Rien que pour eux…

Quand je tenais mon imprimerie-copy-shop aux USA (où j’avais les fonctions de counter-girl, comptable, graphiste, psychologue pour les clients dingos et ouvriers-imprimeurs drogués ou alcooliques, contremaîtresse, Madame pipi, Madame devis, Madame factures, Madame réapprovisionnement, Madame folle de rage, Madame vous-allez-voir-si-vous-ne-payez-pas etc…), quatre grands évènements familiaux eurent lieu : une réunion de famille (à laquelle je ne pouvais participer, because la « carte verte » qui n’est pas verte), les 50 ans de mon « petit frère », les 80 ans de mon Papounet et deux ans plus tard les 80 ans de Lovely Brunette.

 

Et donc j’ai profité de ma position unique de madame aux commandes de cette nef des fous, et j’ai fait des cadeaux « personnalisés ». Les invitations et la carte généalogique proche pour la famille qui se réunissait, et des petits livres de folie douce pour les trois anniversaires.

 

Pour mon frère j’avais en fait écrit un mini-roman absolument palpitant intitulé « La belle de la rue Xhavée » (dont j’ai, comme on le voit, tiré mon nom d’auteur par la suite). La rue Xhavée est une rue bien connue de ma ville, Verviers pour ne pas la nommer, et « la belle » y vivait une journée insolite en rencontrant tous les gens que nous avions honorés d’un surnom depuis l’enfance. Elle rencontrait « Chille-Achille », la famille Castor, la « Petite Dingo » et « Printil » à qui elle achetait un crapaud pour le manger, chantait Arlequin dans sa boutique, parlait wallon autant qu’elle le pouvait, échangeait quelques mots avec « La justice de Dieu » et le marchand de cliquottes. Je lui rappelais aussi de truculentes anecdotes, personnages marquants et animaux aimés autrefois… Bref, ça ne pouvait faire rire que lui et moi – et Lovely Brunette qui était, ne l’oublions pas, responsable du gène fou-fou dont nous avions hérité – car personne n’y comprend rien, c’est plus obscur que le code des Navajos ou une grammaire tombée d’outre-espace. Au centre du livret, des photos et un petit mot de mon Papounet et un autre de Lovely Brunette…

 

papa-danseusePour mon Papounet, chaque enfant et petit-enfant d’alors a écrit un texte et fourni une photo. Les filles de ma sœur étaient encore bien petites et ont fait des dessins tellement hilarants que je n’ai pas su choisir et les ai tous mis. Il y avait « Papy Jack en danseuse », et elles l’avaient vêtu d’un tutu rose et duveteux, avec sa moustache et son bandeau sur l’œil (qui pour nous était tout à fait normal… on était surpris quand on nous demandait « il a quelque chose à l’œil, ton papa ? »… il nous fallait toujours un moment pour comprendre ce qu’on voulait dire…), « Papy Jack fait de la gymnastique » (au trapèze, car à 78 ans il avait effectivement fait du trapèze devant elles alors que ma sœur blêmissait en silence…) et « Papy Jack nous lit une histoire ».

 

Puis, pour Lovely Brunette, je dois dire qu’ayant beaucoup de travail dans ma nef des fous, et étant dans une période madame est folle de rage, j’avais entamé la chose un peu à contre- cœur, mais qu’au fur et à mesure je riais tellement moi-même que… comment me priver de ce plaisir ?

 

p1100150Pour elle j’avais rassemblé tous les acteurs, personnages de BDs ou de films qu’elle avait aimés, ainsi que quelques membres de la famille parmi les plus spectaculaires. Car elle adorait – le mot est faible – le cinéma et nous lisions chaque semaine les « comics » publiés dans le journal, et certains comics américains. Le fantôme (et sa fiancée collante Diane Palmer), Juliette de mon cœur qui ne se mariait jamais, Tarou le faux Tarzan qui avait le mauvais goût de vivre en singlet, Johnny Weissmuller… Toute cette joyeuse troupe – y-compris la Diane Palmer du fantôme qui dans mon livret errait en bigoudis et charentaises dans la jungle en lisant « Bonne Soirée » – prenait part aux « aventures de Tarzanette », car petite c’était son jeu préféré.

 

Là aussi il aurait fallu un expert en décodage pour comprendre et la pauvre fut bien embarrassée quand d’aventure quelqu’un en lisait quelques pages et puis la regardait en se demandant s’il fallait en parler à son médecin. Mais elle et moi, ainsi que mon frère, nous en pleurions de rire.

 

La vieille Tarzanette de 80 ans n’avait rien perdu de son espièglerie…

Publicités

32 réflexions sur “Rien que pour eux…

  1. Florence dit :

    Bien sympathiques cadeaux Edmée !
    Beaucoup de temps passé, ainsi que de l’imagination, mais ça, tu n’en manques pas ! Oui, des cadeaux vraiment personnels, car même avec un décodeur, les non initiés ne pouvaient suivre… !!!
    Bonnes bises bretonnes pour une belle journée !
    Ici, malgré le soleil il fait froid !
    Florence

    • Edmée dit :

      Ici il fait froid aussi, et pas de soleil 🙂 J’ai eu du mal à m’endormir car mes pieds restaient glacés et il faisait trop froid hors du lit pour me décider à aller me faire une bouillotte! Mais ce soir, je ne me coucherai pas sans elle!

      Bises fraiches!

  2. angedra dit :

    Il y a comme cela des souvenirs dont toute la saveur ne peut s’apprécier qu’entre les personnes concernées. Notre famille a cette capacité à tisser un lien dont nous sommes les seuls à reconnaître les couleurs tendres ou plus féroces. Le temps peut passer, notre coeur baigne toujours dans cette teinture des rires de l’enfance.
    Belles couleurs que tu nous peins là Edmée.

    • Edmée dit :

      Oui, j’aime aussi ce tissu invisible de complicité qui unit certaines familles… on ne peut jamais vraiment le partager avec les « outsiders » sauf s’ils sont très subtils 🙂

  3. Armelle B. dit :

    Espiègle collection de cadeaux très personnalisés. Je devine la proximité qu’ils exigeaient et l’intimité qu’ils préservaient avec de sacrés fous rires à la clé.

  4. kakushiken dit :

    Votre vie, très chère et en couleurs et riche comme un épais roman dont on ne voudrait se séparer. Je m’échappe souvent en vous lisant, vous chérissant d’un tel talent de « téléportation ».
    Merci mille fois.

  5. sandrinelag dit :

    Quelle imagination! C’est à se tordre. Cette galerie de personnages tous plus farfelus les uns que les autres est extra. Des plus jeunes aux plus vieux, ça ne prend pas une ride et ce n’est jamais puéril. J’admire votre goût familial pour la drôlerie et la folie douce. Une richesse qui ne se prend jamais au sérieux. 🙂

    • Edmée dit :

      Avec le recul je me dis que c’est le rire qui nous a le mieux unis, car quelle que soit la dispute en cours, les désagréments ou incompréhensions, il y avait toujours un moment où on signait la paix par une pirouette humoristique, qui restaurait le lien.

  6. De très beaux souvenirs et je pense aussi que pour tes neveux et nièces cela reste un bel exemple. On se souvient avec délice de ces tantes-gâteaux. Je n’oublie jamais tante Gisèle qui me laissait me rouler dans des caisses en carton avec mon cousin, tante Yvonne qui au lieu de m’acheter une paire de pantouffles m’avait emmenée ds la boutique afin que je les chosisse moi-même etc etc etc. Ceci dit je m’en veux un peu de ne pas faire grand chose pour mes neveux, mea culpa.

    • Edmée dit :

      J’en ai pour qui je fais et d’autres… comme ils ne se déplaçaient, comme par hasard, que lorsque c’était leur anniversaire… les liens se sont peu à peu effilochés. Mais sinon je pense être une bonne tante avec qui on rit bien…

  7. gazou dit :

    Que de délicieux souvenirs !
    Et tes cadeaux très personnalisés sont précieux

  8. Alainx dit :

    N’écoutant que ma curiosité, je suis allé voir la rue Xhavée… ( merci Google Maps). sympathique rue commerçante. Tu y as laissé des traces : il y a une boutique : « vie féminine s’installe » et une autre : «La petite folie »
    Cela m’a rappelé la chanson de Line Renaud : c’est toi ma petite folie.
    Quand j’étais gosse je me demandais qui c’était ! Maintenant je sais !

    • Edmée dit :

      Tu t’es donc promené dans « ma rue » 🙂 Une rue sympa en effet.

      J’aimais aussi cette chanson, ma petite folie… ça me convient assez que tu me la dédies 😀

  9. Colo dit :

    Mettre des souvenirs communs et du rire dans les cadeaux est..le plus beau des cadeaux, en effet. Complicité de jeunesse, inoubliable.
    Voyons…que vais-je trouver pou les miens cette année…?:-))

  10. Pâques dit :

    C’est une très bonne idée, des cadeaux personnalisés pour une famille formidable !
    J’apprécie quand il y a de l’humour et un grain de folie.
    Il faut amuser et surprendre la vie sinon elle s’étiole 😉

  11. Françoise dit :

    Les plus beaux cadeaux sont les cadeaux personnalisés, ceux que tu fabriques en pensant à la personne, ceux pour lesquels tu passes du temps, ils ont une âme ces cadeaux, ce ne sont pas des cadeaux vite achetés « pour se débarrasser ». Voici un billet très sympa, et tout plein d’humour et de bons sentiments. 🙂
    Beau week-end à toi, Edmée.

  12. Alain dit :

    C’est une magnifique idée que ces cadeaux personnalisés. Déjà la preuve d’une belle et riche imagination. Le gage aussi d’un attachement sincère. Et ce « décodage » impossible pour ceux qui n’en étaient pas les bénéficiaires ! Tout ce travail de recherches, juste pour faire plaisir, synonyme de ta générosité absolue. Il y a beaucoup d’amour dans ces confidences. Bon week-end Edmée.

    • Edmée dit :

      Je dois dire que pour les cadeaux de ma mère malgré nos disputes sonores et parfois fréquentes, j’ai toujours soigneusement cherché ce qui lui plairait. Jamais je n’ai acheté pour me débarrasser du souci, et elle était pareille.

      Bon week end, Alain!

  13. laurehadrien dit :

    Tant d’amour entre vous, c’est merveilleux !

    • Edmée dit :

      Oui… on ne le comprenait pas comme ça alors puisque ça faisait partie de l’esprit familial, mais tu as raison… c’était beaucoup d’amour!

  14. Beaux cadeaux personnalisés. Et quel cadeau te semble avoir fait le plus plaisir (même si c’est toujours difficile à dire)? Bon week-end Edmée.

    • Edmée dit :

      Je dirais les trois, qui étaient faits dans le même esprit (un peu plus « sérieux » pour mon Papounet qui riait mais n’avait pas de fous-rires, lui…).

      Bon week-end Petit Belge 🙂

  15. quevivelavie dit :

    Tant de souvenirs de cadeaux,
    et ces cadeaux de souvenirs…
    C’est merveilleux !

  16. Nadine dit :

    Des cadeaux drôles et tendres ! Et je découvre l’origine de ton nom de plume, un mystère éclairci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s