais quoi? je t’embrasse! Tu m’as ravi le coeur et l’âme avec ce texte sublime.Surtout ton dernier paragraphe.
    Ta plume est très en beauté littéraire, Edmée. :-)))

  9. Arnold Couchard dit :

    Smak…

  10. Très juste analyse. Et puis il y a aussi des familles où on ne s’embrasse pas par coutume, mais où l’affection et l’amour sont bien présents. Bon week-end Edmée.

  11. colo dit :

    Le baiser dans tous ses états…pourrait bien être un titre pour ton texte, si beau, non?
    Des sourires comme des caresses, des baisers comme des morsures ou des chocs frileux. De tout, il y a vraiment tout.
    Mais les baisers d’amour….

  12. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    Si ton titre est l’éloge du baiser d’amour, il me semble, si j’ai bien tout compris, que tu parles d’autre baisers : « Ceux que l’on pose sur la joue de soie chiffonnée d’une grand-mère ou sur celle, râpeuse et évidée de ses rondeurs, d’un grand père. D’une amie qui sent bon et nous fait rire. » Bien !
    Tu ne dis rien au sujet de nos baisers blogosphériques ? Et pourtant, nous en donnons et nous en recevons un paquet de ces « bises,bizz, bisous plus ou moins gros, etc… Sont-ils sincères ou pas ces baisers là ? Sont-ils donnés de bon coeur ou du bout des lèvres ?
    Il ne faut pas les oublier ! Certains n’ont qu’eux !!!
    Gros bisous virtuels chère Edmée et bonne fin de journée !
    Florence

    • Edmée dit :

      Je parle de tous les baisers en effet au départ, car il est vrai que l’on éprouve normalement de l’amour pour ses parents, grands-parents, amis etc..

      J’enchaine ensuite sur le baiser amoureux et ses différentes expressions et possibilités.

      Les bisous virtuels, blogosphériques etc… je ne sais trop comment les décrire. Ils peuvent naître d’une réelle sympathie/affection, d’un élan d’amitié sincère ou n’être qu’une joyeuse tirade qui ne signifie pas grand chose je suppose. Mais là aussi, chaque « réceptacle » de ces bisous/bizzzzz/bise est à même, sans doute, de déceler leur « réalité »…

      On se rend vite compte, je pense, quand une amitié virtuelle a les vertus d’une amitié tout court ou pas…

      Bon week-end chère Florence, et… bisous!

  13. Armelle dit :

    Un texte enchanteur qui dit si juste les choses simples que l’on se plait trop souvent à travestir. Regardez comme aujourd’hui tout le monde s’embrasse sans raison. C’est bien l’image d’une époque qui a perdu ses vraies valeurs et se contente du superflu : en quelque sorte le baiser postiche.

    • Edmée dit :

      Merci Armelle… Je pense aussi que le monde actuel est trop basé sur les apparences… ou peut-être l’a-t-il toujours été. L’amour n’est pas affaire de tous, finalement, puisqu’il faut oser s’abandonner, lâcher prise, et accepter qu’il n’y a aucune garantie. L’imitation de l’amour offre plus d’assurances 🙂

  14. amandine dit :

    Pour ma part, étant de nature à ne pas trop me « montrer » en public, je ne puis qu’aimer ce texte de raison

  15. Bien vu… Et comme toujours, somptueusement écrit !

    • Edmée dit :

      Merci Christian… Je crois, honnêtement, qu’il est facile de bien écrire (si on sait écrire… 🙂 ) lorsqu’on parle de ce qu’on ressent vraiment… La vérité n’est pas toujours bonne à dire mais parfois elle est belle quand même!

  16. Adèle Girard dit :

    Trop beau!

  17. Alain dit :

    Pas besoin de rajouter un compliment de plus concernant l’écriture de cette belle page. Beaucoup de vérités au milieu de la douceur de ce que doit être un vrai baiser. Pour ma part, le sourire est la première marque d’intérêt portée à un semblable. Un baiser qui vient de l’âme, en quelque sorte. Je n’ai jamais su faire semblant. Encore moins me montrer autre, que celui que je suis. Un baiser partagé par deux êtres amoureux l’un de l’autre est une récompense de la vie. Quant « aux baisers pour faire croire que … » Non merci. La vérité en tout. Merci Edmée, ce texte est vraiment magnifique.

  18. Nyaël * dit :

    Je crois que nous sommes un certain nombre à apprécier une retenue dans ce qui est, au fond, une relation très privée

    Je me désole de voir qu’une génération montante cache aussi peu ses sentiments : à moins que justement, ces démonstrations tiennent de la provocation ou d’un certain théâtre, pour ne pas dire comédie
    Mais cet affichage, sans doute inconscient, devient embarrassant et parfois même indécent .
    La levée de l’interdit fait qu’on ne connait plus les limites à ne pas dépasser en public
    Parfois même, sans être rigoriste, on reste interdit de certaines audaces

    Savent-ils, ces enfants, que l’amour vrai n’a pas besoin de s’afficher , qu’il ne réclame aucun spectateur ?
    Ces baisers-là, que sont-ils ? Une parade ? Une assurance, pour donner de la réalité à un amour au rabais ? La preuve qu’on est aimé ?

    J’ai peur qu’on enlève à l’Amour ce qu’il a de magique, au profit d’une utilisation kleenex :  » tu me plais, je veux que tout le monde le sache, et je t’embrasse sans pudeur. Puis je te rejette pour quelqu’un d’autre « …
    Navrant !
    Avez-vous remarqué ?
    Même les politiques distribuent des bisous à tout vent ….
    Quels baisers-mensonges !

    On termine de plus en plus un message par  » bisou  » . Parfois on le double « bisous, bisous »
    Pourquoi ?
    La mode sans doute …
    Pourquoi commençons-nous, nous les adultes, à nous sentir presque coupables, si nous n’employons pas pour nos enfants et petits-enfants ces  » bisous, bisous  » qui ne veulent rien dire ?

    • Edmée dit :

      Je crois qu’on l’apprécie, cette discrétion, car il est bon de partager un secret avec l’être aimé. On a découvert en quoi il est spécial et unique et aussi qu’à deux, nous sommes la source d’une constante merveille que nous seuls pouvons savourer. Pourquoi perdre de sa délicieuse force en l’exhibant, en le disant à tous ou à toutes. L’abondance de mots et de gestes destinés aux « spectateurs » est indécente et tue la vérité en agitant les mensonges.

      Heureusement… il reste et restera toujours ceux qui veillent sur la lumière de cette vérité. Elle est rare mais forte, et irradie ceux qui, la trouvant, ne la galvaudent pas…

      Enfin… je l’espère! Merci Nyaël *

  19. Mimi du Sud dit :

    Kikou Edmée,
    Un superbe écrit pour ces baisers 🙂 des baisers discrets,ou un
    baiser sourire,j’aime beaucoup 🙂 je n’aime pas les baisers
    fougueux en public,Je suis très réservé 🙂 le baiser, c’est aussi
    avec le regard 🙂
    je te souhaite une bonne et agréable soirée,gros bisous 🙂 ma
    belle.

  20. Philippe D dit :

    Il y a aussi le baiser de Judas.
    Un baiser peut tromper, un sourire beaucoup moins, je crois. Je pense qu’on voit tout de suite si un sourire est sincère ou pas, s’il joue la comédie…
    Alors baiser ou sourire? Je préfère le sourire…
    Bonne semaine.

  21. amandine dit :

    bon mardi déjà bien entamé lol et bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s