On croit que les enfants….

On assume beaucoup de choses au sujet des enfants. Et souvent on se plante. Mais on se plante sur une multitude d’autres sujets confiés aux errances de statistiques, experts, « scientifiques » (de Harvard ou de Cambridge University fait encore plus sérieux), rapports (Kinsey pour n’en citer qu’un…) et délires de psys. Mille et un billets à venir si on explore cette liste…

Mais en ce qui concerne les enfants, j’ai vécu deux situations qui, selon les meilleures statistiques et divagations en cours, auraient dû m’assurer des insomnies jusqu’à la mort, accompagnées de névralgies et d’une addiction au choix, mais certainement spectaculaire.

194199_158333807557698_6820122_o

Mes parents ont divorcé à une époque où le divorce était réservé à Hollywood, et en conséquence j’ai été rejetée par mon école et mes compagnes de classe.

Or, s’il est vrai que je me souviens du divorce de mes parents et surtout du désespoir de ma mère, et d’une période trouble juste avant la décision, je ne peux pas dire que personnellement j’étais affectée. En tout cas pas en pleurs. Bon, il faut admettre que mon père avait depuis longtemps de longues absences, et j’étais plus habituée à la vie sans lui qu’avec lui, et ça a dû jouer. Mais j’ai bien compris que « papa aimait une autre femme et allait quitter mammy ». J’ai réalisé assez vite que ça imposait des changements dans notre quotidien : ma mère triste et irritée, et mon père qui désormais n’allait pas revenir pour de vrai et faisait sa vie ailleurs. Bientôt même un petit frère. Je me suis tout simplement détachée de ce que je ne pouvais retenir, après d’ailleurs avoir tenté de le retenir pour faire plaisir aux grandes personnes qui me le demandaient :

Lovely Brunette m’a envoyée en messagère, un jour que mon père était grippé au lit, pour lui demander de ne pas épouser l’autre dame, et il m’a expliqué qu’il ne pouvait me faire ce plaisir. Et à l’école les sœurs, affolées par l’odeur du péché et de la fornication, m’ont encouragée à prier comme un moulin à prières pour tout arranger. J’en ai eu marre de prier, et ne voyais pas bien pourquoi Dieu me ferait plaisir à moi et pas à mon père par exemple.

On dira que ça a affecté mon idée du mariage, de l’attachement, de la famille par la suite. Certainement. Mais je n’y aurais pas échappé non plus si mes parents étaient restés ensemble, déçus de leurs vies et renoncements, malheureux et distants. On n’échappe pas aux leçons de la vie, les bonnes et les mauvaises. Il faut admettre qu’on n’a jamais un jeu de carte avec uniquement des donnes gagnantes. Personne absolument personne, ne naît dans le décor idéal. Et en général… on s’y fait !

Et donc en même temps, les chères sœurs qui savaient si bien parler de charité chrétienne n’avaient aucune idée qu’elle aurait dû s’appliquer à tous, cette charité, et de petite fille comme les autres je suis devenue petite fille à tenir à l’écart mais à garder en classe par amour du Christ qui nous le rendra au paradis. J’espère qu’il leur aura donné une volée de baffes en tout cas…

Les fillettes qui jouaient avec moi – mes petites amies – n’ont plus pu le faire : les parents avaient peur de la contamination. Et je n’ai plus eu d’amies. Ni même d’amie, dans cette école. Et si j’ai accusé le choc par des comportements bizarres pendant un moment… j’ai aussi géré la nouvelle configuration de ma vie. Alors que d’élève brillante je dégringolais au statut de cancre en quelques mois, isolée, au fond de la classe… (près du radiateur, lalalère) j’ai simplement découvert que ce qu’on est aujourd’hui on ne le sera peut-être plus demain (et déjà Lovely Brunette m’avait mise au parfum avec la ruine de ses parents). Je n’avais que 10 ans.

Je n’ai pas trouvé ça injuste. Ce fut difficile mais supportable. Ce fut surtout, à long terme, un atout indéniable.

Et je dors comme un loir, sans aucun médicament ni tisane ni berceuse. Depuis toujours !

Publicités

Les hommes et les femmes sont cousus de fil blanc

ScarlettLes femmes sont jalouses, coquettes, toujours en retard, émotives, bonnes cuisinières, roublardes, capricieuses, aiment les cadeaux (les diamants, paraît-il, et les fleurs).

Les hommes veulent le beurre et l’argent du beurre, détestent prendre des décisions, sont menteurs, bricoleurs, transforment tout  logis en dépotoir, sont infidèles par nature, oublient tous les anniversaires.

Ce serait simple, au fond, si c’était ainsi.

Pourtant nous connaissons tous et toutes les innombrables « exceptions » à ce portrait dogmatique. Et malgré ça, la tentation de croire qu’on vit dans une statistique nous empêche parfois de tout simplement aller de l’avant avec notre propre histoire.

TarzanEt si les statistiques étaient en fin de compte…  rassurantes quand les choses tournent « mal » ? La femme qui se découvre trompée ne fait qu’entrer dans le club de celles dont le démon de midi a frappé à la porte conjugale, ou est la victime de l’habituelle vamp prédatrice qui rafle les innocents maris des autres parce qu’aucun célibataire sensé n’en a voulu.  Ce n’est donc, en aucune sorte, la conséquence de ce qui fut fait, mal fait, pas fait entre elle et son mari, c’est la logique des statistiques.  L’homme un peu âgé qui voit sa jeune femme roucouler devant un autre plus frais qui exhibe une denture au complet avec la plus grande impudeur ne doit pas cette défaite à sa jalousie maladive, ou sa radinerie manipulatrice, mais aux statistiques qui expliquent que, ma foi, ce n’est que normal.

La malédiction des statistiques, c’est bien la malédiction d’une distribution de jeux de rôles. Celui qui, jaloux à en perdre toute dignité, surveille sa femme et veut même en disséquer les pensées la place dans le rôle de celle qui le trompera à peine aura-t-il une seconde d’inattention. Et il est plus que probable que ça finira en effet par arriver, si la liberté est à ce prix. A force de voir sa femme en infidèle, elle a appris ses répliques. Ou celle qui, forte de l’expérience des abandonnées en plein rêve d’amour, fait endosser à son compagnon l’habit du vil égoïste qui la quittera selon les traditionnelles mœurs masculines : tous inconstants et peu fiables. L’habit, parfois, finit par faire le moine…

Je suggère le recensement de tous ceux et celles qui n’ont pas suivi les statistiques.

Mazette, dira-t-on, mais il y en a autant que les autres !