Les autres mots d’amour

Une année, mon père – Papounet – avait fait faire des timbres avec nos photos personnelles pour ceux de ses enfants et petits-enfants qui vivaient loin de lui et à qui il écrivait régulièrement. C’est anodin et pourtant… que de mots affectueux s’y trouvaient, dissimulés sur ces jolis rectangles dentelés ! Il avait choisi les photos qui lui plaisaient et qui, pensait-il, seraient un jour un heureux souvenir. Et puis il s’était réjoui à l’avance de l’élément de surprise. Car ils nous sont arrivés, ces timbres, sur des lettres ou des colis (ah les tablettes de chocolat Côte d’Or que nous aimions tous, les blagues du Chat ou de Kroll, les Soir-Illustré…), comptant sur un peu de curiosité de notre part, tiens quel drôle de timbre, mais… c’est moi ? C’est nous ? Ça alors ! Papounet!!!

Lors du coup de fil hebdomadaire (et il avait bien du mal à switcher d’un fuseau horaire à l’autre, entre mon frère qui vivait en Australie, moi aux USA et ma soeur dont encore aujourd’hui on ne sait d’où elle appelle…) on lui a alors dit un joyeux merci et le fait de nous avoir fait plaisir a mis du soleil dans sa voix et sa journée, heureux d’avoir eu une bonne idée.

A l’âge de la pension, celui où on « met de l’ordre dans ses affaires », classe les souvenirs, assiste à tous les cours et conférences imaginables pour continuer de découvrir l’immensité du savoir humain, va à la gymnastique, aux expositions, s’occupe des comptes et petits soucis divers des « enfants » qui vivent à l’étranger etc…, il avait trouvé le temps de nous faire un gentil clin d’œil. Et non, ça ne va pas de soi. Ce n’est pas bien normal. C’est de l’amour, et l’amour est un bonus aux attentions normales que les parents doivent avoir pour leurs enfants. C’était la même joie rieuse qu’on éprouve en emballant les cadeaux de Noël, ceux que l’on sait avoir magnifiquement choisis, et dont on attend la découverte par leurs destinataires. Ils seront tellement contents ! Et ça nous éclabousse aussi, ah que nous sommes contents!

Je t’aime, Papounet joli, merci !

Lorsque petite fille je me suis cassé le poignet, ma Lovely Brunette de mère a réagi en femme angoissée qu’elle était trop facilement. Effrayée à la vue de mon poignet déformé et violacé, elle s’est fâchée parce que j’avais été imprudente, a crié, s’est plainte de ce que ma sottise allait lui coûter en argent qu’elle n’avait pas. Pas un mot pour mon poignet gonflé, m’abrutissant de mal. Il faut dire qu’il y avait un os cassé et trois pliés… J’avais d’ailleurs traîné aussi longtemps que je le pouvais avant de rentrer (continuant de jouer avec d’autres enfants dans un lotissement de villas en chantier, ce qui m’avait donné l’occasion unique de tomber de la hauteur d’un étage au fond des fondations, tout en affirmant que non, j’avais pas mal du tout…), sachant ce qui m’attendait.

Elle, elle avait mal à sa vie en permanence et s’abandonnait à son émotion majeure : la panique. Une fois épuisée par sa litanie et sa colère (d’autant que, très théâtralement, j’avais ouvert une fenêtre du second étage donnant sur le jardin et annoncé que j’allais m’y jeter, comme ça elle n’aurait plus que mes funérailles à payer), elle a appelé mon oncle Jean, chirurgien, qui lui a promis de rendre sa forme à mon bras sans aucun frais, ce qui a eu le mérite de la calmer. Il ne restait alors que son souci pour moi, qu’elle n’exprima pas.

A mon réveil à l’hôpital elle était au chevet du lit, tendue et sans doute pleine de remords pour sa réaction démesurée. Et encore aujourd’hui je me souviens du soulagement que j’ai éprouvé à la voir quand j’ai émergé du sommeil ouateux où on m’avait plongée. Elle était là, inhabituellement patiente et empressée. Car je m’étais endormie encore agitée d’une hostile confusion après notre dispute. Jamais elle ne s’est excusée ou expliquée, et d’ailleurs je n’aurais pas compris. Que savent les enfants de la douloureuse difficulté d’être adultes et parents à la fois ? Cependant, le jour où on m’a enlevé le plâtre elle m’a apporté, avec une joie timide qui voulait dire pardon ma petite Puce, un bracelet d’argent décoré d’un bas-relief égyptien, et l’a mis à mon poignet blafard mais remis à neuf. C’était un mot d’amour, un baiser qu’elle n’osait donner.

Je t’aime, Mammy chérie, merci !

Des gestes comme ceux-là jalonnent nos vies, il faut les chérir comme des marques inoubliables qui dessinent sur l’oeuf poli de notre vie des arabesques gaies qui font défiler l’amour reçu et donné.

34 réflexions sur “Les autres mots d’amour

  1. ibonoco dit :

    Bonjour Edmée,
    Quel texte magnifique ! Un texte empreint d’amour pour ses parents, des parents que l’on ne comprend pas toujours et qui ne font, en définitive, que ce qu’ils peuvent. J’ai été touché par cette émotion que l’on ressent de la première ligne à la dernière, par les attentions de ce papa et par une maman aimante, parfois un peu inquiète et angoissée.
    Mais il y a de quoi l’être. Les parents sont souvent ainsi faits, ils ne savent pas toujours exprimer leur peur quand leurs enfants ont mal, alors ils versent dans la panique sous la forme d’un discours décalé.
    Merci Edmée. Je n’ai pas encore toujours les mots pour dire je t’aime à mes parents comme tu viens de le faire.
    Amities
    John 😊

    • Edmée dit :

      Merci à toi cher John pour cette réaction qui me touche. Ca prend du temps d’aimer ses parents « comme il faut », et comme tu dis, de réaliser qu’ils ont fait ce qu’ils pouvaient. C’est déjà tellement noble de faire de son mieux…
      Je te souhaite alors d’un jour trouver les mots toi aussi 🙂
      Bonne année

  2. gazou dit :

    Ta maman n’a pas su exprimer son amour par des mots mais tu as bien compris qu’en t’offrant ce bracelet, elle te disait ses regrets de t’avoir si mal traitée quand tu avais besoin d’être consolée…Vous vous êtes compris quand même et c’est très émouvant

  3. Carine-laure Desguin dit :

    Eh oui et ce sont tous ces gestes-là qui font ce que nous sommes aujourd’hui.

  4. La Baladine dit :

    C’est un récit magnifique.
    Ma mère a des allures de la tienne, à partir de ma préadolescence (avec les petits enfants elle est top, après ça se gâte invariablement)… mais elle ne s’en est jamais excusée, même symboliquement. Je me suis lassée d’attendre ou d’espérer.
    Merci encore pour cette belle émotion.
    🙂 ♥

    • Edmée dit :

      Les relations humaines sont difficiles et les familiales ne jouissent pas d’une formule magique pour les simplifier. J’ai eu beaucoup de chance qu’avec Lovely Brunette un gros problème de santé qui aurait pu l’enlever nous a fait comprendre qu’il n’y avait plus trop de temps. Nous avons eu trois ans pour organiser son départ, ma survie sans elle, et les déclarations d’amour. Nous avons eu une grande chance, ça aurait pu ne pas fonctionner… Mais vraiment… elle est entrée dans mon coeur en partant.

      Merci à toi pour ta gentille réflexion! 🙂

  5. Colo dit :

    Deux objets, un timbre et un bracelet, qui symbolisent, concentrent tout cet amour, parfois difficile à contrôler, exprimer, de parents pour leur fille. (leurs enfants).
    Tu as raison, c’est souvent après (du moins pour moi qui ai perdu mes parents tôt) qu’on mesure l’amplitude de leur amour…
    Merci.

  6. Edmée dit :

    Il m’a fallu longtemps pour réaliser que pendant qu’elle était ma mère à temps plein, Lovely Brunette était aussi une femme qui cherchait à équilibrer sa vie, son image d’elle, son identité. Elle avait ses propres confilts avec ex mari, frères, parents, amies ou ex amies, et qu’elle n’avait pas de zone « sérénité garantie » pour se reposer un peu. Je n’aurais pas fait mieux à sa place. Autrement mais pas mieux. Aussi… je me suis enfin sentie très solidaire d’elle 🙂

    Bises et bonnes fêtes!!!

  7. Xoulec dit :

    Ton texte m’émeut… Quelle attention délicate, de faire des timbres à votre effigie… Nos parents faisaient partie d’une génération qui n’avaient peut-être pas appris à dire aux enfants qu’ils les aimaient. Heureusement, il y avait des « trucs » comme ça, qui parlaient pour eux.
    On devrait toujours dire aux gens qu’on aime, qu’on les aime♫♫♫

    • Edmée dit :

      Oui je trouve que c’était un cadeau qui l’avait réjoui, il avait eu la joie de « préparer son coup ». « Discret et élégant », le qualifia ma mère après des années de guéguerre…
      IL faut le dire, oui. Et tu as raison, ils n’avaient pas appris à être tendres, ils devaient « nous endurcir »…. »avoir de la décence ». Autre temps!
      Merci pour la chanson 🙂

      • Xoulec dit :

        Apparemment, ils y arrivaient, à nous endurcir ! Continuer comme si de rien n’était, avec un poignet cassé, Il faut serrer les dents…

  8. Ayant mon grand-père de 89 ans à l’hôpital depuis trois mois et demi, tu comprendras que ton article et ta conclusion ne peuvent que me toucher… Bonnes fêtes de fin d’année et meilleurs vœux à toi pour 2020.

    P.S. Désolé de ne plus venir souvent mais le temps me manque.

    • Edmée dit :

      Oh je suis bien désolée pour ton grand-père, et surtout j’espère qu’il verra encore passer plus d’un Noël et Nouvel an. Sincèrement.

      Et moi aussi, je suis un peu dépassée, fidèle aux blogs qui me sont fidèles ou pas, mais tu sais comme moi que tenir un blog est un vrai travail, et que ça prend du temps. Plus la vie, aussi!

      Très bonnes fêtes en tout cas, et surtout au grand-père, dis-lui que je lui envoie un bouquet de pensées et que le printemps se prépare en trépignant…

  9. charef dit :

    Bénies soient les mamans. C’est sous leurs talons que se trouve le paradis. Elle est toujours présente et il n’y a pas un jour où je n’évoque pas son nom. Merci pour cette belle narration Edmée.

  10. SBP dit :

    C’est un amour de toute beauté que celui de tes parents, pur, rond, intégral. C’est quelque chose d’éternel et qui, malgré l’absence physique, flotte toujours avec beaucoup de consistance en toi et autour de toi. Tu sais très bien le rendre, c’est très réconfortant.

  11. Quel joli texte qui dit combien l’amour est éternel, que le temps passe mais que l’amour continue de fleurir et de parfumer nos vies.

  12. Célestine dit :

    L’amour, ce sont bien souvent des actes, plus que des paroles…
    Tu en donnes de bien jolis exemples…
    Baci sorellita, et merci pour tes récits toujours pleins de douceur et d’amour.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  13. Tania dit :

    « Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour. » (Reverdy)

  14. Quelle belle évocation d’autant que je n’ai jamais connu ces  » autres mots d’amour »….

  15. Pascale MD dit :

    Joli ce texte rempli d’amour.
    J’espère que tu as passé de bonnes fêtes et je t’envoie pour toi et les tiens mes voeux les meilleurs pour 2020.

    • Edmée dit :

      Merci Pascale, je te réciproque bien volontiers les voeux! J’ai passé de merveilleuses fêtes de fin d’année, d’une façon que je n’attendais pas, et donc inoubliable après avoir été inattendue.

  16. grandlangue dit :

    On peut exprimer son amour de multiples façons. L’important c’est de comprendre les divers langages, interpréter les signes et les attitudes diverses. Vos parents prenaient soin de vous, c’est si précieux. Nous souhaiterions que tous les enfants reçoivent un tel amour de leurs parents.

    • Edmée dit :

      Oui, tous les enfants devraient avoir de l’amour de leurs parents. Tout le monde, toutefois, n’a pas l’étoffe d’un parent… et c’est dramatique!

  17. Nadezda dit :

    Magnifique ton récit . Que d’émotion, d’amour. Ma mère ne savait pas dire je t’aime ou embrasser. J’ai eu la chance de m’occuper d’elle les deux dernières années de sa vie et là nous avons fait connaissance. Quand les derniers moments sont arrivés elle m’a dit : je ne veux personne, juste toi. Un moment d’intense émotion. Finalement c’était sa façon de me dire qu’elle m’aimait 🙂

    • Edmée dit :

      Oh merci de partager cet instant magnifique, je sais tout à fait ce que tu as ressenti, moi aussi je me suis rapprochée de ma mère trois ans avant sa fin, et ce furent les plus belles années de notre amour, où tout fut exprimé – et ne sera jamais effacé. Bien sûr… elle t’aimait, quelle elle manière de te le dire. 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.