Comprenne qui pourra

Moi je n’y arrive pas…

Les femmes, à juste titre, ont cherché à protéger celles que les hommes quittaient avec leur progéniture dans le ventre ou déjà dans la cuisine et le jardin, s’en allant batifoler ailleurs. Puis elles ont enchaîné avec le droit sacré d’avoir des enfants sans homme, des enfants qu’elles élèveraient seules et sur lesquels les géniteurs (amants objets, erreurs de passage, banque du sperme…) n’auraient ni droits ni devoirs, bien que parfois, au fond, si les choses deviennent difficiles pendant le parcours, une recherche de paternité ne soit pas exclue.

Paradoxe - pris sur le net

Paradoxe – pris sur le net

Sur les réseaux sociaux, il est de bon ton de faire de nombreux tests (dont l’aspect « scientifique » est souligné pour en certifier le sérieux) et d’en publier fièrement le résultat : tu es une personne…. (toujours extraordinaire naturellement), tu es très indépendante et tu ne te soucies pas de ce que les autres pensent de toi. Ben voyons alors on se demande pourquoi c’est publié, et suivi d’autres « tests » qui, on le sait, reviendront à la même conclusion, formulée autrement et même avec d’autres fautes d’orthographe.

Avec l’arrivée de Pâques, on nous assaille de photos d’agneaux ravissants, de porcelets adorables, qui nous supplient de ne pas les manger. On ne nous a pas encore montré des tétards ou des saumons nouveau-nés mais ça viendra, ainsi sans doute que les poussins avec du rimmel sur les cils et un noeud de satin au cou. Je n’ose songer aux œufs de lump hululant de détresse. On devrait donc manger uniquement de vieux et laids animaux, ou plus d’animaux du tout, et il est clair que dans peu de temps on nous montrera des pousses de salade et haricots en sang car, on le sait maintenant, les plantes souffrent aussi. Certains ont conseillé de manger des cailloux mais que fait-on de la mémoire des pierres ? Nous serons alors mûrs pour l’attaque finale, la bouffe synthétique qui enrichira les laboratoires gérés par des « scientifiques » fous, et en avant pour les suppositions les  plus folles, Green Solyent, les repas pris en trois pilules, une population de zombies souriants comme dans les pires des films futuristes d’autrefois… Ne serait-il pas mieux avisé d’inciter à manger moins, mieux, et de supprimer les abattoirs et élevages de la honte plutôt que de nous injecter des remords à nous qui ne sommes qu’au bout d’une chaîne où tout le monde s’est fait de l’argent avant d’empocher le nôtre.

Alors qu’on accuse les hommes de regards et intentions lubriques, et qu’au moindre frôlement on pense et hurle « tentative de viol », il est cool de s’habiller en victime d’agression sexuelle par Hulk, avec des jeans et pulls lacérés, et ne parlons pas des pantalons taille basse portés avec un string… Pour certains garçons aussi, d’ailleurs, ils se sentent relax et mode avec des pantalons qui ont glissé sur les hanches comme les mains d’Adamo, révélant oh combien plus qu’on ne souhaite en voir, et dont j’espère qu’ils ignorent que l’origine vient des prisons américaines et envoyaient le message « essaie si tu l’oses, même pas peur »…

Ça fait plusieurs décades que la mode de la nature sous toutes ses formes est numéro un au hit-parade de nos vies. On nous a expliqué-démontré qu’avant qu’on nous montre le chemin de la vie interminable, nous mangions du poison, et que ceci était toxique, que cela attaquait les cellules de nos cerveaux, et quant à tout ça, Gaia n’est pas contente du tout. Il nous faut être Zen, manger bio (à quand le dentifrice au tofu ?), nous habiller de recyclages divers bien chers de préférence, et je le rappelle, déchirés. Il nous faut accepter sereinement nos âges successifs. Nature avant tout. Mais même les pharmacies se sont recyclées en supermarchés de la beauté éternelle, avec tout ce qu’il nous faut pour résister aux marques des âges successifs. Il va de soi que pour rester dans la ligne nature-simplicité, tout vient de la mer morte, des rives du Titicaca, des steppes sous les bouses de bison, du pistil de fleurs de l’Amazone, du lait d’hippocampe et j’en passe. Et les lèvres siliconées, les joues et fronts botoxés, les dents blanchies à faire peur, les semelles du docteur Scholl afin de  supporter les hauts-talons pour aller de la voiture au cinéma, les extensions, tout ça bien sûr crie nature, nature !

Moi… je suis perdue, mais je m’amuse quand même !

Advertisements

48 réflexions sur “Comprenne qui pourra

  1. « même les pharmacies se sont recyclées en supermarchés de la beauté éternelle » Tout à fait. Autrefois un pharmacien préparait lui-même de nombreux remèdes. Puis il s’est contenté de vendre les médicaments fabriqués par les grosses firmes (ou plus exactement il a été obligé de s’adapter). Ensuite une bonne partie de son chiffre d’affaire est venue des cosmétiques et autres pommades. L’étape suivante est de supprimer les petites officines indépendantes et d’en faire les succursales d’une maison mère (cotée en bourse, je suppose).

  2. blogadrienne dit :

    ah bon tu t’amuses 🙂
    je ne l’aurais pas cru à la lecture du billet, j’y ai senti beaucoup d’énervement (que je partage, d’ailleurs)

    • Edmée dit :

      Tu as raison, je m’amuse pour ne pas m’abandonner à l’exaspération et distribuer des regards noirs. Mais c’est insupportable et maintenant, quoi qu’on fasse, on a des hordes de justiciers et justicières qui nous maudissent…

      Le règne absolu de la mauvaise foi « crasse »…

  3. colo dit :

    Oh oui, un grand ras-le-bol qu’on se moque de nous, et je te sens aussi avec cette moutarde qui grattouille les narines!;-))

  4. Célestine dit :

    Tout est question de juste milieu entre deux outrances…
    Tu les décris (et décries) très bien ces outrances. Tout est dans le « too much », le buzz, le sensationnel, l’immédiat, le spectaculaire, le formidable…
    Et si on essayait d’être, tout simplement, dans la juste harmonie du « ni trop ni trop peu » ?
    Si on acceptait de vieillir sans se transformer en siliconées, mais sans pour cela se laisser aller à la décrépitude ?
    Si on ne mangeait qu’un peu de viande ou de poisson, un peu de légumes et un peu de céréales, un peu de tout, sans culpabiliser, sans devenir des intégristes des algues ou du tofu, qui emmerdent tout le monde et au final sont complètement contre-productifs ? si on faisait juste un peu d’exercice sans se transformer en bêtes de stades ?
    Si on souriait de joie et d’amour, et d’ouverture vers l’autre, même sans avoir des sourires de cinéma ?
    Si on élevait nos enfants dans cette idée que les hommes et les femmes sont les deux faces d’un même être appelé « humain » et que chacun a besoin de l’autre ?
    Si on cultivait cette chose magnifique et qui manque cruellement à ce monde en délire : le bon sens ?

    Baci sorellita
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Edmée dit :

      Ce serait si paisible, un tel monde… A la limite je me fiche de ce que les autres pratiquent chez eux mais les roulements d’yeux parce que j’ai aimé ma choucroute au foie gras ou ai une bordure de lapin sur un pull… c’est tellement absurde. On parle, la bouche en coeur, de « tolérance » et on est prêt à lapider la ménagère qui sort de chez le boucher :),

      Baci sorellita!

  5. Dédé dit :

    Ce soir, j’enfile mon jeans déchiré partout et surtout taille basse avec mon string léopard et mes talons aiguilles de 15 cm. Je mets un haut à trous et beaucoup de rimel. Je n’oublie pas la coiffure en choucroute et tout ça pour aller m’envoyer un steak de boeuf de 300 grammes venu d’Argentine. Et je ferai la teuf toute la nuit. 😁 Je suis in comme ça?

    • Edmée dit :

      Là… c’est la totale! Je te kiffe grave 😀 (Bon j’espère que ça ne veut quand même pas dire que je te fais des avances, on ne sait jamais. Mais il faut dire qu’avec ton accoutrement… tu n’iras pas loin sans que quelqu’un te kiffe grave 😀 )

  6. Françoise dit :

    Comme le dit Célestine, le bon sens, la juste mesure… et ne pas se laisser culpabiliser par certains qui ne font pas mieux que nous…
    Beau week-end à toi, Edmée. 🙂

  7. charef dit :

    Je ne me pose pas de question.

  8. sandrinelag dit :

    D’accord avec toi sur toute la ligne.
    Tous les repères solides explosent à coups de droits de ci et de ça, de liberté confondue avec licence, de surveillance généralisée de tout, de bien-pensance poussée jusqu’à l’absurde, de consumérisme délirant, de sacro-saintes lois du marché, de culture du caprice et du déchet, de l’assouvissement rapide, du nihilisme, de l’hédonisme, des illusions prométhéennes. Le Progrès nous dit-on.
    Tout cela n’est en fait qu’un processus de déshumanisation.
    Là-haut, dans nos montagnes, nous tenons à rester des ploucs. Nous suivons la courbe du soleil, l’alpe et la désalpe, les saisons, les feux de cheminée, de bons gueuletons de temps en temps et lorsqu’on descend en ville, chez les hype, chez ceux qui comptent, les civilisés, les malins, les sachants, un sentiment de désolation nous assaille, une sensation d’emmurement psychologique, de sous-vide asphyxiant.
    Reprendre de l’altitude, sans chichis.

    • Edmée dit :

      Je pense que les excès se détruisent d’eux-mêmes, Ouranos voraces qui s’avalent en grandissant. Les suiveurs des faux prophètes tomberont dans sa gueule… Mais que ces bruits de mastication sont donc déplaisants, ainsi que ces doigts accusateurs pointés partout, et la méthode Coué que l’on appelle à la rescousse pour dire Je suis zen, je suis zen; je suis zen… ne marche pas!

      On est zen si on est incontaminé. C’est la seule « méthode » 🙂

  9. Armelle B. dit :

    Nous aussi, nous nous amusons à vous lire, chère Edmée. Oui, je pense comme vous que l’humour sauve de bien des choses accablantes ou grotesques de notre époque déboussolée qui ne sait vraiment plus à quel saint se vouer …

    • Edmée dit :

      Entre les bons saints d’autrefois à la bonne franquette et à l’honneur, et les faux prophètes qui soutiennent le veau d’or envers et contre tout… il vaut mieux prendre un peu de recul!

  10. Angedra dit :

    Savoir doser le tout sans exagération ni d un côté ni de l autre et surtout s accepter. Vieillir étant la seule manière de « vivre » autant tenter de le faire tout en restant agréable tant côté physique que mentalité. Mais tout comme la nourriture ou autre sujet, je veux rester maître de mes décisions.
    En ce moment ce sont les végétariens qui avec leurs remarques comme « tu manges la mère ou l enfant ?  » devant mon steak qui me donnent envie de les envoyer dans les choux !
    Mais comme j aime également les choux … Je mange ma viande en souriant.
    Belle fin de semaine

    • Edmée dit :

      Au moins on apprend à ignorer bien des remarques stupides… Sans compter les hypocrisies auto-pardonnées : on ne mange pas de « viande » mais on se bourre de saucisson. Quelqu’un m’a dit récemment : je ne mange pas de poisson mais uniquement des fishburgers qui sont faits avec les déchets. J’ai demandé : et tu penses que le bon on le jette pour te garder le mauvais? 😀

  11. Pâques dit :

    Un beau billet ( d’humeur) 😉
    Je te comprends, c’est pas toujours évident, surtout en matière de nourriture !
    Hier mon cousin Chinois regardait mon chien avec envie ?

  12. Binh An dit :

    Heureusement que tu t’amuses, parce que moi, je suis complètement perdu ! Alors on fait quoi ? Cela fait des années que je mange végétarien et tu dis qu’il ne faut plus, car les salades souffrent ! T’es sure de ça ? Les scientifiques racontent des salades, c’est connu, mais que savent t-ils vraiment des salades ? Et dis-moi si l’on ne mange que des pilules risque t-on tout de même d’engendrer des erreurs de passage ? Que devient le monde si l’on ne fait plus d’erreur ?

    • Edmée dit :

      Les erreurs sont les erreurs. Les erreurs de masse sont des manipulations, ha ha ha! On mange ce qu’on veut, c’est mon avis. Et on essaie de ne pas raconter trop de salades 😀

  13. gazou dit :

    On en raconte, on en raconte …et on a de la peine à se faire une opinion personnelle…
    Mieux vaut en rire que s’énerver

  14. Florence dit :

    Coucou chère Edmée !
    Et bien vois-tu, je n’y comprend rien !!!…??? Trop compliqué pour moi en ce moment tout ça !!!
    Mes meilleures bises bretonnes pour une bonne semaine sans trop de prises de tête !
    Florence

    • Edmée dit :

      J’imagine que « tu as d’autres chats à fouetter » (fais gaffe quand même aux organismes contre la maltraitance des animaux, mais au fond, en Italien l’expression est encore pire : on a « un chat à dépiauter »…)… 🙂

      Bises dominicales!

  15. K dit :

    Où allons-nous et où en sommes-nous ?
    Trop d’étagères !
    Tout est là à plat, en évidence, en une énorme confusion.
    Comme si l’essentiel n’existait plus.
    Et le bon sens commun était perdu.

    Ce que tu dis sur « dame nature », les errances ironiquement observées et plutôt insupportées, me fait dire que nous sommes parfois réduits à de petites tribus qui se dotent de religions de substitution au fil des modes et de la prochaine connerie à inventer…
    Un tel mode de fonctionnement, on a de quoi s’inquiéter.

    Distance et résistance bienvenues !
    Farouche et indépendant, limite sauvage !

    Il reste bon et salutaire de venir te lire !

  16. AlainX dit :

    Bon sang de gamelle en bois !
    Que ça fait du bien un tel texte !
    Ce midi au resto j’ai bâfré un steack de bidoche de boeuf de 300 g. avec un os à moelle entier au sel de gérande, servi avec des frites au blanc de boeuf, arrosé d’une bière « Paix Dieu » à l’amertume aussi divine que son nom….
    J’ai alors pensé aux végans qui s’enfilent des produits fabriqués en laboratoire chimiques à partir de molécules aussi artificielles que cancérigènes, pour « ressembler » sans y parvenir à de la baraque et autre éléments naturels de la nature animale….
    Mouarf !! L’avenir ne manque pas de connerie….

    • Edmée dit :

      L’avenir, le leur, me semble pavé de gamelles mal remplies, de cerveaux et muscles mal nourris, et laissera derrière lui le souvenir d’un ennui mortel 🙂 Vive la bonne viande qui a du goût, vive la bière et le vin, vive la crème fraiche… 😀

  17. Alain dit :

    Tellement d’accord avec ce billet. Pour ma part je reste un spectateur amusé devant tous ces dictats. Je n’ai plus l’âge ni l’envie de les suivre et resterai jusqu’à la fin un homme libre. Je (nous) préférons en rire.
    Ce nouvel article grinçant m’a beaucoup amusé et n’est que le juste reflet d’une grande et triste déconfiture !
    Bonne semaine Edmée.

    • Edmée dit :

      Merci Alain… Quand j’étais « jeune », je me disais toujours que je finirais comme ces vieilles femmes infernales de Faizant, tu te souviens, de vieilles terreurs qui régnaient sur un petit mari soumis, un chat dans les bras, sans peurs ni reproches. Je n’ai ni le mari soumis ni le chat, ni les guibolles filiformes, mais j’ai effectivement leur franc-parler et liberté d’agir. Comme toi je pense que j’ai gagné le droit de dire ce que je veux et de tourner le dos à ce que je ne veux pas 🙂

      Bonne semaine Alain 🙂

  18. PHILIPPE D dit :

    Moi aussi je suis perdu, mais contrairement à toi, je ne m’amuse pas beaucoup !
    Dis-moi, Edmée, tu as déjà rencontré Hulk?

  19. anne7500 dit :

    Le dentifrice au tofu, hihi ! J’ai bien ri à te lire mais j’ai aussi apprécié l’envoi bien senti. C’est vrai qu’on nous culpabilise-manipule pas mal aujourd’hui, alors qu’un peu de bon sens suffirait à vivre bien.

    • Edmée dit :

      Oui, en réalité je suis excédée de la mauvaise foi crasse et de cette nouvelle ère de puritanisme fou, où quoi qu’on fasse on est hués par un troupeau d’imbéciles. Les contradictions honteuses pullulent; et Dieu nous préserve que ces fous endossent un jour un uniforme et reçoivent un fusil pour « faire régner l’ordre »: nous finirons au peloton d’exécution pour avoir fait pleurer un embryon de poulet en cassant un oeuf! Et je ne parle pas des fourmis que nous piétinons en nous promenant, alors qu’elles ont le droit à la vie. Pan! Feu!

  20. Je crois qu’il faut garder un juste milieu d’une part, et regarder tout cela avec recul…et humour d’autre part. C’est ce que tu fais dans ton texte. Ah, les fameux réseaux sociaux : cela nous donne un beau panorama de la société actuelle…

    Bonne semaine Edmée.

  21. Pivoine dit :

    J’ai beaucoup aimé cet article qui dit très bien ce que je pense depuis pas mal de temps… Ainsi je suis membre de groupes sur Ixelles… Bruxelles… Uccle où l’on publie beaucoup de vieilles photos. Mais depuis quelques jours (outre les ‘bon mardi’ mercredi jeudi etc.) des photos de chiens pleurants contre l’abandon pendant les vacances… Je trouve que ce n’est pas le lieu.
    Le clou a été une année où l’on est tombé sur la Chine et une ville chinoise où une x par an, on torture et massacre les chiens avant de les passer au barbecue. J’ai fini par hurler que c’était franchement de mauvais goût mais du coup une amie pas au courant a publié aussi. J’ai aussi dit que dans une ville des USA on faisait la même chose mais avec des crotales (ça n’a pas fait image).
    C’est quand même une attitude très répandue chez les femmes (certaines disent pleurer pour les animaux mais que les êtres humains par contre peuvent crever (sic)… Je pourrais continuer à l’infini. Cela m’a fait virer beaucoup de monde… Quand ça allait trop loin. Sur fcbk… J’aime plutôt poster ou partager de belles photos ou des tableaux ou des infos culturelles… Le reste (Twitter) je ne fréquente pas…
    Je m’en suis limitée à cet aspect là car la para pharmacie me dépasse un peu sauf que effectivement c’est le cas. Ce sont aussi des nouvelles parfumeries et j’aimerais assez bien si j’en avais les moyens… Mais que de gaspillage… Quant aux magasins bio où l’on trouve des spaghettis au quinoa à 4 euros les 500 grammes, je ne trouve pas cela très écologique (que mangent les Sud Américains du coup?)
    Et je crois que l’on peut continuer ainsi indéfiniment.

    • Edmée dit :

      Tout à fait juste, on ne fait que déplacer la source de dépenses, on nous dit que le lait prive les veaux de leur mère et que donc il faut se tourner vers… l’industrie massive du soja cultivé je ne veux savoir comment. Le quinoa se retrouve partout, bientôt le whisky au quinoa… et on ne fait que déshabiller Pierre pour habiller Paul et à chaque fois ça nous coûte un peu plus et ça ruine tous ceux qui vivaient de ce qui se démode. Pour enrichir les nouveaux arrivants. Et on nous bombarde, en effet, de photos scandaleuses et choquantes d’animaux en souffrance tout le jour (dont beaucoup sont en plus; trafiquées pour marquer le point!). C’est d’un ridicule… qui hélas ne tue pas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s