L’enfance, l’écrin secret de tout humain

Agatha Christie a un jour écrit que l’enfant n’est lui-même que jusqu’à environ ses huit ans. Après quoi, il s’adapte, se plie, se conforme ou s’oppose à son décor de vie : sa famille, son environnement, son milieu et les étapes qu’on lui impose. Il ne disparaît pas complètement mais est caché, déguisé, rangé, prêt à ressortir des années plus tard quand enfin, l’âge de l’accomplissement lui permettra de redevenir lui-même sans craindre de conséquences. De revenir vers son enfance. Vers lui-même.

D’où ces vieilles dames au franc parler – si personne ne les a muselées -, qui savent si bien appeler un chat un chat ou ne pas tarir d’éloges car elles connaissent la valeur des choses. Qui font des confidences à leurs nièces ou petites-filles qui font pâlir les mères : quoi, elle ne vous a quand même pas raconté ça???? Et les vieux messieurs qui, s’ils n’ont pas été domptés et mis à la niche par la vie et une épouse cerbère (une main de braise dans un gant de fer…), conseillent à leur jeune descendance de profiter de leur vie, de ne pas se marier, de préférer la petite Machin un peu trop spontanée à la terne Mademoiselle Truc, très jolie, ennuyeuse et ectoplasmique.

Bien sûr, Agatha parlait des enfants de son univers, de sa société. La nôtre. Et je ne veux pas vous emmener dans le monde des enfants sans enfance, manipulés par les guerres et l’argent, non. Ou nés entre deux adultes haineux, le prisonnier et le geôlier enchainés au même boulet, qui se vengent de leur lâcheté contre qui ose avoir besoin d’eux. Je veux rester dans l’univers des petits corps aux grands éclats de rire, aux imaginations si riches qu’ils créent les sortilèges, aux chagrins dévastateurs qui se calment sur un cornet de glace.

Et je le sais, il y a des enfants venus d’autres cultures qui ont sans doute moins besoin de dompter leur moi intime. Là-bas, il reste bon de rire et de ne pas cacher son plaisir. On ne passe pas l’âge. La vie se comble peu à peu de responsabilités, mais le pétillement du regard entretient des cascades de joie ne demandant qu’à jaillir.

Il y a des enfances qui se prolongent comme une soirée d’été lorsque les ombres s’étirent au sol gorgé de soleil. Des enfances nourries de caresses et d’attentions, de jeux, de quotidiens confortables. Quelle que soit la notion de confort. De sécurité.

Ces enfants dont l’âme s’épanouit sans incertitudes inutiles seront des adultes généreux. Leur regard sera bel et bien le miroir de cette âme à ciel ouvert.

Et ces photos d’enfants sortent du regard de mon neveu, l’heureux John-Philippe Lonhienne. Nono pour moi.

 

2004 Bali Ubud – John Lonhienne

 

2008 Cambodia – John Lonhienne

 

2006 Népal – John Lonhienne

 

Sulawezi – John Lonhienne

 

 

42 réflexions sur “L’enfance, l’écrin secret de tout humain

  1. lespigaou30 dit :

    Un très beau texte que j’ai lu avec beaucoup de plaisir.
    Les photos de ces enfants sont magnifiques, le regard de la fillette en gros plan est d’une grande beauté.
    Bonne journée.
    Maryse

    • Edmée dit :

      Merci, c’est vrai que ces photos sont touchantes, et qu’on espère que ces enfants auront gardé le bonheur dans les yeux.
      Bonne journée aussi…

  2. Mamily dit :

    Je dirais, l’entrée à la maternelle… Après on rentre dans les structures.
    78 ans, fini les compromissions, le silence, accepter tout pour faire plaisir, penser enfin à soi.
    Merci pour tous vos articles que je lis avec plaisir et votre liberté !
    Bonne journée.

    • Edmée dit :

      Merci Mamily 🙂 Eh oui, l’âge donne encore plus de liberté si on a su s’y accrocher en dépit des compromis et autres choses!

      Belle journée aussi!

  3. « On est de son enfance comme on est d’un pays. » : disait Antoine de Saint-Exupéry. La vie passe vite. Les bons souvenirs restent. Les mauvais s’estompent avec le temps. Nos chers disparus restent dans nos cœurs. Les animaux de notre enfance, jouent un rôle important également dans nos souvenirs d’enfance, il nous ont donné tout leur amour eux aussi.

  4. Carine-laure Desguin dit :

    De belles photos en écho à ce texte. Je n’avais jamais entendu ces propos d’Agatha Christie au sujet de l’enfance. Ils me paraissent très vrais. Car je me souviens très bien ce que je voulais avant mes huit ans. Na!

    • Edmée dit :

      Elle avait écrit ça dans un de ses livres publiés sous le nom de Mary Westmacott, où elle s’étendait plus sur la psychologie des rapports entre les gens. Moi aussi je me retrouve assez fidèle à ce que je fus dans l’enfance… (Na!)

  5. SBP dit :

    Magnifiques portraits.
    Il est impossible d’enfouir son enfance. Comme tu le dis si bien, elle reparaît tôt ou tard. C’est notre essence.

  6. C’est le regard posé par votre neveu qui donne à ces photos tout leur éclat.Il a su rencontrer de tels visages et les rendre inoubliables.

  7. AlainX dit :

    Décidément, quelle famille de voyageurs/voyageuses !

    Il faut beaucoup d’années pour arriver à faire éclore son enfance première.
    Les vieux ne « retombent pas en enfance »
    c’est l’inverse :
    « ils montent en enfance »

  8. charef dit :

    Les vérités sur l’enfance que tu nous exposes « crèvent » les yeux. Un verbe qui extirpe de notre moi toutes les photos d’une enfance innocente forgée par la vie au jour le jour; J’ai toujours beaucoup de plaisir à te lire. Bonne soirée Edmée.

  9. angedra dit :

    Heureux ceux qui gardent leur enfance en eux. A l’âge adulte nous tentons de l’enfouir sous des obligations, des urgences de la vie, des compromissions… mais notre enfance sera toujours le terreau grâce auquel nous sommes devenus la personne actuelle.
    Chez certains tout cela ne réapparaitra jamais, pour d’autres l’âge lui ouvrira une nouvelle liberté.
    Rien de plus beau que des enfants et les photos de ton neveu nous offrent ce merveilleux cadeau, le visage d’un enfant.

  10. Adèle Girard dit :

    Je m’étais pourtant juré que le jour ou mes enfants seraient grands, je quitterai ma peau d’âne de mère respectable et remonterai dans les arbres. J’ai essayé et je n’y suis pas arrivée, j’ai perdu ma souplesse Peut-être qu’au fond je n’avais convaincu personne.

    • Edmée dit :

      Il faut dire que tes enfants veulent de toi que tu restes leur mère et ne redeviennes pas la folle qui remonte aux arbres. Ils se privent, et te privent, du meilleur sans doute. Let’s hope…

  11. Coumarine dit :

    il y a une différence entre ce qu’on appelle « l’esprit d’enfance » qu’il est bon de retrouver si on réalise qu’on s’en est éloigné…. et le « temps de l’enfance », premier temps de vie. Il y a des enfants qui ont mis du temps à guérir de ce temps là, du manque d’amour, d’écoute et de compréhension qu’ils ont enduré… L’enfance n’est pas un paradis pour tout le monde…
    Ces photos sont très belles, j’aime beaucoup la fillette en gros plan: bravo à ton neveu!

    • Edmée dit :

      Non, j’ai connu des adultes que leur enfance a détruits, et qui forcément étaient en charpie, n’ont fonctionné qu’en s’amputant de tout souvenir.

  12. xoulec dit :

    J’ai relevé un jour ce passage dans un livre , un polar de Bernard Minier, et il pourrait faire écho à la citation d’Agatha Christie;

    « Il existe un âge, à la fin de l’enfance, où ces antennes avec lesquelles nous percevons les mystères du monde bien mieux que les adultes sont plus puissantes que jamais : avant que la puberté, les hormones, le rationalisme adulte et le système éducatif n’atrophient définitivement notre sens du merveilleux »

    Cela m’a paru très vrai. D’où l’importance de l’enfance…
    Redevenir celle ou celui que l’on à été peut prendre du temps et puis un jour, on s’aperçoit que l’on est devenu celui que l’on n’a jamais cessé d’être.

  13. Dédé dit :

    Magnifique billet illustré par de si beaux sourires. On espère que ces enfants garderont toute leur vie ce sourire lumineux, même quand ils seront très vieux et qu’ils regarderont avec tendresse leurs petits-enfants. Bises alpines.

  14. emma dit :

    qu’ils sont beaux, ces enfants, le photographe a du talent – les petits enfants sont « vrais », ils ignorent les faux semblants, le second degré (dont l’humour qui peut les blesser) – jusqu’à 7 ans, dit « l’âge de raison » ils ont dans le regard une lumière, qui est celle de la candeur et la confiance. Ensuite ils commencent à comprendre , et la lumière s’en va…

  15. Tania dit :

    C’est un cadeau précieux pour la vie entière qu’une enfance choyée, il me nourrit encore.
    J’aime beaucoup ce billet et son titre, merci Edmée.

  16. gazou dit :

    Très belles photos
    C’est vrai, en vieillissant, on ne tombe pas en enfance , mais on remonte en enfance, du moins on devrait le faire

  17. La Baladine dit :

    Magnifiques lignes, d’une justesse absolue, et qui, de surcroît, n’oublient personne…
    Magnifiques photos, qui s’emparent des regards pour mieux en restituer la lumière.
    Le talent serait donc comme l’amour des voyages, héréditaire? Ou génétique?
    🙂

    • Edmée dit :

      Ces photos sont très belles en effet. Mon neveu a un enthousiasme frais, un émerveillement pur, c’est ainsi que son regard ne s’est pas trompé!

  18. celestine dit :

    Quelle merveille ce billet, sorellita
    Avec ce joyau, serti dans tes phrases :
    « Il y a des enfances qui se prolongent comme une soirée d’été lorsque les ombres s’étirent au sol gorgé de soleil. »
    J’aurais aimé l’écrire.
    Grazie
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  19. Nadezda dit :

    Tu as un neveu qui a l’œil mais surtout un cœur, qui lui permet de faire ces photos magnifiques. Il doit avoir gardé une âme d’enfant . Ton billet est magnifique, tu as aussi gardé une âme d’enfant pour pouvoir l’écrire.:)

  20. Colo dit :

    Pour prendre ces photos, si naturelles, ton neveu a passé du temps avec ces enfants, gagné leur confiance, leur a peut-être montré leurs photos, ils adorent ça.
    Suivant l’idée de ton texte, ma mère nous répétait souvent, à nous ses 2 filles, que si voulions avoir un mari/compagnon affectueux, il nous fallait savoir si « le candidat » avait été aimé, dorloté dans son enfance…
    Un besito

    • Edmée dit :

      Eh bien ta mère vous donnait un excellent conseil. Mes époux et compagnons ont tous eu une enfance exécrable ou étrange dans le meilleur des cas. Et en effet… ça a laissé ses marques. L’homme que j’aime a été adoré choyé vénéré par ses parents et ses soeurs, et vraiment… on voit la différence comme avec Bonux qui lave plus blanc que le blanc! 🙂

      Un besito pour toi aussi!

  21. Pascale MD dit :

    Un article super que j’ai apprécié en lecture.
    Les photos de ces sourires et yeux pétillants sont très belles également.
    L’enfance nous construit et curieusement, ce ne sont pas les enfance les plus dorées qui font des adultes les plus épanouis…
    Bonne journée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.