Superga! Superga!

Superga ! Un chant baroque d’ocres, de marbres et de blanc. Le cantique de Filippo Juvarra, ce génie venu de Messine et devenu architecte à la cour au Piémont. Son talent a laissé sa fastueuse trace partout dans Turin et les environs : le pavillon de chasse royale à Stupinigi, le Palazzo Madama, l’église San Carlo, le château de Rivoli entre autres, et … la basilique de Superga, où reposent, dans les marbres polychrome et les allégories, les souverains de la Casa di Savoia.

Autrefois, Superga était un col qui s’élevait comme une apparition depuis la vallée, cette vallée souvent brumeuse où le Po et la Dora se faufilent entre les rives herbeuses et sous des ponts, les uns humbles , les autres clamant la gloire de cette cité des rois. Au sommet, il y avait une église qui bénissait la vie d’en bas, et en parlait en haut. Tout changea suite à un vœu que fit, lors du siège de Turin par les troupes franco-espagnoles de Louis XIV, le duc Vittorio Amedeo II : si le ciel lui accordait la victoire et libérait Turin, il y ferait construire une basilique. Et en 1717 on rogna 40 mètres de col, détruisit l’église, et entama la construction de ce monument splendide dont la vue fait battre le cœur de tout qui a vécu ou vit à Turin quand on en aperçoit la silhouette là haut, dressée contre le ciel : Ah, Superga ! On approche de Turin, alors …

Les jours de foschia – de brouillard – au contraire on ne la voit pas et la vue est égarée par une gaze vaporeuse, une haleine venue de la moiteur profonde de la terre, qui se déchire au fil des heures sur coupoles, fenêtres de chambres de bonnes – devenues garçonnières – clochetons et monuments dans la ville isolée dans cet humide silence.

La crypte est la tombe royale de la maison de Savoie, Casa di Savoia, les souverains du Piémont avant l’unification de l’Italie. On y accède par un majestueux escalier de marbre au pied duquel l’archange Gabriel terrasse le démon et défend la paix des sépulcres. Des symboles magiques, ésotériques et alchimiques protègent le lieu de tous leurs puissants sortilèges. Dans des niches, des êtres pâles et parfaits rappellent avec grâce le regret des défunts et l’amour qui leur fut porté.

Le majestueux sarcophage central dans la salle des rois, occupé par Carlo Alberto di Savoia – mort en 1849 – accueillait traditionnellement le dernier souverain du Piémont à chaque décès, son prédécesseur étant alors déplacé dans un emplacement latéral. Mais les successeurs de Carlo Alberto sont devenus rois d’Italie et dès lors sont enterrés au Panthéon de Rome, ce qui permet à Carlo Alberto de reposer en paix et garder à jamais cette place de grand prestige.

Foschia a Superga - Mon papa et moi

Depuis Superga par temps clair on voit toute la riante vallée de Turin. Mais si la journée est brumeuse… on comprend la légende de la fée du Lac, ce lac qui n’existait pas toujours : la vallée semble alors un lieu liquide aux ondes laiteuses, si profondes que seule Excalibur pourrait en remonter et en trancher la surface pour capturer les rayons du soleil sur sa lame.

Publicités

Le nez en l’air à Manhattan

Non, Manhattan ce n’est pas que bruit, chaos, sirènes de toutes voix, coups de klaxons, cris, piétons se mettant uniformément en marche au signal DON’T WALK. Ni les odeurs multicolores et multi-ethniques montant en fumées des petites charrettes à hot-dogs, knishes, pierogies, gaufres, burritos, tamales, et marrons chauds en saison.

C’est le nez en l’air que la magie vous saisit. Le bruit s’estompe, ne restent que la bousculade hâtive des gens toujours pressés et, pour le touriste d’une semaine ou de quelques heures, l’incomparable privilège de se laisser éblouir par ce qui fait de New York ce joyau de richesse, audace et arrogance si présent dans les films, ceux qui prenaient le temps de suivre des acteurs à pied – Breakfast at Tiffany – et non pas de nous faire croire que les rues sont sillonnées de bolides qui emportent poubelles, étals et piétons dans leur sillage tandis que les murs sont mitraillés et s’effondrent en gravats.

 

 

Manhattan, ce sont des linteaux de portes et fenêtres pharaoniques, des façades cristallines reflétant le soleil et la foule, des lieux cent fois vus sur l’écran mais qu’enfin on pacourt, des châteaux d’eau, des gratte-ciel qui jouent aux beffrois, aux manoirs Tudor et dont plongent les regards de pierre des gargouilles ou les cascades vertes des jardins suspendus.

 

 

Une gare belle comme une cathédrale avec des lustres qui chantonnent une valse de Vienne. Une gare où on peut manger des huîtres comme nulle part ailleurs et où on a envie d’être habillés comme Cary Grant et Audrey Hepburn pour prendre le train ou accueillir un voyageur.

 

C’est le Plaza, qui ne racontera pas toutes ses histoires. C’est la douce vallée verdoyante de Central Park, la campagne en ville, le silence dans le bruit, l’émeraude dans le ciment et le verre, l’endroit où le soleil reste au sol plus tard que partout ailleurs alors que les hauts buildings l’empêchent de caresser les profondeurs des rues depuis longtemps déjà.

Le plaza et Central Park

 

Manhattan, je la vois d’à deux pas de chez moi, lointaine encore mais si j’étais un faucon, si j’étais Pale Male, je pourrais m’y rendre en évitant ponts et tunnels, et décider si le feuillage d’Eagle Rock est plus accueillant que celui de Central Park…

Manhattan, je comprends ceux qui l’aiment. On ne peut pas ne pas tomber amoureux de Manhattan !