Pas d’assurance tout-risque pour les amours organisées

Denis Billamboz m’a fait, il y a quelques années déjà, le plaisir de lire « De l’autre côté de la rivière, Sibylla », et d’en faire une note de lecture. Qui m’a interpellée, parce que Denis a toujours le point de vue masculin de mon récit « féminin », et que c’est très éclairant!

« Edmée est très à l’aise dans la dissection des relations dans les couples qui sont presque toujours mal équilibrés. Elle ne semble pas beaucoup croire à la pérennité des couples qui explosent presque toujours, par manque d’amour, dans ses livres. Ainsi le couple n’est même plus un refuge contre les cruautés de la vie. Les femmes se retrouvent souvent seules face à un destin qui est souvent contraire et parfois même cruel. On dirait qu’Edmée est un peu désabusée et qu’elle regarde la vie avec un regard à la fois amer et acide comme si elle souffrait encore de blessures mal cicatrisées. Cependant, elle ne sombre jamais dans un pessimisme outrancier car elle réserve toujours une porte de sortie agréable à ceux qui savent aimer par amour ou amitié. Le bonheur et la joie sont possible dans l’œuvre d’Edmée mais seulement à ceux qui ont payé un lourd tribut de douleur et de sacrifices. »

On remarquera la similitude avec ce que Luc Beyer de Ryke a conclu dans sa préface pour mon troisième ouvrage « Lovebirds » : « C’est pourquoi je proposerai en exergue de ce recueil de nouvelles d’Edmée De Xhavée le mot de Péguy lorsqu’il adjurait de « ne jamais tuer la petite fille Espérance ». Chez Edmée De Xhavée, la « petite fille » est à la peine. Elle est atteinte jusqu’au fond du coeur et de l’âme. Elle se meurt… Mais elle survit. »

Je me suis donc penchée sur l’analyse de Denis. Et ai bien dû admettre – pas pour la première fois d’ailleurs – que l’habituel Happy Ending des films et contes Ils se marièrent, furent très heureux et eurent beaucoup d’enfants, me semble depuis longtemps un Ending et basta.

Ce n’est pas l’amour dont je doute, ni vraiment le mariage. C’est le mariage « gentiment imposé » par les coutumes et la société. Je ne dirais pas forcé mais c’en est la version soft. Et je me contente de regarder – à la loupe – celui qui se pratique sous nos cieux et cultures.

Le divorce de mes parents à une époque où c’était encore considéré comme une extravagance m’a certainement marquée, mais au moins ce fut une séparation officielle tandis qu’autour de moi j’entendais – ah, les enfants qui savent feindre de ne rien comprendre aux conversations des grands mais en retiennent assez – qu’on avait vu oncle Untel en vacances avec une maîtresse (et on savait qu’on avait un peu forcé la main de l’oncle en question pour qu’il épouse ma tante et qu’il avait dit, le brave malheureux : je l’épouse, c’est entendu, mais je ne l’aime pas) ; que Mr et Mme Machin se trompaient l’un l’autre et fréquentaient socialement les amants et maîtresses du conjoint ; que X couchait avec les maris de toutes ses amies – et perdait ses amies ; que les deux derniers enfants du ménage L…  n’étaient pas ceux de monsieur L… ; que monsieur J… fermait un œil bien fatigué de vieillard sur les frasques de sa jeune et vigoureuse épouse.  Bref, s’il y avait des ménages sans histoires, il y avait les autres, qui étaient quand même très nombreux. Et on parlait plus de ceux-là, soyons logiques : c’était bien plus amusant !

Et dans les ménages sans histoires, d’après mes observations d’enfant attentive et sans pitié ils étaient tels souvent par la vertu de la soumission totale d’un des deux à la domination de l’autre. Soit on avait une épouse qui n’avait rien à dire ni à dépenser et était délirante de joie à l’idée d’un thé à la maison avec ses amies, diversion paradisiaque, ou c’était l’époux qui marchait à la baguette et était mort depuis des années mais ne le savait pas encore, comme on le disait d’un de mes grands-oncles…

J’ai pourtant rencontré un couple qui, de toute évidence, vivait d’amour. Qui vivait l’amour. Ils n’étaient pas mariés – je crois qu’elle était sa maîtresse depuis toute une vie, plus jeune que lui mais bien vieille déjà quand je les ai vus. Il avait 93 ou 94 ans à l’époque et elle était une jeunette de 70 « et des »… Mais l’amour était bien là, palpable, tactile et bienveillant. Et lui, protégé par l’admiration constante d’une femme qui l’aimait depuis sans doute 40 ans, il était disert et vaillant, absolument passionnant à écouter et regarder. Son épouse légitime avait fini par mourir mais pour des raisons, je crois, de succession envers ses enfants il n’avait pas épousé sa fidèle amoureuse avant de nombreuses autres années.

J’ai été aussi marquée par cette réussite amoureuse que par tous les échecs sentimentaux qui entouraient mon existence : il y avait donc, dans le désert affectif des amours organisées – comme les vacances – des gens qui faisaient voyage et changeaient de route en aventuriers, puis trouvaient le bonheur. Le cultivaient et le gardaient. S’en enveloppaient pour toute la vie.

Je ne suis pas contre le mariage. Mais je déplore que l’on persuade des gens faits pour vivre seuls qu’ils seraient mieux à deux ; que l’on pousse des gens à se marier parce qu’il est temps d’avoir des enfants, que l’amoureux ou l’amoureuse du moment est parfait(e) et qu’il faut se décider ; que l’on néglige de parler du besoin de marier les cœurs mais aussi les corps et de préciser que si l’un est absent ou moribond, le mariage n’en sera pas un longtemps. Je déplore que l’on dise aux gens qu’il faut « se contenter » comme si la perspective d’une vie à deux avec quelqu’un qui ne vous parle pas ou ne vous désire pas ou ne s’intéresse pas vraiment à vous est finalement le lot de tous ou presque. Que l’on pousse les gens à se réciter comme un mantra maudit qu’on ne sait pas ce qui se passe chez les autres, baume infâme parce qu’on suppose alors que chez les autres c’est encore, si possible, un peu plus médiocre.  On nivelle par le bas en disant n’espérez pas trop.

Je ne porte pas de jugement non plus sur les gens infidèles. Que ce soit « en cachette » ou suite à un accord tacite avec le conjoint. Ça ne me regarde pas. J’en ai trop connus, qui étaient même des personnes épatantes. C’est souvent un moyen efficace de protéger les apparences d’un mariage sans afficher ses désillusions. Ce qui me désole c’est quand,  justement,  on est arrivé au point où seules les apparences sont sauves et que le mariage lui-même est une grande vasque d’indifférence plus ou moins patiente, ou de comptes réglés sournoisement dans le secret des regards et remarques. Un quotidien truffé de haussements d’épaules, yeux levés au ciel et réflexions au cyanure.

Alors que l’amour, c’est la force bénéfique du monde.

Et que le mariage devrait être un lieu où chacun peut grandir et s’épanouir avec l’aide de l’autre, et semer la confiance dans une progéniture saine. Sans les restrictions de l’autre. Un lieu où se trouver bien, en confiance absolue. Un lieu où on se sent inconditionnellement aimé et soutenu, libre de vivre. Un refuge contre les cruautés de la vie, comme le dit Denis Billamboz!

Alors me direz-vous… je vois du divorce et séparation à tous les coins. Oui souvent. Quand c’est nécessaire. Ou tout au moins ce qu’on appelle, depuis que le mariage existe, « des arrangements, des concessions », pour ne pas s’emprisonner mutuellement dans le mal-être et le mal-vivre. Pourtant je trouve qu’un serment – même si prononcé alors qu’on n’y comprend rien – qui engage à prendre soin et rester proche jusqu’à la mort (ce qui pour moi est la vraie fidélité) doit se respecter. Et qu’un couple qui se sépare n’échoue pas forcément. Au contraire il a pris conscience de faits qui pourraient le conduire au mépris mutuel, ou à une vie un plus un égale deux fois un, sans vrai partage. Un couple qui se sépare conserve ses devoirs de loyauté – surtout s’il  a des enfants – et d’amitié, de collaboration harmonieuse sur ce qu’il a construit pendant les années positives. La famille un jour formée le restera à jamais.

Mais il faut arriver à faire le point. Vivre une lente extinction des feux ensemble est un suicide collectif, et alors qu’on se sert souvent du prétexte enfants pour expliquer qu’on est restés ensemble pour eux, ça fait parfois des dégâts pires qu’une séparation courageuse, le fait de grandir et de se construire entre deux êtres dont la vie agonise faute d’air. Tout comme avancer de vengeances en vengeances invisibles aux yeux des autres mais qui grignotent l’âme, ce qui n’est  certainement pas un « plus » pour les enfants. Je me souviens certes du désespoir de ma mère lors du divorce – à une époque où les femmes ne travaillaient pas et avaient donc comme plan de carrière… faire un bon mariage! – mais aussi du malaise que j’éprouvais en percevant la tension entre mon père et elle.

C’est sans doute pourquoi, cher Denis, je pense en effet que le bonheur et la joie ne sont possibles qu’après être parfois tombé de Charybde en Scylla, pour enfin arriver à faire face à qui on est et ce qu’on veut vraiment.

 

Publicités

20 réflexions sur “Pas d’assurance tout-risque pour les amours organisées

  1. Oui, la vie de couple est fatalement difficile. Elle est souvent compensée par un accord intelligent, un immense respect des qualités du conjoint et beaucoup de tact et de réalisme. De toute façon, où que l’on regarde, l’amour éternel est difficile. Il peut y avoir des défaillances qui seront pardonnées parce que la vie est longue et que l’attachement reste solide. Il y a le pardon à celui qui a été passagèrement tenté parce que rien n’est mieux que la longue pratique d’une union dont l’harmonie n’est point exclue et si l’offensé sait fermer les yeux au bon moment, dans le souci de prolonger une alliance de qualité. Oui rien n’est facile, mais il y a des vies de couple qui sont pleines d’écorchures et néanmoins pleines de ferveur.

    • Edmée dit :

      C’est tout à fait vrai, mais il faut, à mon avis, qu’il se soit agi d’amour au départ, même s’il a été écorché. Il reste alors cette chose inexplicable et impalpable qui a fait de ces deux personnes un couple. Je crois que le pire ennemi du mariage c’est de le croire une étape indispensable socialement, alors on cherche à se marier au lieu d’avoir envie de se marier parce qu’on aime.

      • malyloup dit :

        je me sens proche de ce que tu écris au sujet du mariage et de l’amour, même si ma vie amoureuse ne rentre dans aucune des cases citées…..je ne peux résumer en quelques phrases presque 50 ans de vie amoureuse (commencée très jeune, à l’adolescence et suis toujours amoureuse….notamment de mon mari) mais je dirais, comme tu le soulignes, qu’il y a besoin ‘avant tout’ d’*amour* pour que dure et s’épanouisse un mariage (ainsi que les personnes qui le ‘composent’) et que bien souvent (pour ne pas dire ‘toujours’) ça passe par des périodes de doutes, de douleurs et autres ‘joyeusetés’……mais surtout, ça s’invente tous les jours et rien n’est acquis, ni définitif et c’est ce qui rend les ‘choses’ infiniment délicieuses 🙂
        mes parents m’offrent même une vision encore différente: deux personnes qui se sont déchirées toute leur vie et qui sont toujours ensemble à plus de 80 ans et qui ne semblent pas avoir compris qu’ils s’aiment et que c’est *ça* qui fait qu’ils sont toujours ensemble 😉
        des gros bisous et merci pour cette belle page, Edmée 🙂

      • Edmée dit :

        Il faut de l’amour, au moins ça, et puis comme d’autres le soulignent, de l’admiration, du respect. S’il n’y a eu qu’une proie saisie pour ne pas faire sa vie seul/e, c’est horrible. Autrement oui, je crois à l’amour qu’on arrive à maintenir sur les montagnes russes des erreurs, pardons, drames, changements de la vie. Et comme toi je sais que ce n’est pas facile, c’est un choix que l’on refait jour après jour…

  2. Carine-laure Desguin dit :

    Oh la la, que cela me semble compliqué. Je suis célibataire et souhaite le rester. Je n’ai jamais reçu aucune pression de la part de ma famille, on fait comme on veut et voilà…L’important est de se sentir bien dans sa peau et surtout d’assumer ses choix…

    • Edmée dit :

      J’ai subi les pressions, et m’y suis soumise, j’ai couru à mon malheur 😀 (pas en chantant mais bon…). Mais forcément, comme je sais les conséquences, et aussi que ça « marque » un chemin de vie, je suis farouchement anti-influence dans ce domaine 🙂

  3. Colo dit :

    Merci pour ces clarifications, utiles certainement! Amour et respect me semblent essentiels, j’ajouterais une certaine admiration aussi.
    Je connais, comme toi, tous genres d’échecs, de « suicides collectifs », de hautes trahisons, et des couples indifférents qui poursuivent, -pourquoi?, leur chemin ensemble. J’aime ton idée, qu’il faudrait généraliser, de promotion du vivre seul(e). C’est dur et compliqué si on veut des enfants, mais rien n’est impossible:-)

    • Edmée dit :

      Un ami vient de mourir. Alors que je disais à un autre ami commun que ça devait être très dur pour son épouse, je me suis entendue répondre « oh non, ces dix dernières années (depuis qu’ils ont tous les deux arrêté de travailler, en fait!) ils ne s’entendaient pas du tout ». Et je suis restée éffarée à l’idée de cet homme qui meurt la nuit dans un lit où dort une femme qui ne l’aime pas et voit son départ comme… enfin libre!

      C’est tellement triste…

  4. Xoulec dit :

    Je n’ai pas eu de bons exemples de mariage. C’est peut-être pour cette raison que je n’ai pas gravé mon nom au bas du parchemin de l’état civil.
    J’ai cessé de croire définitivement au mariage, le jour où la femme qui m’aimait, que j’aimais en retour, me donna un baisé, certes symbolique, mais ô combien, puisque à travers son voile de jeune mariée ; mais pas avec moi…

    • Edmée dit :

      Oups, oui ça c’est dur! Et on croit qu’il est facile d’être « honnête », de rompre, de choisir, de se décider. C’est très difficile et l’hésitation se paie toute la vie…

  5. gazou dit :

    Pour certains, il est mieux d’être en couple…Pour d’autres, être célibataire est préférable…A chacun de trouver son chemin.
    Gazou

    • Edmée dit :

      C’est bien ça, et parfois il n’est pas évident tout de suite, mais alors on « se dépêche » pour l’horloge biologique, le taux d’emprunt idéal, le conjoint choisi qui n’attendra pas toujours…
      Certains n’ont pas envie d’avoir des enfants, mais rares sont ceux qui osent le dire. Il y a tant de choses qu’on n’ose pas dire, ne serait-ce que mettre au point, chacun, ce qui signifie le mariage pour eux et ce qu’ils souhaitent qu’il soit. Alors on fait semblant en pensant que ça ira.
      Et ça ne va pas 🙂

  6. Ce qui m’a d’abord surpris, c’est le « regard à la fois amer et acide » (pour reprendre l’expression de Denis), car ce sont deux qualificatifs que je n’utiliserais pas à l’égard ni de ton blog, ni de tes livres, ni de toi lorsqu’on s’est rencontrés deux fois. Comme quoi, la perception des mots est différente d’un à l’autre.

    Cela m’a fait plaisir que tu évoques la mémoire de Luc Beyer de Ryke avec qui j’ai eu la chance d’avoir quelques contacts. C’était quelqu’un de vraiment sympathique et intelligent.

    Moi, je dirais que vivre avec les autres (couple, famille, amis, collègues, voisins) n’est tout simplement pas facile, car nos attentes, nos personnalités sont différentes. Tu fais un juste parallèle dans les commentaires avec le fait d’avoir des enfants (je pense que la pression sociale est actuellement plus importante à ce niveau que le mariage qui n’est plus vraiment dans les traditions de ma génération). Et si la pression sociale est sans doute moins forte de manière générale qu’il y a cinquante ans, une autre pression (les réseaux sociaux) la remplace.

    Je te souhaite un bel été sous le soleil.

    • Edmée dit :

      Bien vu, Petit Belge! Et que dire de la pression médiatique par le biais d’émissions télévisées où on incite les gens à se marier à tout prix (mariés au premier regard, l’amour est dans le pré, 4 mariages et une lune de miel), absolument déplorables, et qui, quoi qu’on en dise, ont du succès sans quoi on les aurait abandonnées. L’enfant, ce cher petit chou fragile qui illumine la vie ( 😉 ) est le centre de tant de publicités et rayons de magasins que là aussi, la pression est loin d’être subtile…

      Bel été à toi aussi! 🙂

  7. Nadezda dit :

    Bonjour Edmée, encore un sujet très intéressant et très sérieux.
    Passes-tu un bel été ? Chez moi il fait trop chaud pour vraiment profiter de l’été 🙂

  8. Philirlande dit :

    que dire, que commenter, que conseiller moi qui…
    croire en la meilleure personne pour « finir » sa vie n’est qu’une idée en soi, une idée que l’on a, que l’on se crée dans la tête, étant (à peu près) d’avoir fait le bon choix tant on se sent « compatible »…
    malheureusement, le moment présent ne correspond pas au futur et là, on tombe de haut!
    bon week-end sous la pluie intermittente

    • Edmée dit :

      Il n’y a jamais de conseil qui vaille pour tout le monde. Le mieux serait de bien s’écouter soi, pour entendre 🙂

      Oui, pluie et soleil 🙂

  9. Célestine dit :

    Je plussoie à cent pour cent à tout ce que tu écris, pour l’avoir vécu moi-même : un formatage éducatif, un mariage parce qu’il faut bien se marier pour avoir des enfants, une illusion de bonheur les années pleines de la maternité épanouie, un acharnement à y croire au fur et à mesure de l’essoufflement, et à souffler sur des braises mourantes, puis mortes, quelques chemins de traverse pour prendre un peu d’oxygène, mais en se sentant constamment coupable, et puis, avant qu’il ne soit trop tard, la déchirure du voile rose, une prise de conscience, une séparation à l’amiable, sans haine, sans indifférence, mais avec le sentiment d’être enfin à ma place. Et l’envol, enfin, vers ce que je veux vraiment. Il était temps…

    • Edmée dit :

      Certains et certaines y arrivent, sans grand tapage. Il y a toujours eu bien des formes à ce basculement : ceux ou celles qui « entraient au couvent une fois les enfants élevés » (j’en ai connu); ceux ou celles qui entraient avec fureur dans une occupation presque apostolique qui leur prenait temps et vie dans l’entièreté; ceux ou celles qui découvraient le bonheur de voyages en solitaire qui les arrachait à leur routine des mois durant.
      Malheur aux tièdes qui s’émiettent, se fripent, rancissent en silence…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.