Les oncles d’Amérique

Le nom de famille Lonhienne est originaire de Trooz, et doit son origine à un ru, La loyen. On retrouve le lieu-dit (un hameau) sur la carte de Ferraris (établie entre 1770 et 1778) segment 92. Nous sortons tous de là. Et nous avons essaimé, comme la Bible nous le commandait.

On voit ici mention de l’abbaye de Beaufays

 

Et ici, Loyen

Et ici, Loyen

Lorsque j’habitais aux USA, j’ai découvert par hasard l’existence (éteinte) d’Urbain Jacques Lonhienne, né le 24 mai 1862 et mort le 30 décembre 1915 à Cape Girardeau, Missouri, et  Hubert Célestin Lonhienne (dont on retrouve ensuite le prénom « américanisé » en Herbert C. Lonhienne), son père, tous deux enterrés au Bankert Cemetery, Comté d’Alexander en Illinois. C’est un paisible cimetière sur une crête à l’orée des bois, surplombant des champs et des prairies, deux miles à l’Ouest de Gale, le long du Mississipi.

Hubert-Célestin Lonhienne est l’un des arrière-arrière-petits-fils de Gilles Lonhienne « de Sars » né autour de 1600 et de Jouwette « de Trooz », et tout comme lui je descends directement de ce couple en ayant pris la sève des brindilles poussant sur l’alors arbrisseau généalogique du petit-fils de Gilles, Winand, époux de Marie Califice. Ces membres américains de la famille Lonhienne et moi avons le même sang, mais on a perdu leur trace en Belgique il y a si longtemps que nous n’en savions rien. Hubert-Célestin est même omis sur certains tableaux généalogiques, peut-être parce qu’il est parti, de son plein gré ou encouragé par sa famille qu’il dérangeait, qui sait ? Un de ses frères était curé à Hody, un autre échevin à Sprimont et un autre conseiller communal puis échevin à Aubel. Et lui… aventurier-cultivateur, car lorsqu’on le mentionne, il est « cultivateur à Aubel ».

Hubert Célestin Lonhienne (ca 1814 – 1865) était le fils de Godefroid Michel Lonhienne (Esneux 1756 – Sprimont 1832 ) et d’Anne Elisabeth Bouffa (Sprimont ca 1778- Sprimont 1857). Sa première épouse, Lambertine Degueldre – renseignée comme cultivatrice – est décédée en 1853, à l’âge de 33 ans. Deux ans plus tard Hubert Célestin décide (ou on lui suggère vivement) d’émigrer aux États-Unis, et le 14 avril 1855 il s’embarque sur le « Vaucluse » vers la Nouvelle-Orléans avec une certaine « Marie », 21 ans, et des enfants (les siens probablement) : Florent 10 ans, Lucien 7, et Jacques, 9 mois. Il a 41 ans. Urbain Jacques naîtra donc 7 ans plus tard, dans « le nouveau-monde », la nouvelle vie. Hubert Célestin prend part à la guerre de Sécession : le 3 mars 1864 il s’est engagé dans le 19è d’infanterie US mais en a été déchargé le 19 mai 1864 pour invalidité. Il est mort le 28 mai 1865 à Cape Girardeau.

Son fils – ou tout au moins celui dont j’ai trouvé la trace – Urbain Jacques, est cité en 1877 et 78 dans The Cairo Bulletin (journal créé à Cairo, en Illinois en 1868 avec pour objectif d’entretenir « un nouveau sentiment démocratique ») à propos d’une Mary E. Lonhienne, à qui Urbain Jacques demande le divorce et l’obtiendra non sans mal car pendant un an on la prie en vain d’apparaître devant la Cour et on produit même une déclaration de non-résidence. Mais enfin ! Le petiot divorce à 15 ans, et on dirait bien que Mary E. a quitté le domicile conjugal !!! Ou qu’on l’a chassée par la fenêtre. Ayant été intellectuellement nourrie aux westerns dans mon enfance, je me délecte à imaginer le pauvre Urbain Jacques, empressé de perdre sa virginité à 13 ou 14 ans dans un saloon malfamé, et qui se retrouve saoul devant le curé et aux côtés de Mary E dite Burning Mary… Par la suite, enfin libéré de Burning Mary, on sait qu’il a épousé Allie L., née Allie L. Edmonson en 1841, sans doute au Tennessee comme son frère aîné Robert. Elle a vingt et un ans de plus qu’Urbain et est veuve de W S Damon, lui aussi vétéran de la guerre civile.

En novembre 1912, c’est dans le Missouri, à Cape Girardeau, que l’on retrouve notre Urbain Jacques, qui ici devient Jackson Urbain J. Lonhienne dans le Cape County Herald. Allie L. est morte l’année précédente et le voici remarié avec Augusta Ramin, née le 13 juin 1872 et qui décède deux ans après son mariage à Cape Girardeau, Missouri, le 7 octobre 1914. Elle est enterrée bien loin de son Urbain, car si lui repose auprès d’Allie L. et son premier mari, Augusta est toute seule dans le Koker Cemetery, un petit cimetière situé « dans un champ sur la ferme Seerod ». Ensuite on retrouve à Cairo, Illinois, des échos de la succession d’Urbain Jacques en novembre 1920 (Et comme il est mort depuis 5 ans, j’imagine que ça « barde » : on cite l’avocat Miles Frederick Gilbert, spécialisé dans ces guerrillas familiales qui démontrent bien que les héritages sont souvent l’occasion de couper quelques branches de l’arbre généalogique pour faire un bon feu).

L’Illinois et le Tennessee sont respectivement au Nord-Est et Sud-Est du Missouri.

Le frère aîné d’Allie L. – Robert – et son premier mari ont combattu dans le même régiment de cavalerie, le 6th Illinois Cavalry, servant dans l’armée de l’Union.

Elle est morte à quelques tours d’horloge de ses 70 ans le 8 septembre 1911. C’est entre ses deux époux qu’elle se repose. W S Damon à l’emplacement 38, Allie L. au 39, Urbain Jacques au 40. Hubert Célestin Lonhienne, mort en 1865, se trouve au 35, et sa pierre tombale a été payée par le Gouvernement, puisqu’’il était vétéran de l’Union. Le frère d’Allie L, Robert Edmonson se trouve dans le même cimetière (c’est une réunion de famille, ce charmant petit coin, et nos bons Wallons Lonhienne ne sont pas sans compagnie…) à l’emplacement 36. Ils semblent avoir été des gens aisés car les trois sépultures dont les numéros se suivent – Allie L. et ses deux époux – sont entourées d’une barrière de métal.

Si loin, si loin du petit ru, la Loyen…

Mon prochain roman – si le comité de lecture l’accepte, naturellement ! -, celui que je prévois pour 2020, comporte une partie se déroulant aux États-Unis, et un personnage s’y nomme Urbain Loyen, devenu Urbain Detrooz. Rien à voir avec la vraie histoire, que d’ailleurs je ne connais pas. Ici j’ai crée un Urbain terriblement séduisant, pas trop honnête mais, tellement, tellement séduisant que… bon, rendez-vous en 2020 !

Publicités

33 réflexions sur “Les oncles d’Amérique

  1. SPL dit :

    Le petit ru a donné de nombreux affluents qui ont coulé, coulé vers des contrées lointaines, donnant des capillaires irriguant d’autres terres cultivables. C’est toujours émouvant de contempler le réseau global de notre ascendance. C’est fascinant aussi, tant les ramures nous échappent. Un même sang, mille fois dilué par d’autres rus, mais dont il reste encore la molécule première.

    • Edmée dit :

      Je ne savais pas, au début de mes recherches, que cet Urbain J Lonhienne était issu de la même racine que moi, je doutais de jamais trouver un point commun à part le nom. Et puis peu à peu l’écheveau s’est gentiment déroulé 🙂

  2. Il est vrai que la généalogie a le mérite, en ces temps où tout va très vite, et où il peut être de bon ton de ne pas trop regarder en arrière, de revenir vers un passé, qui est un peu le notre. Je suppose que tu as dû faire pas mal de recherches pour retrouver
    tes ancêtres américains, cela doit être passionnant de découvrir où et comment ils vivaient, leurs parcours…

    • Edmée dit :

      Je me suis bien amusée mais au fond comme il ne reste que de vagues traces écrites, on est bien obligés de se demander comment tout ça a pu arriver. Mais ce fut passionnant en effet…

  3. malyloup dit :

    que de ramifications qui ont su trouver leur chemin dans ton imaginaire pour créer une histoire….mais quel travail de recherches!

    • Edmée dit :

      Oui, et le plus marrant c’est que je n’ai trouvé la trace d’Hubert Célestin qu’aux USA, où les Saints des derniers jours tiennent une généalogie mondiale très efficace. Car en Belgique, il se trouve uniquement mentionné sur le site généalogique de sa première épouse, et lui n’a aucune date ni aucun détail. J’ai trouvé ça sur les registres américains 🙂

  4. Bravo pour ce travail de recherche qui est beaucoup plus pointu que celui que j’ai moins même engagé sur la généalogie de mes parents. C’est toujours passionnant, d’autant plus que vous touchez à plusieurs continents, ce qui n’est pas mon cas à l’exception d’un cousin René Caillié qui a découvert Tombouctou où il a son monument.Tous les autres son restés dans leurs terres de l’ouest de la France, Bretagne et Vendée.

    • Edmée dit :

      Ce fut le hasard, mais là, j’ai été « happée » par la recherche, c’était trop passionnant… Un lointain parent dans la guerre de sécession, côté sudiste, ça prend de court 😀

  5. Angedra dit :

    Je comprends que tu te sois laissée prendre à cette remontée dans tes racines.
    Imaginer ces vies dont nous avons si peu de détails.
    Mon frère s est laissé prendre à cette recherche d arbre généalogique et nous aimons discuter tous les deux de ses découvertes sur nos aïeux.
    Tu as une famille riche de surprises et voyageuse.

    • Edmée dit :

      Vrai qu’ils étaient très voyageurs… et surtout nous avons la chance d’avoir des traces pour beaucoup de ces gens car tout le monde a des ancêtres ou lointains parents qui ont eu des vies « pas banales » mais ils l’ignorent! La vie passionnante d’Urbain Jacques et son père sont inconnues en Belgique, où pourtant tout a commencé…

  6. Adrienne dit :

    avoir un nom assez unique permet une recherche intéressante et souvent plus rapidement efficace que s’il faut faire le tri entre des tas de gens portant le même nom 🙂
    ça m’émerveille toujours, ces vies dont on ne sait presque rien, à part quelques dates et lieux…

    • Edmée dit :

      Moi aussi… Et puis n’oublions pas les changements d’orthographe involontaires qui ont rendu le tout très difficile. Ici Hubert Célestin est enterrré sous le nom d’Herbert C. C’est dans la base de donnees mormonne que j’ai trouvé qu’Hubert Célestin et lui étaient la même personne! Et Urbain Jacques qui devient Jackson Urbain J… Et je ne te dis pas les inversions dans le nom de famille: Lonhienne Lonheinne, Lonhionne… 😀

    • Edmée dit :

      Vrai aussi que s’ils s’était appelés Dupont, Deschamps, Dubois etc… on en aurait perdu la trace, « des nôtres » 🙂

  7. Dédé dit :

    Mmmmmm…. un Urbain Detrooz, terriblement « séduisant ». Cela me fait frétiller. :-)) Bises alpines.

  8. emma dit :

    riche matière pour une romancière que cette famille romanesque et aventureuse !

  9. Moi, je suis remonté à mes arrières-arrières-grands-parents, mais pas plus loin par manque de temps. Je te souhaite plein de réussite pour ton nouveau livre en 2020. Bon Week-end Edmée.

    • Edmée dit :

      Merci et à toi aussi. J’ai eu de la chance car on était remontés à ma place jusqu’à Gilles Lonhienne de Sart. Mais comme tu vois il y a eu des omissions (volontaires ou non). Je n’ai donc pas vraiment eu de travail, sauf dans ce cas-ci puisque personne en Belgique ne mentionnait ce pauvre Hubert Célestin et sa descendance. Heureusement que les Saints des derniers jours étaient là 🙂

  10. Célestine dit :

    Tu es extrêmement documentée sur tes ancêtres, sorellita…
    Et tes oncles d’Amérique valent le détour. Une préférence pour Hubert Célestin, sans doute à cause de l’homonymie…
    Vivement 2020 alors…Tu es très prolifique.
    Brava, bella ragazza
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    • Edmée dit :

      J’aime aussi assez ce prénom d’Hubert Célestin qui devait être un fameux coquin pour qu’on l’ait radié de l’arbre dans son pays, mais il en a commencé un autre ailleurs, na! Et s’il a de la descendance, comme on aura pris soin de faire une série de fautes et transformations aux prénoms et patronymes… eh bien on est cuits! J’ai un jour gagné un petit chèque à un concours aux USA. A l’époque mon époux s’appelait Van Praet. Le chèque était généreusement signé à l’ordre de Mme Avn Prajet. Va expliquer ça à la banque…:)

  11. Florence dit :

    Chère Edmée, je ne vais pas t’en écrire des tartines, car la dernière fois je n’ai pas été publiée. Très bien la généalogie qui permet de retrouver de la famille un peu partout. C’est ma sœur aînée qui s’occupe de notre arbre et elle fait ça très bien. Elle vient de m’envoyer l’acte de mariage d’une ancêtre (Mexico !). C’est passionnant !
    Gros bisous et bon mois d’avril !
    Florence

    • Edmée dit :

      Oh mince, c’est excitant… Mexico… quels voyageurs, ces braves gens. Désolée que tu n’aies pas été publiée, je sais que ça arrive parfois, et ça m’arive aussi, d’ailleurs…

      Gros bisous et à toi aussi, un bel avril avec tous tes fils

  12. Colo dit :

    Quel gros travail passionnant! Tu as dû être de plus en plus excitée de découverte en découverte…nom d’un petit bonhomme je me disais en te lisant, c’est extra-ordinaire.

    En remontant la filière des mes deux parents on trouve des ancêtres, très ancêtres espagnols…Étais-je prédestinée???:-)

  13. Tania dit :

    Voilà des recherches généalogiques très vivantes, bravo & bonne inspiration pour ton prochain opus !

    • Edmée dit :

      Il est pratiquement terminé 🙂 Je me suis prise au jeu avec des Lonhienne sudistes, dommage que je n’aie pas trouvé la preuve que nous sommes apparentés avant que mon père ne meure car cette histoire le passionnait…

  14. gazou dit :

    Je crois que je n’aurai pas la patience de faire des recherches généalogiques mais je crois que je ne trouverai pas grand chose, mes parents étant issus de familles paysannes très pauvres…Bonne soirée, Edmée !

    • Edmée dit :

      C’est vrai que c’est plus difficile dans ces cas-là, parfois on écrivait naissances, mariages et décès sur la Bible familiale, mais comme il n’y en avait qu’une… les infos manquaient à tous les autres 😦

  15. Philirlande dit :

    c’est toujours une source de surprises d’ainsi se lancer dans les recherches familiales…
    de mon côté, beaucoup moins éloignés, je me suis rendu compte qu’au fil du temps, mes ancêtres s’étaient tous orientés profession libérale???
    Charpentier, boulanger et mon grand-père, cordonnier par exemple
    Rien n’est jamais écrit d’avance

    • Edmée dit :

      C’est vrai qu’il y a des lignées,, sans doute les pères trouvent-ils que ça a bien marché pour eux et alors ils encouragent le fils…

Répondre à Dédé Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.