La patience de Shéhérazade

Ma mère disait toujours qu’avoir plein de petits amis était en fait n’en avoir aucun. Ce n’était pas inquiétant pour les parents tant qu’il y en avait « plein », car ça prouvait qu’aucun choix n’était fait. Et naturellement ça s’applique aussi à « plein » de petites amies ou maîtresses.

Un roi – Shahryar – qui, pour se venger d’une épouse infidèle,  déflorait une épouse par nuit et l’étêtait comme une fleur fanée au matin…-  voici la gageure que Shéhérazade affronta. Alors comment faire pour être distinguée parmi le défilé de vierges immolées par l’aveuglement de Shahryar ? Pas par des prouesses acrobatiques, pas par le charme expéditif de quelques œillades ou compliments, pas par les larmes de la victime au matin de sa mort, pas en grimpant aux rideaux…

Non. Par le goût de la patience qu’elle a su faire naître dans ce cœur corrompu par la colère et la solitude. Un corps n’en remplace pas un autre, et une rencontre charnelle ne doit sa vraie différence qu’aux sentiments qui lui donnent ce frémissement particulier, cette eau dans le regard, cette douceur sur la peau, cette électricité subtile dans le toucher. Sans les sentiments il reste la technique et son résultat… vécu en solitaire, même si on a l’air d’être deux.

Et c’est donc l’âme que Shéhérazade a cherchée, et pour ça il fallait le temps, le temps de laisser mûrir l’attente, le regret, l’habitude, la familiarité, l’impatience, le sourire anticipatif, le serrement de cœur au matin, le rire complice, le regard qui embrasse… le cœur qui bat, enfin !

Shéhérazade et le sultan Shahryar - Ferdinand Keller - 1842-1922

Shéhérazade et le sultan Shahryar – Ferdinand Keller – 1842-1922

Et n’est-ce pas ce que toutes les mères du monde expliquaient à leur fille ? Fais-toi désirer. Fais-le t’attendre un peu. Ne sois pas facile.

Mille et une nuits. Presque trois ans. Trois ans de nuits, d’apprivoisement.

Publicités

29 réflexions sur “La patience de Shéhérazade

  1. Bea de grapho dit :

    Bonjour,
    Je me suis arrêtée et j’ai lu quelques articles de votre blog, et ça m’a plue. Merci beaucoup.
    Bon dimanche, Béa

  2. sandrinelag dit :

    « Ne sois pas facile ». Phrase simple et puissante.
    Dans le déchaînement de vulgarité qui tourne en boucle à la télé et sur internet, nos jeunes filles mûrissent dans l’idée de consommation amoureuse avec un accès direct à la pornographie la plus sale.
    Heureusement, la moitié d’entre elles ont encore en elles une part intacte et éternelle: l’amour-désir comme un chemin initiatique qui demande un peu de temps et de patience.
    Cela étant dit, que ce soit aujourd’hui ou demain, ou hier, ou même avant-hier, autrefois et jadis, il y a toujours eu et il y aura toujours les précoces, les rapides, les délurées… et les autres! 😉

  3. Belle analyse du rôle de séductrice de Shéhérazade. Excellent!

  4. Pascal dit :

    Le chemin
    plus enrichissant
    que le but

  5. savoir se faire désirer…tout un art…oui ni trop ni trop peu….mais quand l’amour est là comment user de stratagèmes …c’est impossible…voilà mon coeur…je te le donne…

  6. blogadrienne dit :

    elles ont 16 ans et croient qu’il est urgent de se « défaire » de leur virginité
    trop souvent
    elles lisent les statistiques et se croient anormales d’être encore vierges à 18 ans
    trop souvent
    et je ne sais comment leur faire passer un autre message quand tous les médias, jusqu’aux publicités qui utilisent des bébés, ne les présentent que comme objets sexuels

    • Edmée dit :

      C’est tellement triste… n’attendre que d’être la plus douée en prouesses et esprit libre (heu… prisonnier de cette image, justement) et ne pas savoir que ça peut être tellement mieux. Que dans la patience il y a des trésors…

  7. Célestine dit :

    Et si on arrêtait un peu de confondre amour et sexualité… 😉

    ¸¸.•*¨*• ☆

  8. Alain dit :

    Je suis en total accord avec le précédent commentaire. Ne pas mélanger, l’Amour et la sexualité. À mon avis c’est quand les deux se confondent que la véritable union voit le jour. La patience ne semble plus avoir beaucoup d’adeptes aujourd’hui. Il faut tout, et dans l’instant. C’est regrettable. Nous vivons une époque, peut-être même une fin d’époque, dans laquelle les repères s’évanouissent. Dans ma jeunesse, demain était un signe d’espoir. Les « Shéhérazade » et les « Shahryar » d’aujourd’hui, doivent posséder un immense talent pour transformer mille et une nuits en un éventuel avenir. Bonne semaine Edmée. Je t’envoie au travers de mes mots tout ce qui fait mon bonheur actuel, l’immensité de l’océan, la beauté des montagnes et un temps de rêve. Des instants de pur bonheur qui suffisent à me combler.

    • celestine dit :

      Je n’aurais pas mieux dit, Alain…
      ¸¸.•*¨*• ☆

    • Edmée dit :

      Mais oui… la sexualité cesse de n’être qu’une technique et un phénomène épidermique quand c’est l’amour qui lui donne naissance. Il y a alors un enracinement qui donne un feuillage magnifique…

      Merci pour tes belles images de vacances cher Alain, je reviens de Suède chez ma soeur et ai échappé ainsi à une partie de la canicule. Sois heureux et fais le plein 🙂

  9. Armelle B. dit :

    Plus et mieux que la patience, le génie de Shéhérazade est la puissance du verbe, la subtilité de la parole, son envoûtement, la force de l’esprit sur la chair, la douceur des mots. C’est son art de dire qui a su convaincre Shahryar à l’art d’écouter. Et savoir écouter, n’est-ce pas déjà commencer à aimer ?

  10. Angedra dit :

    En partie d’accord avec Armelle, mais cependant nous devons tout de même vivre et attendre trop longtemps pour enfin être amoureux….. Cela me rappelle un peu trop ce que disent les couples mariés par les familles, les mariages arrangés. Ils nous disent qu’avec le temps les époux finiront par s’aimer et seront bien plus heureux que ceux qui se sont choisis par amour !!!!!
    Je préfère vivre un amour éblouissant quelques années plutôt que toute une vie dans un tel mariage où ce sont les habitudes, les obligations, les enfants, la raison…. qui nous feront vivre toute notre vie à côté de cet inconnu !!! Impossible pour moi.
    Il y a une simple voie qui peut se faufiler entre les deux extrêmes : le trop et le pas assez !
    Et il peut y avoir du sexe sans amour.
    Actuellement même les parents semblent trouver « anormal » un enfant qui n’a pas eu de rapports « sexuels » à partir de 14, 15 ans !!!! Tellement peur (d’après eux) que leur enfant ne soit pas « normal » !!
    La liberté sexuelle est un acquis depuis peu pour les femmes, oui n’ayons pas peur de le dire la femme n’avait pas la même liberté sur ce point (entre autres) que les hommes, et je ne vois pas pourquoi elle se priverait de connaître diverses relations sexuelles avant de reconnaître la bonne alchimie : l’amour avec une relation sexuelle épanouie et qui lui convienne…. en toute connaissance de cause. Car là aussi j’en ai connu des épouses non satisfaites et croyant que toutes les femmes étaient dans le même cas ou se prenant pour des « anormales ».
    Simplement je ne pense pas que l’on puisse faire les bons choix et distinguer les subtiles nuances entre les différents besoins qu’un corps d’adolescent peut mélanger et confondre.
    Le sexe est très différent des uns aux autres et si pour certains le sexe ne se conçoit que comme l’accomplissement d’un amour, pour une grande majorité – me semble-t-il – actuellement le sexe et l’amour ne sont pas être automatiquement liés … pour les femmes… et cela n’est pas toujours facile à accepter tant pour les hommes (et oui ils ne sont plus les seuls à assouvir leurs besoins de sexe) que pour beaucoup de femmes d’une autre génération.

    • Edmée dit :

      Moi non plus je n’aurais pu rester « pour rester » une fois les lumières de l’amour éteintes 🙂 Mais nous sommes tous différents, hommes et femmes, et individus. Nos notions de l’amour diffèrent. Certains pensent même que c’est un mythe et que si on vit assez longtemps avec quelqu’un on finit par l’aimer. Pour moi on finit par s’y habituer et peut-être à trouver un certain confort aussi, mais ce n’est pas ma conception. Elle s’est cependant avérée lors de certains mariages arrangés qui ont eu la chance de voir surgir l’amour au bout d’un certain temps…

      Le sexe est le sexe, le plaisir sensuel et amoureux est autre chose, enfin je le pense 🙂 J’ai aimé un garçon dès qu’il m’a touché la taille pour danser, et nous n’avons pas été plus loin que les baisers par la suite – autre temps autre moeurs. Pour moi, c’était lui et pas un autre, et je ne peux l’expliquer.

      Oui, je sais que bien des femmes étaient tenues loin du sexe… jusqu’à la pilule: on ne voulait pas des enfants illégitimes. (Et pourtant, il y en eut même dans les meilleures familles 😀 )

  11. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    Je ne suis pas particulièrement patiente, mais pour sauver ma peau, je le deviendrais sûrement. Maintenant, pour le reste, c’est autre chose. Ma mère aussi disait qu’il fallait se faire désirer, et mille bêtise dans ce genre. Cela peut marcher avec certains, et faire fuir les autres. Il ne faut pas trop faire languir l’amour, qui se fane un beau jour comme le bouquet de violette. Il faut aussi perdre la tête, quitte à le regretter plus tard. J’en ai connus pour qui cela avait marché ! Un coup de foudre qui dure jusqu’à la mort, cela arrive ! En tous domaines, lorsque j’ai envie de quelque chose de raisonnable ou du moins lorsque que j’ai les moyens de l’avoir, je ne traîne pas à assouvir mon envie, car je me lasse vite d’attendre, et n’ai plus envie de la chose convoitée. Par contre je ne me lasse rarement de ce que je possède, même acquis sur un coup de tête. Pour les humains c’est autre chose, car ils peuvent à la longue devenir si décevants, que je me débrouille pour ne plus à devoir les subir ! Par contre lorsqu’ils ne me déçoivent pas, l’amitié peut durer longtemps. Paul est mon meilleur ami et il y a près de 40 ans que nous nous connaissons !
    Mais tout cela est loin des mille et une nuits et de la mort qui rode au petit matin…
    Bisous et bonne soirée Edmée !
    Florence

    • Edmée dit :

      Se faire désirer était la vieille recette pour que le garçon s’habitue à la personnalité de la jeune fille avant que de goûter à tous ses charmes… pour se l’attacher. Maintenant… si les charmes manquaient de charme, effectivement… ça ne devait pas aller bien loin. Le coup de foudre, j’y crois si ce n’est pas un simple coup de désir mais bien une rencontre touchée par la grâce… Eh oui… plus on tente de cerner l’amour et plus on comprend qu’il a mille approches et ruses. On sait mieux ce qu’il n’est pas que ce qu’il est 🙂

      Belle aussi, l’amitié, oui! J’aime beaucoup.

      Bisous et bonne soirée à toi aussi!

  12. saravati dit :

    Le désir; la sexualité, mais où est la tendresse dans tout cela ?
    Etre autre chose qu’un objet de convoitise, c’est ce qu’on peut souhaiter aux femmes d’aujourd’hui.
    Autour de moi, je vois des jeunes qui ont des relations, qui se lient, se délient. Et chose étrange, il y a beaucoup plus de garçons sensibles et de filles indifférentes, mais ne généralisons pas.
    La société de consommation veut aussi consommer les gens, mais c’est au prix d’une peut-être moindre qualité et authenticité de relation….

    • Edmée dit :

      C’est une époque effrayante à ce niveau. Le plaisir et le désir sont vus comme des droits, l’équivalent de passer des vacances, boire un coup, aller danser. Or ici il s’agit de consommer de l’humain, oui … Je constate aussi souvent que les hommes sont plus « romantiques »… et les femmes un peu perdues dans cette liberté difficile à gérer.

  13. Tania dit :

    J’ai l’impression que beaucoup de jeunes femmes actuelles ont intégré ce conseil et retardent l’engagement, se donnent du temps, peut-être testent-elles aussi la patience de leur amoureux ou leur apprennent-elles à les écouter vraiment – j’aime bien la formule d’Armelle : « Et savoir écouter, n’est-ce pas déjà commencer à aimer ? »
    (Tout à coup l’image de Meryl Streep/Karen Blixen racontant une histoire à condition qu’on lui en donne le début : une très belle séquence de Out of Africa qui vous plaît certainement, Edmée la conteuse.)

    • Edmée dit :

      Oui, un merveilleux film, assez différent du livre malgré tout… mais parfois film et livre se complètent,l’un nourrit l’autre…

      Oui je pense que pour un engagement à long terme il faut un peu de patience pour justement s’écouter et se parler, savoir ce qui sera stable quand les turbulences arriveront. Pour de ‘l’amour » à consommer frais, on n’attend pas et on le consomme pendant qu’il se désagrège, comme une glace… 🙂

  14. amandine dit :

    bin tout a été dit alors bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s