Manipuli manipula (Tralalala !)

Tout le monde manipule, c’est ce que nous appelons « être malins ». « Slalomer entre les obstacles ». On attend le bon moment pour demander une faveur, on ne dit pas carrément que cette année on aimerait partir en Grèce mais plutôt qu’on n’a plus envie d’aller en Italie… amenant la question souhaitée : tu as pensé à un endroit précis ? Qui ne fait jamais ces tours d’adresse et gentilles ruses, indispensables pour rendre la route moins cahoteuse ?

Mais je parle des bouffeurs, détourneurs de la vie d’autrui. Ils ne sont pas, pour la plupart, d’horribles comploteurs qui mettent au point leur stratégie comme les légions romaines organisaient la choréographie mortelle de leurs attaques. Ils ont d’ailleurs, fréquemment, du charme. Et clac ! On est pris sans avoir compris comment ça s’est passé. Et on ne peut y croire quand on nous met en garde.

Non, pas lui, pas elle, non, absolument pas.

Manipuler leur est aussi naturel que mentir en douceur, sourire quand c’est indiqué, simuler ceci ou cela. C’est leur système de vie. Celui des faibles dont la force est de se ventouser aux autres pour les mettre au service de leur existence, ainsi que se déresponsabiliser de tout ce qui va mal. Ce n’est jamais eux, c’est l’autre qui…

Marionnettes

Ils ont commencé jeunes. Ils ont un flair de léopard pour renifler les points faibles d’autrui. Culpabilité trop prompte à surgir. Remords. Conflits intérieurs. Macération trop intense dans le judéo-christianisme qui fait croire qu’il faut prendre sur son dos tous les fardeaux, sous peine d’être un ignoble égoïste. Et ils les exploitent. Parce que c’est leur nature.

Enfants, ils apprennent la valeur des « pieux mensonges » qui leur évitent des confrontations directes et placent tout dans le flou. Ils s’adaptent sans peine à ces subtils makeups de la vérité, parce que c’est « pour un bien ». Ils savent, eux, ce qui est le bien. Ils mentent mais c’est pour un bien. Ils forcent les choses mais c’est pour un bien. Le leur. Que, dans leur orgueil immense de manipulateurs, ils estiment être le bien de tous. L’orgueil est leur passeport. Il déforme tous leurs comportements. Ils sont ulcérés si on conteste leur classification de ce qui est « juste et bon ».

Leur sensibilité envers les autres n’évolue pas, rigidement attachés qu’ils sont à leurs « valeurs » initiales. La vie ne leur apprend rien.

Et quand ils se sentent vieillir, ils s’empressent de constater combien l’autre vieillit, pointant impitoyablement du doigt la moindre défaillance, prise de poids, oubli, lenteur : tu deviens vieux/vieille. De crainte que la victime ne réalise qu’il y a des failles dans le mur, enfin ! Je dois bien ralentir ma vie pour toi, maintenant… Si on n’y prend garde, on se voit avec leurs yeux et on a honte du dévouement qu’une fois de plus, ils nous montrent dans notre décrépitude précoce…

Publicités

35 réflexions sur “Manipuli manipula (Tralalala !)

  1. Adèle Girard dit :

    Toujours aussi percutante!

  2. Lauriza dit :

    Mon Dieu que sait juste et je pourrais en parler pendant des heures mais je noircirais un peu plus leur personnalité jusqu’à parler du Diable, malin, pervers et narcissique. Si je parle comme cela c’est que je suis touchée au travers de ma fille qui est en train de se sortir de 25 ans de manipulation où j’ai vu ma fille se dépersonnaliser lentement pour entrer au service du Diable. Ma fille qui a de bons gènes psycholoqiques a su résister jusqu’à la limite de ses forces et a quand même gagné la partie puisque ne trouvant plus d’arguments pour continuer son œuvre, le diable est parti en disant : « tu es trop forte pour moi, je ne te comprendrai jamais ». Elle doit maintenant se reconstruire en retrouvant l’estime d’elle-même, évacuer la colère accumulée et comprendre pourquoi elle est restée si longtemps à subir cet état. On ne peut se mettre à la place de personne y compris de ses enfants et nous avons assistés impuissants à sa lente descente en enfer.
    Oui les manipulateurs sont des faibles, des complexés. Ils ne s’aiment pas sachant qu’ils sont incapables de s’assumer, d’être responsables et d’aimer. Leur seul salut c’est de s’aimer et pour ce faire ils ont besoin d’une cour, qu’on les adule; qu’on soit à leur service, qu’on les reconnaisse. Alors ils cherchent la proie idéale à modeler pour vivre pleinement ce qu’ils sont incapables de donner et de faire. Leur seul plaisir c’est de posséder l’autre, de l’anéantir. Ils savent parfaitement manier la carotte et le bâton, le chaud et le froid, complimenter et admonester. Rencontrer ce genre de personne, c’est comme une maladie. On peut en guérir mais il restera toujours des séquelles.

    • Edmée dit :

      Quelle horreur! Là c’est encore pire que le manipulateur expert que je présente, on est dans la catégorie des pervers manipulateurs, non? Ils agissent avec plus de force et d’agressivité, et les dégats sont profonds en effet.

      J’espère bien que ta fille reprendra toute sa vie pour elle peu à peu. Etre libre, enfin, est déjà un pas vers elle-même! Courage!

  3. gazou dit :

    Je suppose que tout le monde en connaît et tu les décris très bien…mais que faire quand on est en face d’eux et qu’il n’est pas possible de rompre complètement les liens?

    • Edmée dit :

      Je crois qu’il est presqu’impossible de rompre tout à fait les liens selon le type de relation qu’on a, mais si on comprend le mécanisme, on ose (et on doit) prendre de la distance… s’offrir un peu de liberté, reprendre des morceaux de vie rien qu’à soi…

      Remonter à la surface et respirer bien fort…

  4. amandine dit :

    Juste un truc
    ET VLAN 🙂

  5. ange dit :

    Je suis du même style que Amandine… et Vlan.
    Tout le monde peut être manipulée comme tu le décris, et bien souvent on ne s’en rend pas compte tout de suite trouvant des excuses à leurs façons d’être. Ils sont très habiles mais ils savent aussi choisir leur proie.
    Ils jouent bien souvent sur les sentiments comme la compassion, l’amour mais également sur la victimisation et le devoir.
    J’ai connu quelques personnes ainsi mais je m’en suis éloignée avant même qu’elles puissent arriver à être des amies.
    Par contre, les petits arrangements que tu décrits comme « des petites ruses » sont déjà pour moi de la manipulation mais surtout un manque de confiance totale. J’en ai connu de ces personnes qui sont toujours dans ce style de ruse, compromission, mensonge pour arriver à détourner ce que l’on n’ose dire.
    Pas étonnant je pense lorsqu’un enfant assiste à ce style de fonctionnement de la part d’adultes de se calquer ensuite sur le même mode pour arriver eux aussi à leurs fins.

    • angedra dit :

      Erreur dans mon nom : ANGEDRA et non ange

    • Edmée dit :

      Tu as raison, Angedra, ces ruses sont bel et bien de la manipulation, mais on les emploie au burau, à la maison, « le moins le mieux » mais en général… l’autre « joue le jeu » sans être dupe et c’est une sorte d’approche à pattes de velours souvent inoffensive pour des choses peu importantes.

      Mais tu as raison, les manipulateurs sont à fuir dès qu’on s’en rend compte mais… ciel sont-ils collants! Je connais une femme qui dans un moment de grande détresse a été approchée par plus mal en point qu’elle, se présentant comme « amie » qui allait l’aider. Maintenant que la première est plus vaillante, l’autre pleure à la trahison, la harcèle de coups de fil, discrédite ses amitiés, ses goûts et choix (pour l’isoler), se plaint de ce que tout le monde l’abandonne même elle etc… Finalement le manipulateur se rend tout à fait dépendant de la participation de sa victime, tout en rendant la victime dépendante de ses humeurs.

      Et ne parlons pas des couples… ou des parents ou enfants! Des liens impossibles à rompre, ou presque… Et comme tu dis, pour les enfants qui voient ces rapports construits sur des mensonges constants, c’est un bien mauvais exemple!

  6. Alainx dit :

    N’est manipulable que celui qui autorise l’autre à le manipuler.
    C’est une loi qu’il faut bien avoir en tête.
    Mais, cette « permission » est souvent donnée inconsciemment. Elle s’origine dans le besoin d’être aimé (un bon manipulateur commence par satisfaire les attentes/demandes d’affection et/ou de reconnaissance). Ensuite, la relation perverse est installée et le process de sortie est effectivement long, compliqué et sinueux….
    Il finit parfois dans le drame.
    Il y a donc en amont une question de maturité affective à acquérir ou faire acquérir dès l’enfance. Car tout ceci est qqch sur le long terme… avant pour se prémunir…. comme après pour en sortir….
    ———-
    Et comme toujours très bon texte parfaitement maitrisé dans son développement, par une auteure au talent indéniable
    (cette dernière phrase étant une manipulation…. 😉 )

    • Edmée dit :

      Tu as raison en disant qu’il y a une autorisation souvent inconsciente. Le manipulateur sait le besoin de l’autre, connait sa monnaie d’échange. J’ai été victime de ce « syndrome de Stockholm » moi-même, par le besoin d’être « une bonne fille ». J’ai une tendance à être serviable et empressée, qu’il avait été facile alors – j’étais jeune – d’exploiter. Je n’étais pas gentille si je n’étais pas d’accord, c’était très simple 🙂

      Il m’a fallu des années pour arriver à doser ma « gentillesse » avec prudence. Comme tu dis, la maturité entre bel et bien en ligne de compte.

      Merci pour ta flagornerie manipulatrice de la fin 😉

  7. Françoise dit :

    Ma belle-soeur, seule et fragile depuis la mort de mon frère, a rencontré une personne de ce style, un homme charmant, drôle, attentionné. Et puis, quelques semaines après, il est devenu agressif, impatient, stressant. Elle a pris la fuite mais elle n’arrive pas à l’oublier complètement. Elle aurait voulu mettre les choses au point avec lui, éclaircir leur relation, elle aurait voulu qu’il reconnaisse qu’elle n’avait pas tous les torts, mais peine perdue, car évidemment il n’a pas désiré de mise au point. Pour lui, le problème vient d’elle. Lorsque les choses ne sont pas dites, il est dur de tourner la page. Elle essaie pourtant, et elle va y arriver je le sais, mais elle n’avait vraiment pas besoin de cela en ce moment (ma belle-soeur a un cancer).

    Bon week-end à toi, Edmée.

    • Edmée dit :

      Oui, j’ai rencontré ces personnages aussi, de près ou de loin. Ils sont plus dangereux quand on n’a pas encore assez de conscience de soi, mais une fois cette notion acquise, on arrive en effet à s’enfuir. Mais c’est difficile et laisse en effet un sentiment d’inachevé, de pas éclairci.

      J’espère que ta belle soeur s’en remettra bien, elle n’avait pas besoin de ça en effet!

  8. Célestine dit :

    Je peux parler des enfants manipulateurs, car il y en a, c’est souvent diffcile de le faire admettre car c’est porter un jugement, et les parents d’élèves n’aiment pas que l’on porte des jugements sur leur progéniture. Cela peut se comprendre. Le rôle de l’enseignant est donc de protéger les autres enfants des agissements pervers de leur camarade, tout en tentant de l’aider. Il faut bien se rendre à l’évidence que les pervers narcissiques ont été des enfants, dépourvus d’affects et se servant des autres. Ça donne froid dans le dos, comment les aider à guérir ? (Je dis guérir car à ce niveau là, n’est-ce pas une maladie?)
    Je ne pense pas, néanmoins, que c’est à ceux-là que tu faisais allusion, mais aux manipulateurs de la vérité qui se servent de mensonges pour parvenir à leurs fins (certains politicards, par exemple, non? ;-))

    • Edmée dit :

      Oh oui, c’est terrible d’avoir ainsi « pieds et poings liés »… Les parents ne veulent pas être soupçonnés de mauvaise éducation, et donc « protègent » farouchement l’enfant. Se protègent eux-mêmes, en réalité, c’est là que la manipulation prend sa source et déjà l’enfant le sent et l’exploite.

      Maladie, oui! En tout cas une lente déformation de la notion de bien et mal, un déplacement subtil de celle de responsabilité qui va altérer à jamais (souvent) toute la vie relationnelle!

      Je pense à eux bien entendu, parce qu’ils donneront des adultes insupportables, mais je m’adressais surtout aux simples manipulateurs que l’on ne croit pas dangereux, et ne prennent en effet que rarement la vie d’autrui – physiquement. Mais ils s’emparent du quotidien et de l’âme de la personne sans bruit. Un peu comme les politicards prennent celle du peuple 🙂

  9. annerenault dit :

    Nous en connaissons tous, mais avec un peu d’expérience, on déjoue leurs ruses, la plupart du temps. Mais il faut avoir un fond « rebelle »…

  10. Alain dit :

    Bonjour Edmée. Toute ta page au masculin me renvoie au féminin avec une expérience professionnelle. Il s’agissait d’une femme très belle avec ce grand plus d’un charme incroyable et enjôleur. Un seul regard de sa part et tu te retrouvais « anesthésié ». Son élégance discrète et d’un raffinement extrême, ne se heurtait qu’à son maquillage trop appuyé et sa coiffure qui ne supportait pas la moindre mèche folle. Impeccable la dame. Très lisse dans ses propos, elle savait pertinemment tirer profits de la faiblesse des personnes qui travaillaient sous ses ordres. Diviser pour mieux régner. Il a fallu du temps et un nombre incroyable d’incidents, pour que la société qui l’employait finisse par la licencier. Je ne comprenais pas son attitude. C’est des mois plus tard que j’ai appris que cette femme vivait dans la plus grande solitude. Un isolement incroyable qu’elle s’imposait, peut-être sans s’en apercevoir. Si dans ton article tu mentionnes que « l’orgueil est leur passeport », je voudrais rajouter que dans le cas que je mentionne, la volonté délibérée de manipuler à tout va, ne trouvait d’autres prétextes que celui de tenter de s’assumer dans sa vie professionnelle n’ayant pas su réussir sa vie privée. Ce n’est pas une excuse que je lui accorde. Juste une constatation. Mais ces gens là existent. C’est bien que ta plume s’arrête sans ambages sur cette catégorie d’individus, qui, toutefois, sont des deux sexes. Très bon week-end Edmée.

    • Edmée dit :

      Tu as raison, ils sont des deux sexes, je ne l’ignore pas. J’ai eu aussi une cheff de service que l’on surnommait « Croco » et qui elle, nous en voulait férocement car elle n’avait pas eu d’enfant!!! Comme tu dis… ça peut être une explication mais certainement pas une excuse, et cette Mme Croco manipulait à tour de bras elle aussi… Et comme la tienne, « diviser pour mieux régner » était sa devise et son sport favori…

      Oui, ces soifs de pouvoir à la maison ou au bureau proviennent d’un sentiment d’inaccomplissement, c’est vrai. Mais ça ne m’incline pas à la pitié 😉

      Bon week-end à toi aussi!

  11. Damien dit :

    Le pire des manipulateurs est celui qui propage des rumeurs sur le lieu de travail. C’est le meilleur moyen de diviser pour régner sans vraiment prendre de risques. J’en ai connu une ribambelle. Bon dimanche!

  12. Pâques dit :

    C’est en effet une vérité nous croisons ce genre de personnes trop souvent hélas !
    Mais je suis assez d’accord avec Alain X il ne faut pas autoriser l’autre à nous manipuler.
    Pour les enfants, les personnes fragilisées, c’est pas évident …

    • Edmée dit :

      Non c’est vrai… d’autant que souvent on est pris « par les bons sentiments » (le/la pauvre est si seul(e), il/elle est triste ou bouleversé/e par ceci ou celà, si tout le monde lui tourne le dos ce n’est pas bien… etc!). Difficile de cesser d’être une poire qui a bon coeur, parfois! Mais il faut y arriver… c’est indispensable!

  13. Le rônin dit :

    Comme le dit si bien Alain, le manipulateur ou la manipulatrice n’ont pouvoir que si l’on leur accorde… Au début, on trouve « chaussure à son pied » sans doute et ensuite on perd le contrôle…
    J’ai laissé quelques manipulateurs, manipulatrices, agir à mon encontre… Puis je m’en suis défait.
    Je ne laisse que fort peu de ces énergumènes acter dans ma vie, et c’est alors parce que j’ai quelques choses à y gagner ; sinon je m’en débarrasse.
    On se laisse manipuler parce que c’est un moyen de se décharger, de ne pas prendre de responsabilité. Un simple passager dans le bateau de la vie ? C’est qu’une question de caractère.
    Manipuler, être manipulé… Tout comme l’esclave et le maitre qui sont interdépendants, cela n’est pas mon leitmotiv…
    Je garde donc les relations à distance… Les vampires et les victimes dansent à mon « grand large »…
    😉

    • Edmée dit :

      Tu as raison en ce sens que le manipulateur sait quoi apporter à sa victime pour qu’elle le reste: pas de responsabilités, ou pas besoin de travailler, ou nécessité d’être humilié parce que mauvaise image de soi… les deux ont une mauvaise image de soi, c’est un fait.

      Maintenant… quand on est jeune, on est plus facilement victime car on n’a pas encore pris son indépendance de personne, on a rarement fait le tour de qui on est… et un adroit manipulateur peut, soit par sa ruse soit par sa violence, créer une relation agréable pour lui mais horrible pour l’autre… Le tout est de se dépétrer!

  14. colo dit :

    Se rendre compte, oui, pas facile au début…mais après il y en a qui l’acceptent, cela m’intrigue pour ne pas dire me dépasse.
    Je pense à quelqu’un de proche que j’aime beaucoup, qui a plus de 60 ans, vit ça depuis 30 ans, mais que je ne comprends absolument pas.
    Masochisme? peur de se retrouver sans personne?
    Ah que la vie peut être compliquée parfois…
    Merci, ton texte est parfait!

    • Edmée dit :

      Je soupçonne que la peur de se retrouver sans personne est souvent l’explication… et ces gens se disent, pour se consoler et s’excuser, qu’ailleurs ce n’est sans doute pas mieux, qu’on sait ce qu’on a mais pas ce qu’on aura, etc… J’en connais aussi… une vie dans le brouillard pour ne pas … oser!

  15. Mimi du Sud dit :

    Kikou Edmée,
    Il y a énormément de manipulateurs en ce monde, et ils savent très bien à qui ils vont manipuler. … ils obtiennent des avantages avec des personnes sans défense, ils ont le don d’amener une personne à lui donner sans donner en retour. … se sont des profiteurs et des menteurs. Je te souhaite une bonne après midi, gros bisous à toi ma belle.

    • Edmée dit :

      Ton résumé est lapidaire mais très juste…

      Bonne après midi aussi Mimi, je suppose qu’il fait ensoleillé chez toi, ici pas vraiment mais il fait presque chaud!

  16. Nadine dit :

    Des manipulateurs qui font des dégâts et qui peuvent aller très loin : jusqu’aux dérives sectaires.

  17. Alain dit :

    Bonsoir Edmée. J’ai vu aujourd’hui le film de Mélanie Laurent « Respire » réalisation brillante sur ce sujet que tu avais brillamment évoqué. Un film que je pense pouvoir te recommander. Pas encore sur mon blog, je prends un peu de temps pour laisser passer l’émotion. Très bonne soirée, à bientôt.

    • Edmée dit :

      Je suis donc impatiente de découvrir ce que tu as à en dire… c’est en effet un sujet qui me passionne et je suivrai certainement ton conseil! Merci Alain!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s