La mémoire de l’âme

Tout le monde n’a pas besoin, ou envie du grand amour. Et c’est tant mieux. Il ne manque pas à ceux qui ne le rencontrent pas, et qui se disent alors qu’il est issu de la nécessité de rêver, de sacraliser certaines rencontres, de dé-banaliser sa vie.

Et qui sait ce qu’il est vraiment, ce grand amour contre lequel on ne peut rien et rien ne peut?

Le rencontrer c’est y croire, le chercher c’est espérer qu’il existe… et ceux qui ne le rencontrent ni ne le cherchent ne sont pas pour autant des mal aimés ou des perdants. Il frappe à la porte ou pas, comme les fées se penchant ou non sur nos berceaux pour nous donner beauté intérieure, extérieure, les deux ou… aucune. Ne pas le rencontrer ne veut pas dire que l’amour que l’on vit est un ersatz, un ennuyeux bonsai aux feuilles jaunies.

Une vie est-elle insipide sans le grand amour? Pourquoi le serait-elle? On ne veut pas tous être star de cinéma, faire du saut à l’élastique, voir la Vierge dans un buisson, se goinfrer de caviar ou de bébés crabes avec la coquille. Et c’est heureux. Pour autant que l’amour soit vrai, on le vit comme on veut, à deux : fidèle ou pas, en disputes sonores et gourmandes réconciliations ou pas, raisonnablement ou pas, l’un commandant et l’autre aimant obéir ou pas. Chacun sa recette, et s’il s’agit d’amour, on arrive en fin de voyage avec bien des choses à raconter, des cicatrices et trophées à montrer.

Klimt

Mais si on est touchés par le grand amour, peu importe où et quand, jamais le noyau du noyau du coeur n’oubliera qu’il s’emboite avec cet autre-là et lui seul.

Un jour nos yeux en croisent d’autres, curieux, paisibles et soudain ils s’aimantent, reconnaissant ce qu’ils ne connaissent pourtant pas encore. Une porte s’ouvre dans les profondeurs de l’âme de l’un et de l’autre et le corridor formé par ces regards est net et lumineux comme une voie royale bordée de flambeaux.

La mémoire de l’âme…

Et l’absence – s’il faut la subir, à jamais, ou pour un temps –, sera lourde, toujours d’avantage. Même si cette étrange certitude d’être ensemble lui donnera, parfois, assez de plumes éblouissantes et fortes pour s’élever bien au-delà du manque… Il y aura à jamais la conscience de vivre un miracle et d’en être le gardien respectueux.

C’est un état de grâce qui transfigure comme l’éclair de la foi, un don que l’on n’attendait pas et qui part se nicher au plus profond, se nourrissant des heureux galops du coeur ainsi que des brèches qui le pourfendent du feu d’un grand mystère.

Happy Valentine…

Publicités

39 réflexions sur “La mémoire de l’âme

  1. claudecolson dit :

    J’ai d’abord pensé en te lisant que le grand amour s’apparentait à la passion, pour l’intensité et le feu, mais s’il doit exister et être unique, alors il s’en différencie car la passion a une issue tragique et peut se renouveler , s’orienter sur un autre objet. Elle aussi vaut d’être vécue malgré le souffrances qu’elle engendre dans un deuxième temps : l’intensité absolue, la vie à 1000 à l’heure.

  2. Armelle B. dit :

    Quel bel article, auquel j’adhère totalement ! Pas une virgule à changer. Chaque mot pèse son poids de vérité.

  3. Colo dit :

    Je me glisse dans le commentaire d’Armelle, y ajouter quelque chose m’est impossible.
    Happy, happy for you too.

  4. sandrinelag dit :

    Remarquable. Fin, nuancé, subtil et d’une vérité profonde. Tu as tout dit, simplement et clairement. Merci.

  5. Lauriza dit :

     » On ne veut pas tous être star de cinéma, faire du saut à l’élastique, voir la Vierge dans un buisson, se goinfrer de caviar ou de bébés crabes avec la coquille « .
    Chat alors, c’est splendide !!! Rencontrer l’amour c’est déjà beaucoup, mais qu’est-ce que le grand amour si on n’a pas de comparaison … Ce n’est pas parce que l’on n’a pas rencontré le Grand Amour que la vie est insipide et ennuyeuse. Chacun à sa manière de vivre, l’essentiel c’est de se sentir bien en compagnie de l’autre.

  6. Nadine dit :

    C’est superbe ! De quoi fêter la Saint Valentin, même si on n’a pas d’amoureux !

  7. griseldis dit :

    Ai-je connu cet état de grâce qu’est le Grand Amour? Honnêtement, je ne sais me le dire. Je garde le souvenir d’une passion dévastatrice de mon passé. Heureuse d’avoir connu, j’espère ne plus connaître. J’ai la grâce de connaître un couple qui s’aime de manière… grand amour, quoi, depuis 45 ans et je reste bouche bée devant eux. Impossible d’appréhender leur histoire, cela me reste hermétique. Merci pour ces mots justes Edmée. C’est parfaitement ciselé.

    • Edmée dit :

      Oui c’est une grâce comme tu dis de connaître de tels couples, car ça prouve que… l’amour existe et peut survivre aux traditionnels 3 ans… J’ai aussi connu des gens qui se sont aimés tout au long de la vie. Peu, mais c’est d’eux que j’aime me souvenir…

  8. Tootsie22 dit :

    Ah, l’Amour avec ses banderilles!!

    C’est le sentiment le plus volatile qui soit!!
    Il en aura fait dire et redire des paroles de joie,
    de regrets, d’amertume
    couler beaucoup d’encre et des larmes,
    éclairer bien des visages…
    S’il commence par « toujours »
    il se termine souvent par « plus jamais »
    faut-il y croire,
    ne pas y croire??
    et qui croire !!

    Ne dit-on pas un « premier amour »??
    est-ce donc qu’il sera suivi de beaucoup d’autres???

    • Edmée dit :

      🙂 Bien sûr. Mais on n’aime pas de la même manière à 20 ans qu’à 14, ou à 35 et 60… Et donc si on n’épouse pas son premier engouement amoureux de 14 ans… forcément il y aura d’autres amours. Mais qui, dans le souvenir, n’auront pas le nom « amour » mais passion, folie, amourette, engouement éclair, longue servitude, option raisonnable… et j’en passe.

      Et c’est vrai qu’il fait pleurer, souvent, l’amour. Mais aussi… quelle moisson de bonheur!

  9. Angedra dit :

    En effet, à chacun sa manière d’aimer.
    Certains parlent de passion, de grand amour, de fusion, d’émerveillement, de se sentir bien, d’être heureux, de tendresse, de calme, …
    Heureusement que toutes sortes d’amour existent en fonction de chaque personne et je suis persuadé que chaque individu rencontre l’amour qui lui correspond.
    Très bel article qui met l’accent sur la complexité des sentiments.
    Beau week-end.

    • Edmée dit :

      Tu as raison, et c’est le sens de mon billet. Pour autant qu’il s’agisse… d’amour (grand ou petit, tiède ou passionné, fusionnel ou indépendant. Mais surtout pas … « d’arrangement », de la parodie de l’amour et de l’affection quand il s’agit juste de ressembler aux autres… ou de profiter d’eux…

  10. gazou dit :

    « Mon bien-aimé s’en fut chercher l’amour
    Dès le matin parmi les fleurs écloses.
    Pour le trouver il effeuillait les roses
    Couleur du soir, de l’aurore et du jour.
    Mon bien-aimé n’a pas trouvé l’amour.
    Je l’attendais , pâle et grise lavande,
    et tout mon coeur embaumait son chemin.
    Il a passé…j’ai parfumé sa main,
    Mais il n’a pas vu mes yeux pleins d’offrande. »
    Marie Noël
    Même si elle a toujours vécu célibataire, Marie Noël , la grande poète d’Auxerre a su faire de sa vie un immense chant d’amour…

    A chacun de trouver l’amour qui lui correspond et qui la rend heureuse, comme le dit Angedra…
    J’ai bien aimé ton article

    • Edmée dit :

      Marie Noël en effet semble avoir connu le goût de l’amour sans l’avoir vécu. Elle est un cas très étrange et très lumineux…Une femme singulière et incroyablement intense. Merci de l’avoir déposée un peu ici…

  11. celestine dit :

    J’ai connu le grand amour, mais toujours en décalé…depuis toujours, soit j’aime, soit je suis aimée…Tu crois qu’à force, un jour, ça finira par coïncider ?
    Ton magnifique billet me donne cet espoir en tous cas…
    Baci sorellita
    ¸¸.•*¨*• ☆

  12. M-Noëlle FARGIER dit :

    Dans ton écriture, Edmée, transparaît toujours beaucoup de philosophie. Une belle philosophie. Merci.

  13. bizak dit :

    Peut -on comprendre l’amour? Il ne vient qu’au moment où on ne l’attend pas. Quand on le trouve, il nous glisse! quand il nous nous trouve, on s’y détourne. L’amour est un tourment qu’il faut savoir éviter, car il n’a de durée que le temps de la flamme qui nous embrase même si on pense qu’il ne finirait jamais.
    L’amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l’âme a dit William Shakespeare.
    J’ai adoré tes mots Edmée, ils sont sincères, beaux et justes.

  14. eckatelefil dit :

    Edmée ,quelle belle réflexion sur les émois du coeur ! Dommage tout de même pour les êtres qui passent à côté….C’est là ,ma pensée. Je suis une grande romantique , presque trop ,mais quand l’inattendu survient ,quel vertige ,quelles cimes !!!!!!!!!!!Et qu’importe si cela ne peut durer, vivre le galop du coeur est un cadeau !
    Bon dimanche à toi.

  15. Alain dit :

    Du titre, à la dernière phrase cette page est un régal. Comme le dit si justement Armelle « Pas une virgule à changer ». Je ne m’y risquerai pas compte tenu, entre autres, de mes faiblesses en ponctuation. Tout ce que tu écris correspond à ce que je ressens. Je me contente de savourer, d’apprécier chaque mot parfaitement choisi, pour ces phrases qui décrivent si bien ce magnifique sentiment. Merci Edmée, te lire procure un grand bonheur. Les commentaires qui s’en suivent sont riches d’enseignements.

    • Edmée dit :

      Merci à toi, Alain 🙂

      J’aime aussi toujours les commentaires, qui apportent des nuances, valident, insistent… Ils apportent tellement à un billet, finalement!

  16. Tania dit :

    Je lis dans la foulée tes deux derniers billets, quel contraste – et les deux sont si vrais – la vie fait si souvent le grand écart.

  17. Pâques dit :

    Très beau billet !
    Le  » grand amour  » … comment mesurer sa grandeur ?
    Parfois avec le temps cet amour qui d’emblée flottait dans le plus haut niveau se fait rattraper par un amour plus petit mais qui gravit courageusement tous les échelons pour arriver aussi au sommet …
    J’aime la vie et ses surprises et l’amour transcende le quotidien !

    • Edmée dit :

      C’est bien pour ça que j’ai insisté sur la valeur des amours qui ne sont pas imprégnants dès le départ comme le « grand amour », parce que comme tu le dis, ils peuvent parfaitement arriver au sommet. Je pense que le grand amour a ceci de particulier, c’est que ce n’est pas nous qui choisissons mais lui. Pourquoi, je ne sais pas… 🙂

  18. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    Je ne peux pas encore écrire beaucoup, pardonnes moi !
    Je viens juste pour t’embrasser et te remercier pour tes coms, c’est très gentil !
    Florence

    • Edmée dit :

      Tu es gentille Florence, et je lis que tu es garde-malade pour notre cher chauffeur Paul, alors dorlotez-vous bien et prenez votre temps pour bien vous retaper!

      Bisous!

  19. Nicole Giroud dit :

    Le bonheur du billet et celui des commentaires, c’est toujours un plaisir, Edmée, que de te lire; c’est comme une conversation dans le meilleur des salons de thé: conversation feutrée et réflexions brillantes.
    Personnellement j’ai rencontré mon poteau, l’ancrage de ma vie, mon cocon d’amour et de douceur, mon havre de chaleur rassurante alors que nous avions vingt ans. Cela fait si longtemps! Et nous nous regardons avec émerveillement, un filtre sur les yeux, épaule contre épaule.
    Un haïku que j’aime beaucoup dit à peu près: « Comment mon seigneur passerait-il tout seul les montagnes de la vieillesse alors que c’est déjà difficile à deux. »
    Tant de sortes d’amour, il faut seulement accueillir avec simplicité ce qui se présente, quel que soit notre âge.

    • Edmée dit :

      J’aime aussi beaucoup ce haïku. Et oui bien sûr… l’amour s’accepte quand il se présente, peu importe l’âge, pour autant qu’il augmente l’envie de vivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s