Que disaient les Poppys ?

Non, non, rien n’a changé.

Et  contrairement à tous ceux qui disent que « ça », ça a bien changé, je souris et dis que non, pas en profondeur, pas aussi nettement qu’on le clame.

Quoi ?

Le corralling des couples vers le mariage. Vous vous souvenez des westerns, quand on « corrallait » le bétail entre des barrières étroites pour rassembler les bêtes dans le même enclos ? Puis on les marquait au fer rouge…

On a beau dire que les jeunes maintenant ne veulent plus de ça, si c’est vrai pour certains, on n’est pas sortis de l’enclos !

Bien sûr désormais les parents ne sont plus honteux de dire que leur fille veut rester célibataire et aime son travail. Ou que leur fils n’a pas l’âme d’un mari et que ma foi, autant qu’il vive sa vie et soit bien. Et ceux qui n’ont aucune hâte à rentrer dans les rangs peuvent le dire devant tout le monde, même le soir de Noël en famille, sans risquer de rencontrer des regards incrédules à la limite de l’inquiétude.

C’est vrai aussi que les mariages forcés vraiment forcés… OK, chez nous c’est fini. Pas de baïonnette dans le dos et de « autrement tu finiras au couvent, ou gouvernante sans le sous chez Edward Rochester qui ne t’épousera peut-être que quand il sera aveugle et ruiné et tu l’auras  bien cherché ». Mais il reste ici et là le « bon écoute, ça fait trois compagnons que tu plaques, on finit par être gênés papa et moi, et on aimerait bien te savoir casée. De quoi avons-nous l’air, nous ? Même ta cousine Armandine s’est mariée, oui même elle, avec ses moustaches et sa transpiration abondante. Qu’est-ce que tu lui reproches, à Victor-Charles ? Il est très bien… Un peu vieux jeu dis-tu ? Moche ? Quelle futilité ! Il ne te trompera pas et tu en feras ce que tu voudras ».

Les garçons ne sont plus menacés d’être privés de rente s’ils ne se glissent pas dans les rangs, mais dans les mêmes ici et là que ci-dessus on leur explique sans relâche que le mariage donne sa carrure à une carrière. Elle est parfaite la petite Trucmuche, un peu fade et nunuche peut-être mais obéissante, bien à sa place, elle ne fera pas ombre à ta sœur. Elle apprendra vite à te seconder. Et nous on l’aime bien.

Et si vous pensez que ça n’existe plus, c’est que vous ne fréquentez que les gens qui vous amusent. Rencontrer les casse-pieds est éclairant, croyez-moi…

Ensuite, si le mot mariage est souvent accompagné d’un faussement insouciant « oh non, ha ha ha, qui veut encore de ce vieux contrat de nos jours ? » on se pacse, on se met ensemble à l’essai, et pendant l’essai on fait des enfants, on achète des biens à deux, on fait des dettes que les parents respectifs se partagent en serrant les lèvres, et on se retrouve dans un enclos qui ne s’appelle pas mariage mais a les mêmes barrières hérissées de fils barbelés. Cependant on est fiers de dire qu’on n’a pas fait comme les parents, ah non, pas fous ni folles les guêpes et les bourdons !

Et en ce qui concerne la chasse au mari, que l’on dit plus démodée que la chasse à courre, la battue est pourtant bien réelle. Ça taïaute et taïaute encore, et fort. Ah non ? A l’heure des pilules, préservatifs, stérilets et tous les rites incantatoires pour protéger sa liberté de choix, il reste des bébés qui se sont imposés tous seuls, oui. Souvent alors que justement on allait rompre, que les choses viraient à l’acide. Ces bébés plus futés que les bisons, qui profitent de préservatifs troués, de stérilets qui ont bougé, de pilules traîtresses, ces vieux pièges qui ont fait leurs preuves depuis des générations.

Et même s’il s’agit de cinéma où ni art ni talent ne se rencontrent jamais, bien des films « romantiques » ou « comédies romantiques » ne font rien d’autre que délirer pendant une heure et demi pour se ruer dans l’enclos final, l’autel, le curé, la robe blanche et le « I do » et les demoiselles d’honneur s’entre-tuant pour le bouquet.

Les Poppys ont raison, pour encore un bon bout de temps !

Publicités

34 réflexions sur “Que disaient les Poppys ?

  1. claudecolson dit :

    1) Faut-il le déplorer ?
    2) Ce serait donc une constante de l’Humain social ? 😉

  2. blogadrienne dit :

    rien n’a changé, dans le fond, juste quelques superficialités de forme… et dans le fond de ce qui n’a pas changé, ce que je déplore le plus, c’est que le paraître (et les hypocrisies qui l’accompagnent) reste si important

    • Edmée dit :

      Oh c’est encore plus hypocrite que ça ne l’était parce qu’on fait semblant que … ça n’existe pas. La bouche en coeur on se trouve tellement mieux que les générations d’avant…

  3. Griseldis dit :

    Sacré nom ma bonne dame, comme vous me faites du bien! Je suis aux premières loges, sans l’avoir choisi, d’une union qui se défait sans avoir été officialisée par le bourgmestre mais avec tout le reste : immeuble, mobilier et enfant commun. Et ça se déchire joyeusement entre deux passages chez le notaire. Je me le pensais toute seule en ricanant dans la plus stricte intimité : rien de neuf.

    • Edmée dit :

      Désolée pour ce passage difficile – sortir du corral… – mais moi aussi je m’évertue à dire que « de mon temps » ou maintenant c’est pareil et on s’obstine à dire « non non, ça a changé ». Mais pas du tout…

  4. Carine-laure Desguin dit :

    Rien ne change en effet, et des électrons vraiment libres, il y en avait déjà voici quelques dizaines d’années dans chaque famille.

  5. Armelle B. dit :

    Je vous trouve un peu pessimiste, chère Edmée. Selon moi, les temps ont bien changé. Moi-même, je me suis mariée un peu trop tôt au goût de mes parents, avant d’avoir fini mes études que j’ai reprises ensuite, après le divorce survenu trois plus tard. Mes parents ont dit oui, bien que je ne sois pas enceinte, car ils me savaient entêtée. Quant à mes enfants, ils ont fait leurs choix librement, alors je pense que la course au mari n’est plus guère d’actualité à une époque où les jeunes ont tant d’occasions de se rencontrer et commencent leur vie sexuelle dès le collège.

    • Edmée dit :

      On peut se choisir librement, si on a envie de ça. C’est pour tous les autres que la donne n’a pas changé, les indécis. On continue de les conduire au mariage ou à l’union soi-disant libre mais aussi « contraignante » que le mariage (quand il n’est pas heureux et qu’on aimerait en sortir). Et moi j’entends encore, dans tous les milieux, des taïaut-taïaut, et je vois encore des battues, et des cris de joie quand la prise est bonne. J’ai entendu tous les conseils possible pour afférer le poisson : arrête de prendre la pilule sans lui dire, ne sors qu’avec des gens qui ont une piscine pour être sûre de bien tomber, fais-lui croire qu’un tel veut t’épouser et que tu hésites, invite-le à la maison et on lui montrera le voile de mariée familial…
      J’ai entendu Une telle se désole car elle va avoir 25 ans et n’est toujours pas mariée (d’une jeune fille qui a 35 ans aujourd’hui et n’est toujours pas mariée), Ouf je suis casée, Ouf elle est enfin casée maintenant que son mari se débrouille… J’ai vraiment tout vu et entendu sur ces temps qui « ont changé »… 🙂

      • Armelle B. dit :

        Autour de moi, j’entends surtout des familles, et des mères en particulier, qui encouragent leurs filles à poursuivre leurs études pour ne plus être dépendantes de qui que ce soit. Mais peut-être mon oreille est-elle plus attentive à ces échos-là qu’aux autres … Et je constate également que les garçons sont plus lents à se décider sur leur avenir que les jeunes filles. Et qu’ils comptent beaucoup sur elles pour contribuer, voire à assurer les futurs budgets.

      • Edmée dit :

        Oui, ça, ça a changé, parce qu’on se rend compte qu’un seul salaire ne suffira pas, et que non seulement l’indépendance de l’épouse mais le train de vie du couple a besoin que les femmes envisagent de travailler. On n’y arrive plus autrement. Ce n’est donc pas uniquement au niveau de la « libération » féminine qu’on pousse aux études mais c’est une nécessité économique. Et parce qu’un seul salaire ne suffit pas… on se voit peser les pour et les contre d’une vie à deux, et c’est logique.
        Et donc on est au point d’avant, même si des choses ont changé, le fond reste pareil. En effet, la femme est quand même plus en difficulté lors d’un divorce ou séparation: elle peut bien entendu rencontrer un autre compagnon mais, parce qu’elle est considérée comme l’exemple pour ses enfants, elle n’osera que difficilement quitter ce compagnon s’il ne s’avère pas bon, parce que les enfants ne peuvent vivre deux séparations etc. Alors que le père bénéficiera de plus de tolérance.
        Mais si le mariage pour raisons pratiques ne me choque pas, c’est le travail d »influence que l’on fait sur ses enfants pour les conduire à « se ranger » eux-aussi que je trouve atroce, en leur parlant d’horloge biologique, sainte Catherine et ses chapeaux, les occasions qui ne se présenteront plus. Tout le monde n’est pas fait pour le mariage, la vie à deux et la fondation d’une famille. Qu’on leur fiche la paix… 🙂

  6. bizak dit :

    La vie est ainsi faite, à chaque époque naissent ses misères. Tout est relatif dans la vie, l’homme ou la femme ont cette manie de s’encombrer de garde-fous tous azimuts pour se préserver quelques privilèges ou avantage, tout dépend bien sûr de que quelle côté on se place; On a peut être changé la carcasse, la peau, l’habit, l’époque même, mais l’intérieur est toujours le même. L’homme est un être grégaire, il aime se fourguer dans le groupe, adopte les us et coutumes de ce même groupe et après lui vient le besoin de prendre un peu d’air, cherche à se libérer de ses chaines et voir ailleurs s’il y est ! quand il découvre qu’il est bien coincé dans l’enclos qu’il s’est fabriqué, lui-même. Bien à toi Edmée, beau week end

    • Edmée dit :

      La vie en société impose des règles, soit légales soit coutumières, Sans quoi on a une anarchie invivable. Je ne suis pas du tout contre le mariage, même s’il est essentiellement « d’intérêt », pour autant qu’il n’y ait pas de duperie, de pression, et qu’en revanche il y ait un solide respect dans le couple.
      Mais je rugis devant ceux et celles que l’on piège, que l’on persuade, que l’on manipule pour qu’ils fassent comme « les autres », ce qui mène à des vies lamentables et des compromis humiliants. Et ça, ça continue d’exister, même si officiellement, « ça a disparu ». Pas du tout…
      Merci pour ton commentaire, Bizak, et bon week-end à toi aussi!

  7. gazou dit :

    oui, les apparences, les habitudes ont changé mais l’intérieur des êtres humains n’a pas changé…Bon week-end Edmée !

  8. Pâques dit :

    La semaine dernière j’ai assisté au mariage de mon neveu et c’était charmant ! Le carton d’invitation c’était – Papa et maman se marient… – et les photos des deux enfants.
    Ensuite : Rien ne sert de courir…il faut partir à point telle est la devise de papa et maman qui après 13 ans de réflexion se décident enfin !
    La mariée était accompagnée de son fils et le marié avec sa petite fille. Les enfants encore plus émus que les parents !!!
    La fête était belle, un grand-père de 96 ans encore en forme et pleins de petits-enfants joyeux.

    • Edmée dit :

      Ils ont eu le temps de savoir s’ils s’entendaient. Et c’est une bonne chose que ça soit admis. Mais tu sais comme moi qu’à l’essai ou devant le maire, si ça ne marche pas, ça ne change rien. La séparation est atroce, sauf s’il n’y a pas d’enfants ni compte commun etc…
      Bien s’entendre et travailler à ça, c’est magnifique.
      Mais croire que ne pas se marier et avoir des enfants est une tare et donc pousser des jeunes gens à « faire comme les autres », ou piéger un homme pour se faire épouser, moi ça me fait grimper aux murs… 🙂

  9. sandrinelag dit :

    Moeurs et civilisations tournent, retournent, changent, reviennent, disparaissent, réapparaissent. L’essentiel est de « se réaliser », peu importe l’état dans lequel on se trouve. Chacun n’a qu’une vie; la moindre des politesses est de la vivre comme un cadeau. Le reste…

  10. Alain dit :

    Difficile pour moi d’émettre un jugement.
    Je trouve pourtant que certaines choses changent à la vitesse grand V. Dans celles que je peux rencontrer, beaucoup de jeunes filles choisissent de faire des études pour gagner leur indépendance. D’une façon générale, je les trouve plus débrouillardes que les garçons. Elles se font entendre, réclament une juste parité et ne restent plus, pour la grand majorité d’entre elles, sous l’autorité parentale. Elles font valoir leurs propres choix. Et c’est bien ainsi. Je pense qu’il doit exister aussi des exceptions. Des faibles qui préfèrent un prétendu confort ou une certaine sécurité. Pour certains hommes qui cachent ce qu’ils sont vraiment, la chute est souvent rude. You see what I mean ! Anyway chère Edmée.

    Je te souhaite un très beau Dimanche. À bientôt.

    • Edmée dit :

      Yes, I do see 😉 . Very well!

      Je suis d’accord avec le fait que ce qui a changé principalement, c’est que l’on peut – si on a le courage – revendiquer ce qu’on est et ce qu’on veut. On est gay, on n’a pas envie de vivre à deux, on veut se consacrer au travail, on veut vivre en solitaire sur un bateau ou dans les bois, on ne veut pas d’enfants, on ne sait pas encore ce qu’on veut etc. La société (les parents) est mieux aidée à accepter ces options.

      Mais les tièdes et indécis, les lâches, les profiteurs en tous genres existent encore, existeront toujours, et continueront de s’enfoncer dans ces chemins où non seulement ils sont mal, mais ils diffusent leur souffrance autour d’eux. Parmi ceux-là il y a d’ailleurs bien des gens dont les intentions sont bonnes, mais utopiques : on ne va pas décevoir les parents, les amis, Pierre ou Paul et on va rentrer dans les rangs. On n’est pas là pour faire plaisir en se mutilant soi-même! Aime ton prochain… comme toi-même. Faut commencer par le début!

      A bientôt 🙂

  11. colo dit :

    Hum..dois-je en conclure qu’une société idéale serait principalement composée de célibataires (joyeux, bien entendus)? Je rigole mais…

    • Edmée dit :

      Oh non, surtout pas! La famille est la base de la société et le mariage est une excellente chose. Pour autant qu’il soit compris, souhaité, et le mieux préparé possible.
      Par contre je déplore que dans une société où enfin on peut dire tout haut qu’on veut un autre type de vie, certains encore n’osent le dire, d’autres musèlent ceux qui ouvrent la bouche, et il y a ceux que l’on piège. Alors que la seule chose qui aie vraiment changé, ce sont justement les options à « le mariage et les enfants ».
      Le célibat (joyeux, ça va sans dire 😉 ) est une possibilité, comme le mariage heureux ou la liberté chérie.

  12. Tania dit :

    Ce qui n’a pas changé, c’est le désir des jeunes de ne pas faire comme leurs parents. Je pense à un couple d’amis qui ont choisi de ne pas se marier et dont deux des enfants se sont mariés, eux, à leur grand étonnement.
    Idem pour la religion : des parents qui ne baptisent pas leurs enfants par conviction pour les laisser libres et de jeunes adultes qui demandent le baptême et font baptiser les leurs.
    Liberté chérie, comme tu dis.

    • Edmée dit :

      Ah ça c’est drôle en effet. Mais pas si étonnant que ça puisqu’il est fréquent de vouloir faire le contraire des parents 🙂 La liberté serait-elle de s’emprisonner autrement ? 😉

  13. Dédé dit :

    Une belle-soeur qui prétendait être féministe et qui me cassait les pieds (les ovaires!) toutes les fêtes de famille pour me demander si j’avais un copain. J’ai fini par détester ces conversations débiles qui se voulaient très libérées mais qui n’étaient que jugements de valeurs à l’emporte pièce. Beurk. Je la vois beaucoup moins la dame et je ne m’en porte que mieux…Bises alpines.

    • Edmée dit :

      Voilà… Oui, on nous (nous les femmes) catalogue encore souvent en « seule » ou « avec quelqu’un ». Comme si c’était l’essentiel, et immuable en plus. Je remarque aussi pas mal de « féministes » qui se soumettent aux joies du botox, de la liposuccion, des lèvres et seins paraffinés « pour elles-mêmes » 😀 Mais voyons… Tant d’hypocrisie, et tant de force pour dire qu’on a « bien changé »…

      Mille bises chère Dédé…

  14. angedra dit :

    Oui et non… beaucoup de choses ont changé avec notamment pour les femmes la liberté de vivre leur vie sexuelle comme elles l’entendent sans subir des critiques ou le risque d’être enceinte. Je vois autour de moi des jeunes filles qui changent de copains plusieurs fois sans penser à se caser mais seulement à s’amuser et profiter de leur jeunesse.
    Il y a également celles qui ne rêvent que de former un couple et avoir un enfant le plus vite possible… bien souvent je sens derrière ce besoin urgent, l’excuse pour ne plus travailler ! Mais pour elles, rien ne changera.
    Est-ce que cela est nouveau ? Non, ces deux attitudes existaient avant, mais malheureusement les premières, celles qui veulent être libres ne pouvaient exister pleinement car le regard de la Société les condamnait.
    Alors, oui il y a un grand changement concernant la liberté sexuelle des femmes.
    Ensuite, le besoin de se caser, de faire des enfants… je pense que cela est une attitude très humaine et qui est très honorable lorsque cela se fait dans l’amour.
    Moi même lorsque je me suis mariée, par amour certes, mais il était inimaginable de vivre hors mariage ! Je ne voulais pas d’enfant et mon mari était d’accord. Puis quelques années plus tard, un désir d’enfant s’est fait pressant et omniprésent et mon mari et moi avons changé d’avis et avons conçu notre enfant dans un énorme élan d’amour.
    Alors, est-ce que ce désir d’enfant, de beau mariage, a changé ?
    Je ne pense pas, ces désirs font partie de la plupart des femmes. Par contre ce qui a changé, c’est que personne ne l’oblige à le faire, en tous cas dans le monde dans lequel je vis.
    C’est malheureusement certaines femmes elles même qui n’évoluent pas et restent avec l’idée bien fermée de la femme qui ne peut être complète qu’en étant mariée.
    Je suis féministe, pas extrémiste, et même si je ne fais pas de chirurgie esthétique ou autres, je ne vois pas en quoi le fait de le faire est une contradiction… sauf si cela est fait à la demande d’un homme (oui cela arrive souvent, Monsieur veut une femme plus belle et la bonne poire le fait prenant cela pour de l’amour !!)

    • Edmée dit :

      Tu as raison sur tous les points. De nos jours ceux et celles qui ne veulent pas du mariage ou de la vie « à deux » peuvent en effet le revendiquer sans trop de problèmes – sous nos cieux en tout cas. Ça, c’est un vrai changement, un progrès!

      Mais croire qu’on est plus libres parce qu’au lieu de se marier, on est pacsé, tout en faisant le parcours exact du mariage (enfants, dettes communes etc…), c’est une illusion!

      Comme tu le dis aussi, il reste celles qui veulent se marier « pour ne pas travailler » ou « se caser » et ceux qui veulent une bonniche. Ceux-là ont toujours existé et ne disparaîtront pas. Ça ne me dérange d’ailleurs qu’à moitié si l’autre partenaire est content de ce qu’il reçoit.

      Cependant les pièges existent encore (ces enfants qu’on ne prévoyait pas…à l’heure où on les évite si facilement ) et c’est abominable de commencer une vie à deux dans la ruse (quand c’en est une 🙂 ). Dès le départ il y a un mensonge de base. Un mépris de la liberté de l’autre.

      Ton mariage me plaît parce qu’il s’est agi de toi et ton mari, et ensuite le désir d’enfant est venu, il n’y a pas eu le « je dois me dépêcher de trouver quelqu’un et me marier sinon je serai trop vieux/mon horloge biologique aura des ratés ». Je me souviens qu’à l’école, alors que j’avais 16 ans, on parlait en effet d’une fille de l’école qui cherchait désespérément quelqu’un à épouser car on lui avait dit qu’elle n’avait que deux ou trois ans pour concevoir, ayant un problème que j’ai oublié… quel amour pour l’homme pas encore rencontré!!!

      Et quand je parlais de botox etc, j’ai effectivement des amies mariées qui le font, pour se plaire, ou pour plaire au mari (c’est plus à elles, je soupçonne 🙂 ) mais je pensais surtout aux féministes pures et dures sans hommes, qui se soumettent à mille torture pour… attirer les hommes, car pour soi, on en fera bien moins 🙂

  15. Françoise dit :

    Ce qui n’a pas changé, c’est que les gens ont toujours autant besoin d’amour, qu’ils se marient ou non, et cela, c’est plutôt rassurant ! 🙂
    Bonne soirée, Edmée. Bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s