Amour amour, toi qui nous tiens…

Qui nous tiens d’une pièce, qui nous tiens la main, le cœur en place. Qui nous dis « tiens, souviens-toi et ça ne te sera jamais repris »…

Ceux que l’on a aimés sont à jamais aimés. Ceux (celles) qu’on a désirés, voulus, trouvés cool pour un jour ou quelques jours ou même une multitude de jours, ceux qu’on a piégés… même si on les a encore auprès de nous, ne sont plus là depuis longtemps, depuis que leurs yeux ne nous voient plus, depuis que le poids du quotidien a la saveur des regrets. Mais ceux qu’on a aimés, qui sont partis ou qu’on a faits partir, de force plus que de gré parce que qui sait quoi nous les volait (la mort, l’impossibilité, la maladie, un ennemi inconnu et sans nom…), ceux-là continuent de partager cet espace d’amour avec nous. A jamais.

Parce qu’on n’aime pas à répétition, c’est un nectar trop rare et précieux pour se produire en quantité, qui entre dans les veines et les saoule dans sa communion de chair et d’âme, dans ce toi et moi parfait fait de deux individus distincts, qui restent distincts dans leurs vies parce que désormais, leurs fluides et essences se sont unis. Retrouvés après la scission d’un temps lointain avant la naissance.

Irving Ramsey Wiles, The Green Cushion, 1895

Irving Ramsey Wiles, The Green Cushion, 1895

Il n’y a pas de « fini ». La vie continue de se vivre un jour après l’autre, et le manque devient même supportable. Mais la place est chaude. Elle brûle. Pas comme une douleur mais comme la braise qui vibre au souffle de l’intime. Cette irradiante joie qui dit « oui… unis nous sommes à jamais car je te sens, tes racines entremêlées aux miennes, si merveilleusement que nos vies, désormais, ne produiront plus que des jets issus d’elles, même si d’autres semblent en toucher les fruits ».

Il n’y a même pas, croyez-m’en, de vraie séparation. Ce n’est qu’une illusion.

Publicités

45 réflexions sur “Amour amour, toi qui nous tiens…

  1. Adèle Girard dit :

    Je crois qu’on ne peut pas vraiment « désaimer »!…Toujours un souvenir même fugace nous unis!

  2. Armelle B. dit :

    C’est vrai. Bien qu’il y ait parfois l’envers de l’amour qui suppure chez certains : la haine. Hélas !

    • Edmée dit :

      Oui, je connais ça chez certains couples… qui ont « aimé »… « à condition que ». En leurs termes. Après, ils haïssent, parfois c’est évident et parfois c’est déguisé et subtilement mortifère…

  3. gazou dit :

    Tout à fait d’accord…Si l’on a réellement aimé..;on ne peut pas désaimer…Certes le ressenti va se transformer au cours du temps, l’amour n’a pas toujours le même visage…heureusement !

  4. sandrinelag dit :

    « La place est chaude » – expression familière qui peut parfois sembler triviale mais qui a ici une saveur toute particulière. Et tu l’exprimes très bien. Oui, ceux qui sont entrés dans nos vies, puis sortis, de gré ou de force, ont laissé leur empreinte. La place est chaude, oui, et tant que nous sommes vivants, elle ne refroidira pas.

  5. Pierre dit :

    Après Célestine qui évoque les frémissements ardents des débuts passionnels, c’est toi qui parles de l’amour qui jamais ne s’éteint. Il ne reste plus qu’a aborder ce qui se passe entre les deux périodes 😉

    Plus sérieusement tes propos recoupent parfaitement ma perception de ce « nectar trop rare et précieux pour se produire en quantité ». Quant à « l’illusion de séparation », j’y adhère totalement.

  6. Hécate dit :

    Je ne peux oublier les êtres que j’ai aimé, que ce soit d’amour ou d’amitié très forte…
    C’est ainsi.

    • Edmée dit :

      Je suis bien d’accord aussi, mais je considère l’amitié comme un amour réel.

      Sauf qu’ici je pensais plus spécifiquement à l’amour-l’amour :). Et dans ce contexte, je pense qu’on peut vraiment se couper, se séparer (ou l’être) de qui nous n’avons pas « vraiment » aimé sauf pour des raisons qui principalement n’étaient pas l’amour mais un vernis d’amour appliqué sur des desseins autres qu’aimer… On aura beau rester liés par peut-être des enfants, des amis communs, des habitudes, la place ne restera pas chaude…

  7. Célestine dit :

    J’ai en moi, très fort, la trace de tous ces êtres qui ont croisé ma vie et pour lesquels j’ai brûlé…Et chacune de leurs caresses et de leurs mots ont constitué un peu de ma texture, jouer après jour, année après année. Et pourtant, certaines de mes histoires n’ont duré que l’espace d’une rose…
    Merci pour cet hymne à l’amour, nouveau verset de ton cantique des cantiques personnel.
    Baci sorella

    • Edmée dit :

      L’amour n’est pas question de durée, naturellement! On ne connaît que trop d’histoires qui durent mais où le couple est mort dans une envelope qui présente plus ou moins bien.

      Je ne dis pas que c’est une fatalité liée à la durée, hein! Je ne le dis pas parce que je ne le pense pas.

  8. Lauriza dit :

    L’Amour dans toute sa splendeur, l’Amour avec un grand A, l’Amour qui vous prend le cœur et les tripes et dont on ne se défera jamais. Personne ne sait vraiment expliquer pourquoi des êtres nous attirent plus que d’autres. Parfois un simple regard vous transperce l’espace d’un instant et reste inoubliable, vous faisant rêver à l’occasion et parfois vous trouvez l’âme sœur qui dure toute une vie. Même la mort ne peut séparer deux êtres qui se sont aimés vraiment, l’ombre de l’un participant toujours à la vie de l’autre c’est pourquoi en parlant toujours de celui qui est parti on continue à le faire vivre. L’Amour n’est pas une question de durée, c’est une question d’intensité incontrôlée.

    • Edmée dit :

      C’est vrai qu’il est impossible d’expliquer ce qui rend deux être part du même amour, de la même histoire profonde. Pourquoi ces deux-là, pourquoi pas ces deux autres? Mais comme tu dis… on ne peut les séparer, parce qu’ils ne sont pas séparables…

  9. « Retrouvés après la scission d’un temps lointain avant la naissance. » : Le « désamour » est impossible dans ce cas si rare et si précieux et si toujours….

  10. L'ombre dit :

    J’aurais dit la même chose de l’amour : il n’y a pas de vraie fusion, ce n’est qu’une illusion…
    Sourire d’un ex rônin, ex Shirokuma

    • Edmée dit :

      Je n’ai pas la vocation apostolique et ne tente jamais de dire que ma vision est la bonne et qu’il faut regarder dans cette direction. Mais je ne change pas de cap parce qu’on me dit que « terre terre » n’est qu’un mirage :)..; Je sens ses parfums et je vois ses fruits…

      • L'ombre dit :

        … Alors tu un un « pilote » hors pair, contrairement à moi…
        Cela explique pourquoi mon rafiot dérive à tous les vents…
        😉

      • Edmée dit :

        Je ne sais pas… je ne sais pas ce qui fait la différence; foi, vision, force, naïveté, candeur? Je ne sais pas… mais j’aime mon rafiot 🙂

  11. amandine dit :

    l’amour*** je l’ai connu et perdu mais même si la mort me l’a pris, je le vis encore, bizarre non, bisous de fête

    • Edmée dit :

      Pas si bizarre que ça puiqu’au fond c’est ce que je dis: il n’y a pas de vraie séparation s’il y a amour! Joyeuses Pâques et bisous!

  12. claudecolson dit :

    Et pourtant entre eux seul subsiste parfois le silence, total, des année voire des décennies durant, mais les pensées et même les rêves font fi de l’orgueil et des blessures….

    • Edmée dit :

      Oups! Ca me semble difficile s’ils ne tiennent que par pensées et rêves s’ils se voient quotidiennement… S’ils sont séparés ils ne peuvent faire autrement 🙂

  13. claudecolson dit :

    Je parlais des séparés après rupture.
    Malgré tout l’amour n’est jamais complètement mort.

  14. annerenault dit :

    « Oui, la place est chaude, elle brûle… »
    Et certains soirs, aussi, comme une douleur.
    « on n’oublie rien de rien, on n’oublie rien du tout, on n’oublie rien de rien, on s’habitue, c’est tout ».

  15. Philippe D dit :

    Aimer pour toujours. Aimer pour toute une vie. Est-ce encore possible aujourd’hui où on change de conjoint comme de chemise?
    Bonne semaine.

    • Edmée dit :

      Qui sait… je pense que oui, c’est possible, pour autant que ça ait été l’amour au départ, un vrai élan du coeur, de l’âme et de la chair. Pas simplement une décision évidente (on est ensemble depuis si longtemps, pourquoi ne pas se marier?, par exemple). Ca peut marcher bien entendu, mais « marcher » n’est pas forcément aimer… Bon lundi de Pâques!

  16. colo dit :

    Pour prolonger le sujet de cette place restant toujours chaude dont tu parles si bien, j’aimerais ajouter qu’il y a celle des amours impossibles qui, quoique non vécus, ne finissent jamais…eux non plus. Étrange paradoxe, non?

    • Edmée dit :

      Oui tout à fait… Ils vivent tout à fait autrement… se nourrissent autrement et en effet ne finissent jamais s’ils passent la première vague de la déception. Plus rien ne peut les emporter par le fond!

  17. L’amour ne meurt pas, non. Les sentiments ne meurent pas. C’est une énergie. Qui se transforme.

  18. Je partage l’avis qu’on ne peut pas désaimer. Il arrive que l’on doive panser des plaies mais la place reste là bien au chaud au coin du cœur. Quant à la haine, quand on est capable d’aimer vraiment, elle ne saurait pas exister. C’est du moins, ce que je ressens. Amitiés Edmée.

    • Edmée dit :

      Je suis daccord, la haine est dit-on proche de l’amour mais seulement d’un type « d’amour »: un mauvais type qui s’appelle surtout possession. Domination. Si on a aimé, on ne haïra pas…

      Amitiés aussi!

  19. jeanne dit :

    quand on s’est « donné »
    totalement
    on n’oublie pas
    il reste la trace
    les traces
    mais quand le vent se lève
    quand la tempête s’annonce
    faut changer le cap
    mais on garde au fond de soi
    ces terres qu’il faut quitter
    pour se sauver
    amicalement

  20. Pâques dit :

    Parfois, derrière le masque que nous portons lors de ce carnaval joyeux ou tragique qu’on appelle … la vie !
    Parfois, l’amour véritable se révèle à nous et nous restons émerveillés par sa beauté et un sentiment de plénitude qui nous envahit.
    Qu’importe la durée et même la fin, ce qui a été le restera à jamais.

  21. Alain dit :

    Bonjour Edmée. Je me suis échappé pour quelques jours de mon « involontaire » environnement pour profiter du silence, du soleil, de la nature qui s’éveille et de ces paysages qui prennent les couleurs de la vie que j’aime. Le soir des films et encore des films. (Dont certains excellents) Je ne veux pas attendre mon retour pour te dire que j’ai donc vu, entre autres, un film qui n’est pas un chef d’oeuvre, qui ne rentrera pas davantage dans les classiques mais qui illustre magnifiquement ton article. Les Châteaux de sable. J’ai été emballé par le couple de comédiens, magnifiques tous les deux. Mais plus encore par ce formidable amour qui les unit. « Il n’y a même pas, croyez-m’en, de vraie séparation. Ce n’est qu’une illusion » écris-tu. Tu as parfaitement raison. Si tu savais à quel point chacune de tes pages hebdomadaires trouvent au fond de moi un formidable écho. Merci Edmée.

    • Edmée dit :

      Merci à toi parce qu’à chacun de tes commentaires je sens que tu as exactement compris ce que je disais, que tu le ressens aussi de cette manière. C’est toujours très surprenant et agréable. J’ai déjà cherché hier un peu d’infos sur le film dont tu parles, les châteaux de sable, et en guetterai la sortie bien volontiers! Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s