Les instants de grâce

Une année, mon Papounet chéri m’a offert le voyage en avion pour aller, avec lui, sur l’île de Gotland, où ma sœur passait un mois avec sa famille. Nous avons été ensemble à l’aéroport et comme nous étions tous les deux du type « en avance pour éviter le stress du je suis en retard », il m’a dit : et si on mangeait des huîtres avec un petit verre de vin blanc pour commencer à nous sentir en vacances ? Et nous étions là, en amoureux, en gourmands, en vacanciers insouciants, juchés sur nos hauts tabourets autour du petit comptoir dans l’aéroport. Ces huitres, avec la jolie tranchette triangulaire de pain gris, et le petit verre d’or pâle ont gardé aujourd’hui tout leur enchantement, et jamais je ne passe devant cet endroit de l’aéroport sans nous sentir encore là, ensemble, fêtant le départ dans le confort de l’amour père-fille.

Bien avant ça, ma Lovely Brunette m’a invitée à Vienne avec elle. Trois jours. Nous avons ri et plaisanté tout le temps, faisions plus de photos que tout un autocar de Japonais, faisions travailler nos méninges pour ne pas dépenser trop, et dormions comme des loirs, épuisées de bonne humeur et de distractions. Pourtant, elle était un peu nostalgique : dès le retour je m’en irai vivre en Italie, et nous ne savions quand nous nous reverrions. Pour moi, au seuil d’une nouvelle aventure, convaincue encore que nous vivrions tous éternellement, je ne me posais pas la question. Mais elle avait 62 ans, s’en voyait 10 de plus, et vivait seule. Quand on est seul… on est entouré de pensées. Elle pensait beaucoup, avait toujours beaucoup pensé. Mais si elle était entre deux eaux lors de ces vacances, elle était surtout contente que je sois là, avec elle et n’ouvrait pas la porte à l’éventuelle tristesse qui y frappait.

Quand elle est morte, elle avait laissé à mon intention un petit album de photos prises lors de ce voyage… « Vienne, 1985 ».

Il y a des milliers d’instants de grâce dans une vie. J’en ai eus, j’en ai et en aurai encore. Il s’agit toujours d’amour. D’un – ou pour – un homme, cet homme-là qui fut et est « ce lui ». De mes frères et de ma sœur, mes nièces, avec qui nous partageons un long passé peuplé de gens aimés et que nous cherchons encore à comprendre après qu’ils aient disparu. Mes amies/confidentes, dont certaines m’accompagnent depuis l’adolescence. Mon ex belle-mère, que j’aimais et aime encore, et qui me fait des petits cadeaux, me raconte des choses pour que je puisse les utiliser dans un livre – ah non, elle ne veut pas que sa vie disparaisse trop vite, et m’en cède des bribes. Des fêtes d’adieu que l’on m’a faites par deux fois, dans des lieux de travail où ce n’était pas l’habitude, et qui me disaient avec des sourires heureux qu’on avait eu du plaisir à travailler avec moi, et qu’on ne m’en voulait pas d’aller voir ailleurs la couleur de l’herbe et la beauté de l’aventure.

Ces instants de grâce ne sont qu’à nous, perçus uniquement par nous de cette façon, et leur grâce ne s’en épuise jamais….

Publicités

38 réflexions sur “Les instants de grâce

  1. Dédés dit :

    Coucou Edmée. Les instants de grâce… s’en souvenir toute la vie pour les ressortir quand le parcours est plus difficile. C’est ce que j’essaie de faire ces temps-ci. Ils peuplent mes rêves et mes souvenirs. Et me rendent la vie plus douce. Merci de faire partager les tiens. C’est tellement précieux de partager de tels instants avec les personnes aimées. Bises alpines et belle fin de semaine.

    • Edmée dit :

      Oui… je sais qu’on les ressort comme on ouvre de beaux albums de photos quand les choses sont plus dures. Et les choses dures ne manquent jamais de revenir comme les hirondelles et les années de grâce. Alors je te souhaite de trouver dans tes instants de grâce la douceur qui manque en ce moment dans ta vie… Bises liégeoises

  2. claudecolson dit :

     » convaincue encore que nous vivrions tous éternellement ». Quand on perd cette conviction, c’est que la jeunesse a commencé à s’enfuir : reste celle du cœur.

    • Edmée dit :

      C’était surtout ma Lovely Brunette que je croyais éternelle… Je ne réalisais pas encore que le temps passait… Jusque là il n’avait servi qu’à me rendre adulte… 🙂

  3. Armelle B. dit :

    Merci, Edmée, de ce joli témoignage de vie, de ces instants que le temps nous laisse en mémoire comme des trésors, de cet inoubliable, qui nous compose, et nous console de l’oubliable.

    • Edmée dit :

      Je ne vois jamais une image de Vienne et ne passe jamais devant ce petit bar à huitres sans savoir que ces instants de grâce y errent encore…

  4. Célestine dit :

    C’est ma foi vrai…les instants de grâce sont toujours empreints d’amour.
    La grâce, c’est l’amour.
    Et ces moments privilégiés où l’on voudrait que le temps s’arrête, il en est plein nos besaces…
    ¸¸.•*¨*• ☆

  5. Adèle Girard dit :

    C’est vrai que notre vie est jalonnée de ces petits moments précieux dont on garde le souvenir, bien au chaud, lovés dans notre cœur et si bons a ressortir de temps en temps pour en éprouver encore et encore la douce saveur.

  6. sandrinelag dit :

    C’est peut-être cela, finalement, le bonheur: des instants courts mais intenses et des moments qui n’ont l’air de rien mais qui ouvrent dans nos coeurs l’éternité. La nostalgie, à la fois douleur et joie.

  7. colo dit :

    Merci de nous raconter ces moments, j’en suis émue.
    je crois que tous nous en avons régulièrement, mais ne savons pas toujours leur donner le poids ou l’importance sentimentale qu’ils méritent!
    Bon week-end chère Edmée.

  8. gazou dit :

    Faire de notre coeur un tabernacle pour y déposer nos instants de grâce, j’aime bien cette image..Merci !

  9. Alain dit :

    Très beau billet. Ce que tu écris est tellement vrai. Tous ces instants, aussi courts soient-ils, qui nous ont été offerts et qui restent en nous pour toujours. Ils ont magnifié un moment de vie et l’illuminent pour toujours. Bon week-end chère Edmée

  10. blogadrienne dit :

    voilà le billet d’une femme heureuse et c’est toujours bien de voir que ce bonheur-là existe 🙂

  11. Lorsqu’on n’a pas le moral, le médecin devrait prescrire de lire ton blog qui fait un bien fou! Voir le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide, comme on dit. J’aime ta philosophie de vie qui me correspond assez. Je dis souvent que jusqu’à présent, j’ai plus eu de choses positives que négatives dans ma vie, ce qui n’est déjà pas trop mal. Et je trouve que l’été, loin du stress de la vie professionnelle (même s’il y a, là aussi, de bons moments) permet ces instants de grâce car on a plus le temps de voir nos proches. Bonne semaine Edmée.

    • Edmée dit :

      Bonne semaine cher Petit Belge qui as toi aussi, c’est vrai, une jolie paire de lunettes plutôt roses. Et la main tendue vers les bonnes choses! Bon week-end (comme on s’en doute je n’étais pas chez moi 🙂 )

  12. Béa de C dit :

    J’adore ces instants de grâce et tu en parles si bien…
    Plein de bisous, ma chère Edmée…

  13. Françoise dit :

    Les instants de grâce nous tiennent chaud au coeur les jours de grisaille, et les jours colorés aussi ! 🙂
    Bonne fin de soirée, Edmée. Bises.

  14. laurehadrien dit :

    L’éternité est dans ces instants-là. C’est pour cela que mon blog s’intitule « La vie est longue ».

  15. Tania dit :

    Ces instants de grâce reviennent nous visiter parfois à l’improviste. Il y a peu, je me suis retrouvée dans un restaurant que j’avais un peu oublié et en entrant dans la salle, je me suis souvenue soudain de l’amie disparue qui m’y avait invitée, j’ai ressenti toute la complicité de ces moments forts partagés avec elle.

    • Edmée dit :

      Oh je connais ça, ce flash back chargé de présence, et on se souvient de combien on était heureux ce jour-là… On en retrouve toute la grâce!

  16. Nadine dit :

    Ah comme j’aimerais pouvoir revivre certains instants de grâce ! Une baguette magique et hop ! Notre plume les ressuscite, la tienne, en tout cas, excelle à raviver les souvenirs heureux.

    • Edmée dit :

      Merci Nadine. Mais je suis certaine que certains reviennent mettre des bulles dans tes journées, et que tu saurais les écrire si tu en avais l’envie. Mais les vivre est le principal…

  17. angedra dit :

    Très beaux instants que nous avons ainsi en nous si nous avons su en apprécier la valeur à l’époque.
    Ils nous accompagnent, nous soutiennent parfois lorsque la vie nous joue quelques tours à sa façon. Ils sont toujours là, en sécurité bien en nous et nous permettent d’être ce que nous sommes aujourd’hui, des femmes conscientes des bases solides sur lesquelles nous nous sommes construites.
    Très doux souvenirs toujours si intéressants à découvrir en ta compagnie.
    Bel été

  18. jeanne dit :

    tu racontes, et je me souviens..
    petits cailloux précieux.
    certains à transmettre
    merci

  19. Florence dit :

    Coucou chère Edmée !
    Oh oui, c’est vrai qu’il y a dans la vie des instants de grâce, et il faut savoir les savourer. Comme tu notes celui avec ton père, cela me fait penser à divers moments privilégiés que j’ai eu avec le mien…
    4 bises bretonnes chère Edmée et bonne fin de journée !
    Florence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s