Lovely Brunette au Texas

Lovely Brunette savait être exagérément timorée quand ça l’arrangeait – mon frère avait été promu garde du corps car elle n’aimait pas aller au cinéma seule à cause des satyres des salles obscures. Bon, c’est vrai qu’il y en avait, et c’est sur eux que je me suis exercée au regard qui tue dont les satyres des trams italiens ont ensuite profité dans la version finale et complétée de la gifle sonore. Elle ne voulait pas prendre le métro à Bruxelles parce qu’elle allait se perdre. Mais quand Bill Vestal l’a invitée, au nom de ces années de guerre et de jeunesse 25 ans plus tôt, rien n’aurait pu l’arrêter.

Bill Vestal avait été ce jeune soldat américain rêveur qui occupait la demeure de Lovely Brunette (surtout de ses parents…) avec son régiment. La famille vivait dans les caves avec les chiens, et les soldats draguaient, se prélassaient dans les salons, et rivalisaient de cadeaux pour la conquête de Lovely Brunette et sa belle-soeur surnommée Blondie par leurs soins. Elles avaient donc des bas de soie, du rouge à lèvres, du vernis à ongles, et des prétendants, dont Bill Vestal qui était marié avec sa High School Sweet Heart et se contentait de souhaiter que ça ne soit pas arrivé… Quoi de plus romantique qu’une romance bercée de ah si seulement… Et 25 ans plus tard il est venu avec la High School Sweet Heart pour voir les lieux de son bonheur jamais éclos, et sur la lancée, a invité Lovely Brunette pour l’année suivante au Texas.

Et hop!

Comme un rouleau compresseur enrubanné de rose bonbon elle a broyé les obstacles et les peurs. Sabena lui ayant offert (enfin, offert est une façon de parler très charitable…) le voyage pour un prix astronomique, elle s’est adressée à une autre compagnie qui lui faisait une réduction substantielle. Et quand on lui a envoyé – autres temps que ceux-là – un délégué de la Sabena en chair et en os et en costume sur son seuil, demandant si elle n’avait pas encore décidé de la date de son voyage, elle qui n’osait jamais marchander a tranquillement dit que la compagnie Untel lui offrait la même chose pour moins cher et que donc… « Quel prix vous font-ils ? » Et on lui a concédé ce prix aussi !

Fidèle amie de plume de correspondants de par le monde, elle a fait une escale à New York, Chicago et, je crois à Long Island pour voir une certaine Clara dont le mari avait perdu les deux jambes et un monsieur à qui sa femme avait interdit de rencontrer sa correspondante pour une innocente journée de Cicéron. L’audacieux gentilhomme a désobéi à sa femme … et n’a plus jamais donné signe de vie par la suite. Je suppose qu’il a dû faire une confession publique à son église et suivre une thérapie. Prendre des antidépresseurs et porter un cilice.

Et puis elle est partie au pays de Géant, avec son look d’Européenne qu’on s’évertua à changer – on lui a fait endosser une chemise texane, le stetson, et elle a eu droit au casque de laque des héroïnes de Dallas, pare-balle, anti-moustiques, et bonne chance si ça gratte un peu, sans ongles de mandarin on ne peut rien faire sinon se rabattre sur le stoïcisme.

Elle s’est amusée comme une folle, même de ces transformations qu’elle accueillait avec plaisir. Avec Bill et Marybeth elle a fait un périple en Arizona et Nouveau-Mexique. Mais elle, qui pendant les vacances appréciait les bons hôtels, le luxe à court terme, les repas fins et différents…  n’aima pas descendre dans des hôtels ou motels et commander des hot-dogs pour les manger dans la chambre avec des serviettes en papier ! Sans crainte aucune pour une fois, elle grimpa sans frémir les échelles vertigineuses de Mesa Verde, alors qu’elle vacillait sans grâce sur l’escabeau lorsqu’il lui fallait remplacer une ampoule ou laver les fenêtres.

Je ne sais plus par quel hasard elle rencontra aussi un de nos amis Verviétois là-bas.

Elle frémissait de ses « ça ne se fait pas » à l’évocation du pauvre Bill qui, pour ses vacances, était promu laquais de sa famille, portant seul tous les bagages, allant acheter les hot-dogs et tacos pour tout le monde, tandis qu’épouse et filles s’asseyaient, enlevaient leurs chaussures et mettaient les pieds sur la table basse pour se relaxer en papotant. Il servait aussi les apéritifs et n’avait pas le droit à la détente, sauf si on imagine que voir sa tribu repue et reposée -en bigoudis – faisait dégonfler ses pieds et lui massait le dos. Car il conduisait aussi…

L’appareil photo à la main et une jeunesse retrouvée, elle s’émerveillait de tout. C’était l’aventure de sa vie. Elle glanait des souvenirs et impressions, rien ne lui échappait. Tout le monde la trouvait sooo classy, sooo charming, sooo pretty. Ca lui plaisait, et comment l’en blâmer ? Le journal local lui accorda une interview et une photo – robe noire sans manches et collier de perles, très Breakfast at Tiffany. Mon frère et moi, à son retour, imitions son accent et ses déclarations sans trop de charité, la faisant rire malgré elle.

Elle participa à la rodeo parade locale avec faste, un peu déconcertée de la monte à l’américaine, jambes tendues comme John Wayne, alors qu’elle avait toujours pratiqué la monte à l’anglaise avec les étriers haut placés. Mais que ça lui a fait plaisir d’être célébrée et fêtée partout avec bonhomie et amitié.

 

 

Elle rapporta à mon frère une chemise texane jaune et absolument hideuse qu’il n’a jamais voulu porter (à sa plus sincère indignation… elle en avait bien porté une, elle !), et un disque du groupe « Chicago ». A moi un kimono acheté à Chinatown que j’ai gardé au moins 15 ans, un disque avec une chanson romantique de Mari Trini, Mirame, et un bracelet navajo d’argent et turquoises. Je viens aussi de retrouver un carrelage mexicain…

Pendant ce temps-là… eh bien je fus promue Gouvernante en chef de la maison. Il y avait des poules, des pigeons, des chiens, le cheval (je crois ?), sans doute des perruches ou une souris blanche – heureusement elle nous avait dissuadés, petits, de prendre un mignon petit crocodile – peut-être un chat – Poussy-poussinette-enfant-de-Paris, il me semble – mon frère – qui s’est pris la brosse à vaisselle dans la figure lors d’une dispute au cours de laquelle il a eu le malheur de me dire tu es tout à fait comme mammy ! – Ooooooh, ce n’était pas au sujet de son charme, non, mais de ces « ça ne se fait pas » et je n’avais pas du tout apprécié !

Sa grande aventure. Son moment de gloire, la gomme qui effaça bien des souffrances et doutes. Et dont les photos prouvent combien, à 47 ans… elle avait encore tout le peps de la lovely brunette !

 

 

34 réflexions sur “Lovely Brunette au Texas

  1. On te l’a beaucoup dit, je crois, tu ressembles beaucoup à ta maman. Cela fait de jolis souvenirs. Ce sont des liens indéfectibles noués à une époque difficile. Les photos sont là pour immortaliser ces moments de bonheur, vécus par Lovely Brunette.

  2. Adrienne dit :

    quel bonheur pour elle, ce voyage!
    (elle avait les cheveux tout blancs à 47 ans?)

  3. alainx dit :

    Quelle famille !
    Toujours pleine d’aventures !
    Et tu as toujours l’art de relater tout cela.

  4. charef dit :

    Je t’admire Edmée et j’admire ta maîtrise de l’histoire de ta lignée. Bon week-end. Pensées amicales;
    Charef

  5. SBP dit :

    Quand même, Bill Vestal, quel nom!! Un nom de super héros de comics, un nom de conquête de l’Ouest, un nom de chercheur d’or.
    Quelle épopée familiale! 🙂

    • Edmée dit :

      C’est vrai. L’héroïque Bill Vestal… qui d’ailleurs gagnait sa vie dans les puits à pétrole, il était un comic à lui tout seul 😀 Qui eut crû que ce héros était le paisible prince consort de sa High School Sweet Heart?

  6. emma dit :

    quel personnage superbe, et quelle chance elle a de t’avoir pour biographe, tu les fais tous vivre avec tellement de panache

    • Edmée dit :

      C’est que ce n’est qu’une fois qu’elle fut une simple vieille dame (en apparence…) que j’ai réalisé – vu mon âge à moi aussi, la vraie maturité – ce que tout ça avait représenté pour elle. J’étais fière de ses audaces, de ses enthousiasmes de gamine, de sa foi dans la vie…

  7. Pour cette femme délicieuse, ces moments d’évasions et de découvertes ont dû meubler d’exotisme les années qui ont suivi.

    • Edmée dit :

      Oui… on en avait d’ailleurs un peu « soupé » de son voyage en Amérique et puis de nouveau j’adorais en parler avec elle… ça avait été son grand défi, finalement, « partir seule en Amérique » pour une femme destinée à être femme au foyer et qui jusque là n’avait été aventureuse qu’en souhaits!

  8. Françoise dit :

    Quelle jolie histoire, Edmée ! Ces personnes qui te sont si chères, revivent grâce à toi, c’est comme si elles étaient encore là. 🙂
    Merci beaucoup pour ce partage. Bises du soir.

  9. Colo dit :

    Merci pour ce récit plein de vie, comme quoi il y a toujours eu des femmes prêtes pour l’aventure, pour quelle que soit la raison…tu as suivi ses pas, bravo!

    • Edmée dit :

      Toute sa vie elle s’est imaginée partant « vivre ailleurs que dans son trou ». Et elle y est morte. Mais là, ce fut son envolée magique!

      Merci!

  10. Dédé dit :

    Coucou. Chaque fois que tu nous contes les aventures de ta Maman, on est transporté dans un tas de péripéties. Tu continues à perpétuer son souvenir et nous contant avec maestria toutes ces choses qui font une vie palpitante. Et puis quand je regarde les photos, je trouve aussi que tu lui ressembles beaucoup. Deux femmes fortes et belles aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. 🙂 Bises alpines.

  11. Xoulec dit :

    Porter un cilice, quelle horreur ! Je ne savais pas ce que c’était !
    Porter une chemise jaune, quelle horreur ! Même si lisse ! beuh !
    Inutile de te dire que j’ai immédiatement reconnu Lovely Brunette 😉 J’adore lire tes aventures familiales, j’ai adoré lire ce périple outre atlantique. Le Texas, rien de moins ! Univers des westerns, Rio bravo, Rio Grande ♫♫♫

    • Edmée dit :

      Merci pour ce morceau d’Eddy… J’ai vu le Rio Grande des années après Lovely Brunette, et les chemises y avaient encore la même coupe hideuse que de son temps, et les hommes mangeaient avec leur chapeau sur la tête. Mais bon… Rio Grande oblige 🙂

  12. gazou dit :

    Lovely Brunette, on a l’impression de la connaître tellement tu en parles bien

  13. angedra dit :

    Ce voyage a beaucoup compté pour ta maman et tu sais si bien nous la faire revivre. Mais ce qui me touche le plus c’est l’amour que tu saupoudre dans chaque récit sur ta maman. Elle a cette chance de continuer à vivre en toi (en plus de la ressemblance !!), et nous nous avons la chance de la connaître par ton amour tout en délicatesse.

  14. Tania dit :

    Quelle belle évocation à nouveau ! Tu as de qui tenir et c’est un compliment.

  15. Pascale MD dit :

    Très sympa de lire tous ces souvenirs pleins de petites pépites de bonheur et autres émotions.
    Bonne journée

  16. Célestine dit :

    J’ai toujours aimé le surnom de ta maman.
    Lovely Brunette, c’est pimpant, c’est chic, c’est classe, c’est doux…
    Bref j’adore
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    • Edmée dit :

      En fait ce surnom m’est venu pour elle quand je repensais à son époque « les Américains en fin de guerre ». Ils lui offraient des bas de soie, du rouge à lèvres, du chocolat, et devaient penser qu’elle était une Lovely brunette, en comparaison avec sa belle-soeur que l’on appelait « Blondie » 😀

  17. Philirlande dit :

    J’ai bien ri en te lisant repensant a mes parents lorsqu’ils quittaient la Belgique.. et les commentaires une fois rentrés 🙃
    Si c’était encore le cas pour les billets d’avion, moi qui voyage pas mal sur le tard 😣

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.