Jamais, toujours, pas question…

e-serment-du-jeu-de-paume-20-juin-1789-de-merson-luc-olivier

Le serment du jeu de paume 20-06-1789 Merson Luc Olivier

Des serments qui n’ont de force qu’au moment où on les profère, et qui ne reflètent que l’intention à ce moment.

On aimera toujours, on ne quittera jamais… Avec le temps « aimera » devient souvent haïra, respectera, aidera, qui sont aussi des composantes liées à l’amour mais ne sont plus l’amour du jour du serment. Elles peuvent contenir le fumet de l’affection, ou le sens du devoir, mais amènent au domaine des concessions, domaine que l’on ne pensait pas un jour visiter. « Quittera » change pour abandonnera, délaissera, d’autres engagements importants mais qui ne sous-entendent pas que le cœur est resté attaché au cœur de l’autre.

Pas question que l’on supporte une infidélité. Jusqu’au jour où elle est là. Mille raisons peuvent faire qu’on la supportera et parfois mieux qu’on ne le pensait : on est loin d’être un cas unique ; on aime encore et désire patienter ; on n’aime plus mais on se cramponne à la représentation « Un mariage qui dure » ; on n’a jamais vraiment aimé et bien que l’on soit très vexé, après tout c’est le mariage qu’on a épousé et pas le conjoint ; on a peur de la solitude, ou on préfère supporter ça que se retrouver avec un seul salaire. Mais on supporte ce qu’il n’était pas question qu’on supporte. Pas tout le monde, bien entendu, mais beaucoup.

Pas question que l’on accepte un travail en-dessous de ses capacités. Et puis voilà que c’est quand même une meilleure option que ne plus pouvoir payer son loyer, ou de perdre le ressort du travail.

Jamais je ne vivrai avec un autre partenaire, mon indépendance est trop agréable. Et s’il est bon de se délecter des avantages liés à certaines situations au lieu de s’en plaindre, c’est une erreur de s’y enfermer. Un jour il se peut que la situation où vivre avec un ce lui ou une cette elle que l’on n’attendait plus se présente et l’indépendance sera revisitée autrement…

Avec le temps on évite d’être aussi affirmatif, et c’est alors que l’on se libère de ces interdits, de ces fils barbelés qu’on a enfin coupés après les avoir jalousement entretenus. On se fie à soi, à sa capacité de s’adapter en souplesse à la réalité que l’on a acceptée. En chassant d’un coup de pied ce qu’un jour on a proclamé avec naïveté.

Publicités

44 réflexions sur “Jamais, toujours, pas question…

  1. claudecolson dit :

    La vie mène au compromis ; essayons d’éviter la compromission.

  2. SPL dit :

    Dans ces affaires-là, il est toujours étonnant de constater combien nous sommes immatures. Et l’âge, souvent, ne rend pas plus sage.

  3. Armelle B. dit :

    Hélas, dans la vie, on revoit presque toujours ses actions à la baisse.

  4. Célestine dit :

    Je pense qu’en vieillissant, on utilise « jamais » et «toujours » avec plus de discernement, et moins souvent. Mais quand on le dit, on a davantage de raisons de le dire. Parce que l’on a acquis quelques certitudes absolues…
    Celle, par exemple, d’avoir appris à se fier à ses pressentiments, son sixième sens, nous permet de dire que plus jamais on ne passera outre.
    Tout en laissant, évidemment, une place à l’inattendu, toujours au détour de la route…
    Merci pour ce beau billet sorella
    Baci

  5. Edmée dit :

    Oui, tu as raison. On sait ce que ça veut dire et ce que ça nous a coûté de l’avoir dit, parfois! On est, comme tu le dis aussi, plus prompt à écouter notre moi intérieur, cette petite voix persistante qui dit « fonce » ou « barre-toi! » 🙂
    Baci sorellita!

  6. Angedra dit :

    La vie est un long apprentissage, nous sommes en formation toute notre vie.
    A chaque intersection il nous appartient de prendre une décision qui soit bouleversera nos convictions du départ, soit nous feras choisir de rester fidèle à nos contraintes. C est simplement la liberté de choisir entre 2 modèles de vie. Simplement beaucoup pensent malheureusement qu ils n ont pas cette liberté de choix et vivent dans le moule d origine sans oser regarder ailleurs.
    Apprendre, changer, bouger, perdre, gagner, avoir envie d autre chose, de mieux, de plus beau ….. tout cela fait partie d une vie enrichissante

    • Edmée dit :

      Oui… Plus on arrive à se libérer, sans forcément tout « flanquer en l’air » mais en découvrant le respect qu’on se doit à soi-même… et plus on est bien. Mais pour ça, il faut se désengoncer des contraintes inutiles que l’on s’est faites!

  7. AlainX dit :

    Tout dépend où s’enracinent le jamais et le toujours. Lorsque c’est dans le sable mouvant de l’amour passionnel, les racines ne trouvent pas d’appui ; lorsque c’est sur la dalle bétonnée du devoir, l’amour ne trouve même pas là où s’enraciner, ça ne mène pas bien loin, en effet.

    Lorsqu’on a réussi à planter l’amour dans la bonne terre partagée, « toujours » en devient la sève nourricière. je t’aime toujours est au présent de l’histoire.

    Enfin, je dis cela, c’est juste parce que j’en ai l’expérience. Cela ne vaut donc probablement que pour elle et moi. Mais quand même, un « toujours » de plus de 50 ans… c’est pas si mal…

    • Edmée dit :

      J’y crois, tout à fait, et j’en ai connus aussi. Mais comme tu dis… il faut la sève partagée et… alors on ne compte pas en toujours mais jour après jour et on sait qu’ils y seront tous 🙂

  8. Florence dit :

    Pour résumer : fontaine, je ne boirai pas de ton eau !!!… mais…
    Mes meilleures bises bretonnes chère Edmée pour une bonne fin de semaine et merci pour ton gentil com !!!
    Florence

  9. anne7500 dit :

    Ne jamais dire jamais… 😉

  10. blogadrienne dit :

    « Je ne pourrais pas vivre sans… » (à compléter: sans toi, sans amour, sans ceci ou cela) et puis la vie te force à vivre sans… et tu constates que tu n’en meurs pas 😉

    • Edmée dit :

      Il y avait une belle chanson de Fabienne Thibaut autrefois « sans toi, je ne pourrais pas vivre mon amour… voilà ce qu’on dit quand on aime pour toujours… pourtant, on finit par se quitter un jour… » etc…

      Mais ça finissait par « et pourtant on ne meurt pas d’amour… » 🙂

  11. bizak dit :

    Quand l’amour perd de ses plumes, tout le reste n’est que des mots , rien que des maux !
    Bien à toi Edmée
    Bises

  12. E. Pierre dit :

    Face aux illusoires certitudes des « toujours » et des « jamais », je ne considère les engagements qu’au présent, comme les intentions du moment. Je ponctue donc mes déclarations d’intentions (ou intérieurement, celles d’autrui) par des « pour le moment », des « il est probable que », « il y a de fortes chances que »…
    Laisser la place au doute et à l’incertitude de l’existence, autant que faire se peut.

    Merci pour cette belle réflexion 🙂

  13. Alain dit :

    « Avec le temps on évite d’être aussi affirmatif », je suis bien d’accord avec toi.
    Je rajouterai que certains évènements viennent aussi modifier l’acception des aléas de la vie. Pour ma part en tout cas. Ce qui me paraissait impossible hier devient acceptable aujourd’hui.
    La sagesse ???

    Bon week-end chère Edmée.

    • Edmée dit :

      Oui je sais pour ta situation, et tu sais pour la mienne… et ce à quoi on n’aurait pas pensé comme solution non seulement acceptable mais aussi satisfaisante … l’est. Parce qu’il y a aussi tous les aspects que l’on n’imagine pas quand on croit se représenter une situation. Et si on en attend trop, on est bouleversé par ce qui vient « en prime » et qui parfois est si lourd que ça écrase le bon, alors que dans d’autres cas… l’intensité du bon est telle qu’elle prime sur ce qui est plus difficile. Et tu as donc accepté de ne pas t’enfermer dans « ah non, pas pour moi, tout ça! » 🙂

      Un bon week-end à toi aussi cher Alain!

  14. Tania dit :

    Le temps met les serments à l’épreuve, l’amour parce que… se transforme en l’amour malgré que… Et c’est la vie, cette sagesse des accommodements, avec les autres et avec soi-même.

    • Edmée dit :

      Il y a les amours qui se transforment en amour encore meilleur, et c’est tant mieux. Il y a ceux qui deviennent de médiocres partenariats, et là… à chacun de trouver comment s’en arranger. Comme tu dis, avec les autres et avec soi-même. Après tout… rien n’est « pour toujours » 🙂

  15. PHILIPPE D dit :

    Moi, je dirai : « Jamais, il ne faut jamais dire jamais ». Qui sait ce que l’avenir nous réserve?
    Bon dimanche.

  16. Pierre dit :

    Face aux illusoires certitudes des « toujours » et des « jamais », je ne considère les engagements qu’au présent, comme les intentions du moment. Je ponctue donc mes déclarations d’intentions (ou intérieurement, celles d’autrui) par des « pour le moment », des « il est probable que », « il y a de fortes chances que »…
    Laisser la place au doute et à l’incertitude de l’existence, autant que faire se peut.

    Merci pour cette belle réflexion 🙂

  17. MioModus dit :

    Une entrée vers l’absolu clarté de la rive absente et de l’étreinte à l’amante du carrefour des nuits…

  18. gazou dit :

    La vie c’est du changement perpétuel, sinon ce n’est pas la vie…oui, mais comment changer et rester soi-même et ne pas se laisser manipuler par d’autres ou par nos propres convictions…Oui, faisons confiance à nos facultés d’adaptation..Et merci pour toutes ces réflexions

    • Edmée dit :

      Je pense que tout est un équilibre en effet : on se laisse influencer ou on influence (manipulation légère ou trop forte), on s’efforce de rester soi-même et de laisser l’autre être lui-même… quoi qu’il en coûte. Et si ça ne va pas, il faut aussi l’admettre, et voir comment on « fera aller » 🙂

  19. colo dit :

    Tu te souviens de la chanson de Barbara qui dit:
    « Chaque fois qu’on parle d’amour,
    C’est avec « jamais » et « toujours »,
    « Viens, viens, je te fais le serment
    Qu’avant toi, y avait pas d’avant, »—-

    Puis plus loin…

    Chaque fois qu’on aime d’amour,
    C’est avec « jamais » et « toujours ».
    On refait le même chemin
    En ne se souvenant de rien
    Et l’on recommence, soumise,
    Florence et Naples,
    Naples et Venise.
    On se le dit, et on y croit,
    Que c’est pour la première fois,  »
    ————
    Je rigole doucement en te mettant ces mots, mais c’est si vrai.
    Des toujours et jamais sans cesse renouvelés…hé, hé.

    • Edmée dit :

      Très vrai… tellement vrai. Mais en ce qui me concerne,même si je ressens le « toujours » ou « jamais », je ne l’exprime pas, je l’espère en silence et surtout… je savour aujourd’hui 🙂

  20. Je suis tout à fait d’accord avec toi, et je ne vais pas être très original par rapport aux autres commentaires : il ne faut pas dire jamais…. Bonne semaine et à bientôt Edmée.

    • Edmée dit :

      On ne devrait pas mais nous l’avons tous fait. Les plus sages ont appris qu’aujourd’hui reste le moment fort, et on verra pour la suite, un jour à la fois! A bientôt Petit Belge

  21. Je ris car je n’ai jamais connu tout ça, j’étais plutôt dans un doute perpétuel, ce qui n’est pas bien mieux. Tous ces avis tranchés, ça n’a jamais été pour moi. Et aujourd’hui, je ne suis plus dans le doute, je sais d’office ce qui est bon ou pas pour moi.

    • Edmée dit :

      Oui, forcément on déparasite mieux avec le temps, mais jeune je me disais souvent que jamais je n’accepterais quelque chose, ou ne le supporterais, et que certaines choses étaient pour toujours… Or, heureusement, c’est bien moins rigide que ça 🙂

  22. K dit :

    Un côté théorie et pratique finalement….
    Et cette impossibilité évidemment d’anticiper ce qu’on n’a pas encore vécu, éprouvé, senti…
    Les expériences peuvent avoir des vertus clarificatrices !

    • Edmée dit :

      Oui, les expériences sont ce qui fait que nous sommes de mieux en mieux dans nos baskets! Il faut avoir eu des durillons et cors 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s