Que sont ces chipies devenues?

Je parle de celles, dans les années de ma jeunesse, dont on maudissait la présence aux fêtes ou réunions où nous allions « accompagnées ». Notre seule revanche était de leur donner des surnoms ou de nous conforter l’une l’autre dans l’idée que oui, on avait raison, c’étaient de vraies garces. Et qu’on se demandait ce que les garçons leur trouvaient…

Ha ha…

Je me souviens par exemple d’Occhi di pesce, Yeux de poisson. Je vivais à Turin et mon amie L*** était amoureuse et jalouse à la folie de son « homme » qu’elle avait pourtant détourné d’une autre, et par conséquent elle était bien placée pour savoir qu’il y avait moyen de le détourner d’elle aussi, ce qui ne la rendait que plus vigilante encore. Elle et le malheureux homme motif de tant d’attentions recevaient « alla grande » (en grand style) chez eux (lui), un appartement superbe dans le centre historique de Turin, près de la via Po. Le truc princier avec des parquets de 250 ans, des cheminées ouvragées en marbre, des plafonds regorgeant de frises, des pièces gigantesques (une cuisine pour une armée de servantes…) etc… J’étais régulièrement de la partie, et c’est ainsi que j’ai pu voir les manœuvres d’Occhi di pesce devant l’objet de sa convoitise, l’homme de L*** : en arrivant un soir, dans le grand hall de marbre, elle a mis incidemment la conversation sur la souplesse, qu’elle possédait en abondance, et qu’elle faisait la roue comme personne et tiens, vous voulez voir ? Et hop que je vous fiche ma culotte (très petite) sous le nez.

Mais voyons… c’était innocent, ha ha ha, elle n’avait pas réalisé que sa jupe allait remonter.

Elle avait dû rater quelques leçons de physique et courants d’air…

Que dire de celle qui, en petite croisière à trois couples sur un yacht, n’a rien trouvé de mieux que de sortir de la cabine sans soutien-gorge devant les messieurs, car… elle avait oublié l’avoir enlevé.

Ben oui… il y en a qui ont des problèmes d’attention très jeunes dans leur vie.

La chipie qui, à Aix-en-Provence, a organisé une soirée d’anniversaire pour son compagnon en nous recommandant à tous (et surtout toutes…) de rester simple, jeans et t-shirts étaient parfaits, et puis nous a ouvert la porte, à nous les pauvres filles au look un peu trop « nature sans chichis », divinement coiffée et vêtue d’une charmante petite robe de couturier, des bijoux autour de son cou, de ses doigts et chevilles nous couronnant du mot « mocheté » pour toute la soirée.

Je ne sais pas comment elle a survécu à la dose massive d’ondes agressives ce soir-là !

L’écervelée qui m’a invitée chez elle pour un week-end où je suis allée en traînant des pieds parce que je n’en avais nulle envie, et puis qui m’a dit, souriant idiotement en me raccompagnant à la gare, qu’elle n’invitait jamais de jolies filles chez elle car elle avait peur que son compagnon ne se détourne d’elle. Tiens, ne serait-ce que pour ça, j’espère bien qu’il est tombé fou amoureux d’une très moche et l’a quittée.

Non mais…

Et celle-ci qui est venue faire sa gymnastique matinale dans la chambre que je partageais avec mon compagnon, choisissant ma chambre parce que c’était la plus ensoleillée. Oui, et comme elle était nudiste, on a eu droit à des hop hop hop génuflexions à quatre pattes et tout et tout in the nude… J’ai évidemment pu me libérer d’un peu de fiel en faisant remarquer à mon compagnon qu’elle ressemblait à une vieille esquimaude – ce qui était vrai – , néanmoins la pilule est encore en travers de ma gorge car il y a peu j’ai rencontré celui qui fut alors brièvement son compagnon, à l’esquimaude, et n’ai pu m’empêcher de lui raconter cet épisode. Il a convenu qu’elle était « bizarre »…

Publicités

41 réflexions sur “Que sont ces chipies devenues?

  1. laurehadrien dit :

    Leurs niches sont plutôt minables et inoffensives à part celle faite sur le bateau qui me rappelle le tour joué dans ma nouvelle « deux soeurs, deux robes ». Mais soit, l’intention mauvaise est là à chaque fois et c’est bien triste finalement.

    • Edmée dit :

      Oui bien sûr… elles seraient à plaindre de trouver du sel dans ces lamentables tentatives de « séduction » mais finalement elles se punissaient d’elles-mêmes. Le « succès » gagné à l’arrachée ne fait que passer. Mais c’est vrai aussi qu’il y avait malveillance et dédain pour les autres…

  2. sandrinelag dit :

    C’est à mourir de rire. Il y en a qui ne doutent de rien, tout de même! Cela me fait penser à la fameuse phrase d’Audiard:  » Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ». Appliquée au beau sexe, elle prend toute sa saveur.

    • Edmée dit :

      Les chipies aussi osent tout. Je ne pense pas qu’elles obtiennent ainsi des résultats de longue durée mais au passage elles dérangent quelques plumes, ha ha ha!

  3. Françoise dit :

    Ah les chipies, nous en avons toutes croisées des chipies. Je me rappelle d’une fille qui était dans ma classe (en 3e je crois) qui avait jeté son dévolu sur le frère d’une de ses amies. Elle en faisait tellement, bien trop, que ce dernier, excédé, l’avait envoyé balader, sans ménagement. Souvent, ces chipies-là ne font pas voir leur désappointement, elles s’en tirent par une pirouette, mais leur amour propre doit pourtant bien en prendre un coup !
    Merci pour ce billet tout plein d’humour, Edmée.
    Une belle fin de semaine à toi, et un bon week-end.

  4. gazou dit :

    Quelles chipies ! Elles sont à plaindre.;.;pas fines pour deux
    sous…Elles peuvent nous énerver mais on ne peut pas les envier…c’est trop trists..

    • Edmée dit :

      Non, là je suis 100% d’accord avec toi : on ne peut pas les envier, je ne vois pas comment on pourrait. Il faut être affreusement mal dans sa peau pour en arriver là…

      Joyeuses Pâques Gazou!

  5. Dédé dit :

    Ton texte m’a fait sourire et m’a rappelé plein de supers souvenirs! De cette saucisse qui s’appelait R. et qui appelait mon homme le dimanche matin pour lui demander de passer réparer une prise car elle n’avait plus accès à internet. De la même qui voulait qu’il aille la chercher à l’aéroport le dimanche en pleine journée alors qu’elle avait accès facilement à un train de Genève à Lausanne. De la même qui exigeait qu’il l’accompagne chez le médecin parce qu’elle avait trop peur. 🙂 J’en ai eu des rages incroyables qui me bouffaient de l’intérieur. La liste est longue. Heureusement j’ai une petite revanche. J’ai appris qu’elle ramait dans sa vie…

    Il y a toujours eu des chipies. J’ai toujours eu de la peine à les supporter. Heureusement maintenant je crois avoir fait à peu près le ménage nécessaire pour les éloigner. :-))
    Allez, bon WE pascal, à la santé des chipies du monde entier et surtout à nous qui ne le sommes pas! Bises alpines.

    • Edmée dit :

      Oh je connais ce genre aussi 🙂 Il y eut celle qui, à la recherche désespérée d’un homme, avait choisi mon mari, et lui avait proposé de se rencontrer une journée à Québec (elle habitait la Californie, et nous dans le New Jersey, mais elle projetait un voyage au Canada. Ils avaient été amoureux dans leur jeunesse). La journée à Québec s’est étirée peu à peu, jour après jour, s’est déplacée à Halifax, avec un séjour de trois jours à Terre-Neuve, et puis une romantique descente en voiture jusqu’à Poughkeepsie où elle reprendrait le train. En route ils iraient manger des huitres ici, voir le coucher de soleil là… Il fallait juste que mon mari trouve le courage de m’informer du fait qu’au lieu d’une journée il en serait parti 10 😀 . Elle s’est beaucoup étonnée que je fasse « tant de tapage pour si peu » 😀 Ils se sont vus une journée à Québec et basta 🙂

  6. claudecolson dit :

    Pourquoi pensé-je au dicton : « ce que femme veut… » ? 🙂 Pour certaines – je suis prudent… – tous les moyens sont bons… 🙂

  7. Armelle B. dit :

    Peut-être plus écervelées que chipies celles que vous nous décrivez. Elles ont tout faux dans leurs agissements et semblent mieux armées pour le ridicule que pour la séduction. Hélas, elles sont quelques-unes à illusionner les mal voyants.

    • Edmée dit :

      Des chipies écervelées à la vue aussi courte que ceux qui se « font avoir »… mais parfois elles font du dégât malgré tout… 🙂

  8. blogadrienne dit :

    ouf! par chance, je n’ai jamais eu affaire à ce genre de chipies
    (sans doute parce que je ne sortais pas ;-))
    ou alors j’ai oublié…
    (oui, ça doit être ça, j’ai préféré effacer ;-))

    • Edmée dit :

      Eh bien comme tu vois… j’en ai une petite collection. Mais il faut dire qu’en plus j’ai une mémoire et un « don d’observation » un peu inhabituels, donc sans chercher à me souvenir, je me souviens 🙂

  9. charef dit :

    La demande, qui n’était de qualité d’après vos descriptions, était plus grande que l’offre. Difficile de se faire une idée de ce bazard émotionnel propre aux femmes. Bon vendredi.

  10. Florence dit :

    Coucou chère Edmée !
    Tu m’as fait rire avec tes histoires de « filles » et… j’en ai bien besoin de rire en ce moment !!!
    Mes meilleures bises bretonnes pour te souhaiter de joyeuses fêtes pascales !
    Florence

  11. Jamais vu de fille qui se promenait ostensiblement sans soutien-gorge devant moi ni qui faisait sa gym en nudiste; Ou alors c’est que je suis distrait et que je n’ai rien remarqué 🙂

  12. Edmée dit :

    Ben les pauvres, si elles se sont donné tout ce mal et que tu n’as rien remarqué… elles doivent encore t’en vouloir 🙂

  13. J’en ai bien vu une un jour qui a reboutonné son corsage en soupirant. J’ai compris un peu tard que le généreux décolleté n’était pas le fait du hasard. 🙂

  14. Pâques dit :

    Je me demande parfois si nous ne sommes pas toutes ( la chipie) d’une autre ( chipie) du moment que nous voulons séduire ( en toute innocence) l’amoureux naïf et décontenancé 😉
    Je rigole !!!

    • Edmée dit :

      Ça a pu arriver mais par des moyens bien plus corrects. De plus, je pense que ça ne m’aurait pas flattée de « piquer » un garçon à une autre… un garçon faible, donc. Pas très décidé.Qui veut de ça? 😉

  15. bizak dit :

    Je pense que depuis que le monde est monde, des chipies il y’en a et qu’il continuera à y’en avoir tant que le monde reste tel qu’il est .

    • Edmée dit :

      On ne peut pas éviter le noir pour contraster avec le blanc, le bon avec le mauvais etc… Ça existera toujours, oui! Et c’est agaçant (les chipies) mais pas vraiment terrifiant 🙂

  16. Tania dit :

    Tes souvenirs de petites (ou grandes) pestes m’ont bien fait rire ! Oui, tu as le don de l’observation… et de la narration, chouette pour qui te lit.

  17. colo dit :

    Que sont-elles devenues demandes-tu. Des triples chipies?
    Merci de m’avoir fait rire…

  18. Tu n’as pas cherché à retrouver quelques-unes d’entre elles via Facebook et voir ce qu’elles étaient devenues? Oui, je sais, la curiosité est un vilain défaut mais bon…

    Bonne semaine Edmée.

    • Edmée dit :

      Je connais encore celle qui avait oublié ne pas porter de soutien-gorge 🙂 Son mari a été très cocu, très malheureux, et depuis qu’il est mort, elle est perdue : son souffre-douleur n’est plus. Et personne ne veut le remplacer …

      Bonne semaine aussi Petit Belge!

  19. Binh An dit :

    Je t’ai lue et les comms aussi.
    Vous êtes dures quand même avec les chipies ! Elles en général ne font pas trop de mal. Si elles en font, ce n’est jamais pour longtemps. Il faut savoir pardonner. Les hommes oublient vite les incartades passagères et reviennent toujours au régime permanent, c’est bien connu.

  20. Angedra dit :

    J’en ai connu une entre autres du style à se promener nue chez moi qui l’hébergeais, devant mon mari et qui avait des « choses » à raconter au dit mari sans ma présence… Mais elle s’est vite rhabillée, et à été mise à la porte illico presto sans même prendre ses affaires. Je lui ai souhaité bon vent devant mon mari médusé et un peu mal à l’aise (il s’agissait de sa toute récente belle-soeur) mais qui a très bien compris pourquoi j’agissais ainsi. Même si le frère et toute la famille ne lui a plus parlé durant plusieurs années. Bien sûr personne n’a demandé ma version des faits !
    Je dois reconnaître qu’elle ne s’est pas arrêtée ni à mon mari, ni à son mari, et a su continuer sa route dans le même style et a finalement très bien réussi… financièrement en tous les cas !
    Nous pouvons tenter de nous leurrer, mais non, ce genre de femmes réussissent très bien dans la vie qu’elles choisissent. Les hommes étant ce qu’ils sont… elles ont un bel avenir !

    • Edmée dit :

      Oups, elle y allait fort, et décidée! Et ça lui a réussi, dis-tu… Oui je suppose que la technique marche de temps à autre, rien n’étant plus benêt qu’une homme qui se voit follement désiré 😀

      Heureusement que tu l’as éjectée…

  21. Célestine dit :

    J’ai rencontré toute ma vie la chipie « à la base » c’est à dire dans les cours de récré. Fascinante à observer.
    Ce sont juste des gosses capricieuses et névrosées qui envient tout ce que les autres ont, et qui décident de s’approprier les jouets des autres.
    Du coup, en vieillissant, elles restent sur ce schéma ridicule.
    La méchanceté, les petites piques et la jalousie sont leurs armes.
    Il y en a même qui deviennent trolls sur le net ha ha !
    Baci sorella
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Edmée dit :

      Oui j’ai entendu parler de ces trolls 😀 … J’en ai eu une aussi,, disons qu’on m’a mise en garde contre elle mais elle ne s’en est jamais prise à moi finalement sauf que j’ai eu du mal à m’en débarrasser : elle venait trois fois par jour écrire « coucou! » « sublime » « que c’est beau » (elle ne lisait pas car elle avait mis ça alors que je parlais de la mort de mon père… la délicatesse incarnée 🙂 ).

      Baci sorellita mia!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s