La vraie beauté qui déchiffonne

Toutes nos pensées et actions guidées par elles sculptent le visage et le corps, dénoncent par leurs traits qui nous sommes vraiment. Pendant que les rides et un peu de poids en trop bousculent les lignes, alors que les ans sèment des ennemis qui ralentissent le pas, brandissent des interdictions de manger ceci ou de boire cela désormais – jusqu’à ce que mort s’ensuive, de cet ennui diététique – le visage de notre âme devient, en revanche, plus clair.

Faut-il vraiment la nommer?

Faut-il vraiment la nommer?

Belles florescences ou essences mortifères, le masque a fondu dans la résille de l’âge.

Le regard franc, posé sur l’autre avec un intérêt paisible, le sourire ou l’expression qui reflète la tendre joie de vivre, de vieillir – ce naufrage de notre jeunesse, mais aussi et surtout cette eau merveilleuse, fontaine de jouvence qui ralentit le temps dans ses éclaboussements. C’est là que l’on sent la chaleur qui sort du verbe aimer, ou l’amertume égocentrique; l’acceptation émerveillée des joies ou le suicide au goutte à goutte du quotidien d’une vie qui “n’a pas offert grand chose”.

Peu importe la vie vécue et les épreuves traversées, il est bon de se dire “ce fut un fameux combat, ces années-là”, ou “heureusement que c’est loin derrière”, ou même encore “que de temps perdu à me lamenter de ça, finalement, alors que ça n’a plus d’importance aujourd’hui”… Et on sourit. Les cicatrices sont là, sensibles encore si on y touche, mais elles n’ont pas eu le coeur.

La vie n’est pas finie et il n’y a pas prescription pour les épreuves qui peuvent encore se présenter. On en a vaincu tellement que l’on sait que l’on vaincra encore celles à venir.

Accepter la lutte, et accueillir l’idée qu’elle ne finira pour nous qu’avec nous, c’est se nourrir des bonheurs et plaisirs qui colorent et parfument la route souvent ardue.

Ne pas l’accepter… ça fait de vilaines vieilles personnes. Pas un sourire pour imposer un mouvement de vague à leurs rides, pas une étincelle de jeunesse dans le regard, pas un rire rebelle qui fait chanter la voix. Une bouche serrée sur le refus, les yeux fuyant les indices d’une joie qui pourrait les contaminer.

Pas d’amour.

Publicités

55 réflexions sur “La vraie beauté qui déchiffonne

  1. Armelle B. dit :

    Quel bel éloge, Edmée, de l’âge qui passe, qui s’écoule, traverse le temps, cet âge mûr qui dit bien que le fruit a atteint sa plénitude intérieure, que le soleil de l’amour mais aussi les intempéries traversées ont su sculpter, heure par heure, joie par joie, épreuve par épreuve et qui réfléchit le meilleur de chacun. Ou le pire !

  2. obni dit :

    Magnifique texte, Edmée ! J’acquiesce totalement à ce texte, je n’aime pas les vieilles personnes qui ne parlent que de choses tristes du passé alors qu’il y a toujours un sourire qui peut venir de bon nombre de situations de la vie. La vieillesse c’est comme la jeunesse, ça reste relatif dans tête… Oui l’amour et l’empathie changent tout.

    • Edmée dit :

      Oh non, ces litanies de malheurs, comme si ils avaient été sélectionnés comme martyrs de leur clan. Comme si les autres trouvaient tout joliment emballé et enrubanné tandis qu’eux, pauvres êtres sacrifiés… 🙂

  3. Se réjouir de tout et à tout âge, ça aide. Essayer. Pour que les épreuves nous glissent dessus. Ne pas s’apitoyer.Le temps s’inscrit alors sur la personne avec une certaine grâce.

  4. Maya dit :

    Laisser les rides tracer le chemin parcouru et prendre le temps d’emprunter celui qui reste…

  5. Nicole Giroud dit :

    Comme ce texte me fait du bien, Edmée, tu ne peux pas savoir!
    J’ai rencontré aujourd’hui autour de mon dernier livre un vieil homme plein d’amertume, la bouche amère et le regard en oiseau de proie, J’ai mis du temps à me nettoyer de tant d’amertume et ton texte achève de me rendre la sérénité: merci!

  6. blogadrienne dit :

    j’adore cet article! c’est exactement ainsi que je veux voir et vivre mon « grand âge » 🙂
    merci Edmée, il y a là des phrases à encadrer!

    • Edmée dit :

      Moi j’entre dans mon grand âge (encore trois ans et je passe un cap) et j’entends bien moi aussi ne pas exhiber une vilaine frimousse rancunière ! 🙂

  7. gazou dit :

    La lutte n e finira qu’avec nous…et cependant la vie est belle et nous offre des trésors, si on veut les voir

  8. K dit :

    Titre superbe, texte pas moins, quelle justeese et quelle énergie, merci Edmėe !

  9. Florence dit :

    Lorsque je dois sortir en ville, le moins possible car je n’aime plus Nantes, je vois beaucoup de gens défigurés par le mal-être. Je trouve qu’il y a beaucoup de malades à circuler, ou des gens qui, comme moi, souffrent dans leur corps. Mais certains doivent aussi souffrir dans leur cœur, être malheureux à en crever, et je les plains sincèrement, car c’est la plus grosse des souffrances.
    Il y a aussi les gens, surtout des femmes, laides à faire peur tellement elles sont mauvaises, des vieilles biques repoussantes de méchanceté. Oui, le caractère façonne les traits d’un visage, c’est pour cela qu’il y a les rides d’expressions.
    Bonne nuit Edmée !

    • Edmée dit :

      Tu m’as trop fait rire avec tes vieilles biques laides à faire peur :D… Mais tu as raison! Ce qui est laid c’est l’arrogance; la méchanceté, l’amertume cultivée, le soupçon…

  10. Pâques dit :

     » L’heure de la fin des découvertes ne sonne jamais ». Colette
    J’adore ton billet et j’y adhère complètement.
    Nous avons le même âge et nous ne sommes pas devenues des vieilles biques méchantes, heureusement !!!
    Je garde mon enthousiasme, la curiosité des êtres et de la vie …
    La poésie c’est mon quotidien, une façon de voir le monde et d’habiller les autres d’un manteau de nuages 😉

    • Edmée dit :

      Aaaah merci de citer Colette et sa sagesse!

      Bien sûr que nous ne sommes pas des méchantes vieilles biques venimeuses, nous nous amusons trop pour perdre notre temps à ça 🙂

  11. sandrinelag dit :

    Très joli texte qui met aussi en miroir ce que la fausse beauté est capable de chiffonner: cette frénésie de la chirurgie « esthétique » qui ne sait pas gommer les non-acceptations, qui souligne les carences et les ornières d’une vie et qui finalement enlaidit. Je me souviens d’une bouddhiste revendiquée qui ne parlait que de détachement, d’acceptation et de bien -être et qui était outrageusement tirée et botoxée. Elle faisait pitié. Son visage seul parlait pour elle et de l’échec de ce qu’elle prônait. Son masque effrayant était un enseignement.

    • Edmée dit :

      Tu as raison, je suis moi aussi interpellée sur ces « doubles messages », on dit une chose mais on en affiche une autre… on impose un masque qui ne trompe personne… On dirait que c’est l’acceptation qui manque le plus, comme si c’était un exploit, d’accepter!

  12. Personnellement, j’espère hériter des gênes de mes grands-parents maternels qui, malgré les bobos de la vieillesse, sont encore indépendants dans leur maison à 84 et 85 ans, et savent encore parler de beaucoup de choses. Mais la perte de leurs connaissances ces dernières années et donc la disparition de leur vie sociale (en dehors de leur famille) les affecte quand même assez bien.

    Bon week-end Edmée.

  13. Tania dit :

    J’ai aussi pensé à Colette en te lisant : « Le visage humain fut toujours mon grand paysage. »
    Un sourire, une étincelle dans le regard, et la beauté est là, intemporelle.

  14. Angedra dit :

    Très beau texte que je partage absolument. D’ailleurs encore une fois nous sommes sur la même onde puisque je parle aujourd’hui du sourire de ma grand-mère…
    Le sourire, j’en parle souvent, mais il est si important ! Il façonne « l’intérieur » et « l’extérieur » de notre âme.
    Nul besoin de vouloir effectuer un « ravalement » qui ne fera que recouvrir d’un plâtre éphémère les fissures que notre coeur, lui, ne peut cacher.
    Je vois arriver moi aussi un certain cap (je crois avec deux ou trois années de différence avec toi). Si je pouvais arrêter le temps… je le ferais sans aucun doute car j’aime tellement la vie, mais aucune opération ne pouvant l’arrêter, j’apprécie avec toujours autant de saveurs chaque jour qu’il m’est offert.
    Bien que n’étant pas dans mes idées, je peux comprendre le besoin de certains à vouloir conserver un reflet de jeunesse par des opérations esthétiques si cela leur permet de mieux vivre. A chacun son rêve !

    • Edmée dit :

      Je ne suis pas étonnée que tu sois de la même idée que moi et m’en viens lire ton article « de ce pas ».

      Je n’ai rien contre de légères retouches esthétiques, comme tu le dis parfois ça peut aider à se faire à l’inéluctable avec un peu plus de temps. Mais je comprends mal quand ça devient obsessionnel, car là, ça dénote la crainte de l’âge et de ne plus « plaire ».

  15. amandine dit :

    En lisant ai pensé à ces dingues du Botox vivent les rides et expressions du visage et bravo biz

    • Edmée dit :

      J’ai une amie qui utilise un peu de botox, avec discrétion et ma foi, si elle se sent mieux ainsi, je n’ai rien contre, mais elle n’est pas méconnaissable… Moi je garde mes rides mais c’est sans doute une perception personnelle, j’avoue que si une bonne fée pendant la nuit m’enlevait les bajoues je la remercierais à grands cris 🙂

  16. Adèle Girard dit :

    Notre visage,….le miroir de notre cœur!

  17. Alain dit :

    Les délices d’Edmée … « Ne pas l’accepter… ça fait de vilaines vieilles personnes. » De vieilles biques comme le mentionne l’un des commentaires. C’est drôle. Je pense que nous en connaissons tous. Pour mon dernier anniversaire une amie m’a envoyé une carte avec une citation de Victor Hugo, « La vieillesse bien comprise est l’âge de l’espérance ». C’est peut-être excessif pour celles et ceux qui souffrent dans leur corps. Mais je pense très fort qu’il n’y a pas d’âge pour renoncer, se mettre en marge. La vie doit être vécue jusqu’au bout comme un cadeau. Ne serait-ce que pour rendre hommage à ceux qui n’ont pas eu notre chance. Quant à la chirurgie plastique je me réfugie derrière une citation d’Arletty : « Cacher son âge, c’est supprimer ses souvenirs ». Bonne semaine Edmée.

    • Edmée dit :

      Non, on ne doit pas renoncer, et surtout pas renoncer à la sensation qu’on est là, qu’on aime et est aimé. Par de moins en moins de personnes avec l’âge – quelle idée ont-ils donc de mourir avant nous? – mais avec sincérité et naturel. Tant que cet échange d’amour anime la batterie, on ne doit renoncer à rien…

      Personnellement, même si comme je le disais une correction des contours du visage qui m’arriverait miraculeusement pendant le nuit ne serait pas pour me déplaire, je tiens aussi à garder mes rides, qui sont mes cicatrices et je les ai méritées…

      Bonne semaine à toi aussi!

  18. annerenault dit :

    Merci Edmée pour cet encouragement à une vieillesse souriante et bienveillante. Une seule chose : s’il s’agit sur la photo d’Audrey Hepburn, il faut savoir qu’elle était extrêmement préoccupée de sa beauté, refusait que son mari, Mel Ferrer, la voie le matin non maquillée, et lui reprochait d’aller chercher ailleurs, avec des créatures « vulgaires » mais plus naturelles, certaines satisfactions…. Serait-elle devenue plus sage en vieillissant ?

    • Edmée dit :

      Je l’espère pour elle, elle était encore jeune et sans doute jalouse. Par ailleurs je peux te dire, pour en connaître personnellement une ainsi que son amie, qu’en effet il aimait les créatures vulgaires 🙂 et pas tellement plus naturelles!

  19. saravati dit :

    Comme ce texte sur l’art de vieillir est beau et réconfortant.
    Il rassure ceux qui doutent encore de ne pas assez survivre.
    Les petits bonheurs et les grandes joies sont là où l’on souhaite les voir. Hier j’étais à cette exposition sur la joie de vivre et au-delà des oeuvres d’art, ce sont les sourires et les commentairers des enfants qui m’ont confortée dans ce bonheur de vivre le moment présent ! J’ai revu mes enfants dans ces endroits où ils ont appris à regarder au-delà !

    • Edmée dit :

      J’ai quand même connu pas mal de personnes qui ont continué, jusqu’à leur fin, de m’apporter des sourires et de l’élan. Mon père avait la beauté enthousiaste d’un enfant qui « déchiffonnait » son visage quand on lui montrait une vidéo de son petit-fils aventurier en Malaisie, ma mère faisait des mots d’esprit sur sa tombe (« ton père m’a acheté mon petit bout de terrain »… 🙂 ) Leur grand bonheur « d’être là » malgré des vies très difficiles souvent, en a fait pour moi des éclaireurs…

  20. eckatelefil dit :

    Un beau texte gorgé de sérénité ! ….Difficile d’accepter les jours enfuis quand on n’a pas pu vraiment les vivre comme on aurait aimé. Chaque jour est un instant de vie bon à prendre.
    Bonne soirée.Il neige sur la Touraine et ça ne m’arrange guère.

  21. celestine dit :

    Ah Edmée…quel hymne à la joie.
    J’en suis bouleversée. On a envie de prendre chaque phrase et de l’accrocher sur son miroir du matin, sur son frigo, sur son armoire de fringues, chez son coiffeur, sur son écran d’ordinateur, partout où l’on est amené à constater que le temps fait son oeuvre et que l’on peut oeuvrer avec lui plutôt que contre. Et il est vrai que le modèle que tu as choisi, la douce Audrey Hepburn est la quintessence de l’acceptation joyeuse qui se voit sur les traits.
    Les actrices névrosées qui se font rectifier le portrait se momifient avant l’heure. Vive la joie de vivre, vive les rides d’expression et la seule loi, en ce domaine, c’est de ne jamais renoncer à sourire.
    Merci pour ce billet qui aide plus que tu ne le penses à prendre conscience de la chance de vivre, en acceptant sans renoncer.
    Mille baci

    • Edmée dit :

      Je trouve aussi qu’Audrey Hepburn a en tout cas le mérite d’avoir accepté son visage tel qu’il était, et est restée une sorte d’emblème de la vraie beauté inaltérable.

      A mon âge (ha ha ha) j’ai vu évoluer bien des gens qui ont le même, et ils n’ont pas tous « grandi ». Ceux qui avaient des masques les voient se décrocher : oui il y a encore le faux regard ingénu et les commisérations d’usage dont on ne pense rien, mais le visage dénonce le stratagème. D’autres ont perdu la beauté qui pouvait dévier l’attention pendant un moment, et il ne reste que des traits qui disent « je suis un vieux jaloux, je suis une vieille bique menteuse, je déteste tout le monde… »

      Le vrai sourire qui transmet un peu de sa propre joie de vivre déplisse et parle d’eau de Jouvence dont la source est en soi…

      Baci e altri baci! ❤

  22. MioModus dit :

    Quelle belle écriture : rare et vrai.
    Permettez-moi ici de vous dire que j’aime beaucoup vos écrits et tout particulièrement ce texte qui est avant tout l’éloge de la vie.
    La vie.
    Merci.

  23. marie leone Gaye dit :

    la terre vient de trembler

  24. c’est ce que depuis toujours on appelle la beauté intérieure

  25. picatchou@yahoo.com dit :

    La beauté intérieure….J’ai cru la voir chez mon amie ….celle qui se disait mon amie…on faisait tout ensemble…je l’admirais…on faisait les memes sports….j’étais tellement heureuse avec elle…elle avait une belle ame….tjs entourée de bcp de copines…moi, si timide, je l’admirais…ça a duré un an..puis un jour, elle m’a « jetée » comme on jette un kleenex…pourquoi,…jamais d’explications malgré mon besoin de savoir…
    Alors, j’essaie d’avancer, je me dis que la vie est courte, qu’il y’a des choses plus graves…mais c’est dur de ne plus sourire comme avant, d’etre devenue aussi aigrie…
    Quand je vois des gens qui « font la gueule » je ne juge pas je me pose des questions…
    Le pire, c’est que nous fréquentons le meme club de sports et qu’elle me fait une mauvaise réputation…pourquoi? je ne saurais donc jamais???? que faire? comment réagir?

    • Edmée dit :

      En tout cas ne pas s’accrocher à cette « amie » il me semble. Pour une bonne ou mauvaise raison elle a rompu, et il faut l’accepter. La vie est courte, la vie est longue aussi. Ce qui s’en va s’en va, on peut regretter pendant un temps mais il y a tout le temps qui reste, et toutes les bonnes choses à venir! Courage 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s