Quand vous voyez des petites vieilles…

… chemisier rouge et cheveux blancs…

Eh bien si le troisième âge est un âge où il fait bon vivre la plupart du temps, il est un combat régulier dans certaines occasions.

Vieille femme grotesque - Quentin Metsys - 1513

Vieille femme grotesque – Quentin Metsys – 1513

Prenez les bus ou trains. Si les places manquent, elles sont pour les jeunes, parce qu’ils doivent s’asseoir pour smartphoner en paix et dans le plus grand confort, eux. Les petites vieilles pimpantes n’ont qu’à, après tout, assumer et rester debout. Elles veulent faire les jeunes, eh bien qu’elles se plantent sur leurs gambettes, qu’elles offrent leur place aux encore-plus-vieilles s’il en reste et jouent à Sheetah suivant Tarzan au bout de sa liane, cramponnées à la main courante. Après tout, c’est elles qui le veulent. Elles n’ont rien à faire, personne ne leur envoie d’autres sms que « j’arrive, Mémé » ou « je t’appelle demain si j’ai le temps », et elles ont toute la journée pour circuler. Si elles choisissent les heures de pointe eh bien debout la vieille garde, nous on sms et on écoute nos chouettes musiques trop cool et hyper bien.

Pareil pour le train, non madame moi j’ai un grand sac sur le siège à côté et il est trop lourd pour le hisser, désolée. Ou mon enfant doit s’asseoir, oui il a sa poussette qui bloque le passage mais le pauvre petiot y est depuis si longtemps et puis il aime la banquette du train. Vous trouverez certainement plus loin…

Au super marché, eh bien… madame, puis-je passer avant vous, JE suis pressé(e). Mais quoi de plus naturel, je n’ai rien à faire, juste attendre la mort. Place à ceux qui travaillent (peut-être) ou ont hâte de retrouver leur feuilleton favori (faudrait pas s’étonner…).

J’ajouterai que dans les trains, les hommes – en général – sont des goujats : si on a passé l’âge d’être « intéressante » eh bien on se casse le dos pour hisser notre valise, et la récupérer. Ils sont sourds à tout soupir et absolument fascinés par un article parlant de nouvelles pilules de jouvence, d’épilation sourcils pour messieurs ou de vacances insolites à discuter au bar à vins. Rien ne les en distrait. Pire, si nous perdons l’équilibre, emportée par le départ du train combiné au poids de notre balluchon, un furieux « mais faites attention, enfin ! » jaillit de leur regard.

Bref, nous payons au quotidien le fait que nous ne soyons pas des petites vieilles chenues et tremblantes, avec un cornet auditif, une canne, du poil dur au menton et des chaussures Mémé confort. Là… je suppose que (et encore ?) on nous donnerait le crédit de l’âge.

Je me dois quand même de terminer sur une note positive : les Belges et les Français sont en général les plus goujats dans l’absolu, mais Asiatiques et Africains sont des princes en armure rutilante dans ces situations. Je leur rends grâce avec toute ma reconnaissance de pimpante dame du troisième âge.

Publicités

51 réflexions sur “Quand vous voyez des petites vieilles…

  1. claudecolson dit :

    Les temps ont changé, « ma bonne dame », on a confondu volonté d’égalité et égalitarisme à tout crin, voire érigé l’égoïsme, l’individualisme en unique repère.

    • Edmée dit :

      A qui le dites-vous, mon bon monsieur! Je suis arrivée à la conclusion que jamais je ne serai assez vieille pour qu’on me cède la place, moi qui l’ai cédée toute ma vie en attendant mon tour 😦 Je pense que j’ai même de la chance, tout compte fait, qu’on me laisse encore monter dans un bus ou un train, moi qui n’ai rien à faire ni où aller… 😀

  2. Florence dit :

    Coucou Edmée !
    C’est vrai que je n’habite pas une capitale, que je ne vais pas dans certains quartiers, que je ne prends pas le train et le moins possible le tram, mais pour le peu que je le prends, je n’ai pas remarqué ça, au contraire, les jeunes laissent volontiers leurs places aux vieilles, ils la proposent même. Quand aux supers marchés où je vais, je n’ai jamais vu que quelqu’un demande à passer devant une autre plus vieille, c’est plutôt le contraire, ce sont les vieilles qui veulent passer devant tout le monde. De toute façon il y a des caisses prioritaires. Mais petit bémol, le mardi où il faisait si chaud, nous sommes aller faire les courses le matin, et là, je dois dire que plusieurs types (je ne peux pas dire messieurs) m’ont bousculée. j’étais très étonnée de voir ce genre d’individus dans mon Super U. Mais , normalement, je trouve dans l’ensemble les gens assez courtois dans les lieux publiques. En plus, et cela me réconforte un peu, car depuis que je fais au moins mon âge et que souvent je fais très fatiguée, j’ai tous les égards. (°v°) Avant, on ne me prenait pas pour une personne âgée !!! Je me souviens la réflexion d’un vieux colonel, me racontant comment il avait été mortifié lorsqu’une jolie femme lui avait proposé sa place. Là, tout d’un coup, j’avais pris un sacré coup de vieux, m’avoua-t-il ! Cela m’a fait le même effet lorsque cela m’est arrivé !(°v°)! Quand à la goujaterie des hommes, les femmes voulant être leurs égales, ils ne prennent pas plus de gants qu’avec leurs semblables, c’est normal.
    Gros bisous Edmée et bonne fin de semaine !
    Florence

    • Edmée dit :

      Ben… Je ne désire pas du tout être l’égale des hommes, je n’ai jamais rien demandé de tel. Je prends très souvent le train et … ce sont des goujats, pour la plupart 🙂 (Persiste et signe: Edmée 😀 )

  3. Florence dit :

    J’avais tapé une longue réflexion et je ne la vois pas !
    Je n’ai plus le temps pour une autre, je reviendrai plus tard !
    Bisous Edmée !
    Florence

  4. anne7500 dit :

    Comme c’est bien observé et bien dit ! Je ne suis pas encore au troisième âge mais le coup des valises énooormes qu’on ne veut même pas ranger avec l’aide que j’offre, je connais… l’élégance et la courtoisie ne sont pas l’apanage des messieurs, d’ailleurs, et cela se perd… Haut les coeurs !

    • Edmée dit :

      Voilà! Suffit de se déplacer régulièrement et on réalise qu’on a le syndrome de la valise trop lourde et qu’elles finissent par se réduire à la taille balluchon de Jeannot-lapin pour ne pas se casser le dos sous l’oeil des goujats 🙂

  5. Armelle B. dit :

    Ma foi, je suis moins pessimiste que vous, Edmée. J’ai souvent vu des regards bienveillants ici et là. Mais je vis en province, l’ambiance y est très différente que dans les grandes villes que je ne fréquente plus guère. Là, où je vis, même les petits oiseaux me chantent la sérénade. Très remontant pour le moral. Il est vrai aussi, Edmée, que votre silhouette allègre risque fort de susciter plus de jalousie que de compassion.

    • Edmée dit :

      En ville, je n’ai aucun problème, Armelle. Mais n’ayant pas de voiture je ne circule qu’en train/tram/bus/métro. Et c’est là que ça se corse. Le rapport est tout autre qu’au restaurant, en rue ou au magasin… Il y a peu, à Paris dans le Thalys, une autre petite vieille chemisier rouge et cheveux blancs repartait vers l’Allemagne avec une grosse valise. Malgré le fait que, n’arrivant pas à hisser sa valise en haut elle bloquait l’allée de passage, les goujats étaient plongés dans leur lecture et quand je l’ai aidée (nous les deux vieilles) ils ont affiché une envie de ne rien voir qui était presque comique. Par contre je suis souvent aidée par des Chinois (qui sont super costauds 🙂 )

    • Adèle Girard dit :

      C’est que les normands sont bien mieux que les autres Armelle!

    • missycornish dit :

      Bien dit Armelle. Votre observation me rappelle celle de ma grande-tante qui vit à Paris et prends régulièrement le train. Je ne fais pas partie du troisième âge mais je comprends ce dont vous parlez au sujet des gens trop préoccupés d’eux-mêmes.

  6. bizak dit :

    Je confirme juste pour les asiatiques et les africains pour le sens de leur galanterie et quel qu’en soit d’ailleurs l’âge. Mais il est vrai aussi que dans les grandes villes c’est de moins en moins, l’être humain perd, et son pied et son humanité.
    Belle journéeEdmée

  7. Colo dit :

    Tu pourrais peut-être te munir d’un « déguisement-transports-publics » ou/et d’une canne…;-))
    Sans doute les temps ont-ils changé et les jeunes, le nez plongé sur leur Iphone ou autre, ne prêtent pas attention aux autres passagers, mais je n’en ai jamais vu un seul refuser de l’aide si on la leur demande. (j’imagine qu’ils existent ceux qui répondront « va t’faire foutre vieille branche », mais c’est vraiment pas général, ici du moins).
    Peut-être devons-nous apprendre à demander.

    • Edmée dit :

      Tu as raison, mais je trouve que c’est un privilège qui nous revient de droit, avec le respect et la considération, et pas quelque chose que nous devons demander. Ic à Liège les gens sont doux et je doute qu’on m’enverrait sur les roses comme tu le dis (et j’aime autant te dire que sans mots je peux, comme mon papa, dire des choses réfrigérantes par le regard 🙂 ) mais il est dommage que les parents n’aient pas éduqué leurs enfants…

      Quant aux hommes des trains les goujats, là, ça vient d’eux et pas de leurs parents. Des vieux moroses qui se disent que notre indépendance on l’a voulue eh bien qu’on la subisse, eux sont bien obligés de manger du surgelé et de porter de l’infroissable 😉

  8. gazou dit :

    Je n’ai pas du tout cette vision des choses mais il est vrai que je me déplace assez peu dans les transports en commun et que je vis à la campagne

    • Edmée dit :

      Je ne vis pas ces affres des vieillardes « normalement », mais juste en transports en commun. Je prends énormément bus, trains et métros, et cette faune-là, hélas, est ainsi! Hommes ou femmes puisque je parle aussi de la « dame » qui envahit tout l’espace avec un enfant qu’elle pourrait laisser dans la poussette mais … il serait tellement mieux assis sur la banquette pendant que la pauvre vieille reste debout 😦 Grrrrrr… Mais en ville tout est parfait!

  9. Alain dit :

    Non, non et non.
    Chère Edmée, il y a des hommes pour aider, des femmes, ou s’entraider mutuellement. Mais dans ce dernier cas c’est autre chose Tu sais à quoi je fais référence.
    Certaines femmes se permettent ce que beaucoup n’oseraient faire. La semaine dernière, en sortant de ma salle de sport, j’attendais mon tour à la caisse d’un supermarché. Derrière moi une femme trop parfumée, très élégante, bien coiffée et parfaitement valide me tape sur l’épaule en me disant d’une façon hautaine : « laissez-moi passer je suis invalide ». Je la regarde, ne me laisse pas intimider par son regard, et lui demande sa carte. Vexée elle a changé de caisse. Je ne l’ai pas quitté des yeux, elle a baissé les siens.
    Dernier exemple. Il y a quelques mois, je partais à Toulouse en train. Sur le quai, une dame, la soixantaine avancée, traînait une valise et un gros sac de voyage. Je me suis proposé de l’aider. Résultat je me suis entendu répliquer « je peux me débrouiller toute seule, salle petit voyou ». Je confirme le « salle petit voyou’. Ce n’est pas pour autant que je ne laisserai pas ma place dans un quelconque transport en commun bondé. Mais si manquement il y a, il peut, aussi, être des deux côtés.
    Sur ce, je file. Et si une « vieille dame » fait du stop sur la route, ce n’est pas rare dans la région, promis, juré, je jouerai au parfait gentleman.

    • Edmée dit :

      Hi hi hi!!! Tu as raison aussi, il y a les sorcières, les « Dominatrix » altesses absolues. Ignobles créatures dont je parle aussi souvent, avoue-le. Mais je t’assure que je rencontre beaucoup beaucoup de goujats. Bien entendu, aucun de mes amis ne l’est, et proportionnellement il doit y avoir bien moins de goujats que d’hommes agréables et secourables, mais la race n’est pas éteinte. Sur le Thalys, l’oscar des goujats revient aux Allemands et aux Flamands (oups, et pourtant j’ai des amis flamands charmants…)

      Tu imagines bien que je n’ai rien à voir avec la mégère qui t’a traité de sale petit voyou! Ha ha ha! 😀

  10. Tania dit :

    Les commentaires vont en sens divers, j’aime beaucoup la suggestion de Colo 😉
    En ce qui me concerne, je suis parfois étonnée quand des jeunes me proposent spontanément leur place dans le bus – c’est gentil de leur part, mais je le ressens aussi comme un coup de vieux.

    • Edmée dit :

      Evidemment, ça nous rappelle que notre physique parle un peu trop clairement de notre âge, qu’on ne demande pas mais devine 😉

      Je t’avoue que ça ne m’ennuie pas de rester debout en général, sauf si je suis très chargée, et là je trouve qu’on pourrait avoir un peu plus d’égards. Et je vois souvent des gens « encore plus vieux que moi » qui ont visiblement leurs ans et leurs soucis de santé et qui leur cède la place? Des vieilles comme moi, un peu plus jeunes et qui savent ce que c’est – et sera d’ici peu.

      Mais comme je l’ai dit, j’ai parfois de bien bonnes surprises de la part d’Africains ou Asiatiques qui, visiblement ont des grands-mères et mères qui leur ont transmis le respect…

  11. Pâques dit :

    Soit ( je parais très vieille) soit, j’ai de la chance, mais j’ai toujours des petits jeunes des deux sexes qui me proposent gentiment une place assise quand je suis debout dans les transports en communs 🙂 – -)

    • Edmée dit :

      Moi c’est vraiment rare, et ce n’est pas parce qu’ils me prennent pour une jeune ballerine aux mollets pleins de fougue 🙂 En fait… ils ne me voient pas, c’est simple. Ting ting ting sur les smartphones…

      On va supposer que c’est la chance qui te bénit, toi… OUi oui oui!

  12. Françoise dit :

    Moi, c’est lorsque je vais à la pharmacie, et que la pharmacienne me propose de m’asseoir pendant qu’elle va chercher les médicaments, que je me dis : mais bon sang, tu commences donc à faire « vieille dame » ! (rire)
    Belle fin de semaine, Edmée.

    • Edmée dit :

      Allons, allons, entre femmes finalement on a des égards, pas parce qu’on est vieilles mais qu’on sait ce que le confort veut dire. Na! 🙂

      Bonne fin de semaine aussi 🙂

  13. griseldis dit :

    Que je vous dise! C’était dans le métro de Londres. Je vois un homme jeune céder sa place à une dame entre deux âges. Et moi de penser « le jour où cela m’arrivera, je me tirerai une drôle de tête ». Trois minutes plus tard, j’y étais! Un monsieur poli se levait pour me faire asseoir. Ben j’ai refusé, avec mon plus joli sourire, mais le temps venait de me pousser dans le dos et j’ai senti le coup de… mûrissement. Faut dire que j’avais 45 ans. J’avais affaire à un vrai galant britanique. J’ai toujours trouvé les Londoniens plus soucieux de savoir-vivre que mes compatriotes belges, du moins tant que je les ai fréquenté.

    • Edmée dit :

      C’est quand même une belle histoire. Ici c’est d’égards dûs à une dame qu’il s’agit, sans que l’âge y ait à voir. Je trouve ça charmant. Vrai que les Belges ne sont pas excessivement prévenants en général.

      Moi à 27 ans j’avais déjà le début d’une mèche de cheveux blancs (que j’ai fini par teindre car ça faisait trop « Juliette de mon coeur 😉 ). Dans le tram à Bruxelles des adolescents peu stylés m’ont regardée et l’un a dit avec dégoût : beurk elle a des cheveux blancs!

      Petit muffle, va! J’espère qu’il n’a plus de cheveux à l’heure qu’il est…

  14. Je dois élever une protestation énergique. Si vous avez connu « un goujat » ,ce n’est pas le cas de tout le monde. Moi le premier. Je ne suis pas parfait ,mais là ………..mon esprit s’échauffe. La galanterie, la serviabilité, l’attention, des personnes plus fragiles, plus faibles n’est pas une légende. Le Français sans son litre de « rouge » existe aussi version galanterie. Je n’ai pas de litre de rouge, et je n’ai pas de béret. Et je pense être…………………………….Galant…….Et toc.

    • Edmée dit :

      Si je n’avais connu qu’un seul goujat je n’en parlerais pas 🙂 … Il n’y en a pas des multitudes mais assez pour agacer et en tout cas sur les nombreuses fois où j’aurais eu besoin d’aide pour hisser mon bagage, seul un Chinois et une femme m’ont jamais aidée sur le Thalys, et j’ai aidé plusieurs femmes moi-même.

      🙂

      Il y a bien sûr, tous les autres hommes, les non-goujats!

      • François Lagane dit :

        En fait je pense qu’Alain et Tania ont résumés les deux pôles. Dans un groupe il y en a toujours un ou deux qui font remonter la moyenne et un ou deux qui la fait baisser. Vous voyez,je fréquente un peu tous les âges par mes occupations, et ce sont, malheureusement a 80% les personnages du troisième » âge » qui veulent doubler dans les files d’attentes ..Les « djeuns » sont minoritaires. Même si ces personnes sont en bonne formes physiques. Autrement dit ne généralisons pas. Il y a aussi un autre volet. La grosseur des bagages. Parfois je constate que ceux ci sont vraiment de grosseur démesurés .Certains ou certaines déménagent même l’argenterie pour voyager. Mettons un peu de pondération dans nos excès. Perso quand je me déplace en train je prends par rapport à mes muscles et pas en espérant compter sur les autres. Si je vous vois dans le Thalys……………….Promis ,je vous aiderai……..;-)

  15. angedra dit :

    D’après les commentaires, il semble que celles à qui l’on cède une place la refuse se sentant presque offensée, d’autres l’accepte avec regret en se disant « ainsi je suis vieille » !!
    Et toi Edmée qui voyage beaucoup et qui voudrait de l’aide, constate qu’il y a plus de goujats dans les transports que d’hommes ou de femmes respectueux.
    Prenant très peu les transports en commun, le peu de fois où cela s’est produit j’ai donc eu la chance de rencontrer des hommes galants. Je parle bien de galanterie, car bien que n’étant plus jeune, j’ai plus le sentiment que l’aide qui m’a été apportée l’aurait été pour n’importe quelle autre femme gênée par ses bagages, exactement comme lorsque j’étais plus jeune.
    Ayant le sourire et l’échange facile, dans l’attente du bateau une petite discussion s’est engagée avec 2 jeunes hommes. Sans rien demander, à l’annonce de l’embarquement l’un d’eux s’est immédiatement proposé pour prendre ma très grosse valise. Nous avons été séparés pour le voyage, mais à l’arrivée il était encore là pour m’aider à débarquer !!
    Dans l’avion, difficulté à glisser mon sac (un peu trop lourd) dans sa case. J’ai regardé en souriant le passager du rang arrière, il s’est levé et s’est occupé de mon sac. A chaque fois que j’ai eu besoin d’aide, je n’ai ni voulu jouer à la dame outragée qui se débrouille seule, ni à la petite vieille perdue. J’ai continué à être la même qui voyageait plus jeune et qui demande en parole ou par le sourire l’aide dont j’ai besoin.
    Si je prends le bus, c’est en ville et hors les heures de pointe, donc pas de problème et souvent je préfère rester debout même avec des fauteuils libres. Mais dans quelques années, je verrais… Pour l’instant, c’est encore moi qui cède ma place aux personnes plus âgées, ou semblant plus âgées(?), que moi si cela est nécessaire.

    • Edmée dit :

      Tu as raison, je ne pense pas que l’aide que l’on apporte à une femme ait rien à voir avec l’âge, quand elle provient d’un « naturel » dans l’éducation. Mais je remarque – et je rappelle que je prends le train très souvent… – que (en tout cas dans mon coin, Belgique et France du nord…) il y a très peu d’empressement à se montrer secourable et poli. Quant au bus, là il s’agit en général d’adolescents, qui ne sont pas hostiles mais tout à fait indifférents. M’asseoir n’est pas une priorité et en général je ne suis pas chargée dans le bus mais les jours de marché, d’autres « bien vieilles » le sont et on les laisse tanguer avec leurs provisions dans l’aile centrale sans lever les yeux du smartphone…

  16. kakushiken dit :

    Personnellement je n’ai jamais évalué une femme à son âge… Même que fringuant jeune homme j’ai eu pour maitresse une femme du double de mon âge (non pas pour tenter une aventure avec une cougar, mais bien avec une « femme »)… J’évalue la femme, ou l’homme, selon son statut, son maintien du corps et je flaire un problème d’intégrité, je laisse ma place. Sans doute ai-je été abusé par cette façon de faire, mais c’est plus fort que moi… Par contre une femme pimpante avec des chairs fermes et arrogante de séduction n’a aucune chance de me faire céder !
    Alors… Suis-je seul sur Terre ?…
    Sourire

    • Edmée dit :

      Je serais plutôt comme toi (enfin point de vue opinion au sujet de l’âge), et n’ai jamais aimé les femmes qui fonctionnent en mode séduction…

  17. blogadrienne dit :

    je connais un peu les jeunes, on ne le leur a pas appris, ils sont timides, ils ne savent pas, n’osent pas… si on leur suggère, ils se plient en quatre pour vous aider et vous font même la causette 😉
    mais n’attends pas trop leur initiative…
    j’ai beaucoup ri avec ton « Mais quoi de plus naturel, je n’ai rien à faire, juste attendre la mort. »

    • Edmée dit :

      Je sais, il n’y a rien d’hostile, juste un manque d’éducation et de conscience des autres – emportés dans le monde merveilleux des smartphones…

      J’ai eu aussi des épisodes délicieux dans le bus avec une bande de jeunes ados (filles) qui chantaient à tue-tête, se rendant à une fête, et j’étais la seule « vieille » à sourire.

      Au retour, elles attendaient le bus au même arrêt que moi et m’ont dit « pauvre madame! Vous n’avez pas eu mal à la tête? » et comme je souriais à nouveau, elles ont fait des selfies avec moi et m’ont chanté « allez madame, allez madame, aaaaaaaaalleeeeeeez ». C’était super amusant!

  18. Lauriza dit :

    Trop drôle ton billet. Il y a des jeunes qui font tellement vieux que je leur laisserais bien volontiers ma place. J’emprunte de temps en temps les transports en commun et c »est vrai, surtout pour les valises qu’il y a peu de bras pour vous aider mais comme avec tous ces appareils électroniques les gens perdent le sommeil, il faudra la prochaine fois que je regarde s’ils n’ont pas des valises sous les yeux à porter. C’est lourd !!!!!

    • Edmée dit :

      Tu m’as bien fait rire… les petits vieux de 20 ans au visage allongé par les valises, oui je connais ça aussi… Tu as raison, ça doit mériter toutes leurs force et toute leur volonté d’aller de l’avant dans cette vallée de larmes 🙂

  19. sandrinelag dit :

    Être avachi et débraillé est un peu le mot d’ordre de notre époque. On en est aujourd’hui à parler du « vivre ensemble »; le savoir-vivre est oublié, enterré. Une grande partie de nos contemporains n’en ont même jamais entendu parler. La baronne Staffe doit se retourner dans sa tombe.
    L’homo-sapiens de 2016 se situe quelque part entre la brute et l’automate. :-/

    • Edmée dit :

      C’est ahurissant en effet. Il n’y a aucune méchanceté mais voilà, chacun dans son isoloir de musique ou de textos, on se raconte tout avec deux doigts et des fautes effarantes, et puis on va chez des « coaches de vie » qui vous expliquent ce que nous savions dès nos premiers pas…

  20. Rien de tel que l’humour pour pousser un coup de gueule… Bon, je prends trop peu les transports en commun pour entrer dans ce débat-là. Bon dimanche ensoleillé Edmée.

    • Edmée dit :

      Et pourtant, comme tu le sais, je suis une petite vieille en chemisier rouge et cheveux blancs, on devrait me voir. Mais que voit-on d’autre que sa petite fenêtre vers un bien petit monde quand on clic clic clic 🙂 ?

      Bon dimanche à toi aussi!

  21. Nadine dit :

    Je ne prends pas assez souvent les transports en commun pour donner mon avis sur le sujet. Il faut bien admettre, cependant, que les bonnes manières se perdent et que c’est plutôt désormais « chacun pour soi ».

  22. Philippe D dit :

    Tu exagères un peu, non?
    Bon, je ne prends jamais le bus ni le train, alors je ne sais pas comment ça se passe vraiment, mais j’espère que tu en as remis une couche !

    • Edmée dit :

      Une petite couche oui, dans ce sens que ce n’est pas toujours ainsi. Mais ça arrive régulièrement quand même. Et tu n’es pas une petite vieille 🙂

  23. Hécate dit :

    Oh! le tableau ( c’est pour essayer si ça fonctionne )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s