Le lapin blanc et les cloches…

Lovely brunette, ses enfants  et ses parents, ainsi que sa jolie cousine, ma marraine Yvonne

Lovely brunette, ses enfants et ses parents, ainsi que sa jolie cousine, ma marraine Yvonne

Lapin de Pâques, lapin de chocolat, lapin en retard, lapin qui fait pan-pan avec sa patte-de-lapin. Aucun souvenir de Pâques pour moi, sauf ces deux minuscules : ma marraine qui m’avait offert un grand lapin de chocolat qu’elle avait « caché » dans le jardin le jour le Pâques… sur la balançoire. J’avais 4 ans… et j’ai passé tant de temps à chercher dans les vraies cachettes (la bordure de buis, la mangeoire des poules, le milieu du parterre de tulipes, le pigeonnier, la niche du chien… ) que quand enfin je l’ai vu, épuisée de mon enquête j’ai couru avec trop d’empressement et l’ai jeté au sol, et comme il avait commencé à fondre, eh bien… ce fut un drame haut en couleur (chocolat)…

Et puis la poule. Une magnifique poule de carton décorée de fleurs et remplie de petits œufs en chocolat, et qui, oh stupeur – mais avec quelle grâce les enfants acceptent d’être stupéfaits sans rien remettre en question – me pondait un petit œuf par jour sauf le vendredi saint. Et le jour de Pâques je pouvais la prendre et l’ouvrir et découvrir tout ce qu’elle n’avait pas pondu !

Lovely Brunette enfant, quant à elle, croyait fermement voir les cloches de Pâques avec leurs ailes. Son frère ainé l’encourageait à bien regarder, là, là au-dessus du clocher, ou bien là, là, au-dessus de la ferme, elles arrivaient de Rome « Regardez bien, regardez mieux… vous les voyez ? » (ils se vouvoyaient…) et… finalement elle couinait et sautait sur place, oui oui, elle les voyait, elles arrivaient à tire d’ailes et en ding-dongs sonores pour la messe !

Moi, je n’aimais pas la messe de Pâques qui était encore plus longue que la messe normale.

Mais… Joyeuses Pâques à tous et toutes, lapins, chocolats, cloches, nouvelles carottes et petits pois du jardin, bon dessert, et surtout, surtout… savourez plus que tout la joie d’être ensemble « depuis tout ce temps »…

Et résistons tous à la tentation d’entendre le glas au lieu du son heureux des cloches après cette semaine… sombre. Pâques est le symbole de la résurrection, et plus que jamais c’est ainsi que nous devons chanter notre unité dans ce petit lieu étrange qu’on appelle « la vie »…

Publicités

36 réflexions sur “Le lapin blanc et les cloches…

  1. claudecolson dit :

    La vie, notre vie, est à jamais marquée par ces croyances importantes de l’enfance Elles aussi nous constituent, et ce d’autant plus fort que nous appréhendons alors le monde avec naïveté : le monde est, à cette époque de notre existence, sécurisant tant que nous sommes sous la « protection’ de nos parents.

    • Edmée dit :

      Oui, c’est bon de pouvoir, à certaines occasions, évoquer cette confiante innocence d’enfants que nous étions, dans la protection de nos parents…

  2. Angedra dit :

    Oh comme je suis entièrement d’accord avec toi, apprécions de pouvoir écouter les cloches voler et voir ces sons si joyeux remplir le ciel de Pâques.
    Que l’on soit lapin, poule, oeuf, poussin ou cloche (bon pour les cloches je pense que nous n’aurons pas de problème à en trouver …. mais pas en chocolat !!!) apprécions le bonheur de nous réunir, d’aimer ceux qui nous entourent.
    Moi aussi je surveillais le ciel pour repérer les cloches revenant de Rome. Ce que j’aimais particulièrement durant cette période était la visite de 7 églises. Elles étaient toutes magnifiquement décorées de fleurs et le tour de 7 églises avec maman et mes frères et soeurs étaient un beau et agréable moment.
    Belles Pâques dans la paix et la joie de la résurrection. Hosanna

    • Edmée dit :

      Je comprends donc que tu viens d’une famille plus pratiquante que la mienne. Je n’ai pas de vrais souvenirs « vraiment pieux » au sujet de Pâques mais des souvenirs anecdotiques comme la famille, les oeufs en chocolat etc… Mais j’imagine que ces souvenirs de nefs d’églises fleuries et de toute « cette joie dans l’air » t’a déposé à,jamais dans le coeur la mémoire de ces beaux instants!

  3. Nadine dit :

    La messe ne m’enthousiasmait pas plus que toi. Mais après, un bon repas en famille nous attendait. Avec l’arrivée du printemps, le beau temps était souvent de la partie, pas sûr que ce soit le cas cette année !

  4. sandrinelag dit :

    Chez nous non plus, on ne cherchait ni la poule, ni le lapin, ni les cloches… En revanche, nous avions le repas de Pâques, le fameux « gigot de huit heures », confit, savoureux, accompagné d’un gratin dauphinois à tomber tellement il était le bienvenu… Pour les adultes, un spécial grand crû était chambré dans la carafe de décantation: quelque chose de mystérieux pour nous, enfants, mais à observer la satisfaction des adultes lorsqu’ils le goûtaient, nous attendions avec impatience d’être grands pour avoir droit au « Précieux Sang » (de la vigne)…
    Bonnes Pâques à toi, Edmée!

    • Edmée dit :

      Oh oui ces rituels de « grands » auxquels on sait qu’un jour on sera assez grand pour y participer… j’adore ces rares choses immuables et maintenues aussi immuables que possibles dans un monde qui change toujours (ce que j’aime naturellement).

  5. celestine dit :

    Encore une occasion pour les commerçants d’augmenter leur chiffre d’affaire… 😉
    Mes enfants aimaient bien cette tradition de chercher les oeufs dans le jardin, et d’ailleurs on continue, et dimanche on va se marrer (sous la pluie selon météo-france). Mais ils ne m’ont jamais demandé pourquoi on faisait ça, j’aurais été bien en peine de le leur dire.
    Pour moi qui ne suis pas croyante, c’était juste une façon de mettre de la magie dans leur vie, cette magie étincelante dont le monde manque cruellement.
    Baci sorella, je pense à toi, surtout dans ces moments difficiles que traverse ton pays. Et je pense à toi aussi pour ce que tu sais.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Edmée dit :

      Ma mère cachait encore des oeufs dans le jardin pour ses petits-enfants, et était « excitée comme un pou ». Mais mon frère et sa famille ont toujours été des lève-tard (chose interdite chez nous…) et d’excitée comme un coucou elle devenait une vraie pile électrique, craignant la pluie ou même le soleil qui faisait fondre les oeufs. Un jour, de la fenêtre de la cuisine nous avons vu – en riant beaucoup – une pie tourner avec suspicion autour d’un bel oeuf emballé dans du papier doré et puis… l »emporter! Nous avons tout de suite imaginé l’aspect du derrière de la pie après l’avoir chéri dans son nid…

      La Belgique a été touchée, et nous l’avons tous été. Je suis surtout très bouleversée pour les familles des victimes et disparus. Ça arrivera encore hélas… désormais c’est ainsi que nous vivrons pendant longtemps. Mais… nous vivrons.

      Joyeuses Pâques sorellita et oui… je sais de quoi tu parles 😉

  6. Tania dit :

    Est-ce le contrecoup ? J’ai bien du mal ce matin à résister à la tentation. Merci, Edmée, de rappeler la joie de Pâques.

    • Edmée dit :

      Il ne faut pas résister à de telles tentations, non non! Il faut que nous ayons tout le plaisir de vivre que nous pouvons trouver! Joyeuses Pâques!

  7. Armelle B. dit :

    Oui, oui, Pâques est une fête magnifique. La lumière remonte, la nature germe et éclot, tout chante et se réjouit, joyeuses Pâques Edmée.

  8. bizak dit :

    Mes plus beaux moments de mon enfance, c’était quand je voyais partout, autour de moi, plein de corbeilles aux œufs multicolores. Corbeille faite comme un phénix à tête de poule qui protégeait ses œufs. C’était Pâques. Et puis la guerre, et puis plus de Pâques et puis encore plus rien, que le doux souvenir de Pâques ! Ah! comme le monde aurait été plus beau s’il y’avait Pâques partout.

    • Edmée dit :

      Les souvenirs sont tenaces, s’enjolivent avec le temps (eux, ils vieillissent drôlement bien 😉 ) et nous éclairent tout le restant de nos jours. Parfois oui, ça s’appelle nostalgie mais aussi c’est comme regarder une armoire grande ouverte avec tout ce qu’on a eu et que, dans la mémoire, nous avons donc à,jamais…

      Joyeuses Pâques Bizak!

  9. Colo dit :

    Souvenirs…j’en ai peu de Pâques et ici il n’y a pas la tradition des œufs. Par contre naissance de lapins chez nous!

    Bon week-end Edmée, et comme dit Lydie Salvayre dans « Pas pleurer »:
    « Rien de plus têtu, rien de plus tenace que l’espoir, surtout s’il est infondé. L’espoir est un chiendent. »

    • Edmée dit :

      Je ne pleure pas, suis simplement perturbée pour les familles qui ne vivront plus jamais comme avant. Mais pour le reste, le seul danger est le hasard qui nous mettra à notre lieu de rendez-vous et comme il n’est pas prévisible… je compte bien vivre comme d’habitude si ça dépend de moi…

      Bienvenue aux lapereaux, alors, et joyeuses Pâques!

  10. K dit :

    Irons-nous jusqu’à dire « sans le lapin sans le lapin la messe nous emmerde… » ?
    😉

  11. Alain dit :

    Pâques ? Je n’ai qu’un vague souvenir d’œufs en chocolat. Encore moins de messes, même si dans ma prime enfance j’ai été enfant de cœur. Mais oui chère Edmée ! Pas longtemps, je l’avoue. Avec un ami de l’époque nous nous arrangions pour mettre une pagaille monstre, entre missel que l’on devait changer de côté, clochettes qu’il fallait secouer et encensoir que l’on se délectait de faire tomber. Notre pauvre curé, qui, au demeurant n’était absolument pas désagréable, nous obligeait ensuite à quantité d’Ave Maria et autres Pater Noster. Autant d’actes de contrition que nous n’avons pas trop mal vécu. C’est ainsi qu’un Dimanche de Pâques nous nous sommes retrouvés, Michel et moi privés du repas de Pâques. Une punition qui en fait, s’est transformée en cadeau ! Je n’aimais pas manger le traditionnel agneau pascal. Et n’en mange toujours pas. Bon weekend Edmée !

    P.S. J’ai passé de très beaux moments dans cette Villa Philadelphie. J’en parlerai sur mon blog.

    • Edmée dit :

      Finalement on a pas mal de bons souvenirs de ces obligations « religieuses »… on apprenait à braver les interdits (pendant que d’autres se les interdisaient 🙂 ). Je n’ai pas trop de souvenirs non plus comme tu peux le voir…

      Ravie si la Villa Philadelphie t’a bien accueilli… tu es gentil de me le dire 🙂

  12. gazou dit :

    J’ai peu de souvenirs de la fête de Pâques….Pour moi, enfant, c’est la fête de Noël qui qui me paraissait importante, on avait très peu de cadeaux mais il y avait quand même quelque chose de magique
    bonnes fêtes de Pâques, Edmée !

    • Edmée dit :

      Comme tu vois moi aussi j’ai peu de souvenirs en dehors de mon lapin et ma poule en chocolat. Je ne sais même plus ce qu’on mangeait, et je sais qu’on n’avait pas de cadeaux sinon en chocolat.

      Bonne fête de Pâques à toi aussi Gazou!

  13. griseldis dit :

    Comme vous, Edmée, j’ai l’intention de vivre aussi normalement, banalement que possible, à Pâques, à Noël et à la Trinité! N.B. : vous souvenez-vous des oeufs en chocolat de chez Efdé?

  14. blogadrienne dit :

    l’histoire des cloches avait ceci de convaincant qu’elles se taisaient les jours d’avant et sonnaient à toutes volées pour Pâques 🙂
    mon frère et moi avons cru aux cloches comme nous avons cru à Saint-Nicolas, pourquoi douter, les chocolats étaient bien là au jour dit!
    Bon week-end et en effet, tâchons de rester sereins et positifs.

    • Edmée dit :

      Bien vrai! Je le croyais aussi, mais sans doute plus à Saint Nicolas que l’on « voyait en vrai » pour la photo annuelle et lors de sa visite annuelle aussi dans les écoles!

      Rester positifs est en effet essentiel. Il faut que les fêtes en restent… Joyeuses Pâques – sous le soleil, en prime!

  15. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    Je passe bien tard, mais j’ai eu pleins de problèmes, entre autre, mon frigo cassé…
    Puis je voulais arranger quelques photos pour Pâques !
    J’aime bien ton histoire… tragi-comique pour le lapin sur la balançoire, et mystérieuse pour la poule qui pond un oeuf par jour sauf le Vendredi Saint et les cloches qui reviennent à tire d’ailes !
    Je me souviens des chasses aux œufs dans le grand jardin de mon enfance…
    Gros bisous Edmée et bonnes fêtes pascales malgré tout !
    Florence

    • Edmée dit :

      Mais ne parle pas de retard, chère Florence, nous sommes libres comme l’air 🙂 … Tiens, moi aussi j’ai eu des soucis hier, ma chaudière qui a choisi de mourir un vendredi saint alors que je recevais… Grrrrr 🙂

      Joyeuses Pâques et gros bisous!

  16. Philippe D dit :

    Je me vois très bien ramassant les oeufs que les cloches avaient laissé tomber dans le jardin. Je me souviens des gros oeufs en carton. Ensuite, ce fut le tour de ma filleule, de mon fils et enfin de mon filleul de ramasser les oeufs ! Ah l’innocence de l’enfance !
    Bon dimanche pascal.

  17. Pâques dit :

    Joyeuses Pâques ! – 🙂
    Je suis un peu sonnée par les évènements, mon fils aîné aurait pu être dans le métro ( heureusement, ce jour là, il était malade et resté à la maison).
    Marre de ces lâches qui tuent des innocents !!!

    • Edmée dit :

      Oui Marcelleke, je te comprends. Cette ligne de métro, je la prends à chaque passage à Bruxelles. Et la prendrai encore. Et oui, ces fous furieux, ces « cas isolés qui étaient discrètement surveillés »…il serait temps de revoir les mots isolés et surveillés…

      Joyeuses Pâques en dépit de tout. Nous sommes là, et nous avons de la chance!

  18. Oui, les cloches qui revenaient de Rome… On avait beau me les montrer du doigt, je ne les ai jamais vues. :(( J’espère encore pourtant :))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s