Villa Philadelphie, Evelyne et Rosalie

CoverEt le voici officiellement lancé dans la réalité du monde du livre, mon dernier roman. Pages de papier, pages que l’on tourne, annote, corne, bénit d’un nuage de thé ou auréole de café en se maudissant, pages entre lesquelles on glisse le signet qui nous attendra demain, sans impatience.

Et que raconte-t-il, ce roman?

Quarante ans qui glissent lentement entre les murs de la Villa Philadelphie, ces deux maisons jumelles que Richard, père riche et aimant achète pour que ses deux filles, jeunes mariées, continuent de vivre proches comme par le passé. Ces deux filles qu’Aimée, sa femme véritablement aimée, et lui, ont eues et qui ainsi élèveront leurs enfants ensemble, dans le même jardin, sous le même toit d’ardoise, fêtant les joies cadencées d’une vie de famille dans la veranda commune.

Et combien il est vrai que l’amour rend aveugle. Car jamais Aimée et Richard n’ont compris que l’entente n’avait pas sa place dans ce qui unissait les deux jeunes filles au caractère tellement opposé.

Et tandis que les années passent, que grandissent les enfants et vieillissent les époux, les caractères de Rosalie et Evelyne se précisent, forgés par la vie, ce qui y manque et ce qui y abonde.

« Richard ne regardait ses filles que par-dessus le journal. Elles étaient le jouet de sa femme, et seraient sa fierté de père quand elles l’allieraient à de bonnes familles dont elles auraient conquis le cœur des fils.»

« Rosalie était ce qu’on appelait un enfant de l’amour, conçue dans les rires et les frôlements interrompus de longs baisers et caresses qui leur coupaient le souffle, leur coloraient les joues et allumaient leurs yeux. Oh ! Ce somptueux secret de la chair qu’ils partageaient et qui les nimbait d’éternité… L’heureux désordre du lit, dont le froissement des draps brodés trahissait le fait qu’ils n’utilisaient qu’un côté, assoiffés de leurs odeurs, tiédeurs et soupirs. Combien d’œillades complices ne s’étaient–ils échangées au cours de ces premières années, les lèvres malicieusement pincées pour contenir à table une joie que les domestiques ne devaient voir, et commentaient ensuite à la cuisine… »

Pour la couverture, j’ai pris une photo de ma grand-mère et sa sœur… qui s’adoraient ! Mais bon… elles « font comme si… ».

Il figure maintenant dans le catalogue Chloé des lys … Ici, ici-même.

Publicités

40 réflexions sur “Villa Philadelphie, Evelyne et Rosalie

  1. bizak dit :

    Très ému Edmée de te découvrir une grande écrivaine. Je viens aussi de parcourir le lien que tu as indiqué sur ton éditeur « Chloé des Lys »( Dont le hasard, mon billet de ce soir avec les plumes d’Asphodèle, porte la fleur de Lys!) où j’ai vu que tu as déjà publié beaucoup de romans et dont je suis ravi de ce foisonnement en littérature et je te promets que je les lirais tous. J’espère les trouver en France, j’ai un voyage prévu au début d’avril prochain. Le résumé de ton dernier roman est assez tentant. Heureux pour toi. Bisou

    • Edmée dit :

      Merci Bizak, et bisous… les livres sont plus faciles à acheter en ligne (et moins chers puisque tu n’as pas le pourcentage librairie en plus!)… Merci mille fois pour ton intérêt en tout cas!

      Bon week-end et bon séjour français en avril!

  2. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    Je souhaite beaucoup de succès à ton petit dernier et j’espère que les clients seront nombreux, car le succès n’est pas tout !!!
    Gros bisous et très bonne fin de semaine !
    Florence

    • Edmée dit :

      Merci Florence. Je pense que dans mon cas il vaut mieux se nourrir de succès (relatif) car l’argent n’arrivera pas 🙂 Et comme ce n’est pas lui que je vise, c’est très bien ainsi.

      Bisous aussi et bon rétablissement à Paul!

  3. Maya dit :

    Edmée, ces quelques lignes de votre roman donnent l’envie de savourer la suite. La magie de votre écriture suspend le temps, je suis décidée à partir dans cette histoire qui me fera oublier le monde durant la lecture. Très heureuse d’avoir fait votre connaissance ici.

  4. Nadine dit :

    Félicitations pour cette nouvelle parution qui connaîtra, à coup sûr, le même succès que les précédentes.

    • Edmée dit :

      Ca… nous verrons. Mais je suis heureuse qu’il sorte, car j’ai eu beaucoup de plaisir à l’écrire. Je l’avais commencé alors que j’étais encore aux USA et l’avais laissé en jachère car trop prise par beaucoup de changements… Puis je l’ai retravaillé ici et terminé…

  5. Félicitations ! Longue vie à votre livre.

  6. Colo dit :

    On se délecte à l’avance!
    Bravo et je te souhaite grands succès chère Edmée.

  7. Angedra dit :

    Come cela doit être une grande joie de donner naissance à une belle aventure sur papier et de le voir prendre son envol pour accrocher tes mots dans le coeur de ceux qui les liront. Tes écrits sont toujours captivants, je ne doute pas que ce livre le sera tout autant.
    J’ai déjà eu l’un de tes livres en cadeau, il ne me reste plus qu’à découvrir celui-ci.
    Belle route à ton petit dernier.

    • Edmée dit :

      C’est vrai que c’est une joie, le lancer du navire 🙂 J’aime écrire, et c’est vraiment mon plaisir. Et il se conjugue avec celui des lecteurs quand ils ont été heureux de leur lecture…

  8. sandrinelag dit :

    Félicitations! Maintenant, l’oeuvre ne t’appartient plus, la voilà autonome. Tu dois être soulagée… Je lui souhaite en tout cas de rencontrer son public et d’être lue, appréciée, commentée. Je me réjouis d’avance.

    • Edmée dit :

      Tu es gentille… Bizarrement je continue de penser que l' »oeuvre » m’appartient mais que je ne la dirige plus, ça oui. Je la regarde se dépêtrer avec les lecteurs…

  9. amandine dit :

    Superbe entrée en matière et bravoooooooooo

  10. Lauriza dit :

    Nouveau roman, nouveau plaisir de lire. Je lui souhaite beaucoup de succès et bon vent …….

  11. Alain dit :

    Une belle et alléchante présentation en attendant de pouvoir le lire. D’ores et déjà je souhaite à cet ouvrage tout le succès et la reconnaissance de celles et ceux qui aiment « les beaux mots ». Ce qui emportent et font rêver. Le grand avantage d’internet réside essentiellement dans ce partage et ces échanges précieux. Je suis heureux de t’y avoir « rencontrée ». Impatient de me laisser bercer par « Villa Philadelphie ». Très sincèrement je te souhaite un franc et beau succès !

    • Edmée dit :

      Je sais que tu es sincère, cher Alain, et je t’en remercie. Oui l’internet est une merveilleuse invention pour le partage. Et le reste, on fait de son mieux pour ne pas s’y frotter…

  12. Armelle B. dit :

    Commandé hier 1 mars, j’ai déjà hâte de le lire et de vous écrire ce que j’en pense. Mais comme j’aime votre écriture, je suis bien certaine de ne pas être déçue.

  13. Béa de C dit :

    Succès assuré!
    Très tentant à lire ces quelques lignes!
    Oui, oui, je me laisserai tenter!
    Plein de bisous, ma chère Edmée…

    • Edmée dit :

      Merci chère Béa… ça fait plaisir de tout d’un coup avoir des lecteurs ou lectrices qui me suivent. Plaisir auquel je n’avais pas pensé au début – je pensais « one step at a time »: d’abord avoir des lecteurs et lectrices!

  14. Alain dit :

    Commandé le 1er mars et déjà « en attente de réapprovisionnement », chère Edmée voilà l’un des premiers signes du succès !

  15. blogadrienne dit :

    Bravo, Edmée! toutes mes félicitations! ce doit être une grande joie.
    Le résumé me rappelle deux amies de ma mère qui étaient sœurs jumelles (en fait une seule était l’amie de ma mère). Leur père leur avait fait construire des « maisons jumelles » dans un joli parc, pour qu’elles ne soient pas séparées après leur mariage… mais elles ont fini par « tomber en dispute »

    • Edmée dit :

      Aaah… oui je suppose que c’est finalement une histoire assez courante… l’idée de la maison jumelle ne devait pas être excellente!

  16. celestine dit :

    Ooooh ! Ravie d’apprendre cette naissance, sorellita !
    Pure fiction dans laquelle tu as mis de toi, bien sûr…enfin je le suppose.
    J’aimerais te l’acheter à toi personnellement, si tu veux bien. J’aimerais avoir ta dédicace.
    Le sujet, en tous cas, donne envie d’entrer dans l’histoire…
    Mille baci sorellita
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Edmée dit :

      C’eut été avec plaisir, sorellita, mais je peux faire comme pour Mimi du Sud à Toulon, qui commande chez l’éditeur et je lui envoie une carte dédicacée qu’elle glisse dans le livre, ça marche? Car si mon éditeur ne compte pas les frais de port, l’auteur ne peut se le permettre, et ils sont honteusement élevés entre nos deux pays. Grrrrrrrrr 😦

  17. Bravo et longue vie à ce dernier né!

  18. Pâques dit :

    Félicitations pour ce nouveau livre !!!
    Un sujet très intéressant, j’ai hâte de le lire 🙂

  19. saravati dit :

    Toutes mes félicitations à l’occasion de cette parution.
    J’imagine que les personnages sont à l’image de ce que tu exprimes sur ce blog. Réalistes, parfois cyniques, sensibles, empathiques ou antipathiques. Bravo aussi pour cette couverture pleine d’histoire familiale !

  20. Mimi du Sud dit :

    Kikou ma belle Edmée,
    je viens de finir ton livre 🙂
    J’ai beaucoup aimé suivre la vie de ces
    deux soeurs et leur famille. De découvrir tout au
    long de leur vie, leur joie, leur tristesse, la jalousie,
    la guerre et surtout l’amour. ..Et c’est bien triste pour
    ces deux soeurs avec la jalousie d’une créera de nombreux
    conflits…. j’ai adoré la fin de cette très belle histoire de la
    villa Philadelphie 🙂

    • Edmée dit :

      Oh merci Mimi de me donner ton impression… Finalement la bonne Aimée, en entrant toujours dans le jeu de Rosalie, va la rendre incapable de se satisfaire de son bonheur… Et oui, moi la fin me fait plaisir aussi, il n’y a pas de drame et une nouvelle vie commence!

      Bisous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s