La vraie vie de Jean-le-Bègue

Biographie. Nouveaux éclairages sur la vie de gens longtemps disparus et maintes fois discutés. Biographe séduit, biographe écoeuré. Politiquement correct au temps de la rédaction. Un fier conquérant d’autrefois peut être aujourd’hui présenté comme un dément sanguinaire, ou comme un visionnaire qui sut comment assurer la puissance de ses terres. Un seul témoignage peut changer la coloration du portrait.

Imaginons Jean-le-bègue, seigneur né au moyen-âge d’une certaine Jouwette, fille du charron et de Jean-le-bavard, que d’aucuns disent le frère secret du roi, et d’autres son domestique.

Le roi boit - Jacob Jordaens

Les biographes se mêlant de psychologie plus ou moins fine, on aura donc un Jean-le-bègue qui, n’ayant pas eu la couronne, en a perdu la parole dont cependant son père usait sans économie. Et jaloux de son cousin, le fils du roi, un benêt pourtant, qui dans l’ombre se fait conseiller au compte-mots par… notre bégayeur, d’une grande intelligence, lui. On pourrait aussi avoir, en revanche, un Jean-le-bègue qui a souffert de voir son père, Cendrillon mâle, porter d’innombrables seaux d’eau et allumer de multiples feux – en bavardant – dans les appartements royaux, finissant bossu et usé alors que son pauvre fils n’est pas encore en âge de bégayer fleurette à la moindre fille de cuisine.

Frustration frustration.

Les témoignages d’époque insistent: sa voix portait loin. On peut imaginer celle d’Hitler, de Donald Duck, ou d’une cantatrice chinoise, et comme en plus il bégayait… le tout en pointillés. On nous dit aussi que son regard surprenait. Peut-être avait-il une ressemblance avec Marty Feldman. Ou Freddy Krueger. Ou l’oeil de velours de Cary Grant.

Ce fut un grand guerrier, renommé et craint d’est en ouest. Un jeune auteur au flair de chien à cadavres ne découvrira-t-il pas incessamment que “l’est et l’ouest” n’étaient séparés que par une colline et un ruisseau? Quoi qu’il en soit, pour l’instant, on lui accorde des ennemis puissants, félons, particulièrement rustres. Ce qui naturellement, en opposition, le fait apparaître plus puissant, habile mais pas félon, et raffiné. Des pièces de monnaie retrouvées ici et là d’ailleurs nous montrent un profil couronné d’une chevelure bouclée au petit fer du plus bel effet. Enfin… on suppose que c’est lui. On est presque certains. Récemment un scientifique américain très connu (on ne sait pas de qui, mais on nous l’affirme) a fait une analyse de caractère sur base de ce profil et l’a superposée avec son thème astral pour nous présenter une personnalité exceptionnelle. Ce qui gêne aux entournures est le fait qu’un autre spécialiste, allemand celui-ci et, on nous l’affirme, aussi célèbre, vient de mettre en doute la date de naissance de notre héros. Il y aurait eu erreur de transcription, méfait dû à l’hydromel qu’un moine calligraphe aurait bien pu boire d’abondance avant de reprendre la plume.

Mais ce n’est pas tout! La tombe qui fait la célébrité d’une petite bourgade autrement anodine, signalée avec le sigle des monuments historiques, connaît elle aussi des moments difficiles : une jeune universitaire italienne a choisi ce sujet pour son mémoire, et découvert qu’il était très probable que les ossements reposant sous la dalle, et que l’on a étudiés avec le plus grand soin, soient en réalité ceux de son palefrenier. L’homme à la stature de près de deux mètres… serait donc un palefrenier. Pire encore: la tête ne correspond pas au squelette. Un palefrenier qui aurait perdu la tête… Dommage car l’analyse toute récente de l’ADN des os avait établi que le valeureux bégayeur était de la même lignée que Johnny Haliday, qui s’en était montré très flatté. Une nouvelle analyse de l’ADN de la tête est en cours…

Tout le monde le sait, Jean-le-Bègue a épousé Guillemette-la-Wallonne, dont il a eu Guillaume-le-Sourd et Jeanne-la-Niaise. Mais… un vieux coffre acheté en brocantes a libéré ses secrets, et notamment un parchemin qui serait la copie d’un autre plus ancien et qui mentionne au contraire une épouse au nom de Wilhelmina-la-Flamande, ce qui commence d’ailleurs à créer des tensions importantes dans le pays.

Ce qui est bien dans tout ça, c’est que les biographies de Jean-le-Bègue seront multiples et surprenantes.

Publicités

42 réflexions sur “La vraie vie de Jean-le-Bègue

  1. Florence dit :

    Très drôle chère Edmée ! Chacun voit son bègue à sa façon ! Mais était-il vraiment bègue ? Il faudrait poser cette question à ses biographes, car, qui l’a entendu bégayer ?
    Mon Dieu, quelle histoire… belge !
    Bonne dernière semaine de décembre avec mes meilleur bisous
    Florence

  2. Michel dit :

    Amusant !
    Bonjour Edmée !!!

  3. Nadine dit :

    Il faudrait une machine à remonter le temps pour mettre tout le monde d’accord !

  4. gazou dit :

    comment savoir la Vérité vraie…Chacun a la sienne obligatoirement subjective

  5. blogadrienne dit :

    Les biographies sont toujours de la couleur du temps et du biographe… celle que tu viens de nous faire n’échappe pas à cette règle 😉

  6. Armelle B. dit :

    Il y a eu des bègues de tout temps. Nous en avons d’ailleurs plusieurs dans le monde politique actuel. On les rééduque de nos jours mais ils restent agressifs et souvent plus bavards qu’aucun autre. Celui-ci aura au moins fait couler beaucoup de salive et d’encre.

  7. Alain dit :

    Les biographies me passionnaient quand j’étais jeune. Aujourd’hui, beaucoup moins. J’aimerais que les murs prennent la place de ces historiens et nous disent la vérité, le pourquoi, le comment, avec ou sans qui … Le mystère reste le plus fort et garde sa part de rêve. L’ADN est un immense progrès bien entendu. Mais il y a des « fantômes » du passé qui me fascinent toujours. Certains de nos bègues d’aujourd’hui souhaiteraient sûrement que l’on parle encore d’eux dans des centaines d’années. Mais nous ne serons plus là. Toi, pour raconter leurs histoires, tes lecteurs pour en rire. That’s life ! Très belles fêtes de fin d’année Edmée.

    • Edmée dit :

      Justement, les vérités sont tellement multiples… et se basent sur des appréciations personnelles, des études scientifiques plus ou moins concluantes. J’ai été très perturbée par exemple quand on a retrouvé la « fosse commune des Romanovs » et qu’on s’est amusés à identifier les corps, qui avaient été mélangés (il est prouvé que deux des têtes avaient été enlevées de la fosse pendant des années puis remises – mais sur quel corps?) et qu’on a dit que c’était eux… En même temps une église russe de Bruxelles avait en dépôt depuis des années « les cendres des Romanovs » en reliques… Quant à Charles le Téméraire, une nouvelle enquête met de fameux doutes sur « sa dépouille » qui serait peut-être celle de son écuyer. Bref… comme tu dis, That’s life!

      Bonne fin d’année à toi aussi cher Alain…

  8. claudecolson dit :

    Bonjour, Edmée. Ah, la fragilité des témoignages humains ! Bien illustrée, ici. Une chose me turlupine cependant : pourquoi t’intéresser à ce personnage en particulier ?

  9. La vérité historique est inaccessible. Prenons un fait précis, une bataille par exemple. Déjà, les personnes qui ont vécu l’événement n’ont pas la même vision ni la même perception des faits. Le point de vue du général n’est pas le même que celui du soldat (lequel n’a rien compris à la stratégie mise en œuvre, mais a gouté à la poussière et a reçu un coup d’épée). Le paysan du coin qui a vu ses champs dévastés a encore un autre point de vue, quant à son jeune fils de dix ans qui s’est amusé de voir la cavalerie passer, quel récit donnera-t-il de cette bataille quand il sera devenu grand-père ?
    Il ne reste donc que les historiens, qui se penchent sur cette bataille après cinq siècles, pour la décrire objectivement. Oui mais voilà, ils ne disposent que de quelques bouts de papiers, généralement apocryphes ou à moitié détruits (lesquels à leur tour ne font que donner le point de vue subjectif de leur auteur). Bref, la vérité est inaccessible, ce qui permet aux auteurs que nous sommes d’imaginer ce qui aurait pu être (mais qui n’a certainement pas été). Le principal étant d’éprouver du plaisir à écrire. Merci pour ce beau texte, Edmée 

  10. sandrinelag dit :

    Quel personnage truculent! Comme on aimerait le rencontrer (juste une fois mais pas tous les jours)! Un excessif, un fou, un tendre, un furieux, multicolore, multisensoriel… J’aime beaucoup ces personnages qui sont dans l’excès, ils sont éternels, ils deviennent des dieux mythologiques!

  11. eckatelefil dit :

    Beaucoup d’humour ,c’est rare historiquement ! …..Quel fleuron !
    Bonnr fin d’année Edmée.

  12. TooTsie22 dit :

    Bègue ou pas, Bossus ou pas, Terribles ou pas Beaux ou laids, combien de personnages sont passés à la postérité ou à l’oubli au cours des siècles et du temps où ne savait ni lire ni écrire…

    Je trouve amusantes ces histoires de bouche à oreille,de sombres personnages qui sont devenus hauts en couleurs que les conteurs et trouvères arrangeaient « à leur sauce » au gré de leur pérégrinations d’un château fort à l’autre, d’une ville à l’autre et d’une place de village et pour tout salaire que le gite et le couvert…

    • Edmée dit :

      Et même… il ne faut pas remonter très loin: Buffalo Bill avait son propre « biographe » qui le suivait et immortalisait (avec une flatterie sans limites) ce qui lui arrivait – ou pas. Dans la mêlée d’ailleurs on relate le duel de Buffalo Bill contre un jeune Cheyenne (et devine qui gagne?) dont le nom était « cheveux jaunes » et, dans la traduction est devenu « main jaune »… 🙂

  13. Assez rocambolesque, j’adore.

  14. Nicole Giroud dit :

    Ce que j’ai ri, à en bégayer sinon hoqueter!
    Il est vrai que j’ai écrit une biographie ,une vraie, d’un personnage qui a vraiment existé, une personne qui m’a hantée pendant des années.
    Ce que tu écris est cruellement juste: une personne connue dit une chose qui est reprise, puis contestée, etc…
    Tu as juste oublié les haines farouches entre concurrents!
    Le monde des biographes est pavé de chausse-trappes en tous genres, on en perdrait son latin après avoir échangé à fleuret pas du tout moucheté.
    Vive ton bègue et bonne année à tous!

    • Edmée dit :

      Oh oui j’ai omis les haines, et les faux descendants, les fausses épouses, les maladies honteuses et j’en passe 🙂

      Bonne année à toi aussi chère Nicole!

  15. Alainx dit :

    Je suis désolé de devoir te contredire, toi qui a pourtant le gout de la vérité historique chevillée au corps, mais le spécialiste allemand que tu cites, et qui met en doute la probité intellectuelle du moine calligraphe catholique, n’est qu’un vil protestant revanchard et félon, du nom de Wolfgang Schuhmercker de Westphalie, condamné en 1961 par unTribunal ecclésiastique pour trahison scripturaire et falsifications de fausses vérités erronées. Ses propos tendant à mettre en doute la date de naissance du vénéré Bègue ne peuvent donc être retenus. Je m’étonne qu’une historienne de ta qualité, diplômée de l’université de Bouchon-de-Liège, puisse soutenir de telles thèses, que j’ai personnellement combattues dans mon ouvrage qui fait quand même autorité : « Jean-le-Bègue, ou la fluidité d’une pensée pénétrante ». Ouvrage que tu n’as manifestement pas lu ! C’est lamentable !
    Je compte évidemment sur ta probité pour rectifier ton erreur auprès de tes lecteurs.
    De la vérité, que diable ! De la vérité !

  16. Edmée dit :

    C’est un très beau compliment et je l’apprécie beaucoup, AlainX… Une excellente année…

  17. Florence dit :

    Nous venons jusqu’au Plat Pays pour te souhaiter une très bonne année ! Plein de succès littéraires et aussi… auprès des beaux hommes !(°v°)! …
    Nos meilleurs bisous chère Edmée !
    Florence et Paul

  18. amandine dit :

    Bon Nouvel An et bibiz

  19. Alain dit :

    Que 2016 te soit douce et bordée de douceurs, de paix de libertés et de tolérance. Beaucoup d’amour aussi.

    • Edmée dit :

      Je te remercie cher Alain! A toi aussi… un simple bien-être inside-outside est une bénédiction, non? Avec de l’amour; oui, bien entendu 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s