Qui donc a bien pu épouser la grand’ grand-tante Amandine, dite « Didine » ?

Tout comme le marabout africain peut décliner, sans perdre une étape et sans un battement de cils inutile, toute la vie et la mémoire d’un village dont il est ainsi les archives, l’histoire et l’analyste du présent, on avait autrefois une conscience très claire de l’entrelacs pourtant compliqué des liens familiaux. Depuis tout petit on apprenait les noms des familles associés à la nôtre, et c’était comme une table de multiplications retenue sans jamais l’avoir vraiment cherché. Petite je savais clairement les noms de jeune fille de mes arrière-grands-mères, et parfois de qui elles étaient aussi la sœur…

 

14 janvier 1900. Ma grand-mère a 7 ans, et vient d’envoyer sa première lettre de vœux à son grand-père Bon Papa Leclerc (une famille ayant quitté la France lors de la révolution pour s’établir à Bastogne. Le premier Leclerc belge qui deviendra médecin est dit avoir fait la route Bastogne-Bruxelles à pied pour aller étudier… ah, c’est bon d’avoir aussi des légendes familiales !) qui lui répond avec une tendresse charmante : J’ai été très heureux, Suzanne adorée, de recevoir tes beaux souhaits de Nouvel An. Comme c’était la première lettre que tu écrivais à la plume je l’ai mise dans un bel album. (…) Je t’envoie un porte-monnaie en écaille que tes cousins de Paris, enfants de ta grand’ grand’ tante Peyronnet, sœur de ta grand’ grand-mère, nous rapportèrent d’Ostende en l’an 1871. Il contient la première dent de ta mère chérie et le chansonnier minuscule de la sœur du grand-père de ton bon-papa, et dont nous avons le portrait, que tu croyais, étant petite, celui de ta maman… (…).

Lettre du GP Leclerck

On remarque que le langage est normal et non pas infantilisant et que c’est tout naturellement qu’on relie cette petite fille de 7 ans à de lointaines générations qu’on lui rend ainsi familières. Elle reçoit un cadeau qui lui-même a son histoire, ainsi que la première dent de sa propre mère. Je sais avoir retrouvé de petites pochettes de cuir avec des dents ou cheveux, j’avoue ne pas être folle de ces souvenirs – d’autant que je ne sais pas dans quelle bouche a poussé cette quenotte ou sur quelle tête fut recueillie cette mèche blonde -, mais autrefois c’était l’usage et rappelait aux enfants que leurs parents l’avaient été aussi. J’ai moi-même reçu le plumier de bois de mon grand-père ainsi que sa boîte à dessin – que j’ai toujours dans le cas de cette dernière, car le plumier a connu une fin un peu tristounette. On gardait portraits, photos. Chaque photo officielle était tirée à de nombreux exemplaires parce que toutes les branches de la famille en recevaient une.

 

Aujourd’hui on a généanet et autres sites qui ramifient comme ils le peuvent cette grande forêt humaine. J’aime beaucoup, mais ma mère en savait plus sur sa famille que généanet n’a d’information sur cette même famille, pour certaines branches en tout cas. D’autant que ces sites reflètent parfois les cassures qui ont divisé les fratries : sur certains ma mère n’a jamais existé, et donc je ne suis pas ici à vous écrire. Tandis que ma mère, elle, elle savait très bien où ramasser les branches tombées de l’arbre et leurs fruits véreux…

Publicités

30 réflexions sur “Qui donc a bien pu épouser la grand’ grand-tante Amandine, dite « Didine » ?

  1. colo dit :

    Comme ton texte me parle! Chez moi aussi, tant ma grand-mère que sa soeur nous parlaient de nos ancêtres; pas seulement leurs noms mais aussi des détails, de petites anecdotes sur l’un et l’autre qui faisaient que nous nous en souvenions parfaitement: la grande tante Sidonie qui avait toujours eu une énorme poitrine pleine de taches…les morts et remariages, les arrières cousins fâchés avec untel…enfin, comme tu dis, on connaissait une partie de leur vie.
    Tout cela, ces trésors, nulle généalogie ne s’en approche…

    • Edmée dit :

      Non, ça ne s’en approche pas, c’est une liste de noms. Comme tu dis, nous connaissions des anecdotes qui rendaient tous ces gens très vivants, ils ne nous semblaient pas lointains ou étrangers. Et on était contents de savoir que l »on avait de lointains cousins qui avaient fait souche en Australie ou Pérou… ça nous apportait le monde entier!

  2. Cela me remet en mémoire les heures que je passais chez Laure Deulin, une cousine de ma grand-mère. Elle avait toujours des anecdotes au sujet des membres de la famille. Je regrette de ne pas lui avoir posé plus de questions!

    • Edmée dit :

      J’ai tout transcrit! Tout ce que je sais, je l’ai maintenant mis par écrit, rassemblé photos, souvenirs, généalogie. Tout le temps que mon père a passé à me raconter … je ne peux pas laisser partir ça dans le néant… Et je regrette aussi de ne pas avoir demandé plus… 🙂

      • Tu as bien raison! J’aimerais tellement connaître plus de renseignements au sujet ma grand-tante Léontine Desguin quin était chapelière à Bruxelles et qui menait une vie…Heuuu

  3. Edmée dit :

    Bien entendu on leur souhaite à tous et toutes d’avoir eu bien du plaisir pendant leur permanence sur terre… et on aimerait parfois en savoir plus 😉

  4. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    C’est bien d’avoir tous ces souvenirs de bouches à oreilles (le pluriel est exprès !) Moi j’en ai beaucoup de la famille maternelle de ma mère. Grâce à ma petite mémé, mon arrière-grand-mère ! Ainsi je peux remonter jusqu’à ses grands-parents à elle et à ceux de son mari. Plus pas mal de frères et sœur, d’oncles et tantes, et de cousins cousines ! J’ai même quelques photos de certains ! C’est passionnant ! Mais lorsqu’on compulse les actes officiels, on apprend aussi bien des choses : Un tel était le témoin d’une telle à son mariage. Un autre a déclaré la naissance d’un enfant, le décès d’un autre. On connait leurs adresses successives, leurs métiers, s’ils savaient ou non écrire etc… Si les actes de gens qu’on ne connait pas peuvent nous apporter plein de renseignements sur leur vie et celles de leur entourage.
    Et savoir qui avait épousé la grand-grand-tante amandine !!! (°v°) !!!
    Gros bisous Edmée et bonne fin de semaine !
    Florence

    • Edmée dit :

      Oui, les documents apportent des aspects que le « bouches à oreilles » ne peut donner, tu as raison. Mais je déplore qu’à présent le bouches à oreilles ait pratiquement disparu en dehors des parents immédiats. Et les contacts tombent trop vite à néant. On « se perd de vue » et on n’écrit pas. J’ai souvent été absente de mon pays mais j’écrivais de longues lettres chaque semaine à ma mère, mon père, mes amies…Et les années passaient sans nous éloigner et surtout… on continuait de tout savoir les uns sur les autres!

      Bonne fin de semaine à toi aussi, Florence! Bisous…

  5. Célestine dit :

    Ce que je relève, dans ton billet, tu t’en doutes, c’est ta remarque sur le ton du grand père quand il s’adresse à sa petite fille. De nos jours, une fillette de sept ans serait bien incapable de déchiffrer une telle lettre, avec ses tournures syntaxiques complexes. Je me désolai tantôt de constater que dans les livres de grammaire neufs que j’ai donnés à mes élèves cette année, la proposition relative commençant par « dont » a disparu de la circulation au programme du CM2. Sans doute considérée comme « trop difficile » pour des gamins de onze ans…Je comprends pourquoi une mère d’élève est venue me dire: « ce n’est pas le problème que je vous parle! »
    Pardon de m’être éloignée de ton billet, mais c’était trop tentant…

    • Edmée dit :

      IL est bien naturel que ta profession t’ait rendu encore plus évidente cette façon adulte de s’adresser à un enfant. Je déplore aussi ce recul constant qui est fait en sous-estimant les capacités des enfants.

      « Dont », ils peuvent en effet ne pas saisir grammaticalement ce que c’est au départ – j’étais infâme en grammaire, ne comprenais rien aux règles que je n’ai comprises qu’une fois l’âge adulte largement atteint! 🙂 – mais ils comprendront instinctivement son rôle, sa place dans une phrase.

      Mais comme tu dis… pour certains parents si c’est pas le problème qu’ils parlent, et qu’on ne sait pas de quelle région qu’ils viennent non plus… (Soupir….)

  6. Bonjour et merci de ton passage sur mon blog !
    Je me rappelle en effet de nos contacts il y a quelques années et c’est un plaisir de savoir que tu es finalement revenue au pays (je ne me trompe pas ?)
    Ton article m’a permis de découvrir généanet et de redécouvrir certains membres de ma famille … merci pour cette découverte et le partage de tes réflexions à ce sujet.

    • Edmée dit :

      Mais c’est magnifique que mon article t’ait ouvert cette mine de renseignements qu’est généanet! Je suis très contente pour toi…

      Oui je suis revenue au bercail en avril 2011!

  7. Je me suis déjà également inscrit sur Geneanet et ai trouvé certaines infos. Ton billet m’incite à y retourner. Pour tes souvenirs, tu sais qu’il existe une Association Belge pour le Patrimoine Autobiographique (je crois que le siège est à Uccle) qui récolte les souvenirs comme ceux dont tu parles, et on peut (ou non) autoriser les chercheurs à les consulter? Bon week-end Edmée.

  8. amandine dit :

    ah ah Amandine lol
    texte sublime

  9. Pâques dit :

    J’adorais écouter mes parents raconter les vieux souvenirs de famille !
    Du côté de la famille Mayor ( je rêvais de belles dames dansant le flamenco) Olé !!!
    Pour les Pâques … je sentais des mystères et cela ouvrait la porte de mon imaginaire …

    • Edmée dit :

      Le mystère est toujours tentant! C’est presque ce qui rend les familles normales, et différentes des autres car un mystère n’est pas l’autre…

  10. Alain dit :

    Bonjour Edmée. C’est une vraie richesse d’avoir de beaux souvenirs familiaux. Je pense qu’ils facilitent grandement à la construction de sa propre vie. Pour ma part, pas besoins de généanet. Le tour est vite fait. Ma grande chance est de garder en mémoire « mon héros », grand-père maternel invalide de guerre qui était d’une profonde humanité. Un exemple qui ne m’a jamais quitté.

    • Edmée dit :

      C’est vrai qu’un seul exemple peut déjà être beaucoup. C’est une sorte de guide, de repère, de cap à ne pas perdre. A mon niveau je n’ai plus trop de famille non plus, entre les gens perdus de vue, ceux qui se sont éteints et ceux qui ont coupé les ponts… Mais j’ai encore tous les indices de ceux dont on m’a parlé!

  11. amandine dit :

    contente de te dire bonjour!

  12. Michel dit :

    C’est joli ces souvenirs !

    Geneanet est utile mais… c’est curieux de voir épinglés par des inconnus des détails arrivés là on ne sait pourquoi… A mon avis on ne devrait s’en servir que comme une « fiche plate » et garder les souvenirs personnels sur des albums ou sites privés… Rien de plus savoureux qu’un site familial fait par un ou plusieurs membres d’une famille !

    Bonjour Edmée !!!!
    Bonne journée et très grandes bises !

  13. Je passe te faire un petit coucou et te souhaiter une bonne fin de semaine. Sauf imprévu du côté de mes travaux, çà pourrait aller pour le samedi 22 février. Je te tiens au courant si changement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s