Y2K aux chandelles…

Le Y2K, vous vous souvenez ? Le passage à l’an 2000… L’Apocalypse Now annoncée…

 

Les chacals sillonnaient le net et les ondes pour encercler leurs victimes. A l’imprimerie, ouverte depuis mois de 3 ans, de braves jeunes gens sans éthique qui seraient payés au pigeon abattu me téléphonaient sans cesse pour m’annoncer que je devais absolument acheter une nouvelle version de ce que je venais d’acheter car… le programme ne reconnaîtrait pas les dates après 2000.

 

C’était l’occasion pour moi d’une joute peu aimable dans la langue de Jerry Lewis. Quoi ? En 1997 Dell, HP et rivaux ignoraient que l’an 2000 arrivait à grande vitesse et avaient vendu à tous des programmes dont le compte à rebours commençait à clic-cliquer le jour de l’achat ? Mais madame c’est juste que… Mais… vous me prenez pour une idiote, et/ou vous en êtes un vous même si vous croyez ça, et vous avez faim à ce point que vous devez me vendre un produit inutile ? Mais madame, je vous assure que…. Rien du tout, cherchez quelqu’un d’assez bête pour tomber dans votre piège grotesque et laissez-moi travailler. Comme vous voulez madame mais ne venez pas vous plaindre si la garantie ne couv… Bang !

 

Mais un autre, aussi bête et déterminé, appelait bientôt. Ma patience s’usait et les derniers ont hérité des invectives dont j’épargnais encore un peu les premiers. Certains finissaient par avoir comme un doute dans la voix malgré tout, ceux qui avaient encore un cerveau probablement.

 

Anne-Marie, une Belge qui avait grandi là-bas et se souvenait encore de ses années d’école à l’époque de la Baie des cochons (préparation à un éventuel bombardement aérien, hop tout le monde aplati sous son banc avec le cartable sur la tête), et avait donc été bien drillée à la délicieuse horreur de la panique générale, tomba comme un boulet de canon dans cette nouvelle phobie.

 

Les larmes aux yeux elle m’annonça que tous les masques anti-gaz avaient été achetés à prix d’or dans les pharmacies et que des infirmiers faisaient du marché noir avec ceux des hôpitaux. Et elle… elle n’en avait pas, malgré son voisin qui pourtant était infirmier et avait des masques pour toute sa famille et leurs amis et les amis de leurs amis. Elle s’imaginait déjà étendue dans son living, violacée et raide, son chien et son chat abandonnés se résolvant à lui mordre l’avant-bras au bout de deux jours de famine avec une mine écoeurée – s’ils avaient survécu au gaz ou incendie. Elle avait acheté des mètres de scotch tape pour isoler ses fenêtres et des feuilles de plastique en cas d’explosion pour remplacer les vitres au plus tôt. Du sucre, du lait en poudre. De la nourriture pour chien et chat. Des kilos de bougies (elles commençaient à manquer dans les magasins, comme le reste d’ailleurs, on sentait l’entreposage de vivres et la fin du monde aux portes de nos existences) et des allumettes.

 

Du sucre, elle n’en avait pas assez, et en fait elle n’avait assez de rien, et se désolait, comment survivrait-elle si elle devait rester enfermée plus d’une semaine ? Si son congélateur s’arrêtait de fonctionner trop longtemps ? Je lui ai répondu que puisque selon elle ses voisins avaient de tout, il lui suffirait de se rendre chez eux avec un mouchoir sur le nez comme John Wayne et un marteau en main, les menaçant de briser toutes leurs vitres s’ils ne lui donnaient pas leurs provisions et masques à gaz. Elle riait, assez jaune ma foi, mais elle riait.

 

Moi je n’ai rien fait. Je disais que de toute façon le 1er janvier arriverait en Australie avant chez nous et qu’on aurait encore le temps de faire nos prières si elle explosait en direct sous nos yeux à la télévision. Et franchement, avec tous les films déprimants sur les survivants d’une catastrophe terrestre, ça me disait très peu d’aller me planquer dans les égouts pour échapper aux nouveaux seigneurs de la guerre…

 

Et quand j’en ai parlé à Lovely Brunette au téléphone, elle m’a dit, satisfaite d’avoir été prudente : oh moi j’ai quand même pris mes précautions, j’ai acheté deux bougies au Delhaize …

priere

Publicités

38 réflexions sur “Y2K aux chandelles…

  1. Dédé dit :

    J’ai ri… mon ordinateur n’a pas planté. Je n’avais pas de bougies. Les 12 coups ont sonné et j’ai débouché le champagne. Comme toutes les années. Santé ma chère même si c’est un peu tôt . 😊

  2. sandrinelag dit :

    Drôlissime!! C’est fou comme on peut se faire des scenarii catastrophe et comme c’est contagieux. Les fantasmes gouvernent le monde (et le malmène). Nous sommes décidément indécrottables! Mais a posteriori, Mon Dieu, que l’on rit…

  3. Edmée dit :

    Je dois dire que là, c’était une culture de la panique qu’on entretient à merveille, entre les films, les documentaires sur la vie passionnante des serial killers ou l’expérience horrible qu’une famille a vécue lors d’un car-jacking, ou encore les émissions pour « préparer toute la famille à une home invasion »… Donc à ce niveau-là j »étais plus imperméable que la pauvre Anne-Marie et consorts!

  4. laurehadrien dit :

    Je me souviens très bien. La grosse hantise était celle d’un bug informatique généralisé… et en France, ils ont eu une tempête dévastatrice qui a fichu en l’air des hectares de forêt. Ah ils s’en souviennent du bug de l’an 2000…

  5. Armelle B. dit :

    Je ne me souviens que vaguement de cette peur panique du passage du millénaire. Mais je me rappelle la tempête qui avait fait des ravages, entre autre dans le magnifique parc de Versailles et dans les Landes. Non, mon mari et moi n’avions rien prévu en cas de catastrophe, pas même une bougie. Mais il devait en rester quelques-unes dans le sapin de Noël encore en place … Il est vrai que nous sommes guère prévoyants de nature.

  6. blogadrienne dit :

    j’adore cette histoire, ça me fait beaucoup rire et me rappelle des souvenirs 🙂
    mon énorme scepticisme m’a sauvée de ceux qui « seraient payés au pigeon abattu » (superbe expression!) et je ris encore aujourd’hui de tout ce qu’on a essayé de nous faire croire (l’Homme et moi on avait un ordi et on s’est dit: on verra bien ce qui arrive :-))

    • Edmée dit :

      Et vous fûtes sages et avisés comme moi. Je ne pouvais pas croire qu’on croie à tout ça, que tous les aéroports et trains allaient subitement s’arrêter comme si l’an 2000 était une totale surprise! Mais il y a vraiment des gens qui sont prêts à croire l’invraisemblable (ça commence avec Saint Nicolas, mais là… c’est mignon 🙂 )

  7. gazou dit :

    Je n’ai pas connu cette peur panique à l’arrivée de l’an 2000…mais c’est vrai que la peur est très contagieuse surtout quand elle tourne en panique

  8. Petite anecdote. Une vieille dame me demande d’aller dans sa cave afin de lui remonter une bouteille d’huile. Boum. Jamais je n’avais vu une bouteille aussi ancienne, l’étiquette ne me disait rien du tout. Je remonte quand même le trésor et je demande à la dame …heu….si cette chose…Ah ben oui, Carine, j’avais fait mes réserves avant jenesaisplusquelle guerre.

    • Edmée dit :

      Oh ça c’est trop bon! Mon père tendait aussi à faire des réserves, né dans un pays – l’Uruguay – où on craignait toujours les révolutions. La soeur de son père se souvenait d’avoir entendu qu’on égorgeait quelqu’un devant leur porte lors d’une révolution en Argentine, et son grand-père estimait qu’on devait toujours avoir chez soi de quoi « tenir trois jours » 🙂

      Il a gardé cette tendance, et entreposait lait et soupes en boites, un jour je lui ai demandé s’il comptait organiser une soupe party, et il a ri….

  9. Colo dit :

    Ton récit m’a fait beaucoup rire! Ici, comme bien sûr sur une île, nous allions être faits comme des rats, seuls des voiliers auraient pu nous sauver, et encore!;-))
    Comme toi, on s’est dit: on verra bien, on pourra toujours faire des signaux de fumée…

    • Edmée dit :

      Vrai que la situation sur un île était encore plus critique, ou alors imagine, l’horreur : les seuls survivants, coupés du monde (il n’y en a plus, d’ailleurs: au bout de quelques semaines les cadavres ont cessé de défiler dans les flots 🙂 ) et il vous faut vivre en autarcie. Les hommes les plus laids sont recherchés comme des denrées rares, on se bat pour leurs faveurs, on veut des enfants à tous prix, et les vaches sont gardées à la maison, ainsi que les chèvres et les poules d’ailleurs… Oh je m’emballe, il a de quoi faire un film magnifique 😀

  10. Françoise dit :

    Moi non plus, je ne me souviens plus de cette peur panique mais je me souviens de cette violente tempête de décembre 1999, où quantité d’arbres ont été cassés et même parfois déracinés. Et aussi de la naissance d’un petit cousin, et la peur de sa mère de ne pas pouvoir aller à la maternité de peur de se ramasser un arbre sur la tête…
    L’an 2000, c’est déjà loin, hein ? 😉
    Beau week-end à toi, Edmée.

    • Edmée dit :

      Oh oui, c’est déjà presque un conte comme ceux que nous entendions quand on nous parlait des abris pendant la guerre… 🙂

      Bon week end aussi!!!

  11. bizak dit :

    Oh! moi je me souviens comme d’aujourd’hui, où on nous fourguait toute sortes de joujoux pour nous appâter avant l’arrivée du jour J et il y’avait aussi l’histoire de l’éclipse solaire où on nous préconisait des lunettes spéciales en vue de nous prémunir des rayons foudroyants du soleil particulièrement dangereux pour les yeux, dont je ne me rappelle plus l’année. Qu’est ce qu’on nous bazarderait pas, surtout que maintenant la peur se vend en direct sur les réseaux sociaux et des chaines de télé non stop. Mieux vaut ne plus rien regarder maintenant que même nos élus n’ont plus cure de nous mentir en direct.
    Bon week end Edmée

    • Edmée dit :

      Oui je me souviens aussi de ces lunettes et de l’éclipse cataclysmique 🙂 Ah ça, si on est un bon récipient pour la peur, on en oublie de vivre…

      Bon week end aussi!

  12. Je me rappelle très bien de cette hystérie. Et quand j’étais parti, quand on parlait de l’an 2000, certains auraient bien fait croire que les voitures seraient des vaisseaux spatiaux, ou des trucs de ce genre. Par contre, personne n’avait vraiment envisagé Internet qui, pour moi, est le grand changement de ce début de XXIème siècle. Au départ, on voyait cela plutôt comme une sorte d’ « encyclopédie virtuelle », sans voir les autres changements (positifs et négatifs) dans la façon de consommer, communiquer, p.ex.

    Quant au réveillon de l’an 2000, j’ai plutôt choisi de le fêter plus que d’habitude, et je l’ai passé en compagnie de 1.500 personnes à Tournai Expo. Et malgré le nombre de personnes, c’était plutôt bien organisé. Bref, un bon souvenir.

    Bon week-end Edmée.

    • Edmée dit :

      Moi je ne me souviens pas de ce que j’ai fait mais c’était sans doute « rien » comme toujours avec mon mari 🙂 Même pas un petit gueuleton, ça je suis certaine. Peut-être me suis-je couchée à 22 heures, ha haha. Mais je n’avais pas peur de ne pas m’éveiller le lendemain… Anne-Marie, elle, a dû être étonnée, je suppose!!! 🙂

      Bon week-end!

  13. Excellent et très drôle … et le soleil brille toujours 😉
    Bisous et bon dimanche Edmée

  14. Marcelle Dumont dit :

    Voilà décidément un sujet inépuisable. Petit clin d’œil à Edmée et Carine. Tout ça me rappelle la panique suscitée par la guerre de Corée dans les années 50. Mon aînée Claude, née fin 52, a « bénéficié » d’huile d’arachide rance sur son petit corps. Celle que ma maman avait stockée, avec bien d’autres choses, au moment de cette guerre. Il est vrai que la deuxième guerre mondiale venait de se terminer. Et qu’on avait quelques raisons de craindre de revivre un cauchemar. Mais Edmée a bien raison, c’est par l’humour et l’obstination qu’il faut résister à tous les prophètes de malheur qui ne perdent jamais une occasion de s’emplir les poches.

    • Edmée dit :

      Un autre ami m’a aussi mentionné cette peur au sujet de la guerre de Corée! Moi je n’en ai aucun souvenir, mais j’étais très petite. Et vrai que la peur rapporte gros à ceux qui la propagent 🙂

  15. Tania dit :

    Oui, les médias attisaient les craintes : pannes d’ordinateur, d’électricité… Et j’ai tout de même rencontré un vrai problème : à l’école, le logiciel de la bibliothèque ne permettait pas d’encoder les livres parus au XXIe siècle !

  16. Florence dit :

    Je ne me souviens pas bien de cette période, car j’avais autres choses en tête, autre chose à faire de plus important que ce changement de siècle. Je me souviens qu’il y avait beaucoup trop de bruit et que les chats des rues étaient paniqués…
    Meilleures bises bretonnes et bonne semaine chère Edmée !
    Florence

    • Edmée dit :

      Si je m’en souviens c’est surtout à cause de l’imprimerie, qui justifiait ces multiples appels au sujet du matériel qui ne passerait pas le cap de l’an 2000. C’était un véritable harcèlement. Mais pour le reste, je n’ai ni fêté ni fait quoi que ce soit 🙂

      Bonne semaine Florence!

  17. Pâques dit :

    Je n’ai pas fait de provisions, sauf des bougies comme ta maman 😉
    Mais parfois l’imagination galope et la peur prends le dessus. Tu me connais je suis plutôt tranquille de nature.
    Mais cette nuit, j’ai cru qu’il y avait un fantôme à côté de chez moi hi hi hi.
    En fait la semaine dernière un voisin a été retrouvé pendu dans la maison voisine ( c’est triste) !
    Ce monsieur vivait seul depuis le décès de sa mère, il y a quelques mois. La maison est donc vide. Mais cette nuit, j’ai été réveillée par des pas … des portes qui claquent …
    J’ai secoué Marlon, il m’a dit que veux tu on ne sait rien y faire ???
    Première hypothèse : Un membre de sa famille était dans la maison ? Je me suis raccrochée à cette idée pour essayer de retrouver le sommeil. Finalement il s’agissait d’une tentative de cambriolage et d’après les policiers, ils se sont arrêtés au garage ! Comment expliquer les bruits à l’étage ???

    • Edmée dit :

      Marlon ne se prend pas pour un ghostbuster en tout cas… Très philosophe! Un ami a un jour fait la veillée funèbre d’une femme qu’il avait aimée autrefois, avec un autre ami. La nuit ils ont entendu du bruit dans la cuisine, des casseroles qu’on déplaçait, de l’eau qu’on faisait couler etc… Ils ont eu peur et très courageusement … n’ont pas bougé 🙂

  18. Alain dit :

    Très mauvais souvenir en ce qui me concerne.

    Je n’étais pas en France à cette date et l’ai fêté comme un nouvel an ordinaire.

    Quand je suis rentré « L’Apocalypse » avait bien eu lieu, entre autres, en plein cœur des Landes. Tout près de l’endroit même où la ferme de mon grand-père, décédé depuis longtemps, se trouvait. Toutes les images que je gardais de cet endroit adoré avaient été réduites à rien en quelques courts instants. Il ne restait rien des arbres fruitiers et des haies de genets. La désolation de ce spectacle faisait penser au passage d’un immense bulldozer qui avait réduit toute la forêt de pins avoisinante.

    Je n’y suis jamais retourné. Mais les souvenirs sont vivaces et restent prégnants dans mon cœur.

    • Edmée dit :

      Oh quelle horrible date pour toi, alors… tout ça effacé dans les flammes. Heureusement qu’il reste les souvenirs, des tonnes et des tonnes d’images et de sons qu’on ne peut nous prendre. Mais nous sommes seuls pour les savourer…

  19. Binh An dit :

    Oui, oui, on m’avait expliqué que depuis l’invention de l’ordinateur, on n’a réservé que deux cases pour noter l’année. Et quand on arrive à 99, l’année suivante sera marquée 00. Parce que c’est la logique de l’ordinateur et il y a bien de la place pour marquer 00. Mais dans l’histoire du monde, l’année zéro n’existe pas. Notre histoire commence en année 1. Et l’on replonge dans le trou noir, le début de tout selon les théories quantiques !
    Ce qui s’est passé c’est que le trou est introuvable, comment veux tu qu’on trouve quelque chose dans le noir ? Cela, nos scientifiques n’ont pas vu, heureusement, et le monde leur a survécu ! 🙂

  20. celestine dit :

    Plus récemment, il y a eu la fin du monde des Mayas, le 21 décembre 2012, je crois…
    C’est récurrent chez les êtres humains, il faut qu’ils se pourrissent la vie par des projections mentales…C’en serait comique si ce n’était pas aussi grave parfois…
    baci cara mia
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Edmée dit :

      Je connais une femme dont le papa, nouvellement converti aux Témoins de Jéhovah quand elle était jeune fille, coupait tous les jours un centimètre d’un mètre ruban attaché au mur de la cuisine, et il leur disait qu’à la fin ce serait la fin du monde et qu’ils devaient se convertir endéans les centimètres restants…

      Que de folies au nom de ces fins du monde! Et combien y en-a-t-il eues, car avant que le monde ne soit devenu si petit grâce à nos nombreux moyens de communication,, un village qui s’enfonçait dans une faille tellurique et hop, c’était la fin du monde. Pompéi… etc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s