Comme on fait son lit, on se couche (avec son homme)

Petite intro : j’ai commencé la grippe le 19 décembre, et elle avait une force épatante je dois dire, un virus de premier ordre, bref je me suis longuement couchée non pas avec un homme mais avec une kyrielle de microbes d’une cruauté sans pareille, et j’émerge tout doucement en chancelant encore… d’où l’abandon salutaire de mon blog pendant tout ce temps !

Mais revenons au lit qu’un homme habite aussi…

Je me souviens d’une délicieuse, jolie et très gentille Espagnole que j’ai connue à Aubagne. Filo. D’une gaieté contagieuse. Elle était veuve, et jeune, et très belle. Et un jour un fringant et beau monsieur est tombé sous le charme. Elle était folle de joie, et nous racontait avec son accent pétaradant combien il était empressé, amoureux, ardent et que c’était parti pour du sérieux. Olé ! Au lendemain d’une première nuit que l’on imagine impressionnante, elle lui a apporté son petit déjeuner au lit, sur un plateau napperonné-brodé où une rose jaillissait d’un soliflore (il y avait aussi des toasts et tout ce qu’il fallait pour le remettre en état, bien sûr, mais la touche finale qui disait te quiero mi amor était le napperon assorti de la rose).

Henri de Toulouse-Lautrec - Le lit

Henri de Toulouse-Lautrec – Le lit

Or, au second lendemain matin d’une seconde telle nuit, elle est arrivée, les yeux cernés et éperdus de bonheur, avec le plateau, les toasts, le jus d’orange, mais… partis le napperon, la rose et le soliflore. Et lui l’a remarqué tout de suite ah, on devient un vieux couple, je n’ai plus droit au napperon et la fleur ! Nous avions ri avec elle, qui avait le rire sonore et gai.

Bon, au moins elle n’a pas fait durer la comédie jusqu’au mariage pour ensuite lui crier « ton jus d’orange t’attend sur la table de la cuisine si tu daignes sortir tes fesses du lit ! ». Et ils se sont mariés malgré ce manque de constance flagrant…

Mais si les hommes ont la réputation d’être ces troufions légendaires qui sèment des chaussettes, inondent la salle de bain, constellent le divan de chips (au choix ou le tout… ou toute autre singularité…) c’est aussi qu’au début de la vie à deux, la jeune compagne ou épouse, toute à son amour, trouve ça « chou ». Ça fait un peu grand chien fou, indomptable qu’elle seule peut dompter (heu…). Elle soupire bien un peu pour la forme, mais sur un ton qui annonce que bon, elle sait que rien ne changera. Aussi… pourquoi changerait-il ? Il est ravi, mettons-nous à sa place. On ne le réprimande qu’avec un sourire,  celui de qui va une fois de plus montrer qu’elle est l’aimante et efficace reine des lieux et de la bête, hybride de madame fix-it et maman.

Ensuite, quand l’enthousiasme s’est usé, les réprimandes se font agressives et négatives, annonçant d’ailleurs qu’il ne changera jamais (alors pourquoi, encore une fois, changerait-il, puisque c’est entendu comme ça ?) qu’elle en a marre d’être devenue sa maman, et qu’il la tue avec ses manières de potache, troufion et chien fou, comme si elle n’avait pas assez de travail.

Piège fréquent, que celui de tout vouloir prendre en charge, et puis d’être écrasée par la charge. Et si on ne sait pas « se parler », c’est-à-dire exprimer, échanger, expliquer et comprendre, on ne peut plus changer les choses, en effet. Rien ne dit que le chien fou n’aurait pas aimé, lui aussi, apprendre deux ou trois tours d’adresse qui lui auraient valu applaudissements et une croquette, comme de ramasser ses chaussettes, abaisser la lunette des wc, débarrasser le lavabo de ses poils de barbe etc… (et il y a aussi celles qui, oh imprudentes téméraires du test sur la durée des sourires dans le mariage, qui ne veulent pas qu’il fasse la vaisselle parce qu’il faut tout refaire après, et ne veulent pas qu’il passe l’aspirateur parce que c’est mal fait…).

Il y a des traquenards dans lesquels on a sauté toute seule, non ? Une sorte de « publicité mensongère » créée dans le tourbillon des illusions. Si on a 18 ans, on a l’excuse d’une certaine naïveté, mais que dire de celles qui refont et refont l’erreur ? On le dit bien, pourtant, que même un âne ne se cogne pas deux fois au même endroit… Mais il est alors très injuste de tout charger sur le dos du chien fou que l’on accuse d’avoir vieilli et de baver partout, et de continuer à semer la panique là où il passe, un Attila du foyer…

Publicités

45 réflexions sur “Comme on fait son lit, on se couche (avec son homme)

  1. Florence dit :

    Coucou chère Edmée !
    Surtout ne fais pas d’imprudence pour ton blog !!!
    Je viens juste pour te dire que je ne t’oublie pas et que je te remercie d’être mon amie. Pour le moment, tout ce qui parle lit et homme est prohibé pour moi… Je suis juste bonne à regarder des images… et encore, je dois les choisir !!!
    Mes 4 bises bretonnes chère Edmée, pour une belle fin de semaine et ton complet rétablissement !
    Florence

    • Edmée dit :

      Merci chère Florence, et vas y mollo toi aussi… Je comprends bien ton état d’esprit, et le deuil, ça se vit au pas!

      Bises liégeoises, grises et plutôt moroses hélas…

  2. lascavia22 dit :

    Encore et toujours une analyse extrêmement pertinente, transmise avec le bel humour d’Edmée. Prends soin de toi… Bises.

  3. emma dit :

    bien dit, Edmée, drôle, alerte et si réaliste ! néanmoins, entre un virus et un homme, pour quelques jours s’entend, le choix est vite fait quand même… et dans les deux cas, on n’est jamais à l’abri d’une rechute. Remets toi vite, ( n’oublie pas le jus d’orange, excellent contre la grippe !)

    • Edmée dit :

      Merci 🙂 Non je n’oublie pas le jus d’orange, il ne m’oublie pas non plus. C’est la seconde grippe de ma vie mais là… j’espère bien que ce sera la dernière : vaccin! 😀

  4. AlainX dit :

    Puisque nous y sommes continuons les clichés :

    Quand elle arriva avec le plateau sans napperon, il s’aperçut aussitôt qu’elle avait troqué sa petite nuisette transparente si affriolante et qui laissait apparaître cette si magnifique petite culotte en dentelle soyeuse, pour un infâme pyjama en coton qui la boudinait comme c’est pas permis.

    Quelques jours plus tard, comme il avait un rendez-vous urgent, il voulut aussitôt gagner la salle de bain. Mal lui en prit, il constata aussitôt le désastre, les tubes de mascara ouvert, les pots de crème un peu partout, du vernis à desséché dans le lavabo, des brosses à poudres un peu partout, et des résidus de crème dépilatoire toujours munie de leurs poils d’aisselles ou d’ailleurs…. Il n’eut alors pour solution que d’aller faire sa toilette dans l’évier de la cuisine.

    Elle qui lui avait déclaré en minaudant qu’elle adorait le repassage et en particulier celui de ses sous-vêtements, (et en battant des cils), se montra désastreuse dans les semaines qui suivirent, car s’il est vrai que ses slips étaient impeccables, il n’en était pas de même de ses chemises dont l’une était brûlée sur le plastron, et une autre avait des triples plis qu’on ne pouvait plus remettre à plat. Sans parler de ceux de pantalon qui étaient doubles, et faisait la risée de ses collègues.
    — « ben dis donc, elle ne sait pas repasser ta bergère, j’espère qu’elle est au moins fin cordon bleu ! »

    Hélas, côté cuisine, mis à part des pattes collantes, du riz qui ressemblait à du plâtre pour boucher des trous dans le mur, et des oeufs au plat qui avaient la consistance des œufs durs, elle préférait être invitée au restaurant.

    Ce jour-là, il se demanda pourquoi il avait continué à rêver à une Belle au bois dormant.
    Et pourquoi il ne s’était pas plutôt mis en ménage avec Jean-Philippe, qui travaillait dans la couture…
    :-))

    (Et prend soin de toi en post-grippal !)

    • Edmée dit :

      😀 Oui bien sûr ça peut être ce scenario aussi… Dans les deux cas, la compagne se plaint sans doute mais devrait faire une petite introspection salutaire 🙂

      Merci pour tes voeux… je n’imaginais pas qu’on pouvait être aussi mal sans être « gravement malade ». Rien de grave mais je suis KO après 15 jours… Sales microbes, va!

      • Nicole Giroud dit :

        Soigne-toi bien, Edmée, pas besoin d’un homme avec un napperon sur son plateau, s’il apporte un grog cela suffira.
        J’avoue personnellement que, comme Alain, je trouve le tableau vraiment cliché, sinon daté. Je ne reconnais pas mon homme dans ce portrait, je ne reconnais pas beaucoup d’hommes dans ce portrait, à vrai dire. Les vieux modèles existent, bien sûr, mais ils ne doivent plus être légion…

      • Edmée dit :

        Moi j’en connais 🙂 Maintenant, je vais te dire que j’ai toujours trouvé les Belges très machos, j’ai vécu dans plusieurs autres pays et n’ai jamais trouvé leur équivalent. Mais il est clair que ceux que je connais le mieux sont les époux ou compagnons de mes amies, donc de ma génération, mais je peux t’affirmer qu’il survivent encore.

        Ceci dit, mon article ne les visait pas, mais plutôt les épouses ou compagnes qui toute à leur mission de le rendre heureux au début (et de se rendre indispensable!), sourient tendrement à leur indiscipline pour ensuite la maudire. Mais elles l’ont faite! Je ne m’attaquais pas du tout aux hommes ici, mais aux femmes!

  5. SPL dit :

    Le petit-déjeuner au lit… C’est le grand test, la grande volupté. Or, j’avoue avec un peu de honte que c’est pour moi mon cauchemar. Je suis très isolée dans cette situation: je déteste le petit-déj au lit! :-/ Rabat-joie? Peut-être mais le plateau m’encombre, les draps sont coincés, la moindre manoeuvre entraîne une instabilité énervante, le verre valse, le jus d’orange se répand, le couteau à beurre dérape et glisse sur les draps, les miettes s’immiscent partout et te grattent les fesses, l’équilibre assis est précaire, entraîne une lombalgie… bref, l’enfer. Le test du petit-déj au lit est donc pour moi un supplice.
    (Heureusement qu’un couple ne tient pas sur ce détail car mon mari adore ça).

  6. Bon rétablissement et meilleurs vœux pour 2018 Edmée.

  7. Bonne année, Edmée, et bon rétablissement.

  8. K dit :

    Bon retour à la bonne forme et la pleine sanré.
    Excellente année et merci pour ces observations fines qui donnent des textes futés, justes et souvent teintés d’un humour 😉 roboratif et sain !

  9. Armelle B. dit :

    Les hommes aiment ce qui flatte leur goût ou assouvit leur désir. Un homme à la cuisine peut faire des prouesses s’il est gourmand et être un agréable amant s’il est sensuel. Il peut être aussi un bon comptable si il est près de ses sous et coquet si il a le goût de plaire. Et bavard également si il a le goût de capter l’attention d’autrui. Pour le reste, il faut s’arranger avec nos oppositions.

  10. Pierre dit :

    Belle description des obligations que l’on se crée et qu’on finit par reprocher à l’autre… qui n’avait rien demandé ! Je ne sais pas si la situation est transposable d’un sexe à l’autre mais je trouve que c’est encore plus savoureux de lire ce qui peut concerner certaines femmes lorsque c’est écrit par une femme 🙂
    (et ce qui peut concerner certains hommes lorsque c’est écrit par un homme, cela va de soi).

    Je te souhaite bon et prompt rétablissement après ce repos forcé.

    • Edmée dit :

      J’en ai vu beaucoup, des femmes qui soupiraient après avoir si mal éduqué leur mari. Pire encore quand elles découvrent que chez « leur maîtresse » ils passent l’aspirateur et promènent le chien 🙂

  11. pâques dit :

    Je suis de tout cœur avec toi car nous sommes malades aussi et c’est pas évident cette fin et ce début d’année !!!
    Sinon, moi c’est lui qui m’apportait le déjeuner au lit, c’est un lève tôt et moi non 😉
    J’ai vu plus haut Alain X qui parle du repassage de sa compagne, non mais qu’il le fasse lui-même ( pourquoi c’est la femme qui doit repasser ?).
    Chacun à son tour pour le ménage, la cuisine, la tonte du jardin, sortir les poubelles etc…
    C’est ainsi dans les couples modernes ou alors oui, qu’il se mette en ménage avec Jean-Philippe pourquoi pas ?
    Je n’ai jamais voulu tout prendre en charge, trop de sérieux tue l’amour 😉

    • Edmée dit :

      Je pense qu’il n’y a pas de rôle fixe, et que l’idéal est que l’on se parle et découvre ce qu’on veut et sait faire le mieux… Repasser; cuisiner, lessive ne m’ennuie pas. J’ai horreur d’envoyer un monsieur faire les courses pour moi, ,et encore plus horreur s’il m’accompagne. Je n’aime pas nettoyer et là j’aimerais un monsieur Propre qui siffle en travaillant… et qui m’apporte pas le petit déj mais un thé ou un jus d’oranges au lit, ça m’arrangerait 🙂

  12. Angedra dit :

    Tu as bien raison, pourquoi vouloir s inventer un personnage. Cela ne dure jamais tres longtemps les mensonge. Lorsque l amour est sincère et partagé l on s accepte tel que l on est.
    Pour le petit déjeuner au lit je n ai jamais eu de problème. C est moi qui y avait droit toute la semaine . Il n y a aucun risque ni de miettes ni de renversement de liquides si l on est bien équipé. Un plateau spécial sur pieds et l on savoure le plaisir d être servie au réveil.
    Mais a chacun ses plaisirs.
    Encore une fois, une belle description de l enfer que certains humains se construisent eux mêmes !
    La aussi, a chacun son enfer !!
    Bon rétablissement.
    Encore un peu de patience et la forme sera de retour.
    Beau week-end

    • Edmée dit :

      Je pense que souvent il ne s’agit pas de mensonge mais d’enthousiasme irréaliste. Madame s’imagine que traiter son homme comme un dieu vivant sera toujours aussi facile qu’après cette première nuit 🙂 … Et si au cours des changements on n’ose pas mettre les choses au point, madame se trouve dépassée et perd la tête tandis qu’elle a élevé monsieur. Mal.

      Merci, je commence à aller mieux, mais ce sera long pour me sentir bien. Mais je fonctionne 🙂 Beau week-end à toi aussi!

  13. anne7500 dit :

    Bon rétablissement, chère Edmée, et meilleurs voeux pour 2018 !

  14. blogadrienne dit :

    double illustration du proverbe, entre la grippe et le mariage 🙂
    bonne année et bonne santé!

    • Edmée dit :

      Oh ciel… J’avoue que j’aurais peut-être apprécié quand même d’avoir un mari un peu empressé qui aurait été me chercher du Dafalgan à la pharmacie et préparé du jus d’oranges. Et puis… fichu la paix 😀

  15. Célestine dit :

    La situation est évidemment transposable aux hommes, pour répondre à Pierre.
    On sait bien qu’Eve est coupable de tout, mais il y a aussi des hommes qui se sont fait passer pour des Princes et se sont révélés des manants… 😉
    Ravie de te voir sortie de ta longue grippe.
    Tu as réglé leur compte aux virus, preuve que tu es forte !
    Baci sorella

    ✫ ✫
    ✫ ✫ ✫.★

    • Edmée dit :

      Bien entendu. Une cousine a épousé Monsieur Brico. Il allait tout arranger dans son appartement, elle était éblouie. Il a tout commencé et abandonné à mi chemin, puis est allé tout réparer chez la voisine, ha ha ha!

      Mon article ne faisait pas le procès des hommes, mais pointait du doigt les femmes qui les avaient laissé devenir et rester ainsi, pour ensuite le leur reprocher. Je voulais dire qu’on se met soi-même dans des situations ridicules parfois. Une de mes amies élevait son fils comme un dieu, elle l’adorait d’autant que son mariage commençait à naufrager, donc le fils était « l’homme ». Elle me disait « ma future belle-fille me détestera mais tant pis »… 😀

  16. AlainX dit :

    & Pâques
    « J’ai vu plus haut Alain X qui parle du repassage de sa compagne, non mais qu’il le fasse lui-même ( pourquoi c’est la femme qui doit repasser ?). »
    tsiiii !!!
    Faudrait pas croire que je parle de moi !
    Ou alors c’est qu’on n’a rien compris au texte…

    • Edmée dit :

      Mon texte en tout cas secouait plus les femmes qui avaient incité leurs compagnons à devenir des potaches que les hommes qui avaient trouvé ça bien confortable. Mais il y a, de tous côtés, des hommes et des femmes peu organisés pour une vie, qu’elle soit à deux ou seuls 🙂

    • Paques dit :

      En fait c’est en rapport avec la réflexion des collèges ( elle ne sait pas repasser ta bergère, j’espère qu’elle est au moins fin cordon bleu) ??? J’avoue que 🤔Cela me laisse perplexe ( je ne pensais écouter évidemment pas qu’il s’agissait de vous😃C’est une réponse par rapport au texte 😂

  17. Alain dit :

    Une fois encore je me suis bien amusé avec ce billet.
    Serais-je un homme spécial ? Je range mes chaussettes, celles de l’autre aussi. Je ne jette pas mon jean je le plie. Pas d’inondation dans la salle de bains. J’éponge quand cela s’avère nécessaire. Je repasse mes chemises et prends grand soin de mes affaires.
    Vieux psychorigide, comme je me lui suis entendu dire il n’y a pas si longtemps.
    Pour moi ces escapades doivent être du bonheur sur toute la durée du séjour. J’accepte ce que l’autre ne pleut plus faire. Ce n’est pas une galère, juste un échange. Pendant ce temps il choisit la musique pour le petit déjeuner. Jamais au lit. Quand c’est possible, devant l’océan. Des heures à regarder loin, contempler le va et vient des vagues, les embruns qui en découlent, aussi. Alors oui, pour un vrai petit pour déjeuner mais confortablement installé devant l’immensité. Vêtu d’un confortable peignoir. Les pieds souvent nus. Quand c’est possible, je prends mon temps et m’accorde même le confort suprême, celui de ne rien faire. Juste savourer. Déconnecter, rêver et aimer. Profiter de l’autre et savourer la chance de partager ce moment à deux ! Mais j’ai mille autres défauts. Tu ‘en as pas encore parlé. Je reste donc sur les quelques qualités que l’on m’octroie de temps à autres.
    Je t’embrasse chère Edmée. Prends soin de toi.
    J’ai ton mail sous le coude. Dans ma réponse d’ici peu, tu en sauras un peu plus … Les choses semblent évoluer. Très bonne semaine à toi qui, je l’espère te permettra de recouvrer une belle santé.

    • Edmée dit :

      Mais c’est bien ça qui est tellement frustrant, Alain : c’est que les hommes tels qu’on les rêve aiment les hommes, ha ha ha! Blague à part, je perds peu de temps à faire mon « dressage ». Je demande gentiment, je soupire un peu, et je me tourne vers ce qu’en revanche il fait si agréablement, si gentiment. Il y a, comme tu dis, un échange. S’il n’y en a pas… c’est condamné de toute façon, qu’il fasse ou non le lit…

      Je serai très heureuse de te lire quand tu auras le temps! Je me remets, doucement mais chaque jour un peu mieux 🙂

  18. colo dit :

    Poco a poco surtout maintenant chère Edmée,!
    Je te souhaite une année de santé et plein d’humour..mais tu n’en manques pas!
    Alors, je t’envoie un patio ensoleillé et fleuri pour ce dimanche.

    • Edmée dit :

      Merci chère Colo, ce patio ensoleillé est le bienvenu car le temps est immonde chez nous, vent, froid, grisaille éternelle, l’idéal pour booster après la grippe… Et donc l’image de ton soleil au patio est très agréable!

  19. Françoise dit :

    Je sors moi-même d’une grosse grippe, Edmée, et les vilains microbes m’ont bien fatiguée, mais encore quelques jours de repos et j’aurai retrouvé la forme. Je te souhaite un rapide rétablissement à toi aussi.
    J’ai adoré lire ce billet, et l’humour avec lequel tu l’as écrit. Point d’homme potache à la maison, je n’aurais pas supporté. 😉
    Bonne fin de dimanche.

    • Edmée dit :

      Il me semble que nous sommes plusieurs à avoir réveillonné avec les microbes cette année, et ainsi on commence 2018 avec l’énergie en négatif 🙂

      Moi non plus je n’ai pas eu à supporter ça, je dois dire. Mais j’en connais pas mal qui les ont poussés dans cette direction et se plaignent très injustement!

      Bonne fin de dimanche à toi aussi!

  20. gazou dit :

    j’ai lu avec amusement ton texte et les commentaires qui suivent
    J’espère que tu es bien rétablie maintenant et que tu as retrouvé la forme…Je t’embrasse

    • Edmée dit :

      🙂 Je me « retape », me sens même bien mais avec la vigueur d’un nouveau-né et aucun appétit. Mais bon… le temps arrangera tout ça peu à peu! Merci 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.