Des amours impossibles qui durent toute la vie

Il est intéressant de constater que dans bien des cas les « grandes amours » qui ont duré toute une vie avaient tous les ingrédients pour se casser le nez. Si ces couples avaient fréquenté des psys, ces derniers leur auraient conseillé la séparation, le sauve-qui-peut, plus d’activités indépendamment l’un de l’autre, moins de « fusionnel », une retraite sur une île au milieu d’un loch oublié etc… et les malheureux, s’ils avaient eu la folie d’écouter, auraient assassiné leur bonheur et leur amour.

 

Qui aurait dit à Juliette Drouet qu’elle faisait bien en acceptant d’être la seconde ? Mais celle qu’il aime ! aurait-elle protesté. Oui, tu parles, il t’aime tellement qu’il t’a même été infidèle à toi aussi… cherche-toi un homme pour toi, ne te laisse pas enchaîner par des lettres quotidiennes à un homme qui ne sera jamais le tien, ne laisse pas la souffrance de l’absence de chaque jour passé loin de lui grignoter ton cœur. Où donc est ton amour-propre, Juliette ? Mais Juliette savait, elle. Et il savait, lui. Il est arrivé à lui faire autant de place qu’il le pouvait, en homme de devoir envers son amour, et ce qui les a tenus ensemble est justement ce fusionnel contre lequel aujourd’hui on met tant en garde. Ils s’aimaient chairs et esprits, tendrement et voluptueusement, amicalement et amoureusement, et ne se sont pas vus vieillir parce que l’amour leur a gardé l’esprit frais, aimant, ardent et productif. Ils ont tout partagé, en amis et compagnons de vie, et surtout n’ont jamais été avares de se dire et redire leur bonheur à s’aimer l’un l’autre.

 

Chagall et Bella… L’amour qu’il éprouve pour Bella lui donne des ailes, le transporte, et il se représente flottant dans l’air des êtres amoureux, survolant un monde dont il est part de par son essence mais se départ aussi parce qu’il aime, il aime, il aime follement et exclusivement sa Bella. Attention, lui aurait dit le psy briseur d’élans, c’est un feu de paille, l’amour dure trois ans, l’amour est aveugle. Lorsque la lumière reviendra, les lacunes de l’autre vous crèveront le regard. Rien ne dure, il faut vous préparer à la ré-a-li-té. Et lui, Chagall, s’élevant du divan, un bouquet de fleurs à la main, suivant le parfum de Bella qui chante en bas dans la cour, aurait répondu, surpris… mais la réalité… c’est que je plane ! Et il plana avec Bella jusqu’à sa mort.

Marc Chagall, L'anniversaire, 1923

Marc Chagall, L’anniversaire, 1923

 

Et je suppose que la meilleure amie d’Ellen von Halwyl la mettrait aujourd’hui en garde de ce grand malheur qu’est tomber amoureuse d’un homme de 20 ans de moins qu’elle, alors qu’elle a un mari, une position impressionnante dans la société, et…  un enfant. Un confortable package que, pour l’amour du précepteur de cet enfant (qui lui sera retiré dans l’aventure), elle mettra en jeu, sans craindre qu’un jour il ne la quitte, ne la trouve vieille et moche, ne la trompe pour de la chair plus fraiche. Elle n’a pas non plus hésité à perdre son statut social et financier. Elle ne craint rien, ne mesure rien, et s’en va à la suite de son amour fou. Fou. Oui, on peut le dire. Et pourtant… Ellen et Johnny Roosval resteront ensemble jusqu’à sa mort. Ils se sont toujours aimés.

 

Les recettes, on le sait, sont faites pour ceux et celles qui n’ont pas d’instinct et ont besoin de doses, de poids exacts, de nombre de pincées, alors que la bonne cuisine se fait lalalàààà, avec la confiance du flair. Il y a des recettes pour l’amour, et il y a ceux qui le vivent lalalàààààà, d’une traite.

Publicités

47 réflexions sur “Des amours impossibles qui durent toute la vie

  1. Lefort françoise dit :

    Merci Edmée pour cet éloge aux amours fous…sans recettes…sans calculs….

  2. Oh, Edmée, une fois n’est pas coutume, tu as de nouveau trouver les mots justes pour un sujet immortel : vive ces amours folles et passionnées, que nenni l’obsession de la fusion néfaste, continuons à nous laisser embarquer par nos tripes dans le partage d’émotions fortes …

  3. Aïe aïe, faute d’accord par distraction dans mon commentaire précédent :  » … tu as de nouveau trouvé les mots justes … « 

  4. Nadine dit :

    Ah, les mystères de l’amour…

  5. « Celui qui n’a jamais aimé n’a jamais vécu… »

  6. amandine dit :

    un texte pur et criant de vérité

  7. Pierre dit :

    Il n’y a certainement pas de recette universelle, c’est tout à fait vrai. Chacun ses goûts et peu importe qu’on préfère la cuisine « fusionnelle » ou pas.

    Le seul problème du fusionnel c’est que c’est un plat délicieux qui ne se déguste qu’à deux. Et si l’un des deux n’en veut plus… il transforme le plat de l’autre en une mixture insipide, voire amère :/

    • Edmée dit :

      Oui… je ne suis ni pour ni contre. Je pense, comme je l’ai dit… qu’il n’y a pas de recette. Ni pour le succès ni pour le désastre. Ce qui fait un plat succulent chez les uns fait de la bouillie amère chez les autres…

  8. On sait oui, et c’est parfait si on a l’esprit de sacrifice et qu’on peut vivre dans l’ombre!

  9. L’épouse et la maîtresse de Mitterrand : ombre et lumière et inversement … Lumière des médias, lumière du privé … En tout cas deux femmes aimées …

  10. Pâques dit :

    C’est très juste ce que tu écris, ce qui fait un plat succulent pour les uns fait de la bouillie amère pour les autres, à chacun de trouver son plat favori !!!

  11. gazou dit :

    J’aime bien ton article….Merci pour la réflexion qu’il nous permet

    • Edmée dit :

      Merci… Il est vrai qu’on nous bassine tellement avec la définition stricte de l’amour, et au fond à chacun son amour, son élan, son besoin.L’important me semble la capacité de reconnaître qu’on s’est trompé, qu’on fait fausse route car être malheureux soi-même coupe également l’accès au bonheur de l’autre, quelles que soient les apparences…

  12. Angedra dit :

    Mais oui, laissons-nous choisir notre façon d’aimer sans nous parler de raisons, de technique, de finances, de durée, d’âge.
    Moi lorsque je suis en amour, je veux de la fusion, de la passion, de la folie, de la douceur, de l’attention…… oui, j’en demande beaucoup sans doute, mais comme c’est merveilleux !
    Alors, ceux qui crient « casse-cou », ceux qui prédisent que cela ne peut durer, ceux qui ne peuvent imaginer un tel amour, je ne les écoute pas. Je n’écoute que la musique de son coeur qui entraîne le mien et je trouve la mélodie si belle.

    • Edmée dit :

      Tout à fait. Casse-cou eux-mêmes. La confiance, de toute façon;, demande que l’on prenne des risques… sans les prendre, pas de liberté – ni la sienne ni celle de l’autre que l’on ne veut pas emprisonner mais garder près de soi de son plein gré.

      Belle mélodie en effet, et que serà serà… on ne se reprochera pas, au moins, d’avoir eu peur!

  13. Alain dit :

    L’Amour c’est une étincelle dans notre parcelle de vie. Il faut l’entretenir, l’accepter et le vivre avec le respect des différences de l’Autre. Ne jamais avoir peur. J’ai un bel exemple si tu permets. À la salle de gym je vois très régulièrement un couple de 84 et 86 ans. Ils ont en programme spécifique pour leurs âges et adapté à leurs possibilités, aussi. Quand ils partent il se tiennent par la main. Ils sont magnifiques. Et la dame d’avouer : « il a vraiment fallu que je l’aime depuis 60 ans que nous sommes mariés car il a toujours été amoureux de Sophia Loren. » Et lui tranquillement réplique : « et toi de Gregory Peck, on est quittes » et tout ça se termine toujours par un bisou.

    • Edmée dit :

      Jolie histoire… la preuve que ça ne dure pas que trois ans 🙂 Mais finalement, c’est à la fois fragile et fort. Si on cherche « quelque chose de précis » effectivement il ne faut pas trois ans pour comprendre qu’on ne l’a pas. Mais si on rencontre l’autre, et le rencontre sans cesse en, comme tu dis, respectant aussi ce qu’il est en trop et n’est pas du tout…. on a de bonnes chances.

  14. Philippe D dit :

    Tout change, Edmée, même l’amour et les amours d’antan ne sont pas ceux d’aujourd’hui.
    Passe un bon dimanche ensoleillé.

    • Edmée dit :

      Je comprends, je crois, ce que tu veux dire mais je ne sais pas si tu as tellement raison… Qui sait? Il y a l’amour si agréable qu’on ne veut et ne peut en changer. Et il y a les compagnonnages de passage ou de raison qui, oui, prennent fin plus vite de nos jours…

  15. Damien dit :

    J’insiste: « une retraite dans une île perdue dans un loch » pourrait constituer une excellente manière de se confronter/câliner avec l’être aimé :)…Il n’y a pas de recette dans l’amour, rien que des recherches.

    • Edmée dit :

      J’avoue que j’ai pensé à toi lors de cette vision 🙂 (Pas amoureusement, rassure-toi…) Tu as raison, rien que des recherches!

  16. Célestine dit :

    Ooooh! que j’aime ce billet! si résolument optimiste…oui,il y a de l’amour dans l’air, et le thème éternel nous a inspirées toutes les deux. par une étrange coincidence… 😉
    Lâchez-nous les baskets, les psys. Et garez-vous, l’ Amour arrive! Et les plus impossibles sont sans doute les plus beaux.
    Gros baisers chère Edmée 🙂

  17. Florence dit :

    Que ne ferait-on pas pour être l’égérie d’un grand artiste ?
    Je pense aussi que nous avons bien des façons d’aimer, et qu’elles se valent toutes. Lorsque le cœur est grand, il peut combler tout un harem qu’il soit constitué de femmes ou d’hommes, car je crois que certaines femmes peuvent elles aussi aimer plusieurs hommes. Il n’y a pas que des Don Juan, il y a aussi des Doña Juana que diable ! Et vive l’amour et la jeunesse ! Sacrée Edmée va !(°v°)!
    Florence
    (avec tous mes problèmes d’ordi et Cie…, je dois sans arrêt remettre mes coordonnées sur les blogs ! Gri !!!)

  18. Edmée dit :

    Oh je vois… tu remarques tout de suite que ces femmes ici citées ont eu l’heur de plaire à un artiste. C’est vrai. Je pense que la nature artistique offre en effet une prédisposition à accepter l’angle « destinée, magie » de l’amour. Vrai qu’être l’égérie doit en effet être agréable. Aimer plusieurs hommes, je pense que oui, c’est possible, même si ce sera toujours « autrement ». En fin de parcours, je suis certaine que seuls un, deux ou trois ont pris leur place dans le coeur;

    Je n’aime pas non plus quand je dois remettre mes coordonnées, grrrrrrr

  19. Michel dit :

    Bonjour Edmée !!!!!

  20. L’amour, un sujet inépuisable… Il y n’a pas de recettes. Des couples que tout oppose, fonctionnent. Et inversement, des couples qui ont beaucoup de choses en commun, se séparent. Ton texte convient bien à la météo ensoleillée de ce début de semaine. Soleil et printemps vont bien avec l’amour, je trouve.

  21. Tout cela me paraît fort compliqué. Mais je vis selon mon instinct, je mange quand j’ai faim, je dors quand j’ai sommeil, et j’aime l’amour de cette façon-là aussi, au pif et à l’envie…C’est fort minimaliste mais voilà…Si parfois je perds un peu la tête, elle me revient assez vite sur les épaules, et j’adore ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s