Jouez hautbois résonnez musettes…

Le père Noël persona non grata? Allons, le père Noël n’est pas affaire de religion mais affaire de solstice, un symbole débonnaire et grassouillet porté par la gracieuse vie sauvage de nos forêts : des rennes qui trottent en secouant leurs grelots luisants.

Santa

La crèche, symbole honni ou offensant? Mais pour qui? En quoi une scène de maternité serait-elle insultante, même si on a déplacé des rois mages pour rendre visite au bambin bien rose, même si, sans mesure d’hygiène, on a pris une mangeoire et l’a remplie de paille pour l’y déposer, ce divin enfant, et chargé un âne et un boeuf odorants mais bien intentionnés de le réchauffer de leurs nasaux fumants ?

Et surtout, comment a-t-on pu en arriver à … ouiiiiiiiiiiiiii tout compte fait, c’est injuste, c’est un affront fait aux autres religions, allez, on efface tout et on on ne dit plus ces gros mots de Noël, crèche, Christmas… pensons à ceux qui ont l’âme blessée et cent fois déchirée en ayant à subir qu’une partie du monde s’amuse dans ces croyances qu’ils ne partagent pas.

Que ce politically correct nous empoisonne la vie, et fausse la donne : ainsi, pour vivre ensemble, on doit effacer les différences. Donc… ne pas supporter les différences, c’est bien ça? Trouver la singularité des autres dérangeante, stupide ou dangereuse. Le politically correct nous vient des USA, où par contre on trouve cool de fêter, le second lundi d’octobre, Columbus Day – sauf l’Alaska, Hawai’i, le Dakota du sud et le Nevada. Columbus Day est une offense contre tout le monde Amérindien, et ils ont beau être les habitants légitimes de ce continent, et s’indigner de cette célébration, ils n’ont pas eu gain de cause.

L’exemple nous vient donc d’en bas et pas d’en-haut en ce qui concerne le respect des autres cultures. Et même si personnellement je n’aime pas Noël et n’y vois rien de religieux, n’y ai jamais rien vu de religieux mais la belle métamorphose d’une joie païenne et saine, j’en aime les personnages et représentations, les chants traditionnels et agaçants (Le Petit tambour rata tatam tam… le Wish you a Merry Christmas, le Divin enfant… etc) et surtout cette petite atmosphère festive qui rassemble tout le monde. Je vois mal en quoi dire Joyeux Noël pourrait être perçu comme un mauvais sort jeté à un non-chrétien, et suis prête à étendre mon plaisir en recevant des Joyeux Hanukkah ou Joyeux Kwaanza… Ne serait-ce pas bon de se dire que les voeux de bonheurs se souhaitent et se reçoivent dans toutes les traditions religieuses ou culturelles, au lieu de devoir se mettre la main sur la bouche Oups! Je viens de dire Noël, pardonnez-moi?

C’est quoi, cette uniformité imposée ici et le multicolore recherché ailleurs? On ne veut pas d’une crèche ni d’un bon bonhomme hiver replet qui apporte des cadeaux en sentant bon le poil de renne en sueur, mais on se rue sur la diversité des restaurants indiens, thai, chinois, afghans, portugais, italiens, nordiques…?

On nous fait d’ailleurs, en Belgique, des misères pour le père Fouettard qui accompagne Saint Nicolas en insistant sur le honteux détail qu’il est noir et que c’est dégradant pour l’Afrique entière et tous les coins où elle s’est posée… mais le brave homme est simplement noir de la suie des cheminées. Quand il se lave, chantant sous la douche une bonne chanson à boire, il est blanc de blanc, et range son fouet pour le lendemain. Par contre, le roi Balthazar, bien noir… il peut rester car il est roi, a une superbe tunique de tissus rares et brodée de perles, alors que Joseph et Marie ne sont que des villageois sans le sou pas bien élégants ma foi…

Car si on emprunte ce chemin de dérivation vers l’absurde officialisé, il ne faudra pas longtemps pour que l’on trouve que des appellations comme canal Saint Martin, gare Saint Lazare, place Saint-Lambert sont dérangeantes pour certains, et que pour le bien-être de ces certains (et au diable le nôtre…) on changera en Canal de l’Accueil, gare Bonséjour et place du Partage…

A ceux que ça choque (et surtout ceux à qui on impose que c’est choquant et affirme qu’on lutte pour eux, oui, rien que pour eux… en échange de leur soutien, ce qui est la moindre des choses!) je demande pourquoi ça les choque. Pourquoi ils se sont déplacés délibérément dans des pays où la vie les offense.

Mais bien entendu… ça ne les choque pas, sauf ceux que l’on a contaminé en leur hurlant, très indigné : “Comment? Et vous tolérez ça? Mais vous avez des droits! Ce vieux bonhomme et cette famille dans une étable, c’est scandaleux, comment ne le voyez-vous pas?”

Et après tout… ceux-là… tant pis pour eux, non?

Publicités

37 réflexions sur “Jouez hautbois résonnez musettes…

  1. Angedra dit :

    Que dire de plus que Bravo et merci ! Tu dis si bien tout ce qui me semble de plus en plus ridicule avec toutes ces interdictions que l’on nous impose au nom du « vivre ensemble » alors que depuis que l’on nous chante cet air là cela devient de plus en plus « impossible de vivre ensemble » !
    Comme je le dit dans mon souvenir de Noël d’enfant, ma famille est croyante mais pour Noël après la nativité, nous fêtions le Père Noël avec nos voisin qui étaient musulmans et juifs.Preuve que tout le monde faisait bien la différence entre la naissance du Christ et le Père Noël !! Les enfants avaient alors leurs cadeaux de la part du bon vieux Monsieur. De même lors des fêtes des autres religions, nous nous régalions des plats et pâtisseries des voisins.Cela ne me dérange nullement que d’autres aient différentes religions ou aucune, tant que le respect des uns et des autres est là.
    Mais maintenant on débaptise même un Lycée qui portait le nom d’un Saint pour lui donner le nom d’une personne civile !!! Les vacances portent les noms des saisons et non plus des fêtes dont elles découlent, la télévision donne le nom du nom à fêter sans préciser devant St. Mais pourquoi alors fêter le prénom ???
    Chaque jour de telles âneries nous sont imposées et nous dressent les uns contre les autres.

    • Edmée dit :

      Finalement chacun ressent Noël selon ses créneaux, mais en tout cas une chose est sûre: si on festoie avec des non-chrétiens par exemple;, libre à eux de n’y voir que le bon repas, la bonne ambiance, et surtout, surtout, ne pas s’en sentir blessés… C’est ça qui me dépasse: si c’était un symbole sanglant, une fête déplacée dans ses rituels, le comprendrai. Mais rien de tel… aussi il faut être fous pour s’en sentir agressés!!!

  2. sandrinelag dit :

    Le Père Noël aussi vient des USA, en particulier de Coca-Cola qui a transformé le bon vieux Santa Klaus en un papi allègre aux couleurs de la firme! Et tout le monde, ici, ou presque, a oublié que le bon saint Nicolas était au départ de tout.
    Les « Fêtes » me fichent le bourdon – cette frénésie d’achats dans les grands magasins ou l’on devient fou, cette surdose de produits, de consommateurs obligés, de victuailles… Pour moi, c’est le contraire, Noël est d’abord une fête religieuse et la période de l’Avent, sa préparation douce, avec une lumière tamisée qui jour après jour, se fait plus vive. C’est l’Espérance qui gonfle progressivement les coeurs. Rien de tels que ces offices de nuit, dans la Liturgie des Heures, qui chantent doucement, dans la nuit de l’hiver, cette présence chaleureuse qui approche.
    Le folklore autour, c’est cadeau. C’est mignon, c’est rigolo, les crèches (surtout les vivantes… souvent, l’âne est incontrôlable, fiche le bazar dans la crèche improvisée sur le parvis de l’église, le paysan qui râle parce que sa vache n’a pas assez de foin, la sainte Vierge qui a une crampe dans le bras à force de poser pour la photo de famille… les citadins qui sentent une fois dans l’année l’odeur de la bouse et de la paille… J’adore, c’est bon enfant!… ) Et puis, ce sont les traditions de notre bonne vieille Europe. Quand je vais en Asie, j’aime bien voir des Bouddhas et des robes safran. Ici, j’aime bien lorsque les visiteurs qui viennent de loin découvrent nos usages, aiment leur exotisme et s’en réjouissent. C’est ça, la vraie diversité, c’est l’identité de chaque peuple respectée…

    • Edmée dit :

      Tu as raison… Moi Noël est un passage très difficile, mais j’aime l’agitation festive … pour les autres. Je ne me sens pas particulièrement « religieuse » à cette occasion, mais sens l’importance de ces journées, de certains des symboles, et comme toi…de l’espoir qui se ré-affirme.

      Quant à l’orgie de cadeaux et mets fins… là je te rejoins aussi. Je ne fais pas de cadeaux – ou rarement – et si j’en profite pour manger des choses que l’on ne trouve pas aussi facilement autrement… c’est avec beaucoup de mesure malgré tout…

  3. blogadrienne dit :

    bien dit, Edmée…
    et vive saint Nicolas, tralala 🙂

  4. Florence dit :

    Je préfère de rien dire, car je serais loin d’être aussi modérée que toi ! La seule chose : on assassine notre culture et beaucoup trop n’en disent rien !
    Tien, au fait, c’est Sainte Florence qui commence l’avent !
    Vive nos fêtes religieuses et vive l’Empereur qui a remis la religion catholique en place après la terreur de leur révolution !
    Bonne fin de semaine Edmée !
    Florence

  5. gazou dit :

    Bien d’accord avec toi
    Les voeux de bonheur sont bons quelque soit la langue et les traditions qui les apportent et respecter les autres, c’est accepter leurs différences comme eux acceptent les nôtres..Pourquoi devrait-on cacher ce que l’on est?

    • Edmée dit :

      ON ne devrait pas. Et on ne devrait pas nous le demander. Et on ne devrait pas dire à ceux qui veulent qu’on nous le demande qu’ils ont raison de se sentir insultés de ce qui est séculairement, chez nous, un symbole de joie et d’espérance.

  6. Armelle B. dit :

    Une sainte colère que je partage. La France est tellement servile désormais qu’elle est dans la soumission et n’ose même plus afficher ses traditions, célébrer son passé et affirmer ses convictions. Affligeant. Elle est entrée dans le déni et le renoncement.

  7. annerenault dit :

    Oui, tant pis pour ceux qui ne partagent pas l’atmosphère de Noël, ses moments de plaisir et de rencontre, et pour ceux qui croient, le flot d’amour que dégage cette fête.
    Le politiquement correct est une sombre hypocrisie, qui sévit bien sûr aussi en France et qui porte préjudice à la vérité et à l’expression libre des conscience.
    Bien d’accord avec toi, chère Edmée et très bonne Fête de Noël !!!

  8. Pâques dit :

    Bravo Edmée !!!
    Je partage totalement ton avis, hier j’ai installé mon sapin, les bougies, la crèche, c’est comme cela dans nos familles depuis des générations et c’est charmant 8
    Demain je vais préparer des galettes 😉

    • annerenault dit :

      Et moi, Marcelle, le sapin c’est demain, et ce sera les « pâtés cochon » – mon gendre est martiniquais – le chapon farci, la bûche et le foie gras. Et les souliers des petits au pied de l’arbre. De la joie en perspective.
      Et à toi et Edmée, JOYEUX NOËL !!!

    • Edmée dit :

      Yeaaaaaaaah! Marcelle, tu sais, moi je ne prépare rien du tout. Et ne l’ai jamais fait. Ou alors je ne m’en souviens pas. Mais j’invite ma cousine tous les ans pour le jour de Noël et je cuisine naturellement – enfin, plus « grande cuisine ». Aux USA aussi je recevais un cousin, mais si j’aime l’idée que Noël est un moment heureux pour presque tout le monde, je fais partie de ceux qui attendent que ce soit fini… 🙂

  9. Alain dit :

    « La vraie diversité, c’est l’identité de chaque peuple respectée… » Voilà une conclusion magnifique ! Cet article correspond exactement à ce que je pense. Je n’aurais pas su enrober les phrases de cette implacable et bienvenue malice. Un article de Jean Marcoux, qu’Armelle avait mis en ligne sur son blog, m’a définitivement écarté de toute animosité. Est-ce un bien, un mal ? Je reste ce que je suis, un mélange d’atomes. Un tout petit rien. C’est réconfortant et cette réflexion me permet d’en supporter bien d’autres qui nous sont imposées. Je les trouve souvent péremptoires, ridicules, agressives, insolentes et monstrueuses. Sans aucun intérêt, en fait. Sans être résigné, je ne suis plus révolté. Trop écœuré par des promesses non tenues et des solutions toujours envisageables et qui, brusquement, deviennent illusoires. Enfant, j’ai eu des Noëls très solitaires mais toujours riches de cadeaux. Des années plus tard, la magie de cette fête s’est imposée, lors d’un premier séjour enchanteur au Québec, en plein cœur de décembre. Je suis reparti, chargé comme une mule, avec un excédent de bagages assez considérable, tant « La Boutique de Noël », en plein centre de la ville, m’avait fait oublier le raisonnable et mis à mal mes cartes de crédit. Depuis ce jour, je n’ai jamais manqué de faire un sapin. Il scintille. J’aime la douceur qui en découle. Un espace lumineux et apaisant. Ta juste indignation ravive mon envie. Celle de croire, plus fort encore, non pas à Santa Claus, sois rassurée, mais à l’intelligence individuelle. À l’espoir qu’elle fait naître et que certains voudraient étouffer. Tu y parviens magnifiquement, et combles tes lecteurs d’un plaisir qui devient un cadeau hebdomadaire. Merci Edmée.

    • Edmée dit :

      Merci Alain… La lumière de l’intelligence devrait finir par toucher terre, non? Personnellement, pour bien des raisons, Noël et la période de « fête » est principalement une blessure ravivée. Mais il n’empêche que le contenu de ces « fêtes », c’est « prenez de la joie, prenez de l’amour, prenez de la vie ». Peu importe la chanson, ou le décor. On fait grand tapage pour basculer vers les jours qui s’allongent, la lumière qui revient, la vie qui se proclame. Et ternir tout ça avec la censure malhonnête polititically correct est… une grande hypocrisie d’une part, et un manque d’espoir en l’autre…

      Bon dimanche Alain

  10. celestine dit :

    On en revient à ce que je disais dans mon avant dernier billet. Le bon sens, la modération ont déserté notre civilisation en déclin. Le juste milieu, c’est à dire ne rien « ex-agérer » au sens étymologique, voilà le secret oublié.
    Le juste équilibre est très difficile à trouver, évidemment, dans cette époque d’outrances. Quel dommage, quand on sait que la diversité est quand même une richesse.
    La laïcité est une grande idée, mais elle ne cesse d’être galvaudée et utilisée n’importe comment, et le mot se vide de son sens. Les traditions, c’est bien, c’est charmant quand c’est le père Noël et ses petits rennes. mais quand c’est l’excision, on dit quoi ? Certaines traditions ne sont pas tolérables au sens de l’humanisme.
    L’homme du 21° siècle devra essayer de se penser en citoyen du monde, et oublier un peu de s’accrocher à des particularismes dépassés, pour essayer de construire « une » culture plutôt que plusieurs. Une culture de la paix, de la solidarité, du respect des différences et du bien commun. Une culture universelle, en somme, en utilisant les bonnes idées et les choses qui marchent bien dans tous les pays.
    Comment ça, je suis utopique ? Si c’est pas le moment de croire au Père Noël, ça ne le sera jamais…
    Baci sorella
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Edmée dit :

      C’est en effet très difficile de ne pas « en faire trop » ou « trop peu », de ne pas « se laisser faire » ni de résister injustement. Mais il y a bien peu de bon sens dans les voix qu’on entend, et uniquement du « trop ou trop peu ». Pas d’intelligence ni d’honnêteté. Bouh!

      Baci sorellita…

  11. saravati dit :

    Un billet très diversifié qui nous permet de voyager à travers des cultures.
    A chacun ses croyances, en Allemagne, au Canada et aux Etats Unis, on fête la Noël en chansons, c’est un peu lassant, tout comme l’état la « surprise » de Tino Rossi avec son éternel « Petit papa Noël !
    On peut aussi remettre en question le Thanksgiving où les Americains remercient les autochtones de les avoir accueill, juste avant qu’ils les massacrent.
    Bonne crèche, Edmée !

    • Edmée dit :

      En effet le Thanksgiving day est assez controversé, surtout quand on sait l’histoire de ces mêmes Indiens qui ont sauvé les colons de leur premier hiver.

  12. Françoise dit :

    Je suis entièrement en accord avec tes mots, Edmée. Merci à toi de l’exprimer si bien. Bonne soirée.

  13. MM dit :

    Je n’aime pas trop fêter Noël mais j’adore votre billet.
    Merci de l’avoir si bien écrit.

    • Edmée dit :

      Comme vous… je n’aime pas trop mais pourquoi en éteindre la joie que tant d’autres y trouvent sous des pressions hypocrites? Même en n’aimant pas « la période des fêtes »… on ne peut pas être tout à fait imperméable à ce qu’elles contiennent de bonnes intentions, plaisirs, souvenirs en construction…

  14. argali dit :

    Croyante et pratiquante, j’adhère tout à fait à votre billet. Autour de moi, croyants et non croyants fêtent ensemble ce moment familial, convivial, chaleureux et rassembleurs. Dans mon école, tous se réunissent pour partager une heure de fête autour du vivre ensemble. Et on partage, vin chaud, cougnous, gâteaux au miel, dattes, raisins et pain azyme.
    A travers l’histoire, Noël a toujours été une période paix et de trêve. Pourquoi en faire aujourd’hui un enjeu de division ? C’est à chacun d’entre nous de préserver ce symbole d’union et de partage, dans le respect des différences de tous. Et de se rassembler que nos ressemblances sont bien plus nombreuses que nos différences.

  15. Colo dit :

    Pourquoi bouder une fête qui réunit les familles, croyantes ou pas?
    Merci pour ce billet où, sur le ton de la boutade, tu mets le doigt (enfin la plume!) sur la diversité qui oui, bien sûr, doit non seulement être respectée, mais où tout le monde gagne on mettant les différences en valeur.

    Ceci dit je déteste les chants de Noël partout, les pub pour le champagne etc…haha, rien n’est parfait.
    Bonne semaine Edmée.

    • Edmée dit :

      J’ai également une sainte horreur des chants de Noël… Ils me barbent. Et aux USA s’y ajoutaient un agaçant Feliz Navidad de Trini Lopez qui me rendait folle 🙂

  16. Tania dit :

    Que de vérités dans ce billet, Edmée, merci de te fâcher !
    Je me suis fait ce genre de réflexions en achetant mes timbres de Noël – on n’y voit plus de crèche, mais « Meilleurs voeux » sur une boule (de Noël) rouge. Je viens de comprendre pourquoi en lisant cet article sur Daardaar : http://daardaar.be/rubriques/le-lion-flamand-banni-des-timbres-bpost/
    En revanche, on vend du Noël à tour de bras !
    Effacer les différences au nom du vivre ensemble, drôle de conception du respect d’autrui. Mieux vaut partager. Je suis heureuse qu’une Américaine pense à me souhaiter une bonne fête de Thanksgiving et ça m’arrive aussi de souhaiter une bonne fête de l’Aïd.

    • Edmée dit :

      Mais c’est justement ça qui est beau dans la multiplicité: c’est se souhaiter du bonheur à des dates et dans des rituels différents. Rien d’offensant, au contraire, venez donc chez moi et oui, laissez-moi jeter un oeil chez vous et à propos… bonne fête de l’Aïd, Joyeux Hannukah… et tout et tout 🙂

  17. amandine dit :

    Bravo et bisous!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s