Les vers à bois

La naissance des réseaux sociaux a aussi aboli la plus élémentaire des politesses pour certains. Je sais bien qu’ils sont « sociaux », ces réseaux et en principe, très souvent et exclusivement, là pour se tisser un filet, comme une belle toile d’araignées avec des points de connexion lumineux. Le but étant d’avoir des milliers de contacts que l’on baptise du nom d’amis pour faire moins intéressés. Certains même les croient amis, et s’indignent publiquement quand l’autre met fin « à leur belle amitié » sans qu’ils en comprennent la raison. On va jusqu’à tester le dévouement (proclamé car pour le mettre à l’épreuve, faudra voir…) avec des panneaux pièges qui circulent du genre « si je sonne chez toi à 3 heures du matin en larmes et en haillons, m’ouvriras-tu ta porte ? ». Les oui enthousiastes cliquent et cliquètent, avec des commentaires braves qui confirment qu’une amitié vraie est justement celle-là.

Bien sûr quand l’ami habite à l’autre côté du monde, on risque peu à se montrer intrépide, mais je connais de ces amis lointains qui ont cherché à utiliser leurs nouveaux amis de réseau comme point de chute « je viens justement en France, et n’y connais personne, pourrais-tu m’héberger ? ». Oui, je connais ça. Ou d’autres « petits services à demander »…

Les brouteurs, finalement, ils sont l’attraction amusante si on n’est pas tombé, en mal d’amour, dans leurs griffes : j’ai eu quelques bons fous-rires grâce à eux, surtout quand un intrépide a remonté le fil de toutes mes amies pour leur raconter, à toutes comme à moi, qu’il « m’avait rencontrée à une soirée chez Gladys » et s’embrouillait au fil de la journée à cause du décalage horaire : il disait bonsoir au petit matin alors qu’il prétendait habiter dans la banlieue parisienne, et son orthographe changeait quand la relève était assurée par un autre brouteur moins lettré qui reprenait la partition au vol. On a bien ri, et encore plus quand on a l’a toutes bloqué en même temps et imaginions sa tête stupéfaite en constatant la fuite de son cheptel tout entier !

Mais une chose que je ne supporte pas, vraiment pas, ce sont les vers à bois. Ceux et celles qui se font « amis » dans le but de chercher dans vos contacts, ceux qui pourraient leur servir. Les faire accéder à un groupe particulier. Il n’y a jamais la moindre justification à la demande d’amitié, on vous a croisé trois secondes (quand on vous a croisé…), on sait que vous êtes ami de… et ça suffit. On vous demande et vous n’avez rien qui vous permette de comprendre pourquoi on vous a « sélectionné » comme le Reader’s Digest. J’admets que j’en ai accepté, me disant qu’il n’y avait pas de mal, sauf qu’en fin de compte ces nouveaux amis passaient notre première journée d’amitié sincère à grimper dans ma liste d’amis pour voir qui pourrait leur servir. Pendant ce temps, ils ne tarissaient pas d’éloges extravagants, tout ce que j’avais publié était superbe, magnifique, divin. C’est aussi leur méthode pour attirer l’attention de mes contacts, qu’ils se mettaient à renifler et louanger avec flagornerie. Et puis comme je ne laisse pas publier sur mon mur, on me bombardait de messages personnels que j’étais supposée partager en chantant La Madelon à tue-tête. Sans un mot gentil, sans un remerciement pour peut-être l’avoir fait. Non. C’est « regarde ce que JE fais, c’est beau hein ? Tes amis seront ravis si tu partages, leur vie en sera illuminée ». Il n’y a aucune amitié ni même sympathie dans la plupart de ces manœuvres, juste parfois des tentatives d’intéresser quelqu’un de force, d’exister à ses yeux, ou surtout de trouver dans ses contacts quelqu’un qui va se laisser capturer. Soyez mon ami, ouvrez-moi la galerie où je vais trouver les vôtres, et puis les leurs, et puis, et puis…

Bien entendu, mes connaissances sont à même de se dépêtrer de la situation, qui n’est pas tragique en tout cas. Mais le comportement du ver à bois dénote d’une déviance de ce qui autrefois s’appelait « faire connaissance ». Et un manque de respect.

Je ne suis pas un contact. Je ne suis pas un relais utilitaire. Je suis une personne. Et en principe, qui m’aime me suit déjà. Qui ne m’aime pas m’évite, et c’est bien comme ça. Et je ne comptabilise pas mes « amis ». D’ailleurs j’en supprime beaucoup le jour de leur anniversaire : si je me demande « qui c’est c’t’ami-là ? » je le supprime. Ça fait propre …

Je ne souhaite pas cracher dans la soupe, j’utilise les réseaux, et j’y trouve ce que j’y cherche. Je n’y suis pas parce qu’il faut bien, même si j’y suis venue dans des buts de promotion, de mon blog et de ce que j’écris… Il y a aussi plein d’autres choses qui font que j’en use volontiers ! J’y ai fait de belles rencontres ; dans le spider web il y a des êtres humains, vivants, gentils, charmants, amusants, qui ne sont jamais des contacts mais des connaissances, qui deviennent parfois des gens que l’on voit et revoit, qui comptent vraiment, que l’on rencontre pour de vrai et qu’on quitte avec le sourire. Mais je n’ai jamais fait de demande « d’amitié » à quelqu’un que je ne connaissais pas ou avais vu en courant d’air pour voir si par hasard il pourrait me servir, à moins qu’il ne se soit passé quelque chose qui justifie cette demande d’amitié.

Et je me souviens qu’autrefois il fallait « montrer patte blanche » pour être accepté dans un cercle social, et ça n’avait rien de ridicule. Pour autant que la patte blanche ne sanctionne pas l’appartenance sociale, raciale, ou les moyens financiers, je trouve qu’engager la responsabilité de celui qui présente quelqu’un à quelqu’un est logique.

Publicités

37 réflexions sur “Les vers à bois

  1. C’est très vrai ! Mais parfois, on fait de belles rencontres qui illuminent une vie ! 🙂

    • Edmée dit :

      Et on ne doit pas les négliger, c’est pourquoi je refuse « de cracher dans la soupe » mais me tiens à distance des vers à bois 🙂

  2. Carine-laure Desguin dit :

    Un article qui reflète tout ce dont nous avons déjà discuté toi et moi. Dans la vraie vie hein! Mais dans la vraie vie aussi il y a de ces gens qui se frottent à d’autres parce qu’ils sont amis avec d’autres très influents etc. Un article qui remet les pendules à l’heure. Bien!

  3. Entièrement d’accord, chère Edmée. J’en parlais justement hier avec une amie. Facebook la terrifie et pour rien au monde elle ne voudrait y adhérer. Mais avec discernement et prudence, on peut y faire de belles rencontres, découvrir des sites qui correspondent à vos goûts et capacités et y adhérer.

    • Edmée dit :

      Je crois aussi que c’est excessif d’en avoir peur, on peut facilement « mettre fin aux amitiés », et la prudence est de mise comme pour tout lieu de rencontres : on peut se faire harponner dans le train, le tram, au supermarché, et même dans des lieux que l’on aurait pensés sûrs.
      Et par ailleurs c’est un magnifique outil d’échanges, partages, rencontres…

  4. Dédé dit :

    J’ai un compte facebook mais je n’y mets rien du tout. J’ai dû le créer pour accéder à un groupe d’une école de photographie. On y échange dans la bonne humeur sur notre pratique photographique et c’est passionnant. Par contre, mettre sur mon mur les photos de mon repas, de mes vacances, de mes animaux domestiques (je n’en ai pas!), je ne pourrai pas. Car je n’aime pas cette immédiateté. J’aime prendre mon temps pour écrire, pour présenter des photos. Le « tout-tout de suite » m’agace. Et avoir des amis via facebook que je n’ai jamais rencontrés, je trouve cela comique, voire ridicule. Les réseaux sociaux peuvent créer des liens, certes mais ceux qui se réfugient toujours derrière leur écran pour échanger sur leur vraie vie, j’ai de la peine à les comprendre. J’ai remarqué, quand je sors manger dehors avec mon homme, que les couples plus jeunes autour de nous sont souvent en train de regarder leur écran au lieu de se regarder dans les yeux. :-)) Cela nous fait toujours rire. Tout comme toi, j’utilise les réseaux sociaux, mais avec parcimonie. Et j’espère ne pas devenir une bécasse avec plein d’amis virtuels à qui je souhaite « bon anniversaire ». Bises alpines ma belle.

    • Edmée dit :

      Je mets des photos personnelles et même parfois de ce que je mange (ou bois, ce qui est devenu une légende 🙂 ) mais ma démarche est un peu « promotionnelle » (pour mettre des liens vers mes livres ou ceux de mes amis, etc…) et est devenue une sorte d’habitude. Mais je comprends aussi qu’on n’en ait pas envie du tout. Et je ne suis pas « addicted », ne consultant surtout pas mon smartphone quand je suis en compagnie, quelle solitude à plusieurs, alors! 🙂
      Bises liégeoises …

      • Dédé dit :

        et je vais t’avouer un secret qui rappelle ton titre. Moi j’aime bien les verres à boire. 😉 (avec modération bien sûr).

  5. lascavia22 dit :

    Qu’on se le dise ! Les beaux jours des vers à bois dans la jolie forêt d’Edmée sont comptés/compromis . Bien fait pour eux. J’adhère (à l’analyse, bien sûr…pas en rampant dans le bois, ah ah ah). BACI

  6. SBP dit :

    Je n’ai plus de compte FB depuis un certain temps et ça ne me manque pas du tout. Je n’ai même pas eu de délai de sevrage, rien! En fait, une fois partie, je n’y ai plus pensé et n’ai senti aucun manque. Honnêtement, je crois que ce réseau social n’a plus aucune plus-value. Je le trouve même obsolète. On a vraiment l’impression que c’est le carrefour de tous les malades, narcissiques, mythomanes et frustrés de la terre.

    • Edmée dit :

      C’est en effet une impressionnante réunion de fous, mais j’y trouve aussi et surtout ce que je veux, puisque mon but était promotionnel. A ce niveau-là, ça reste excellent. Pour le reste, je pense que je n’aurais pas besoin de sevrage non plus, mes vrais amis resteraient en contact et les autres feraient Puf! The magic dragon 😀

  7. alainx dit :

    Il me semble que les vers à bois que tu évoques sont tout simplement des algorithmes de robots fabriqués à des fins de pillage de tes « contacts » pour des buts plus ou moins avouables, commerciaux, politiques, et autres.
    Pour cela ils ont besoin de ta collaboration par un clic.
    Voilà : c’est comme cela qu’on se fait arnaquer…
    c’est, entre autres, pour cette raison que je ne suis pas sur Facebook ou quelques autres monstres dévoreurs d’identité, appelés « réseaux sociaux ».
    Je crois plutôt que ce devrait s’appeler « fichage généralisé et consenti, doublé d’arnaques en tous genres ».

    • Edmée dit :

      Non, ceux dont je parle ont des noms et je les connais. Ils n’arnaquent pas mais viennent pour faire ami-ami avec des amis qu’ils ne connaissent pas…
      Sinon tu as raison, ceux que tu évoques existent aussi mais là, ils m’agacent pour d’autres raisons. Ici je les connais 🙂 (enfin… très peu, ce sont mes « amis » virtuels ou parfois rencontrés mais sans que des liens amicaux existent pour autant 🙂 )

  8. La Baladine dit :

    J’en connais une qui, avant même les réseaux sociaux, avait su aussi brillamment que toi, mais en musique, cerné ce type de personnages: https://youtu.be/aoQDceHH78U
    😉

  9. Oui, vous avez raison, mais il me semble, et vous l’évoquez, que l’on retrouve certains de ces comportements dans la vraie vie. La seule utilité effectivement c’est d’être lu.e.s parce que souvent il est difficile d’être visible.

    • Edmée dit :

      Oui, c’est une bonne plateforme en effet, et c’est vrai qu’on retrouve les mêmes vers à bois hors des réseaux sociaux, mais il est plus facile, je pense, de les écarter. On ne les invite pas, on les ignore, et ils doivent changer de proie. Ici c’est plus difficile 😀

  10. Philippe D dit :

    Tout ce qu’on invente part d’un bon sentiment et puis il y a déviance, c’est inévitable. La course aux amis, la course aux likes,… Moi, je n’accepte pas comme « ami » quelqu’un que je ne connais pas.
    Bonne semaine.

    • Edmée dit :

      J’aimerais ne pas le faire non plus mais par exemple dans la « bande Chloé des lys », comment refuser, ou dans d’autres « cercles »? Je me dis qu’ils veulent juste le contact pour suivre ce qu’on fait et qu’on suive ce qu’ils font, et jusque là ça ne me dérange pas (ce sont ceux que je finis par supprimer pour leur anniversaire car la plupart du temps il n’y a pas eu le moindre contact ou intérêt…) mais certains… aaaaaah quels boules de glu! 😀

  11. celestine dit :

    Ce que tu dis du grand réseau social est valable aussi dans la blogosphère…
    Le système des commentaires est assez édifiant sur ce plan la: certains ne viennent chez toi que dans l’intention de se faire des lecteurs et n’en ont strictement rien à faire de ce que tu écris…
    D’autres ne viennent te commenter que lorsqu’ils ont publié un billet…
    Tant que l’on garde une vigilance sur ces agissements peu amicaux, on ne risque rien, si ce n’est se faire une entorse au doigt en abusant de la touche « delete »
    Haha !
    Baci sorella
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    • Edmée dit :

      Oui c’est vrai. Mais souvent moi aussi je commente quand j’ai publié un billet, pas par « intérêt » mais par mécanisme, car je ne visite pas les blogs tous les jours, et ainsi, si tu veux, ça me met « à jour ». Mais il va de soi que ça n’a rien à voir avec la chasse aux followers 🙂 Je n’en ai d’ailleurs pas beaucoup et ils me suffisent, n’ayant pas trop de temps pour bloguer avec constance.
      J’ai par contre des gens bizarres qui s’abonnent à mon blog, ne se manifestent jamais, et je ne sais pourquoi ils sont abonnés. Sans doute pour piquer des indées ou des textes? Je les désabonne de temps à autre et ils ne reviennent pas, je pense qu’ils ne remarquent même pas qu’ils ne reçoivent plus, ils sont sans doute abonnés à plein de blogs 😀
      Haha, comme tu dis!
      Baci sorellita

  12. grandlangue dit :

    C’est intéressant ce que vous écrivez au sujet des « amis » ( terme assez étrange). Je ne me pose pas autant de questions au sujets de ceux et celles qui font subitement acte de présence (comme moi, rire). Ma porte est ouverte, je décide ensuite si j’y trouve mon « profit ».

    Il suffit d’avoir quelques heures à notre disposition pour partir à la recherche de textes valables, instructifs ou distrayants. Des sauts de puces, d’un blogue à l’autre, via les commentaires, est pour moi, le meilleur moyen d’explorer le monde des blogues.

    Je ne suis pas un amateur de FB, Twitter mais je ne jugerai pas les gens qui, pour d’innombrables raisons alimentent ces réseaux.

    Il m’est arrivé de rencontrer et de recevoir en « vrai » des gens avec lesquels j’avais échangé via les blogues. Ces rares rencontres se sont avérées dans le meilleur des cas enrichissantes et dans le pire des cas agréables.

    • Edmée dit :

      Bienvenue pour la balade, il n’y a pas de mal à ça. Je vais moi aussi parfois « fureter » ailleurs. Mais c’est, disons, pour mon plaisir et pas pour voir comment je pourrais utiliser l’auteur 🙂
      Je ne juge pas le fait de fréquenter ces réseaux, mais plutôt ceux qui le font dans des buts peu sympathiques ni vu-ni connu (quoi qu’on finit par les renifler à distance 😀 )

  13. Chère Edmée, si vous venez un jour à Orléans, je vous accueille avec grand plaisir et amitié. On se connait grâce aux blogs depuis…pfff plus de quinze ans, je crois, en tout cas avant le Facebook, nous avons eu beaucoup de publications, conversations, photos, livres publiés et opinions partagés, j’ai la nostalgie de cette période  . Je vois que vous tenez tjr un blog, bravo, moi, j’ai arrêté d’alimenter mon blog dès que j’ai « découvert » le Facebook. Autrement le blog c’était aussi un « réseau social » mais plus je dirais intime, bien plus chaleureux, et plus « intellectuel », on prenait notre temps et de lire et d’écrire et de communiquer. On ne se connait pas physiquement, mais je suis très attachée à votre esprit, vos livres et votre vie ( dans nos blogs on s’est livrés parfois   ) bonne soirée et bonne continuation à votre blog qui est un moyen d’expression bien plus profond que le Facebook finalement futile, frivole, ou comme vous dites, un terrain de chasse ! Je fais aussi très attention à ceux qui me demandent en « ami » et je temporise ma réponse, bonne soirée, amitié
     

    • Edmée dit :

      Merci Valy Christine. J’ai acheté votre livre, qui parlait de trois femmes arrivant en France, et l’avais beaucoup aimé. Et puis je me souviens d’un article si « gai » au sujet d’un cimetière roumain où les stèles décrivaient les défunts avec tendresse et originalité. Comme vous voyez j’ai le blog et le FB, et chacun m’aide à sa façon. Le blog est peut-être plus « personnel », mais je ne saurais dire, car c’est trop différent…
      J’aime aussi vos aquarelles, et vous le savez, c’est vrai…
      Si je passe par Orléans, ce serait avec grand plaisir que je vous le ferais savoir! Merci, amicalement!

  14. Vaste débat sur les liens au sein de la blogosphère ou des réseaux sociaux… Je n’ai plus de profil personnel Facebook car j’avais le même problème au boulot : je n’avais aucun souci avec mes 30 collègues, n’avais aucune raison de leur en vouloir, mais beaucoup sont trop curieuses et il n’y en avait que 5 dont j’avais envie d’avoir sur Facebook (les 5 que je côtoie en dehors du boulot). Mais comment ne pas vexer les autres collègues qui, elles, croient qu’il y a un problème car tu refuses leur demande d’amitié? Je n’ai plus de profil personnel Facebook et cela ne me manque absolument pas. Je me sens beaucoup plus libre sur les blogs, car ce ne sont pas mes proches qui lisent mes trois blogs.

    • Edmée dit :

      Ah là!!! Oui je vois bien le problème 🙂 J’ai lu quelque part un type qui reprochait à un autre de ne pas avoir de temps pour lui mais que par contre il était tout le jour sur Facebook etc etc… C’est un régal pour les comploteurs, espions, victimes etc… 😀

  15. Nadezda dit :

    Avant je lisais beaucoup , je n’avais pas de télévision, aujourd’hui je n’ai toujours pas de télévision, je lis moins mais le soir je voyage sur des blogs qui m’intéressent. Il y a beaucoup de sujets qui me passionnent et pour ça internet c’est génial.
    Sur FB j’ai 17″amis » , personne de mon cercle »et je n’arrive pas a les suivre justement parce que j’ai choisi des amis qui aiment ce que j’aime.
    Des amis oui on peut en avoir, Lili Crapounette, Daniel et David, ce mois de septembre il y a onze ans qu’on est amis.
    Sur mon blog j’ai un petit groupe de personne que j’aime beaucoup, je pense qu’elles ont aussi un peu d’affection pour moi.
    Ce que je déteste ce sont les doubles profils, parfois je les détectes mais il y en a qui sont fort pour la tricherie.
    Ton billet est intéressant, et nous pousse à la réflexion.
    Je ne sais plus par quel chemin je suis arrivée chez toi mais je suis ravie, ça me rassure de savoir que tu n’es pas trop loin 🙂

  16. Nadezda dit :

    Une petite ajoute : ce qui me chagrine ce sont ceux qui vous abandonnent sans dire au revoir 😦

    • Edmée dit :

      Oui je comprends, mais parfois c’est embarassant ou ardu de faire le tour des blogs en disant qu’on ne viendra plus. Tout le monde n’est pas formatté de la même façon, mais c’est vrai qu’on se demande ce qu’ils sont devenus, je me souviens d’une blogueuse mourante qui avait laissé un message en disant qu’on pouvait prendre toutes ses photos, adieu etc…. et c’était déchirant! Quelques blogueuses ou amies FB sont mortes en effet, et ça touche même si on partageait bien peu avec elles (ou eux, car j’ai un cher disparu FB que je n’ai pourtant rencontré qu’une fois, et je ne m’y suis pas encore faite, à son départ d’il y a trois ou quatre ans!!!).

      Je connais aussi des sournois qui ont plusieurs profils, il faut dire que c’est le terrain idéal pour les manipulateurs 🙂

      Je ne sais plus non plus comment nous avons « fait connaissance », mais c’est vrai qu’en plus nous sommes presque voisines !

  17. Evelyne Canon dit :

    Bonjour Madame,
    J’aime beaucoup vous lire et j’ai notamment lu une page sur votre histoire familiale.
    J’ai en ma possession un tableau de votre oncle Charles Houben et aimerai savoir si l’acquérir vous intéresserai pour qu’il reste dans votre famille?
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Bien à vous,
    evelyne

    • Edmée dit :

      Oh merci pour cette offre, moi je ne suis pas intéressée mais peut-être mon cousin Thierry Houben le serait-il. Vous pouvez m’envoyer votre adresse mail à cette adresse et si vous le permettez je lui demanderai alors de se mettre en contact avec vous? lonhiennepatricia@hotmail.fr Encore merci 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.