83 bougies éteintes et 11 qui m’éclairent

Ma Lovely Brunette chérie,

Le 11 février, c’est et ça reste ton anniversaire. Tu auras 94 ans. Ça se fête avec toi. Pas avec « un gâteau moka à se cacher derrière » (tu sais ce que je veux dire et je t’entends rire, mais je ne peux vraiment pas raconter cette histoire, hein…)

J’ai une lettre de toi qui commence par « Bon-papa aurait eu 100 ans ce jour ». Bon-papa c’était ton papa, le houps comme nous l’appelions parce que pour s’extirper de son transat, il se hissait en ahanant « houps ! ». Toi aussi tu continuais de ressentir la date de son anniversaire comme une perle sur le collier des évènements familiaux.

nismes-1949-ou-50Je pensais que tu le faisais parce que tu étais imprégnée des remembrances familiales d’autrefois, mais non… je sais à présent que les 11 février et 22 août sont les anniversaires de ma Lovely Brunette et de mon Papounet, et sont des jours que je fête discrètement et silencieusement. Mais que je fête…

Tu me manques mais la douleur n’est pas celle du vide, de l’écho qui ne répond plus, de mille jamais plus.  Non tu me manques presque d’une manière heureuse, c’est un manque qui dès que ressenti construit le pont vers toi. C’est chaud et toujours un peu rieur, ou une phrase qui remonte exactement comme tu la prononçais (avec ta grosse voix de gendarme de la fin, dont tu te plaignais en riant). Ou une vieille chanson que nous aimions, tu sais Le petit cheval blanc de Brassens ou Coucouche-panier, papattes en rond… Ou le souvenir amusé de ces mots secrets que nous utilisions pour parler devant le chien qui ne devait pas comprendre que nous allions manger un morceau de chocolat ou partions faire une promenade sans lui. On va à la messe, lui expliquions-nous. Ou un apaisement quand mon esprit contrarié chevauche sa fichue jument de nuit…. « allez ma Puce, calme-toi, tout va s’arranger ».

Alors bon anniversaire à toi, la femme que j’aime le plus au monde et à ma vie, ma mammy, ma Tarzanette, ma maman, ma négresse, ma mammy rose ….

Advertisements

50 réflexions sur “83 bougies éteintes et 11 qui m’éclairent

  1. Colo dit :

    Que d’émotions à lire tes mots. Souvenirs heureux, c’est si bien!
    Bon anniversaire à elle, à toutes nos mamans disparues, à la mienne qui aurait eu 92 ans ce 5 février.

  2. Armelle B. dit :

    Je partage de tout cœur cet article chargé d’émotion. Evocation presque heureuse de votre ravissante mère, écrivez-vous avec raison. Votre histoire à toutes deux a été écrite en lettres majuscules dans la tendresse partagée. Une belle histoire en somme !

    • Edmée dit :

      Merci Armelle. Belle aussi parce que pas linéaire, nous nous sommes beaucoup affrontées mais sans jamais que ça tourne à autre chose qu’une prise de bec, il n’y a jamais eu de « dispute-rupture »… Et les dernières années ont été de la tendresse uniquement… Une belle histoire donc!

  3. Dédé dit :

    Quelle est belle maman sur cette photo du temps passé. Elle regarde vers le lointain, cheveux aux vent.
    On n’a qu’une maman et présente ou partie, elle reste à jamais dans nos coeurs. C’est un très bel hommage rendu aujourd’hui et que je lis avec émotion. J’ai toujours beaucoup de peine à entendre des gens parler de leur mère en termes négatifs, ayant coupé les ponts avec elle.
    Avec la mienne, il n’y a eu que des prises de bec et pas de grosses disputes. Mais je sais qu’elle sera toujours là pour moi. Même si elle n’est pas très expansive dans sa manière de faire.

    Merci pour cette belle page pleine d’émotion.

    • Edmée dit :

      Certaines relations sont très difficiles et on ne sait pas l’intime des gens. Mais les prises de bec sont aussi des façons de marquer ses limites et sa personnalité. Rien de grave. Ma mère non plus n’était pas très expansive sauf dans la complicité des rires et plaisanteries, car elle a été élevée « à l’anglaise », sans « déranger » ses parents ou la vie des grands et donc a reproduit la même chose dans nos jeunes années.

  4. laurehadrien dit :

    Merveilleux souvenirs et surtout si bien racontés !

  5. Florence dit :

    Je pense que tu as de la chance de pouvoir toujours fêter les anniversaires de tes parents de cette façon. Ce doit-être bon !
    Ce n’est pas que je n’y pense pas, bien-sûr, mais…
    Trop de choses douloureuses entre nous empêchent que ce soit une fête !
    J’avais mis un autre com à l’autre, en disant, entre autre, que tu étais une jolie moissonneuse, mais il a disparu !!!
    Bon après-midi et à bientôt !
    Florence

    • Edmée dit :

      Comme je le disais, toutes les relations ne se ressemblent pas, et on ne les choisit pas toutes en plus. Donc… j’admets que j’ai de la chance, que ce plaisir et ce désir de les célébrer encore me soient donnés!

      Je vais peut-être retrouver ton com « dans les indésirables », ça arrive parfois 🙂

      Bonne après-midi à toi aussi!

  6. Alain dit :

    Le très beau titre, de ta page pour commencer à lire ce magnifique hommage plein de tendresse, d’amour et de partages. Tes mots rendent votre relation lumineuse. « Le manque qui se ressent presque d’une manière heureuse » celui qui donne, de l’amour encore et pour toujours. C’est très émouvant chère Edmée. Je comprends tellement, ton ressenti. Je n’aurais pas su trouver des mots si beaux pour les dédier à un autre. Merci.

  7. gazou dit :

    un manque qui se ressent d’une manière heureuse…oui, cela existe et tu nous le dis bien…Merci de partager tes souvenirs avec nous

    • Edmée dit :

      Mais il y a encore tant de choses à découvrir qui ne se dévoilent qu’avec l’âge : ce qu’on perd en agilité, en fraicheur physique, on le gagne en clarté d’esprit, en ajustement constant entre ce qui est et fut, comme sur une vague agréable. Je sais maintenant pourquoi Lovely Brunette a mentionné le 100ème anniversaire du Houps ❤

  8. anne7500 dit :

    Bon anniversaire à ta maman !

  9. Adèle Girard dit :

    Quelle chance nous avons d’avoir eu de bons parents qui ont semé en nous l’amour . Un amour qui subsiste et qui grandit , chaque fois que nous pensons a eux. Un regard affectueux et bienveillant sur eux maintenant que nous « savons »! Un très beau texte touchant!

  10. celestine dit :

    Quel bel hommage à ta mamounette, mia sorella !
    j’espère, je sais, parce que tu me l’as déjà dit, qu’un jour, je pourrai parler ainsi de mon père,en ne gardant plus que la joie…
    ¸¸.•*¨*• ☆

  11. sandrinelag dit :

    Dans ta tendresse et ta pointe de nostalgie, il y a toujours chez toi, Edmée, une touche d’humour délicieux. Au détour de tes phrases, je pouffe de vos espiègleries avec, au coin de l’oeil, une larmichette prête à couler. J’adore ça.

  12. blogadrienne dit :

    quels jolis mots… et oui, on continue à penser à nos absents et tout spécialement le jour de leur anniversaire, bien sûr!
    et quelle jolie femme, quelle belle photo!
    bises, Edmée

  13. Françoise dit :

    Quels jolis mots adressés à ta maman, quel joli anniversaire que celui-ci… Moi aussi, à chaque anniversaire, je me dis : elle aurait eu…, il aurait eu… Et le temps passe, et j’ai déjà dépassé l’âge qu’avait mon père lorsqu’il nous a quittés… ainsi que de celui de mon frère. Ça fait bizarre, de devenir leur aînée…
    J’aime beaucoup cette photo de ta maman. 🙂
    Bonne soirée, Edmée. Merci pour cet émouvant partage.

  14. Une émouvante et belle lettre d’amour, pleine de tendresse qui s’envole vers le ciel et les nuages … et la présence de nos parents est toujours dans nos cœurs d’enfant.

    Bisous

  15. bizak dit :

    Quels magnifiques souvenirs écrits avec des mots de cœur, d’amour, de tendresse. Ils ne sont jamais loin nos papas, nos mamans, ils veillent toujours sur nous. Par tes mots tu leur donnes une présence plus vivante que de simples souvenirs, ton cœur continue à battre pour eux. Merci pour ces beaux mots que je ressens miens. Bise Edmée

    • Edmée dit :

      Je suis heureuse d’avoir eu ces réactions « mais oui c’est vrai, » « moi aussi » etc… C’est preuve qu’ils restent nos parents, que leurs année comptent encore tant que nous les comptons, et quelqu’un comptera les nôtres, et cet immense boulier compteur nous tient unis… Ici et au-delà 🙂 Bises!

  16. Binh An dit :

    Quel beau et doux billet à sa maman. Comme tu as bien dit ce que nous avons tous dans le cœur, car l’amour pour sa maman est unique et universel. Tendresse, affections, quelques souvenirs amusant, tout fait que l’image de sa mère est toujours là, chaude, bienveillante, ineffaçable, malgré les années qui passent. Merci pour ces minutes silencieuses passées chez toi ce jour…

    • Edmée dit :

      Oui, partout dans le monde la mère reste la première relation intime que nous vivions. Dépendance et puis le besoin de nous séparer; se retrouver hors d’elle, libre mais vulnérable, et réaliser que oui, nous sommes libres, mais jamais hors d’elle!

  17. K dit :

    Tarzanette for ever ! Ah vraiment, que c’est beau !
    J’en serai absolument incapable !

  18. Peppy dit :

    (…) c’est un manque qui dès que ressenti construit le pont vers toi. C’est chaud et toujours un peu rieur, ou une phrase qui remonte exactement comme tu la prononçais (…)
    Tout est dit

  19. Comme dit le proverbe, les morts ne meurent pas tant qu’ils restent vivants dans nos cœurs. Et c’est à cette phrase que j’ai pensé en lisant ton très bel hommage à ta maman.

    Bonne semaine Edmée.

  20. Pâques dit :

    Un bel hommage !
    C’était une très jolie femme.
    J’ai souri car nous aussi quand nous partons sans le chien nous employons un langage codé 😉

  21. jeanne dit :

    je ne sais plus quel jour ma mère est morte
    mais je me souviens de sa date d’anniversaire
    elle y tenait, je souris car elle cachait son âge !!!
    j’aime ce que tu dis de ta mère
    elle est si vivante et très belle
    et nous permet de nous souvenir de la nôtre
    qui reste encore et toujours vivante quelque part

    • Edmée dit :

      Je pense que le jour de naissance est plus important que celui du décès moi aussi. Pour le moment je m’en souviens, mais comme elle n’en fête pas la date avec moi… ça me demande un effort 😀

  22. sylvie dit :

    très touchée par les mots et par la photo….

    • Edmée dit :

      Merci… J’aime me souvenir que ma maman fut une jeune femme, aimée, amoureuse, coquette, avec « toute la vie devant elle »… ça permet de voir que le chemin fut long, difficile, mais l’a menée à une sérénité brave et rieuse…

  23. Zoé Valy dit :

    Je suis très émue par tant d’amour partagé et contenu à la fois Edmée. Je n’ai malheureusement pas ce bonheur avec ma maman. C’est difficile d’aimer sans amour en retour. Les souvenirs qu’elle me laisse sont ceux de l’intolérance, de l’envie, de la calomnie, de la trahison. J’ose le dire enfin car mon coeur déborde de tristesse. J’avais toujours espéré qu’elle finirait par m’accepter et là, à 87 ans elle confirme et signe. Je dois m’en éloigner pour me préserver. C’est très difficile à vivre car elle a créé des petits soldats qu’elle a su convaincre. Une maman toxique est la pire des situations que l’on puisse connaître. Et pourtant, je sais qu’à son anniversaire j’y penserai toujours et mes larmes déborderont alors non pas de bonheur mais sur le vide affectif qu’elle aura créé en moi et autour de moi. Je ne la comprends pas et je me décide enfin à ne plus essayer de comprendre. Réaliser à mon âge que ce qui m’est arrivé de négatif dans la vie est dû à ma maman est un choc terrible. Une situation qui me contraint à choisir un nom d’auteure et d’artiste pour sauvegarder mon intégrité. « Zoé Valy » est née, « Zoé » pour ma grand-mère, « Va » pour Vanina ma fidèle amie (chienne) et « Ly » pour « papa Willy et Lily ma douce amie (chienne) d’aujourd’hui.
    J’ai heureusement eu l’épaule de mon Papounet pour me construire, il est malheureusement parti trop tôt … mais c’est une autre histoire.
    Merci pour ton authenticité, elle ouvre la porte à la nôtre et ça fait du bien Edmée.
    Amitiés.

    • Zoé Valy dit :

      Encore merci Edmée.

    • Edmée dit :

      Chère Zoé, j’ai décrit des amours maternels toxiques dans certaines nouvelles parce que oui, je sais que ça existe et l’ai vu. C’est en effet quelque chose de terrible, qui prive à jamais de bien des choses, et blesse pour la vie. Pas de recette miracle, juste tenir le coup et ne pas en vouloir à la vie d’avoir mis « ça » dans notre assiette…. C’est ailleurs qu’on cherchera et trouvera l’amour sous une forme ou l’autre, sans le dédaigner parce qu’il n’est pas celui qu’on n’a pas eu.

      Et vive Zoé, à qui tu prends le prénom qui signifie Vie en grec, et vient Lily et Willy…et que vive toi! Amitiés!

  24. obni dit :

    Beaucoup d’émotions en lisant ce beau texte. Ce jour là est aussi mon anniversaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s